Le chouchou du mois de mars 2020

Comme je l’ai dit dans un post sur Facebook :« vous n’avez plus d’excuses pour ne pas lire. » Comme j’étais en Italie en février (juste avant la crise Coronavirus), j’ai eu l’occasion de beaucoup lire. Donc j’ai publié beaucoup d’avis. Il ne vous reste plus qu’à choisir selon vos goûts et vos envies de découverte.

Honneur aux coups de cœur, puisqu’ils sont deux ce mois-ci à avoir illuminé mes lectures ; enfin, illuminé c’est beaucoup dire tant ils sont sombres, mais utiles voire même indispensables.

Nous avons les mains rouges de Jean Meckert (Joëlle Losfeld) est la réédition d’un auteur trop vite oublié, l’histoire d’un homme perdu dans un monde perdu, au sortir de la Deuxième Guerre Mondiale. Il rencontre un groupe d’anciens maquisards dont l’objectif devient de faire la chasse aux faux résistants. Avec une plume magnifiquement expressive, c’est un hymne humaniste antimilitariste, qui devrait être un classique de la littérature française.

La fabrique de la terreur de Frédéric Paulin (Agullo) clôt la trilogie consacrée au terrorisme moderne. Frédéric Paulin termine cette histoire de façon extraordinaire, déployant tout le talent dont il est capable pour mettre au premier plan ses personnages dans une intrigue, notre intrigue géopolitique. Cette trilogie est indispensable pour qui veut comprendre notre vie et notre monde.

Beaucoup de romans noirs ont été chroniqués ce mois-ci, dont le premier roman de Tim Willocks : Bad city blues de Tim Willocks (Points), un roman ultra-violent autour de la recherche d’un butin, avec tous les ingrédients liés au polar.

Du côté des dealers, Santa Muerte de Gabino Iglesias (Sonatine) est aussi un premier roman qui met en scène un jeune homme lâche qui croit en une sainte, censée le protéger ; ce roman montre aussi le sort réservé aux immigrés aux Etats-Unis et le rend intéressant à lire.

Neva de Patrick K. Dewdney (Les contrebandiers) est le premier court roman de l’auteur, bâti sur une intrigue simple, écrit avec une plume empreinte de poésie noire et dramatique, entre loyauté et survie.

Enfin, Ce qui reste de candeur de Thierry Brun (Jigal) marque le retour de cet auteur sur le devant de la scène avec un homme qui fuit son ancien employeur, son environnement voire sa vie passée et qui va s’ouvrir un nouvel horizon quand il fait la connaissance de ses voisins. Un roman chaud sous haute tension à vous rendre paranoïaque. Ne ratez pas l’interview de Thierry Brun pour Radio Enghein ici, qui est excellente.

Au rayon Romans policiers, je vous ai proposé deux avis mitigés, l’un plus que l’autre. Victime 2117 de Jussi Adler Olsen (Albin Michel) me promettait un éclaircissement sur le passé d’Assad. Je l’ai eu mais ce n’est qu’une partie du roman, l’autre étant une course poursuite avec son pire ennemi. Et puis, il m’a manqué l’humour de ses premiers romans. Bref, je suis curieux d’avoir vos retours pour me contredire.

Ce que savait la nuit d’Analdur Indridason (Points) marque le début d’un nouveau cycle pour notre auteur islandais préféré, depuis qu’il a abandonné Erlendur. Si l’enquête est classique, presque trop, elle a le mérite de nous présenter Konrad et ses cicatrices ; et cela nous permet d’apprécier comme toujours la finesse psychologique d’Indridason.

J’imagine que par ces temps difficiles, vous avez besoin d’humour. J’ai ce qu’il vous faut et ce ne sont que des premiers romans tous frais. Si vous êtes adeptes de roman déjanté, hommage des comics et des BD, optez pour Meurtres à Pooklyn de Mod Dunn (Points), où vous suivrez une équipe nommée the T.O.P. composé de personnages délirants. Les deux autres, Du rififi à Bucarest de Sylvain Audet-Gainar (Ex-Aequo) et Les deux pieds dedans de François Legay (Lajouanie)ont en commun leur sujet (un homme doit comprendre dans quelle galère il est plongé et il doit résoudre un mystère sans même savoir ce qu’il cherche). Très divertissant, d’une écriture légère, le premier nous plonge dans la Roumanie contemporaine ; le deuxième nous place face à un détective privé obsédé sexuel, une tare familiale. Les deux sont de très bons divertissements.

Enfin, last but not least, Toute la violence des hommes de Paul Colize (HC éditions) est le dernier roman en date de cet auteur décidément pas comme les autres. Son roman, entre enquête et psychologie, montre toute son admiration pour l’art et l’importance qu’il faut y accorder. C’est aussi un roman où les personnages sont sur le devant de la scène, avec une directrice d’institut psychiatrique et un avocat, deux professions froides et sans sentiment, qui vont s’ouvrir au monde. Et puis, il y a ce parallèle avec le massacre de Vukovar pour ne pas oublier, pour montrer que l’homme peut être pire qu’un animal. C’est pour cette raison que j’ai décidé de distinguer cet auteur humaniste avant tout en lui attribuant le titre (honorifique) de chouchou du mois.

J’espère que ces avis vous seront utiles dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou du mois. En attendant et plus que jamais, n’oubliez pas le principal, lisez !

 

 

6 réflexions sur « Le chouchou du mois de mars 2020 »

  1. Bonsoir Pierre, ton chouchou du mois est dans ma liste comme deuxième livre de cet auteur, ayant lu, Zanzara. Le début m’avait bien fait rire et à ne surtout pas faire dans la réalité. Je devrais le feuilleter avant de plonger dans celui que tu préfères ce mois ci. Pour l’instant, suis toujours dans Fermer les yeux. 😉
    Je ne les fermerai pas sur ton récapitulatif. Encore merci 😉☘️☘️☘️😉 Pour ton passage aussi. Bizz et bonne fin de dimanche. Geneviève

    J'aime

      1. Bonne journée Pierre
        Pas encore terminé ton chouchou du mois
        C’est en ce qui me concerne un livre coup de cœur. Je me souviens de cette guerre dans ce pays qui n’était à l’époque pas trop ouvert au tourisme, sauf sur les côtes où nous pouvions faire du camping très sommaire. Quelques années plus tard avec encore les images de la Shoah et le discours de plus jamais ça, je revois ces hommes, ces femmes et ses enfants dans des camps et derrière des barbelés. Je ne relirai ta chronique que lorsque j’aurai terminé le livre. Bizzz. Geneviève

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.