Le chouchou du mois de mai 2020

En avant pour une onzième année ! Après deux mois d’enfermement, nous avons enfin eu le droit de sortir et de retrouver nos librairies préférées. Forcément, les billets que j’ai publiés en ce mois de mai ont été un mélange de nouveautés datant d’avant le mois de mars et de romans plus anciens. Dans tous les cas, ce sont des lectures hautement recommandables.

Parmi, les nouveautés, je vous signale la dernière aventure de Stan Kurtz, Détour de Marc Falvo (Faute de frappe), qui démarre doucement avant de trouver son rythme, toujours avec autant d’entrain.

Dans le genre humoristique, mais plus déjanté, Fin de siècle de Sébastien Gendron (Gallimard) imagine un monde séparé entre ultra-riches et pauvres où débarquent des requins préhistoriques sans pitié. Et c’est l’occasion de fouiller l’inhumanité des humains.

Dans un autre genre, Tu entreras dans le silence de Maurice Gouiran (Jigal) nous emmène en 1916 avec l’envoi de jeunes soldats russes en échange d’armes. Cette période trouble donne l’occasion à cet auteur incomparable de nous offrir un de ses plus beaux romans historiques.

Riposte de David Albertyn (Harper & Collins) est un premier roman ambitieux, à la fois simple dans sa structure, impressionnant dans sa maitrise du temps qui passe (le roman se déroule sur 24 heures) et bluffant par son scénario et sa structure. Un nouveau nom d’auteur de polar à retenir.

Donbass de Benoit Vitkine (Les Arènes – Equinox) est lui aussi un premier roman. Il nous envoie en Ukraine, dans une guerre dont personne ne veut entendre parler et le réalisme et la description du contexte emportent l’adhésion. A ne pas rater.

Avec La tête dans le sable de Georges-Jean Arnaud (Fleuve Noir), j’aurais aussi rendu un hommage à un des auteurs français les plus prolifiques. Ce roman noir est une plongée dans le monde de l’entreprise et parle d’une machination sous fond de harcèlement. Excellent.

J’aurais aussi lu la Saison 4 de Double-Noir, la collection créée par Claude Mesplède avec des auteurs aussi diverses et variés que … On y trouve quelques belles pépites. J’attends avec impatience la saison 5 !

Je continue aussi à lire ou relire le duel entre Bob Morane et l’Ombre Jaune. Je me suis rappelé de Le retour de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes (Marabout), une de mes lectures adolescentes et cela m’a donné une cure de jouvence, un retour en arrière vers mes années de lectures adolescentes. C’est un des grands moments de cette série.

Et j’ai commencé un nouveau cycle, celui mettant en scène Harry Bosch. Les égouts de Los Angeles de Michaël Connelly (Livre de Poche) est un parfait exemple d’un roman présentant un nouveau personnage tout en parlant des soldats dont la mission était de fouiller les tunnels au Vietnam.

Les effarés de Hervé Le Corre (Points), lu dans la cadre de ma rubrique Oldies, constitue ma lecture mensuelle pour fêter les 40 ans de la collection Policiers de Points. C’est une œuvre de jeunesse de cet auteur devenu incontournable dans le paysage littéraire français et un super polar, à découvrir.

Je suis allé à la découverte d’un personnage concurrent de Sherlock Holmes avec Arrowood de Mick Finlay (Harper & Collins). On se retrouve avec une enquête complexe pleine d’événements et de rebondissements. C’est une lecture distrayante et passionnante, pleine de vitalité et de rythme.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Le dossier Anténora de LFJ Muracciole (Toucan), parce que c’est un roman totalement bluffant, plein de personnages, plein d’inventivité, qui nous fait revivre une période trouble, mai 1968, et toutes les luttes politiques de cette époque. L’immersion est telle que l’on se demande si ce qui est raconté est vrai ou pas. Ce roman remet au gout du jour le vrai roman populaire, et lui redonne des lettres de noblesse.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, et plus que jamais, n’oubliez pas le principal : protégez vous, protégez les autres et lisez !

Fin de siècle de Sébastien Gendron

Editeur : Gallimard – Série Noire

Sébastien Gendron, voilà un auteur pas comme les autres. L’ayant découvert en 2008 avec Le tri sélectif des ordures, il a le talent de bâtir des intrigues légèrement décalées, d’accompagner son plat d’un humour cynique et de nous servir un plat acidulé sur notre société. Sébastien Gendron, c’est le cuisinier du polar. Son dernier roman, Fin de siècle, comporte déjà un titre totalement génial (à mon gout). Dès que j’ai appris sa sortie, j’ai guetté sa date de sortie pour l’acquérir.

A Roquebrune-Cap-Martin, Perdita Baron noie son ennui dans la dégustation de glaces Ben & Jerry’s Blondie Brownie. Elle entend un bruit mais n’a pas le temps de se retourner quand elle se prend un coup de poing dans le dos puis un couteau à lame crantée dans le ventre. Perdita perd la vie vers 1 heure du matin. Ses voisins Jonathan et Armel Koestler n’ont rien entendu, mais quand ils apprennent le fait divers, ils décident de fuir.

