Le chouchou du mois d’avril 2019

Ce billet est un peu spécial à l’heure où le blog va fêter ses 10 années d’existence. Mais nous aurons le temps d’en parler en temps voulu, soit dès mercredi prochain. Pendant ce mois d’avril, je me suis fait aider par des invités de marque. Outre Suzie qui me fait l’honneur de billets (quasiment un par mois, et je l’en remercie), c’est mon fils qui s’est invité sur Black Novel. Et pour un père, il n’y a pas plus beau cadeau qu’un avis écrit par ses propres enfants. D’ailleurs, n’hésitez pas à leur laisser un commentaire, ça leur fera plaisir !

Suzie donc est venue nous parler du petit dernier sorti à l’atelier Akatombo, Rouge est la nuit de Tetsuya Honda (Akatombo). C’est un premier roman d’une série avec un personnage féminin fort que Suzie vous conseille très fortement et que je vais bientôt lire !

Mon fils Nathan a tenu à vous partager son avis très détaillé de Les quatre élus de Brandon Mull (Bayard), avec toute sa sensibilité liée à son âge. J’ai lu aussi ce roman, qui est un roman d’aventures où 4 jeunes gens vont s’unir pour lutter contre les envahisseurs et je dois dire qu’on y prend beaucoup de plaisir. Il est à noter que la scène de combat final est très réussie.

Ma fille Clara nous avait déjà proposé son avis sur le tome 1 des cousins Karlsson. Depuis elle a bien grandi et nous propose son avis sur Hunger Games de Suzanne Collins (Pocket). Elle nous conseille fortement ce roman, émotionnellement fort, avec un thème de manipulation des masses par des jeux télévisés. Elle a adoré les romans, et les films et je peux vous dire qu’elle a préféré les livres. Alors, n’hésitez pas !

J’aurais mis à l’honneur un auteur qu’il faut que vous découvriez si vous ne le connaissez déjà. Pierre Pouchairet est un ancien policier qui a bourlingué et est devenu depuis un auteur de polars prolifique. Dans ses romans, les intrigues sont remarquables, son style est d’une fluidité impeccable et ses personnages sentent le vécu. Avec Haines, il nous offre un roman policier pur jus avec une vraie intrigue et des personnages plus vrais que nature. Quant à A l’ombre des patriarches, c’est à Jérusalem qu’il nous emmène pour nous plonger dans une zone de chaos, et c’est un roman très instructif et très bien construit, complexe comme la situation géopolitique de cette zone du globe.

Restons dans la sphère géopolitique avec le deuxième tome de la trilogie sur le terrorisme de Frédéric Paulin. Passé l’effet de surprise du premier, Prémices de la chute de Frédéric Paulin (Agullo) s’avère non plus une surprise, mais une confirmation du talent de l’auteur, une qualité de narration impressionnante et une faculté à placer l’Humain au milieu d’une situation inextricable, tout en nous apprenant les origines du terrorisme. Ce roman est une pierre fondatrice de plus dans cette trilogie qui va faire date !

Restons un peu dans le Noir. Ma rubrique Oldies, consacrée aux romans anciens de plus de 10 ans a parlé de Lune d’écarlate de Rolo Diez (Gallimard – La Noire), le chef d’œuvre de son auteur, selon Claude Mesplède. A travers la vie d’une jeune fille élevée comme une princesse et d’un truand de bas étage, ce roman montre comment les gouvernements capitalistes utilisent les gens à leur profit. Pour peu que l’on accepte la forme littéraire et les paragraphes longs, c’est une pépite noire, sans espoir.

Du côté des romans policiers, j’ai jeté un œil chez les petits éditeurs pour deux belles découvertes. Théâtre au sang d’Eliane Arav (Le chant des voyelles) nous plonge dans le monde du théâtre avec une trame classique et un humour sarcastique plein d’auto dérision. Le train pour Tallinn d’Arno Saar (La fosse aux ours) m’a plus passionné par son sujet et son contexte : celui de l’Estonie et de sa séparation avec l’empire soviétique. Si l’on ajoute le personnage principal Marko Kurismaa et son dénouement, c’est un excellent roman que je vous conseille. On a hâte de suivre sa deuxième enquête.

