Le chouchou du mois de mai 2019

Allez, on repart pour une onzième année ! Et pour bien démarrer, je vous aurais partagé des lectures regroupées par thèmes. Etant donné le nombre de mes lectures et quand c’est possible, cela me permet de parler encore plus de livres et d’auteurs, voire de maisons d’éditions.

C’est le cas des éditions In8, puisque j’ai consacré un billet à leur collection Polaroïd qui regroupe des novellas (soit des nouvelles longues ou des romans courts de moins de 100 pages. L’avantage, c’est que cette collection en sort peu (2 à 3 par an). L’inconvénient, c’est qu’ils en sortent peu, surtout quand on a affaire à des romans remarquables de concision. Les deux dernières parutions, Le sorcier de Jérémy Bouquin et  Comme une bête de Marin Ledun sont à cet égard deux grandes réussites.

J’ai continué mon exploration de La compagnie des glaces, en vous proposant les tomes  11 et 12 de GJ.Arnaud (French Pulp). Après la crise de la réapparition du soleil pendant quelques heures, le monde se reconstruit et les intrigues sont toujours aussi foisonnantes. Du pur plaisir visionnaire.

Enfin j’ai programmé un billet sur le polar et l’humour, parce que c’est un genre peu représenté mais qui commence à être reconnu. Rien de tel que de se plonger dans une enquête menée avec dérision, parce que tout cela n’est pas sérieux n’est-ce pas ? Requiem pour un fou de Stanislas Petrosky (French Pulp) et Laisse tomber de Nick Gardel (Editions du Caïman) vont vous faire sourire, rire !

Il ne faut pas oublier Suzie qui m’a fait l’honneur de publier son avis sur Le point zéro de Seichö Matsumoto (Atelier Akatombo), un roman policier classique des années 50. Outre l’intrigue remarquable, il nous enseigne la culture japonaise et la place de la femme au Japon, ce qui fait au moins deux raisons de ne pas rater ce roman extraordinaire et glaçant.

Dans la catégorie polar, ce sont surtout mes auteurs favoris qui auront été mis à l’honneur. Si je meurs avant mon réveil … de Philippe Setbon (AO éditions) est le dernier scénario diabolique concocté par cet auteur scénariste. Il nous promène dans quatre lieux, quatre époques avec quatre personnages (au moins) pour une histoire de sang et de vengeance pour notre plus grand plaisir.

Le dernier roman de Valerio Varesi, Les mains vides (Agullo) va probablement en surprendre plus d’un par son style. Direction Parme et le mois d’aout, une ville écrasée par la chaleur. Le commissaire Soneri, entre nostalgie et dynamisme, va se rendre compte que les temps changent, sa ville change, la criminalité change, que la société change. C’est une superbe illustration d’un homme en décalage avec son temps, qui ne trouve plus sa place dans la société qui est la sienne.

Après le superbe De feu et de cauchemar, Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel (Marabout) est le dernier roman de cet auteur que j’aime beaucoup et son inspecteur le commissaire Mehrlicht, mon frère de littérature. Après l’Irlande, cette histoire nous parle de migrants, de Roumanie, de mort et de vie éternelle avec toujours autant de savoir-faire, et juste ce qu’il faut de décalage.

En consacrant une rubrique Oldies aux romans plus anciens, il me fallait aborder mon auteur français favori : La bête et la belle de Thierry Jonquet (Gallimard Série Noire) est un des romans que je n’avais pas encore lu de cet auteur et il allie une autopsie de notre société avec un fait divers bien glauque, en finissant en fanfare avec deux coups de théâtre, ce qui en fait un roman fantastique et inoubliable.

Ma seule découverte de ce mois aura été L’inspecteur Dalil à Paris de Soufiane Chakkouche (Jigal). Cet auteur marocain créé un personnage de flic vieillissant en duo avec un commissaire parisien, obligé de venir à Paris pour résoudre une affaire de disparition (ou d’enlèvement, qui sait ?). Il y a dans ce roman une volonté de montrer Paris avec le recul d’un étranger et d’y apporter un ton résolument drôle, décalé et fin. Je suis d’hors et déjà fan de ce personnage

Le titre du chouchou du mois revient donc à Laisse tomber de Nick Gardel (Editions du Caïman) parce que ce huis-clos dans un immeuble peuplé de grabataires et d’un rentier quarantenaire nous réserve une superbe surprise et une non moins superbe intrigue, et que je considère ce roman comme le meilleur de son auteur à ce jour. J’espère que ces avis vous auront été utiles. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

5 réflexions sur « Le chouchou du mois de mai 2019 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.