A Algarve, au Portugal, la foule se masse sur la plage pour apercevoir des mégalodons échoués. Ces gigantesques requins préhistoriques ont fait leur retour sur Terre de façon inexpliquée. Leur faim de viande fraîche a obligé les hommes à se protéger en installant aux limites de la Méditerranée des herses les empêchant de rentrer dans une zone où les plus riches peuvent se baigner, bronzer et s’épanouir. Sauf que la gestion de ces herses a été vendue plusieurs fois à des fonds de pension qui, pour augmenter leurs profits ont (légèrement) coupé dans le budget d’entretien.

Claude Carven est un « fils à papa » qui a dépensé une fortune, mais pas la sienne, pour construire son rêve : bâtir une fusée et devenir le premier homme à descendre en parachute de la mésosphère. 88 000 km de chute libre pour un pur plaisir … ou pour oublier sa vaine existence.

Laissez vous porter par ces chapitres qui chacun, raconte un personnage, une scène, une démonstration supplémentaire que le monde marche sur la tête. A partir d’un événement scientifique primordial, mettant en danger la population mondiale puisque les mégalodons adorent croquer les humains en apéritif, l’Homme a trouvé des réactions illogiques pour sauver les plus riches. Au début, ce fut la chasse aux requins à coups de bâtons de dynamite, puis on a créé des herses pour créer un espace convivial pour ceux qui peuvent payer.

Au premier degré, ce roman ressemble à une galerie de scènes mises bout à bout, toutes plus géniales les unes que les autres, mais ne brossant qu’une partie du tableau. En prenant du recul, cela donne une vision bien sombre de l’humanité car tous les personnages dans ce roman sont sains d’esprit mais totalement frappés. L’Homme est un animal qui cherche avant tout à tromper son ennui, à coups de milliards dépensés sur le pourtour de la Méditerranée, zone protégée qui vacille ; mais personne n’est au courant. Au second degré donc, c’est une superbe description de la futilité de l’Homme, dans toute sa grandeur et sa décadence.

Même si l’humour est peu présent, j’y ai trouvé des cotés réjouissants dans la façon qu’a l’auteur de décrire ces gens qui n’aspirent à rien si ce n’est leur bien-être. La cruauté devient non pas malsaine mais presque drôle, d’un humour noir grinçant. Et puis, j’y ai trouvé un coté inquiétant, cette impression tenace de lire un livre prémonitoire, une sorte de manuscrit retrouvé de Nostradamus, et ça fait peur.

Derrière ces sujets forts, il ne faut pas oublier les hommages littéraires, cinématographiques et musicaux qui prolifèrent dans ce roman. On y trouvera bien sur Steven Spielberg et Jaws, mais aussi La baleine scandaleuse de John Trinian (que j’ai lu récemment) sans oublier tous les romans parlant de faille temporelle ou les films parlant de voyage interstellaire. Car même s’il est parfois dur à suivre, Sébastien Gendron nous interpelle sur l’argent que l’on dépense pour nos plaisirs au lieu d’améliorer l’humanité. Un sacré roman !

Ne ratez pas les avis de Jean le Belge et Jean-Marc Lahérrère

 

Riposte de David Albertyn

Editeur : Harper & Collins

Traducteur : Karine Lalechère

Voici un premier roman dont on lit beaucoup de bien sur les blogs, et cet argument était suffisant pour me tenter. Même si la trame est classique, cet auteur a un vrai talent pour créer des scènes visuelles impressionnantes.

Il y a quinze ans, ils étaient les meilleurs amis du monde. Ils étaient quatre, Tyron, Keenan, Antoine et Naomi.

Tyron Shaw s’est engagé dans les Marines et a combattu en Irak. Il est de retour avec des cauchemars plein la tête.

Keenan est entré dans la police et vient de tuer une jeune noir, une bavure qui déclenche des manifestations, d’autant plus qu’il vient d’être innocenté. Il s’est recyclé depuis dans le service d’ordre du Reef, le casino de Las Vegas qui doit recevoir la soirée de boxe.

Naomi a toujours eu une forte carrure et a fait de la boxe avant de se tourner vers le Basketball. Ne pouvant passer professionnelle, elle est devenue entraîneuse d’une équipe féminine. Elle est mariée avec Keenan mais a eu un faible pour tous les trois.

Antoine a mal tourné, il a fait de la prison, ce qui lui a donné l’occasion de devenir boxeur professionnel. Ce soir, il va affronter Kolya Konystin, classé parmi les cinq meilleurs mondiaux que personne ne veut combattre, tant il a des poings en parpaing.

Cette journée va leur donner l’occasion de se retrouver.