Qui a dit que les thrillers n’avaient rien à dire ? Pas moi ! Aidé par une intrigue forte et des personnages poussés à leurs limites dans des situations inédites, deux romans nous montrent que l’on peut aussi dire des choses importantes et alerter l’opinion publique. M le bord de l’abime de Bernard Minier (XO éditions) nous montre une entreprise de développement informatique en train de créer l’Intelligence Artificielle. Et le message sur les risques liés au BIg Data et l’utilisation des données est éloquent, frappant.

Quant à Et le Mal viendra de Jérôme Camut & Nathalie Hug (Fleuve Noir), roman auquel j’attribue le titre de chouchou du mois, il nous informe sur la nécessité de donner l’accès à l’eau potable pour tous autour du globe, que cela devrait être un combat universel et obligatoire. Malgré une structure complexe, c’est un roman extraordinaire et humaniste au message fort, auquel j’adhère totalement.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez-vous dès mercredi prochain, le 1er mai, pour fêter le dixième anniversaire de Black Novel. Et n’oubliez pas le principal, lisez !

Publicités

Hunger Games de Suzanne Collins

Traducteur : Guillaume Fournier

Genre : roman de science-fiction

Editeur : Pocket Jeunesse

Après Suzie, Après mon fils, mon Titi, voici ma Zoupette, ma fille Clara qui s’invite sur Black Novel. JE SUIS FOU DE JOIE !!!!!!!!!!!!!

A toi ma fille :

Pourquoi j’ai choisi ce livre ?

J’ai choisi ce livre parce que c’est un de mes préférés et je voulais vous le partager. J’aimerais beaucoup vous donner envie de le lire. J’ai connu ce livre grâce à mon père et j’ai fini toute la collection (de livres). J’ai aussi vu les films (pas tous), qui sont aussi bien que les livres.

Les principaux personnages :

Katniss a seize ans. Elle a une petite sœur, Prim, et serait prête à tout pour la sauver. Elle est choisie pour représenter le district 12. Elle aime chasser comme son père qui est mort. Elle sait tirer à l’arc.

Gale est le meilleur ami de Katniss. Il a quelques années de plus que Katniss. Il est amoureux d’elle. Il aime chasser avec Katniss.

Peeta est le candidat choisi  avec Katniss au Hunger Games pour représenter le district 12. Il est amoureux d’elle.

Mon résumé :

Dans une société futuriste, à Panem,  une fille et un garçon sont tirés au sort dans chaque district pour représenter leur district. Il existe 12 districts, donc ils sont 24 dans l’arène. Ils sont choisis pour combattre dans les Hunger Games. Ils doivent entre-tuer pour gagner la gloire et la richesse pour eux et leur famille. Seul le Capitole, ensemble des personnes haut placés, riches, ne combat pas dans les Hunger Games. Les adversaires ne savent pas à quoi ressemble l’intérieur de l’arène. Les Hunger Games sont diffusés à la télévision pour divertir le Capitole. Tout le monde est obligé de les regarder. Dans cette arène une seule règle compte : être le dernier à survivre.

Cette année se déroule les 74e  Hunger Games. Dans le district 12, la sœur de Katniss est tirée au sort pour combattre mais Katniss veut sauver sa sœur donc elle se porte volontaire pour participer. Peeta est choisi pour se battre avec elle. Qui va survivre et devenir riche et célèbre ?

Mon avis :

Ce livre critique la société d’aujourd’hui. Il dit : « Serions-nous prêt à nous entre-tuer pour la télévision ? ». Les Hunger Games sont une cruauté qui n’arrive pas réellement à me choquer car je sais qu’au fond, certaines personnes seraient capables de faire quelque chose comme ça. Ce que Suzanne Collins écrit est réaliste, tout cela pourrait se passer dans la vraie vie, nous pourrions nous entretuer pour divertir le grand public.