Ce roman se déroule sur 24 heures. Presque rythmé minute par minute, c’est une intrigue qui va passer de l’un à l’autre des personnages, faisant avancer l’histoire vers un dénouement que l’on ne verra pas arriver, puisque l’auteur va nous en dévoiler les dessous au fur et à mesure. La construction en est juste parfaitement maîtrisée.

Si le roman est minuté, il bénéficie aussi d’un style direct et remarquablement visuel. Ce nouvel auteur a un vrai don pour brosser des scènes en quelques phrases. On citera par exemple les cauchemars de Tyron et surtout le combat de boxe incroyablement réaliste où on se sent sectateur à l’intérieur du ring. Et je ne vous parle pas des scènes finales. Je resterai un peu plus mesuré sur les dialogues, trop basiques.

Enfin, c’est aussi l’intrigue et la façon dont elle est menée qui sorte ce roman du lot : l’intrigue est maligne, fort bien amenée. Le passé des quatre amis se découvre au fur et à mesure et on comprend comment une vengeance implacable est mise en place pour aboutir à une conclusion digne des hard-boiled américain.

On apprend dans la biographie de l’auteur, qu’il est né en 1983 (seulement !) et qu’il a toujours voulu écrire des histoires depuis l’âge de 6 ans. Effectivement, on ressent une assurance, une volonté de partager une histoire. Ce roman s’avère une très belle réussite venant d’un auteur sud-africain qu’il va falloir suivre à l’avenir.

L’information du mardi : Les éditions l’Apprentie

Aujourd’hui, j’ai voulu mettre en avant une maison d’édition étudiante, créée par une troupe de passionnés. On peut lire sur leur site :

Créée en 2018, dans le cadre d’un projet étudiant, L’Apprentie est une jeune maison d’édition prometteuse, composée d’étudiant.e.s dont la volonté est de grandir au fil des promotions. Ses sept créatrices, après le succès de leur premier ouvrage, Xingu ou l’art subtil de l’ignorance, ont désormais laissé la place à une nouvelle génération…

Cette année, un nouveau chapitre s’ouvre et les quinze nouveaux et nouvelles apprenti.e.s se sont réuni.e.s afin d’assurer une digne succession à Xingu. Avec l’intention de lancer une collection de classiques de littérature policière, et celui de republier de grands auteurs, ils espèrent faire évoluer la maison, et la faire perdurer pendant des années encore.

Une perspective ambitieuse pour les membres de l’Apprentie, véritable « maison-école » formatrice dans leur parcours vers le monde de l’édition.

Si je vous en parle, c’est parce qu’ils lancent une collection Romans Policiers. L’ambition de la deuxième génération d’apprentis est de proposer de grands classiques de la littérature policière. En effet, Le 25 mai sont sortis en librairie deux romans : De minuit à sept heures de Maurice Leblanc et Crimes entremêlés d’Emma Orczy.

Tous les renseignements sont évidemment à aller piocher sur leur site internet : https://editionslapprentie.wordpress.com/

De minuit à sept heures de Maurice Leblanc

C’est avec une annonce dans le journal que la vie de Nelly-Rose est chamboulée, elle qui vivait jusqu’ici dans le confort de l’appartement familial place du Trocadéro. Si la lointaine fortune de son père n’est pas encore trouvée et que son avenir est incertain, elle ne s’en inquiète pas pour autant. Encore moins lorsqu’il s’agit de ne pas avoir de fiancé. En revanche, le manque de ressources du laboratoire de recherche pour lequel elle travaille la pousse à faire l’impensable… En se rendant si vulnérable, dans quel piège va-t-elle tomber ? Celui d’un riche escroc russe qui lui a adressé un chèque qu’elle ne peut refuser, ou celui du mystérieux homme à qui elle ne peut échapper ?

Grand écrivain français né en 1864, Maurice Leblanc est connu pour ses romans d’aventures et d’enquêtes. Il a créé un personnage clé dans la littérature policière, Arsène Lupin. L’auteur s’est éteint en 1941, à l’âge de 76 ans.

Crimes entremêlés d’Emma Orczy

Des intrigues à la Agatha Christie, où meurtres et vols se succèdent dans l’Angleterre brumeuse du xxe siècle…

Une jeune journaliste s’installe un jour dans un café, aux côtés d’un vieil habitué qui noue et dénoue une étrange ficelle. Ce dernier engage alors la conversation, en lui parlant d’un crime irrésolu aux alentours de Londres. Contrairement aux policiers, il semble savoir qui est le coupable. Intriguée, elle ne tarde pas à revenir, tous les jours, pour en apprendre davantage sur ces mystères où le coupable court encore. Des meurtres aux vols, en passant par des complots, le vieil homme dans le coin semble toujours avoir un coup d’avance. Mais qui est-il vraiment ? Comment peut-il en savoir autant ?

Emma Orczy, aussi connue sous le nom de Baronne Orczy, fut membre du Detection Club, aux côtés d’Agatha Christie. Auteure de la célèbre saga du Mouron Rouge, elle fut l’une des plus grandes écrivaines de romans policiers de son temps.