Ce livre est très bien écrit et dès que vous le commencez vous avez envie de lire la suite. Les films sont bien aussi, ils ressemblent beaucoup aux livres, même s’il manque quelques scènes. J’ai préféré le tome 1 car il est fort en émotions. Ma scène préférée du tome 1 est quand Rue, une amie du district 11 (et alliée de Katniss dans l’arène), meurt. A ce moment là, Katniss invente, sans le savoir, le signe et la chanson des rebelles. Dans ce livre il y a du suspense, de l’émotion et de l’action.

Les Hunger Games ont commencé.

Le vainqueur deviendra riche et célèbre.

Les autres mourront …

 

Des romans policiers chez de petits éditeurs

Récemment, j’ai lu deux romans policiers édités par deux petits éditeurs. D’où l’idée de regrouper mes deux avis pour faire un billet thématique. Si Théâtre au sang est un polar sympathique, Le train pour Tallinn vaut largement le détour.

Théâtre au sang d’Eliane Arav

Editeur : Le Chant des Voyelles

Au théâtre Charles Victor, la pièce de Samuel Beckett bat son plein depuis six mois. Et la présence de la grande, l’immense actrice Tessa Saguine y est pour quelque chose. Tout le gratin de Paris s’est déplacé ce soir, mais la diva se fait attendre. Pour faire patienter le public, on leur propose une lecture, jusqu’à ce qu’un corps tombe des cintres. Tessa est morte. Didier Daille, dit Didaille, commandant de police est dans la salle. Il va devoir trouver le coupable parmi tous ceux qui disent aimer l’actrice et tous ceux qui la détestent réellement … c’est-à-dire tous !

La petite maison d’édition Le Chant des Voyelles nous propose un roman policier classique, dont la forme peut sembler surannée. On a en effet l’impression de lire une enquête de Maigret, où l’on voit le commandant Didaille enquêter seul, sans être obligé de faire de point pour le procureur ou sa hiérarchie. Pour autant, il a accès à la technologie moderne telle que l’analyse ADN. Cela en fait un roman doucement décalé.

C’est aussi un sacré pavé, avec un format de livre plus long que large, qui se lit avec un grand plaisir, grâce à la fluidité du style et à ses nombreux dialogues. D’ailleurs, l’enquête va surtout avancer par dialogues, avec une scène par chapitre, ce qui est tout à fait classique mais très bien fait. De même, les indices sont parsemés de ci de là, et l’auteure a même ajouté une touche de fantôme, une touche de mystère bienvenue.

Et ce que j’ai apprécié, c’est cette plongée dans le monde du spectacle, plongée aidée par l’utilisation de termes spécifiques liés au théâtre (expliqués dans un lexique en fin de roman), mais aussi la peinture de ce monde de faux-semblants. Et donc, tout le monde ment et / ou joue la comédie … Aidé en cela par une bonne dose de dérision et de sarcasme, ce roman s’avère être une lecture bien agréable et surprenante.

Le train pour Tallinn d’Arno Saar

Editeur : La Fosse aux Ours

Traducteur : Patrick Vighetti

Dans le train qui relie Saint Petersburg à Tallinn, le contrôleur essaie de réveiller un homme qui s’est endormi après avoir bu une bouteille entière de vodka bon marché. Depuis la chute du communisme et l’indépendance des pays baltes, cette ligne de train doit faire des arrêts prolongés aux douanes. L’homme décédé est allé boire au bar pendant le trajet en Russie et ne s’est plus déplacé ensuite. Peut-être s’est-il contenté de boire sa bouteille d’alcool bon marché ? Et comme on ne vend pas cette marque dans le train, peut-être l’avait-il avec lui ? Toutes les hypothèses sont permises quand on apprend son identité : Igor Semenov, un homme d’affaires russe.

L’inspecteur Marko Kurismaa a la cinquantaine et souffre de narcolepsie. Seul Kalio Kuslap, le commissaire-chef le sait et le couvre. Il n’est pas apprécié, surtout parce que son père était un fervent opposé à l’ancien régime politique. N’ayant pas d’enfant, ni de femme (il a une liaison avec Kristina Lupp, une policière), il se consacre à son travail. Affublé d’une jeune recrue, Kasper Mand, il préfère travailler en solitaire, sans compter ses heures.

C’est une vraie curiosité que ce roman à plusieurs égards. Tout d’abord, l’auteur Arno Saar est italien, et il n’est autre qu’Alessandro Perissinotto, auteur de littérature blanche. Ensuite, il situe son intrigue dans un pays balte après la chute du mur et l’indépendance de l’Estonie. Si le déroulement de l’intrigue est classique, avec une enquête à base d’entretiens, beaucoup de pistes et un inspecteur immédiatement sympathique, ce roman est réellement une excellente surprise.

Sans en rajouter outre mesure, Arno Saar nous présente un pays scindé en deux, une partie de la population regrettant la rupture des liens avec les Russes, les autres détestant l’époque communiste et les exactions du KGB. Le contexte est un pays froid, où le soleil est peu présent dans la journée. Et ce petit pays possède aussi ses casseroles, et quelles casseroles ! La fin de ce roman en est une illustration éloquente.

Savoir que ce roman est la première enquête de Marko Kurismaa est une excellente nouvelle. Car la lecture de ce roman est un pur plaisir, le dépaysement est garanti sans en rajouter et on a hâte de retrouver notre commissaire dans sa deuxième enquête qui s’appelle La neve sotto la neve, La neige sous la neige. Tout un programme !

 

M, le bord de l’abîme de Bernard Minier

Editeur : XO éditions

Délaissant Martin Servaz, Bernard Minier nous offre un nouveau roman orphelin, ce qu’il avait déjà fait en 2015 avec Une putain d’histoire. Avec cette histoire, Bernard Minier nous met en face des dangers de l’Intelligence Artificielle, de façon grandiose.

Moïra est une jeune française particulièrement douée dans le domaine de l’Intelligence Artificielle. Elle vient d’être démarchée à prix d’or de chez Facebook par le conglomérat hongkongais Ming. Ce dernier est valorisé à plusieurs centaines de milliards depuis qu’il a révolutionné le milieu des portables et des applications intelligentes. C’est donc dans un nouveau milieu, un nouveau monde que débarque Moïra.

A l’arrivée à l’aéroport, elle est attendue par un chauffeur particulier qui est chargé de la conduire à son hôtel de luxe. Après s’être rafraichie, elle descend au bar de l’hôtel et est abordée par deux policiers, les inspecteurs Chan (le jeune) et Elijah (le vieux). Ils veulent la mettre en garde contre le conglomérat et son propriétaire mystérieux, M.Ming. Plusieurs femmes travaillant pour Ming ont en effet été retrouvées assassinées.

Le lendemain, elle est accueillie au centre de recherche de Ming. On lui présente les locaux et les membres du comité directeur et de sécurité. Tout y est fait pour que les gens se sentent bien, pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Moïra devra travailler sur DEUS, la dernière innovation de Ming, le logiciel d’Intelligence Artificielle ultime. Elle devra déceler les failles du système et y apporter des corrections et plus d’humanité.

Voilà à nouveau un thriller qui a quelque chose à dire. Et ce n’est pas plus mal. Après Jérôme Camut et Nathalie Hug, c’est au tour de Bernard Minier de nous alerter sur les dangers qui nous guettent. L’auteur va pointer du doigt la conséquence de la mise en place de l’Intelligence Artificielle, quitte à grossir le trait pour les besoins de l’intrigue. Il n’empêche que la démonstration est efficace dans la forme et le fond, et très intelligente.

Dès le début du roman on est plongé dans le mystère. Et plus on avance dans le roman, plus les mystères vont se multiplier. Comme on est dans un thriller, les enquêtes sur les meurtres entourant Ming Company vont rythmer l’intrigue en parallèle de la découverte de l’entreprise de Moïra et de son travail, tout en évitant des termes technologiques trop compliqués. Car le but de Bernard Minier, c’est bien de nous mettre en garde.