Des énigmes où le lecteur a toutes les clés en main pour résoudre le mystère !

Hommage : La tête dans le sable de G.-J. Arnaud

Editeur : Fleuve Noir

Collection : Spécial Police N°1313

Le 26 avril 2020, l’un des auteurs populaires français les plus prolifiques nous a quittés. Outre le fait que je suis en train de lire La compagnie des glaces, je tenais à évoquer une autre facette de son talent, à travers un polar, bien noir et bien social.

Photo récupérée grâce à mes amis de l’Association 813 (Black Jack)

Hélène Chapelle vient de perdre son mari, chauffeur routier, dans un accident de la route et n’a qu’une hâte : retourner au travail pour oublier son quotidien dans son appartement de quatre pièces trop grand pour elle seule. Elle vient d’être promue chef de service chez Transit-Flore qui gère le transport de fleurs à l’international et a avec elle quatre personnes.

Ce matin-là, elle apprend qu’une de ses collaboratrices, Mme Campéoni a eu un accident la veille au soir, renversée par un chauffard qui a pris la fuite. Elle est bouleversée et se rend compte que cela fait deux personnes malades dans son service avec l’absence de Régine Douaire, victime de dépression et qui ne veut pas quitter son appartement. Bientôt, c’est une troisième absence qu’elle va devoir affronter en la personne de Mme Simon, victime d’une grave crise d’asthme.

Heureusement, Transit-Flore a souscrit des contrats avec des prestataires qui lui permettent de ne pas perdre ni en rendement ni en efficacité. Il y a tout d’abord Efficax qui diligente des médecins privés pour s’assurer que les absents sont bien malades. Il y a ensuite Travail-Service, sorte de boite d’intérim, capable de trouver en moins de 24 heures la personne adéquate.

Hélène, en voulant soutenir ses collaboratrices malades va se rendre compte qu’Efficax fait du harcèlement auprès des malades pour qu’ils reprennent le travail au plus vite, en la personne du docteur Jocour. Et plus elle va creuser le sujet, plus elle va s’enfoncer dans une machination infernale.

Si le roman est très implanté dans les années 70, le sujet de ce roman est toujours d’actualité. Il suffit de lire certains polars récents (Les visages écrasés de Marin Ledun ou Elle le gibier d’Elisa Vix) ou bien d’écouter les informations. Le harcèlement professionnel, la pression, le chantage, voilà des termes qui reviennent souvent et qui constituent la base de ce roman.

A partir de ce thème, Georges-Jean Arnaud créé un petit bijou de polar, une intrigue incroyablement tordue et retorse dont le final est très réussi. Au centre, nous avons Hélène Chapelle, qui comme le titre le suggère, s’est contentée de se laisser vivre comme une autruche, impassible par rapport à ce qui l’entoure. Et quand elle doit se prendre en main toute seule, elle découvre un monde horrible, inhumain. Et plus le roman avance, plus on la plaint, et plus on doute de sa santé mentale. N’est-elle pas en train d’imaginer tout cela et de devenir paranoïaque ?

Les événements sont nombreux et démontrent, s’il en était besoin, tout le génie créatif de l’auteur. Georges-Jean Arnaud accumule les scènes, nous donne des pièces d’un puzzle qu’on ne sait pas situer sur le jeu. Quand certaines pièces s’emboitent, on commence à apercevoir une machination incroyable. Ecrit avec un style fluide, nous sommes là en présence d’un polar populaire de haute volée. La seule chose qui m’a gêné, ce sont les quelques fautes de frappe qui jalonnent le livre.

Si vous avez l’occasion de trouver ce roman, lisez le. J’en profite pour ajouter que la revue Rocambole de fin 2019 a édité un numéro spécial consacré à ce gigantesque auteur. L’oncle Paul en parle ici. Pour l’avoir commencé, ce numéro est indispensable. Pour le commander, c’est ici

Espace Bob Morane : Le cycle de l’Ombre Jaune 5

Le retour de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes

Editeur : Marabout – 1960

J’ai lu beaucoup d’aventures de Bob Morane quand j’étais au collège, peut-être une centaine, et j’en ai gardé un souvenir extraordinaire. Il fallait bien que je me limite dans les centaines de romans publiés et donc j’ai choisi le cycle de l’Ombre Jaune tel qu’il est décrit dans Wikipedia, soit 23 romans.

Alors que Bob Morane et Bill Balantine vont rendre visite à Tania Orloff, la nièce de l’Ombre Jaune, dans sa villa à Cannes,  ils crèvent un pneu de leur Jaguar. Bien vite, ils trouvent un clou placé là à leur attention, et sont faits prisonniers. Plus tard, ils arrivent à se libérer de leurs liens, et arrivent trop tard. Tania est partie ou a été enlevée. Elle a juste laissé un mot composé d’un nom, celui d’une ville : Calcutta.

De retour à leur hôtel, ils sont attendus par Sir Archibald Baywatter, commissioner de Scotland Yard et par le commissaire Silviani de la police de Nice. Ils leur annoncent qu’il y a de fortes présomptions qu’Il soit revenu. Il, c’est l’Ombre Jaune, M.Ming. Pourtant, Bob Morane l’a vu mourir de ses propres yeux. Si quelqu’un peut lui répondre à ce sujet, c’est Tania. Direction Calcutta donc pour les deux aventuriers.

Comme le précédent tome, j’avais lu cette aventure il y a plus de quarante ans. Et en le relisant, je me suis rappelé de certaines scènes, de quelques dialogues. J’ai pris le même plaisir aujourd’hui que celui que j’avais ressenti auparavant. J’ai adoré cette aventure à la fois mouvementée et totalement innovante, faisant preuve d’une imagination sans bornes et d’une inventivité incroyable.

Car ce roman a tous les ingrédients d’un excellent roman d’aventures, pour les adolescents mais aussi pour les adultes. On va voyager de Cannes à Calcutta, puis en Birmanie pour terminer au Tibet. Les décors sont impressionnants, l’atmosphère stressante, le déroulement trépident, et les chapitres moins calibrés que les romans précédents. C’est simple : cette aventure est extraordinaire, probablement l’une des meilleure et de celles qui ont construit le mythe de ce duel entre Bob Morane et L’Ombre Jaune. Fantastique !

Dans le livre que j’ai lu, édité par Marabout Junior, l’accent est mis sur les automates, puisque l’Ombre Jaune va en utiliser de nombreux et même les créer de toutes pièces. Si, avec l’avènement actuel de l’Intelligence Artificielle, cet article est suranné, on ne peut que louer les qualités visionnaires d’Henri Vernes d’avoir pensé à des robots à figure humaine. Quant aux clones humains, on n’y est pas encore … quoique. De quoi enrichir sa culture en s’amusant !

Les romans chroniqués sur le duel entre Bob Morane et L’Ombre Jaune sont :

La couronne de Golconde

L’Ombre Jaune

La revanche de l’Ombre Jaune

Le châtiment de L’Ombre Jaune

Harry Bosch 1 : Les égouts de Los Angeles de Michael Connelly

Editeur : Seuil & Calmann Levy (Grand Format) / Points & Livre de Poche (Format Poche)

Traducteur : Jean Esch

Comme je l’avais annoncé lors de l’anniversaire du blog, après avoir lu les enquêtes de Charlie Parker de John Connolly, je me lance dans celles de Harry Bosch. C’est après avoir découvert la série Bosch que j’ai décidé de me jeter dans ce challenge. Il est à noter que la préface (présente dans l’édition du Livre de Poche), écrite par l’auteur lui-même est très intéressante : on y apprend ainsi que Michael Connelly a toujours voulu écrire des romans policiers et que Les égouts de Los Angeles est en fait le troisième livre qu’il a écrit.

Dimanche 20 mai. Un appel anonyme vient de signaler un corps dans un tuyau des égouts, au barrage de Mulholland. Harry Bosch et son équipier Jerry Edgar sont de garde et, comme ce dernier ne répond pas, il se rend à Hollywood Lake où se jettent les eaux des égouts. Tout le monde sur place pense à une overdose d’un toxico, d’autant plus qu’on en trouve ici avec encore la seringue dans le bras.

Quand Harry pénètre dans le tuyau, il ne trouve aucune trace, alors comment a-t-il pu arriver si loin dans le tuyau. De même, dans le noir, commenta-t-il peu s’injecter son héroïne ? Comme le corps ne sent rien, il séjourne là depuis cette nuit seulement. Il autorise qu’on sorte le corps et attend accoudé à la balustrade. Dans l’herbe environnante, il y trouve une bombe de peinture à moitié pleine.

Le légiste confirme que le corps a été placé dans la nuit, vraisemblablement vers 4 heures. Bizarrement, un de ses doigts est cassé, sans hématome. Il a donc été cassé post mortem. Tout l’attirail du drogué est présent dans le tunnel, mais il manque un couteau pour découper la canette de coca. Puis il remarque un tatouage, Non Gratum Anum Rodentum, la phrase des « rats de tunnel », les soldats envoyés au Vietnam. Cela rappelle de bien mauvais souvenirs à Harry Bosch. Il en faisait partie. Et Harry connait le mort, William Joseph Meadows : ils étaient ensemble en enfer.

Ce premier tome des enquêtes de Harry Bosch pose déjà une bonne partie des ingrédients de la série, sans toutefois donner trop d’indices. Il y aura donc de nombreux aspects à découvrir par la suite et on comprend que l’auteur a ouvert suffisamment de portes pour construire la suite de son œuvre.

Ce qui est frappant, dans ce roman, que je n’avais pas lu, c’est la logique de l’intrigue, qui avance doucement mais avec beaucoup d’application. Des mystères sont posés tout au long de l’enquête, comme des pièces de puzzle éparpillées et tout vient se mettre tranquillement en place à la toute fin du roman. C’est juste du grand art.