En effet, dès le début du roman, l’auteur nous prévient : tout ce qui est présenté dans le roman existe, ce sont des innovations qui sont accessibles ou en cours de développement. Passé ce préambule, il nous montre ce que va être l’Intelligence Artificielle, non pas telle qu’on nous la présente mais telle qu’elle va influer sur nos vies, prendre notre place et supprimer définitivement ce qu’il nous reste de liberté, ce qui fait de nous des humains. Si on peut avoir l’impression qu’il grossit le trait parfois, c’est une démarche louable quand on sait que l’objectif de son roman est de nous alerter. Et même si j’ai moins adhéré à la fin du roman (on ne sort pas dehors quand il y a un typhon), cela n’occulte en rien la force du message, la mise en garde contre le Big Data.

Je vous ai recopié un passage situé en page 95 qui m’a marqué et qui, je l’espère, vous fera réagir :

« Imagine un agent conversationnel qui aura la réponse à toutes tes questions, continua-t-il d’une voix vibrante. Qui te connaîtra mieux que tu ne te connais. DEUS sera capable de te dire si tu dois sortir avec Pierre ou avec Jacques, parce qu’il saura que Jacques te fait rire alors que Pierre te rend triste, même si tu es plus attirée par Pierre que par Jacques. Il saura si tu dois travailler dans la banque ou dans l’informatique, si tu dois faire du vélo ou de la natation, si tu dois étudier le droit ou la médecine, si tu dois te marier ou pas – et comme ça pour les millions de questions qu’on se pose tous dans notre vie quotidienne, de l’adolescence à la mort, les dizaines de choix qu’on a à faire tous les jours : Thé ou café ? sport à la télé ou série ? jean ou robe ? Game of Thrones ou Doctor Who? accepter cet emploi ou en chercher un autre ? Croire ta fille quand elle te dit qu’elle est malade ou l’envoyer à l’école ? Parce que DEUS aura tout noté, jour après jour, et que, contrairement à toi, il n’oubliera rien. Et il ne sera jamais fatigué de t’entendre, de te conseiller, de te guider. Il n’aura jamais envie de t’envoyer sur les roses, comme tes amis, ton conjoint ou tes enfants, de te dire que, décidément, tu es insupportable. Sans rien attendre en retour, il sera là pour toi quels que soient l’heure ou l’endroit. Le plus fidèle, le plus digne de confiance, le plus intelligent, le plus fiable des compagnons. Et tu ne pourras plus te passer de lui … »

Après avoir lu ce roman, cela donne envie de se replonger dans 1984 de George Orwell, dans le cycle des robots d’Isaac Asimov ou même La secrétaire de Jérémy Bouquin. Lisez ce roman ! Pour votre bien, pour notre avenir !

Les quatre élus de Brandon Mull

Cycle : Animal Tatoo

Traducteur : Vanessa Rubio-Barreau

Genre du livre : roman d’aventures

Editeur : Bayard poche

Quand on est père et que votre fils écrit un billet pour votre blog, vous êtes fous de joie, mais aussi extrêmement fier ! C’est exactement ce que je ressens au moment de vous partager le billet écrit par mon fils, Nathan, 10 ans, qu’il a écrit tout seul, comme un grand. Je lui laisse la parole.

Pourquoi j’ai choisi ce livre ?

Au début je voulais lire le tome 11 de Beast Quest. J’ai demandé à mon père de me l’acheter. Ils ne l’avaient pas alors la vendeuse a proposé à mon père ce livre.

Mon résumé :

Le roman se passe dans le monde imaginaire d’Erdas.

Quand les enfants de ce monde ont 11 ans, ils doivent tous boire le nectar. Cette boisson permet à certains enfants de découvrir leur animal totem. Cet animal les accompagnera toute leur vie et les protégera.

Les quatre personnages de ce roman sont :

Conor est l’aide du fils du comte. Quand il boit le nectar, il découvre Briggan le Loup aux yeux bleus, l’une des Bêtes Suprêmes.

Abéké vit dans un petit village, et croit en Dieu. Après une partie de chasse à l’antilope, elle revient couverte de sang. Abéké découvre son animal, Uraza, la panthère aux yeux violets.

Rollan est orphelin et en prison quand il va découvrir Essix, le faucon femelle.

Meilin doit fuir la ville envahie par les rebelles. Elle va hériter de Jhi le panda aux yeux argentés et laisser derrière elle son père, prêt à mourir au combat.