Michael Connelly présente son personnage central comme un rebelle, en butte avec sa hiérarchie mais aussi avec tous ceux qui la représente. Il n’est ni blanc ni noir, revenant d’une suspension et étant muté après avoir abattu un tueur en série à son réveil. N’étant pas amical, il se fait beaucoup d’ennemis de ses collègues aux Affaires Internes dirigées par le terrible Irvin Irving.

Mais c’est son passage au FBI et sa collaboration avec Eleanore Wish qui va présenter l’aspect le plus humain de ce roman. Lui si solitaire va nous découvrir une facette d’un personnage plein d’ambiguïtés, entre une volonté de solitude et un besoin d’être aimé. Même là, on se demande si ceci n’est juste une façon de faire avancer son enquête, car, taiseux, il garde des indices pour lui. Car ce qui compte pour Harry Bosch, c’est avant tout le résultat et la justice, quitte à franchir la ligne jaune.

C’est aussi un portrait édifiant de la ville de Los Angeles, où l’on rencontre des drogués, des prostitués masculins et féminins, mais aussi des femmes ayant pignon sur rue avec une activité de téléphone sexuel ou encore des pédophiles achetant des photos de jeunes gens en pleine rue. Sans en avoir l’air, et sans juger, Michael Connelly se pose en témoin de sa ville qui est en pleine décadence.

Après avoir lu ce roman, on a clairement envie d’y retourner, de retrouver ce personnage qui se trimbale avec son mal-être et qui se bat pour son idéal dans une société qui part en vrille. Cette enquête est pleine, complète, et on en ressort pleinement satisfait, car c’est difficile de trouver mieux en termes de premier roman d’un cycle. Mais on en ressort aussi avec un manque … comme si on était déjà victime d’addiction.

Le dossier Anténora de LFJ Muracciole

Editeur : Toucan

Le nom de l’auteur (en fait il s’agit d’auteurs au pluriel) est mystérieux. La quatrième de couverture est bien tentante. Et la présentation de l’éditeur (que je vous recopie ci-après) dans le dossier de presse édifiant. Ce cocktail donne un polar fantastique.

La présentation de l’éditeur cite un personnage :

« Ce récit relate une série d’événements demeurés trop longtemps ignorés. Pendant le mois de mai fut réalisé à Paris le plus grand casse de l’histoire. Au même moment, le programme lunaire américain faillit capoter par la défection d’un astronaute, tandis qu’un réseau soviétique parvint à s’emparer des plans français de la bombe H.

Les protagonistes de ces affaires n’auraient jamais dû se rencontrer. Ils furent pourtant réunis et, sans aucune violence, ils réussirent à déstabiliser le système monétaire international.

Le temps a fait son œuvre et je suis aujourd’hui le dernier survivant de l’aventure. Il m’a paru qu’il était temps de témoigner. Si la trame est romancée, les faits sont bien réels, y compris pour les histoires d’amour qui ont parcouru l’intrigue. »

Le mercredi 24 avril 1968, un homme est retrouvé mort à l’aéroport d’Orly, vraisemblablement victime d’une crise cardiaque. Il s’agit du professeur Jacques Lacroix, éminent expert nucléaire du centre d’études de Saclay.

Le jeudi 25 avril 1968, le commandant Jim Clyde et son copilote Pete Young réalisent l’un des derniers essais sur le module lunaire Appolo. Plus tard dans la journée, Jim Clyde est convoqué. On lui annonce que ses résultats sanguins font état de prise d’alcool et de drogues. La NASA l’envoie à Paris avec sa femme, tous frais payés pour se reposer.

Le jeudi 25 avril 1968, à Vincennes, une Citroën DS se gare devant une agence de la BNP. Deux hommes en sortent et réalisent un casse sans blesser personne, emportant plus de 100 000 francs. Le gang des DS a encore frappé.

Le vendredi 26 avril 1968, Etienne Lemonnier, patron de la DST reçoit une information primordiale : Le Borgne, bien connu comme étant le plus grand espion soviétique actif en France, vient de sortir de l’ambassade russe. Lemonnier le fait suivre.

Il ne reste que quelques mois au commissaire Pujaud avant de profiter d’une retraite bien méritée. Âgé de 65 ans, il apprend qu’il va bientôt être grand-père. Il apprend aussi que plusieurs affaires vont avoir besoin de ses talents.

Ce roman, c’est du pur plaisir. A la frontière du roman policier, du roman d’espionnage et du roman d’aventures, il comprend toutes les qualités que l’on peut demander à un vrai bon polar populaire. A tel point que l’on a du mal à déterminer où se finit la réalité et où commence la fiction. A tel point que l’on se demande si ce roman est réellement une uchronie ou s’il se propose d’illustrer des moments peu connus de notre histoire. C’en est vraiment saisissant.

La construction, comme tout le roman, est d’une ambition folle : faire revivre la France au mois de mai 1968, non pas du coté des manifestations, mais sur les enquêtes que doit suivre en parallèle le commissaire Pujaud. Ce ne sont pas moins d’une douzaine de personnages qui vont animer cette intrigue, dans plusieurs lieux situés dans trois pays principaux, la France, Les Etats-Unis et la Russie.

L’une des principales énigmes du roman se situe autour de La divine comédie de Dante Alighieri, dont une nouvelle traduction doit voir le jour. Le roman est donc construit autour de trois grandes parties, L’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, et va dérouler cette histoire avec une passion peu commune. Avec ses chapitres ne dépassant que rarement les quatre pages, il se lit vite, très vite, malgré ses 574 pages, parce que nous sommes pris dans ce Paris du siècle dernier, par cette intrigue et le devenir de ses personnages.

Car les personnages sont brossés, et on n’y trouvera aucune description détaillée. On imagine bien de grands acteurs derrière ces figures et chaque scène ferait une fantastique trame pour un film ou une série. Malgré le grand nombre de personnages, on s’y retrouve facilement, pris par les nombreux soubresauts et meurtres qui vont émailler cette histoire. C’en est juste bluffant.

On y retrouve des énigmes policières, des courses poursuites, des espions, des barbouzes, des dirigeants, des banquiers, des jeunes gens innocents, des scientifiques, et tous vont se retrouver emportés par la furie de cette époque. D’ailleurs, les manifestations apparaissent rarement, de temps en temps, pour nous rappeler le contexte d’un monde sous haute tension. Et on y trouvera de-ci de-là quelques allusions à des habitudes d’alors, ainsi que quelques coups d’œil envers notre époque d’aujourd’hui.

Au final, c’est un régal, le genre de roman qui rappelle qu’avec une bonne histoire, d’excellents personnages et un excellent sens du rythme, on arrive avec beaucoup de talent à passionner le lecteur et surtout à semer le doute. Car, tout ce qui est raconté ici est-il vrai ou faux ? Tout est fait pour semer le doute et cela marche à fond.

On ne sait que peu de choses des auteurs, qui sont (a-priori) un couple Lucie et Jean-François Muracciole, mais je peux vous dire qu’on ne sent jamais qu’il s’agit d’une écriture à quatre mains et que l’ambition de ce roman est formidablement réussie. Sans aucun doute, je serai au rendez-vous de leur prochain roman. Que du plaisir, du vrai bon plaisir, que de lire un excellent polar populaire !

Des poches pleines de poches

Voici le retour de cette rubrique consacrée aux livres au format poche.

Détour de Marc Falvo

Editeur : Faute de frappe

Stan Kurtz est de retour pour une affaire qui aurait pu ne pas en être une. En panne d’affaires, il reçoit un faire part, destiné à Stanislas Gérald Kurtz, son vrai nom, pour lui annoncer la mort d’un copain qu’il n’a pas vu depuis plus de vingt ans. Franck Drexel était garagiste et écrivaillon de polars à ses heures perdues.

Direction Carmona, petit village de 3000 âmes perdu dans la cambrousse française. Quand il débarque après un voyage en train interminable, Stan fonce au bar Le Terminus et est accueilli par un costard trois pièces et deux armoires sans glace. Il n’est pas le bienvenu, c’est le moins que l’on puisse dire. La sœur du défunt ne croit pas au suicide et le charge de découvrir le coupable du potentiel meurtre.

Après un début en demi-teinte, où je me suis dit que le style était forcé et poussif, l’action prend le pas sur l’histoire en même temps que les mystères, entre incendies et journaliste blogueur. On se laisse mener par les répliques pleines d’autodérision de Marc Falvo et la dédicace à Frédéric Dard n’est pas usurpée. D’ailleurs, j’y ai trouvé beaucoup de filiation avec les jeunes auteurs humoristiques contemporains comme Stanislas Petrosk ou Nadine Monfils. C’est une lecture agréable, distrayante, pour passer le temps.

Arrowood de Mick Finlay

Editeur : Harper & Collins

Traductrice : Marta de Tena

En 1895, à Londres, tout le monde ne jure que par Sherlock Holmes. Pourtant, un autre couple de détectives tout aussi doué œuvre pour le bien du peuple : William Arrowood et Norman Barnett. Ne roulant pas sur l’or, ils sont obligés de se cantonner aux infidélités conjugales. Ce matin-là, une demoiselle, Mlle Cousture, leur demande de retrouver son frère Thierry qui a disparu. Il était employé par M.Cream, l’un des chefs de gang les plus cruels et les malfaisants de la ville.

Comme c’est le premier tome des enquêtes d’Arrowwod, Mick Finlay marque les différences avec le concurrent, Sherlock Holmes. On ne s’attache pas aux détails ou à la déduction mais plus aux réactions qui trahissent les émotions. D’ailleurs, l’auteur a tendance à en faire des tonnes quand il parle de l’animosité qui bout en Arrowood dès que l’on prononce le nom de Holmes.