Les 4 enfants vont avoir 11 ans. Ils découvrent leur animal totem. Alors que les troupes du Dévoreur envahissent le monde, les quatre enfants vont devoir apprendre à se battre et à maîtriser leur animal. Quand l’animal n’apparaît pas, il se transforme en tatouage sur le bras ou la jambe. Les quatre élus vont suivre leur chemin pour se retrouver pour combattre le grand méchant, le Dévoreur.

Ce que j’ai aimé :

J’ai préféré le panda parce que c’est le seul animal qui est mignon.

Il y a un chapitre par personnage : c’est bien parce qu’on a le temps de s’adapter à lui et on se demande qui va être avec quel animal. Heureusement, le titre du chapitre rappelle avec quel animal on va être et où on est.

Les chapitres ne sont pas trop longs, j’ai beaucoup aimé l’écriture. Les mots sont simples et la taille des caractères est assez grosse. Les combats sont bien décrits, détaillés.

Ma scène préférée est le combat final parce que les descriptions sont rapides, amusantes comme un jeu. Tout va vite. Il y a plein de gens dans ce combat et c’est passionnant.

Le thème de l’histoire est classique car cela ressemble à Beast Quest. La nouveauté du livre, c’est qu’un des quatre élus était dans le camp des méchants. Il s’aperçoit de son erreur et rejoint le camp des gentils.

Ce que j’ai moins aimé :

Le nom du méchant (le dévoreur) parce que dans toutes les séries (Ninjago par exemple), le méchant s’appelle comme ça. Et le nom des envahisseurs est trop basique.

Les décors ne sont pas très bien décrits.

Il n’y a pas beaucoup de dialogues

Faut-il lire ce livre ?

Oui parce que il y a du suspense et que ça se passe dans un monde imaginaire. On voit bien les paysages et la couverture est très belle et correspond à l’histoire.

La chronique de Suzie : Rouge est la nuit de Tetsuya Honda

Editeur : Akatombo

Traducteurs : Franck et Dominique Sylvain

Le petit dernier de la toute nouvelle maison d’édition Atelier d’Akatombo était en vente au salon du livre de Paris. Quand j’ai vu Dominique à Lyon, je lui avais dit que mon amie Suzie le chroniquerai avant que je le lise, car c’est une fana du Japon. Voici donc son avis complet :

 

Bonjour amis lecteurs,

Me voici de retour à la surface pour vous parler d’un nouveau roman, « Rouge est la nuit » de Tetsuya Honda dont le titre original est « Strawberry Night (ストロベリーナイト) » en japonais.

Bien que prolifique avec une quinzaine de livres, c’est le premier titre de l’auteur qui est traduit en français. Celui-ci est le premier tome d’une série de cinq volumes sur le lieutenant Reiko Himekawa.

Le titre en français est bien choisi car il intrigue suffisamment pour donner envie de lire la quatrième de couverture, contrairement à la traduction du titre japonais, « la nuit fraise » qui semble bizarre en français. Ce dernier sera explicité à un moment du récit et vous comprendrez ce qui ressemble à une fraise. Mais, je vous laisse le découvrir.

D’ailleurs, le choix de la couverture en français indique le lieu principal de l’action avec une vue de la tour de Tokyo de nuit. Sur la couverture originale, on voit une jeune femme de dos sur un pont au lever du jour. Cela m’a fait penser à Odaiba, l’île artificielle au sud de Tokyo. Mais, cela reste à confirmer. L’ensemble rend la version japonaise intrigante. Les couvertures des autres livres de la série sont du même style comme si elles mettaient en avant le coté sombre des enquêtes du lieutenant Himekawa.

Comme vous avez dû le comprendre, l’intrigue va se dérouler à Tokyo et dans les villes proches. On va suivre une des enquêtes du département de la police métropolitaine de Tokyo, la DPMT, à travers trois de ses lieutenants et leur groupe d’intervention.

Le récit commence par la découverte du corps d’un homme torturé dans un endroit inexplicable. Plus exactement d’une lacération incompréhensible qui ne semble pas cohérente avec les autres blessures.