D’une enquête a priori simple, l’auteur en tire plusieurs branches, ce qui va donner de nombreux rebondissements et les rencontres avec plusieurs personnages, que l’on suit avec plaisir parce que c’est écrit avec beaucoup de vivacité. Si les intrigues sont emboitées comme des poupées russes, c’est du coté des Irlandais qu’il faudra chercher la solution, encore qu’elle soit bien difficile à deviner de prime abord.

J’ai trouvé cette première enquête très divertissante, et les personnages suffisamment bien marqués et sympathiques pour que j’y revienne à l’avenir. Le Londres du 19ème siècle est décrit sans trop de détails, laissant la place à des dialogues bien faits. Bref, c’est un bon divertissement et comme le cycle comporte 3 enquêtes à ce jour, dont 2 sorties en France, il se peut bien que j’en reparle un de ces jours. A suivre …

Donbass de Benoît Vitkine

Editeur : Les Arènes – Equinox

Comme vous le savez, je picore les suggestions de lecture chez les collègues blogueurs. Comme il s’agit d’un premier roman, je me devais de tenter ce Donbass de Benoît Vitkine, qui nous emmène dans une région dont on ne parle pas assez : l’Ukraine.

Sacha Zourabov est un petit garçon de 6 ans, qui vit pour le moment chez sa grand-mère. Depuis quelques nuits, il entend des camions se garer dans la cour de son immeuble, et charger des sac de jute et de grosses caisses. Il se rappelle que son oncle lui avait raconté que ces sacs servaient à transporter du charbon. En les observant par la fenêtre, il voit un sac tomber d’un camion, sans le virage. S’il allait le récupérer, cela pourrait leur permettre de se chauffer un peu mieux ?

Henrik Kavadze a la cinquantaine bien frappée. Colonel issu de l’armée russe, il est revenu au pays pour prendre une place dans la police d’Avdiivka, dans le Donbass. Cette région, c’est celle où il veut terminer sa vie, avec Anna sa femme, surtout depuis qu’ils ont perdu leur fille 12 ans plus tôt.

Depuis 2014, cette région est secouée par les bombes dans cette guerre Russo-ukrainienne qui n’intéresse plus personne. Lors de la révolution ukrainienne, le président qui a pris le pouvoir n’a pas fait long feu, vite renversé par des pro-européens. Différentes factions locales et nationales, séparatistes ou rebelles, se sont créées dont beaucoup sont armées par la Russie, en sous-main. Depuis, la guerre continue, à coups de canons et d’explosions incessantes, démolissant les rares immeubles encore debout.

Alors qu’il doit préparer la visite du ministre, qui doit rassurer la population sur la sécurité dans le Donbass, en tant que chef de la police locale, mais aussi vétéran de la guerre d’Afghanistan, on le demande au téléphone : Un cadavre vient d’être découvert dans le quartier de la gare. Quand il apprend qu’il s’agit d’un jeune garçon, poignardé, Henrik décide de laisser tomber le ministre.

Pour un premier roman, Benoît Vitkine frappe fort. En se plaçant sur le terrain du polar, il se permet d’aborder le thème qui lui tient à cœur, en ayant créé un personnage de flic certes classique, désabusé, bourru, mais éminemment sympathique. On y trouve un drame familial (la perte de sa fille), un drame personnel (Henrik est un ancien d’Afghanistan), un meurtre horrible (la mort du garçon), et des clans tous plus malfaisants les uns que les autres, des politiques à la police, de l’armée aux mafiosos. Et puis, il y a le décor.

Le décor, c’est Avdiivka. Alors que la ville d’Avdiivka n’est pas débordée par les crimes, qu’elle ressemble à un lieu paisible pour une retraite tranquille, elle se retrouve au centre des affrontements entre l’armée ukrainienne, les séparatistes pro-russes et les rebelles. Cette guerre qui implique officieusement la Russie, est vite oubliée par les pays occidentaux. Et pourtant, des populations souffrent tous les jours, les bombes tombent sans relâche, des femmes et des hommes vivent reclus dans les caves.

D’une plume volontairement simple et fluide, Benoît Vitkine construit une intrigue forte pour mieux rappeler au monde que l’on ne veut pas se mêler de ce conflit par peur de représailles du voisin russe. La communauté européenne a fait le pantin, puis elle a tourné la page, car elle leur a semblé trop sanglante et trop dangereuse. L’auteur nous montre des populations qui souffrent, qui meurent, et nous laissons faire parce que … parce que c’est trop dangereux … vous comprenez ?

J’ai été totalement bluffé par ce roman, et j’ai énormément appris sur la vie dans cette région du globe, sur les gens de ce coin abandonné de tous, et sur ce conflit qui dure. Sans être hautain, Benoît Vitkine nous parle d’un sujet qui lui tient à cœur et qu’il connait bien et il nous passe le relais pour que nous en parlions. Alors, respectons son engagement, lisons le et parlons-en.