L’histoire est divisée en cinq parties qui constituent les différents niveaux de compréhension de l’affaire criminelle. Si l’intrigue principale est constituée par l’enquête policière, il y a des intrigues secondaires qui vont renforcer l’intrigue principale en étoffant la compréhension du caractère des différents personnages. Les premières parties sont précédées d’une histoire parallèle qui semble distincte de l’intrigue principale mais qui nous permet de comprendre l’historique d’un des personnages qu’on va découvrir plus tard dans le récit.

En ce qui concerne les personnages, le personnage principal est le lieutenant Reiko Himekawa, une des rares femmes officiers dans le monde indubitablement masculin de la police japonaise. Etant célibataire, elle constitue un élément inhabituel dans sa famille qui cherche à la marier à tout prix à travers des rencontres arrangées. Mais, Reiko ne vit que pour son métier qui lui sert de protection vis-à-vis de sa famille. Bien qu’elle s’en défende, elle ne supporte pas les lourdes nuits d’été car un événement traumatisant lui est arrivé durant une de ces fameuses nuits.

Lorsqu’elle enquête, elle se concentre sur ce qu’elle fait et elle essaie de faire abstraction de tout le reste, surtout de sa famille. Le but est de prouver sa valeur face aux autres lieutenants. Son groupe d’intervention constitue une espèce de famille de substitution et lors d’un autre événement traumatique, elle va s’en rendre compte. Elle est une femme de caractère, avec un instinct qui ne correspond pas à la hiérarchie de la police et une armure de verre qui peut voler en éclats à n’importe quel moment.

Son adversaire principal est le lieutenant Katsumata qui privilégie les dessous de table et l’extorsion d’informations. C’est un policier pour lequel « la fin justifie les moyens ». Mais, je vous laisse découvrir ce personnage très contrariant.

Les membres du groupe d’intervention de Reiko lui apportent un soutien sans faille et ils sont loyaux envers leur lieutenant. Chacun d’entre eux a une caractéristique, une qualité qui permet de former un groupe soudé autour de leur lieutenant. Il y a un personnage qui pourrait être intégré à cette escouade malgré son âge et sa fonction. Mais, je vous laisse deviner qui.

C’est le deuxième titre de cette maison d’édition que je lis après « le loup d’Hiroshima » de Yuko Yuzuki, J’étais impatiente de lire ce livre. D’abord à cause du titre qui, pour moi, évoque une affaire sanglante dont la nuit serait la complice ; Ensuite, pour le fait de suivre une femme lieutenant dans un milieu aussi strict que la police japonaise. Et, pour finir, tout simplement à cause du fait que l’histoire se passe au Japon.

Et, comme souvent, je me suis laissée mener par le bout du nez par l’auteur. Celui-ci m’a distraite par les histoires annexes des personnages et je me suis fais piégée. Bien que l’on puisse présumer de l’identité de l’assassin quasiment depuis le début de l’intrigue, je me suis fait retournée comme une crêpe par la scène finale. Je n’avais compris qu’une partie de l’intrigue et, donc, je me suis laissée surprendre.

Malgré deux ou trois scènes particulièrement dures à lire et quelques mouchoirs utilisés, l’intrigue est assez soft et elle met en avant les relations entre les différents membres de la police et les interactions qui existent entre eux. Etant le premier volume d’une série, j’espère que la suite sera traduite en français car c’est un auteur intéressant à connaitre et à lire. C’est un appel que j’adresse aux éditeurs et j’espère qu’on sera nombreux à le faire.

Sur ces derniers mots, je vais retourner dans mon antre avec ma nouvelle provision de livres. Mais, je reviendrai sans faute pour vous parler d’un nouveau roman. A bientôt

Et le mal viendra de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Editeur : Fleuve Noir

Il y a un an et demi, je découvrais le duo de choc du thriller français avec Islanova, un roman puissant tant dans la forme que le fond. Islanova était un excellent roman d’action mettant en avant les relations familiales dans un contexte de terrorisme où une Armée du 12 octobre annexait l’île d’Oléron. On y voyait Julian Stark partir à la recherche de sa fille qui a choisi de suivre un groupe humanitaire qui se bat pour l’accession à l’eau pour tous.

Si le format était celui du thriller, le sujet était très centré sur le personnage du père, qui se battait pour sa fille. L’armée de 12 octobre ne servait que de toile de fond. Il n’empêche que le sujet était là : Chaque jour, 6000 enfants meurent, faute de pouvoir accéder à de l’eau potable. Et comme si Islanova ne frappait pas assez fort, le duo Camut & Hug a décidé de nous en remettre une couche. Sauf qu’avec Et le mal viendra, on se situe à un autre niveau.

Faut-il avoir lu Islanova ou pas avant d’attaquer Et le Mal Viendra ? J’en ai discuté avec mon ami David Smadja, qui tient le blog C’est Contagieux, lors du salon Quais du Polar de Lyon. Nous avions tous les deux lu Islanova et nous venions tous les deux de finir Et le mal viendra. David pensait qu’il n’était pas nécessaire d’avoir lu le premier. Et moi, je ne suis pas de son avis. J’ai pris ce roman comme un complément du précédent, et si le premier est un excellent divertissement, celui-ci revient sur le sujet précédent et s’engage ouvertement.

Mais je parle, je parle, et vous ne savez toujours pas de quoi parle ce roman. Ce roman va balayer l’itinéraire de Morgan Scali, la tête de l’Armée du 12 Octobre et celle de Julian Stark, le père de Charlie. Camut et Hug vont donc nous détailler l’avant et l’après Islanova, en alternant à la fois les temps, les lieux et les personnages. Si Julian Stark va consacrer sa vie de 2025 à 2028 à rechercher sa fille, Morgan Scali commence sa vie de « sauveur » en République du Congo à œuvrer pour sauver les animaux. Jusqu’à ce que le clan de gorilles soit massacré par des braconniers et que sa vie commence à changer, sa vision du monde aussi.

Julian Stark va faire équipe avec des services gouvernementaux pour poursuivre les terroristes jusqu’à retrouver la piste de Morgan Scali en 2026. Morgan va rencontrer Vertigo, Abigail Stedman, et Novak Anticevic, c’est-à-dire ceux qui vont le suivre dans son aventure folle. Car en construisant un barrage, il va permettre à toute une région de disposer de l’eau. A partir de là, son combat pour sauver les humains est clair.

Ce roman est une bombe, foisonnant de situations, de personnages et de messages. Une nouvelle fois, les auteurs évitent de prendre position, mais ils nous montrent clairement les motivations des uns et des autres, et nous placent devant nos responsabilités. Pendant que 6000 enfants meurent chaque jour, nous fermons les yeux et continuons à faire comme si de rien n’était.

En prenant la forme du thriller, du roman d’aventure, Jérôme Camut et Nathalie Hug veulent atteindre le plus grand nombre de personnes. Ils évitent de montrer un clan de méchants opposé à un clan de gentils. En cela, le roman n’est pas un pas un roman bas de plafond, et va en faire réfléchir plus d’un. En cela, ce roman n’est pas non plus forcément facile d’accès, au sens où il faut parfois s’accrocher pour suivre les innombrables scènes et personnages, sans compter les différents lieux. En cela, ce roman est un des plus intelligents que j’ai lus depuis longtemps.

Ne croyez pas que ce roman soit brouillon ou inaccessible, c’est tout le contraire. C’est un roman qui vous immerge totalement dans ses scènes, parsemées de dialogues d’une intelligence rare. Une frise en tête de chapitre vous permettra de vous repérer dans le temps, au fur et à mesure que la tension monte. Et le final nous montre clairement que ce ne sont pas forcément les plus gentils qui gagnent mais les plus puissants.

En fin de roman, les auteurs ont inventé un manifeste écrit par Morgan Scali, intitulé Les yeux ouverts. Vous pouvez même le lire avant de commencer le roman. Il va remettre les points sur les i de façon remarquable. Et tout le reste du roman est à l’avenant. C’est indubitablement l’un des romans forts de cette année, un roman à ne pas rater, un plaidoyer intelligent et humaniste.