L’étoile jaune de L’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Editeur : Robert Laffont (Grand Format) ; Points (Format poche)

Après L’affaire Léon Sadorski, Romain Slocombe revient avec ce deuxième tome de la vie de cet Inspecteur Principal Adjoint affecté aux affaires juives. Ce deuxième tome m’a paru encore plus fascinant que le premier.

Depuis le 6 juin 1942, les juifs doivent arborer une étoile jaune, solidement cousue sur leur vêtement. L’inspecteur Sadorski, qui n’oublie jamais un visage, suit une jeune fille qu’il a déjà aperçue lors de l’attentat dans un café du Boulevard du Palais. Il est en arrêt maladie pour quelques jours encore, suite à sa blessure lors de cette explosion. Mais ce qui l’importe aujourd’hui n’est pas de suivre des juifs.

Attablé à une terrasse dans un accoutrement de plombier, il attend sa protégée, Julie Odwak, sa jeune voisine juive pour qui il a ressent une affection malsaine. Il a déjà fait arrêter sa mère, a ajouté la mention communiste sur son dossier, et continue à avancer ses pions pour la séduire, en lui faisant croire qu’il est un espion pour Londres. Aujourd’hui, le 8 juin, c’est son anniversaire et Léon Sadorski lui offre un magnifique stylo.

Le lendemain, il prévoit une balade en vélo avec Yvette, sa femme. Ils font une pause dans un café en bord de Marne, discutent avec le patron qui affectionne les émissions émises par Radio Londres. Léon Sadorski en profite pour écrire une lettre anonyme le dénonçant. Puis ils repartent et s’installent pour le pique-nique. Là Léon Sadorski découvre le corps d’une femme assassinée. Après son retour au bureau, c’est lui qui sera chargé de l’enquête.

Plus ignoble que jamais, le personnage de Léon Sadorski prend de l’ampleur dans cette intrigue aux multiples facettes qui fait suite à la fin du premier tome. On le découvre nationaliste jusqu’au bout des ongles, et apprécie l’occupation allemande en ce qu’elle apporte une rigueur et une sécurité face aux terroristes. Il abonde dans les théories contre les juifs, et n’hésite pas à faire son travail proprement, dénoncer ceux qui ne sont pas de bons français ou ceux qui ne portent pas leur étoile jaune.

Pour autant, il n’est pas sans de nombreuses contradictions, ce qui le rend encore plus réaliste. Il est amoureux de sa voisine juive alors qu’il est sensé les traquer. Il fait preuve d’une pitié étonnante quand il découvre les conditions d’enfermement, mais peut être d’une haine et d’une implacable férocité. Et il s’arrange toujours pour utiliser les événements à son avantage quitte à travestir la vérité et franchir la ligne jaune de la légalité, ce que sa carte d’Inspecteur lui permet.

Comme dans le premier tome, l’immersion dans la vie de tous les jours sous l’occupation allemande est énorme, parsemée de petits détails, ou même décrite par le détail dans des scènes énormes. J’en veux pour exemple cette séance de cinéma où Léon Sadorski invite Julie et où l’auteur nous décrit le reportage qui est projeté avant le film et qui se révèle une propagande ignoble pour justifier la traque des juifs.

Enfin, le gros du sujet revient sur la rafle du Vélodrome d’hiver. Là encore, la nouveauté est de nous montrer comment elle a été orchestrée et les conditions de vie (de survie plutôt) que les femmes et les enfants ont subi en attendant d’être déportés. Ces scènes glauques sont dégoûtantes et d’une vérité saisissante, et elles apportent un éclairage inédit, je crois, sur cette horreur.

A la fin du roman, l’auteur nous décrit ses nombreuses sources d’information, mais il nous explique aussi que son personnage principal a vraiment existé. Avec cette conclusion, on comprend mieux le travail de mémoire qu’a entamé Romain Slocombe, en nous rappelant en introduction du roman : Ni l’auteur, ni l’éditeur ne cautionnent les propos tenus par le personnage principal de ce livre. Mais ils sont le reflet de son époque, tout comme ils peuvent présager celles qui nous attendent. Car « le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ».  A ce titre, ces romans sont évidemment à lire, à ne pas rater.

8 réflexions sur « L’étoile jaune de L’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe »

  1. Oui, il est important en littérature ou dans le cinéma de conserver « le reflet de l’époque », afin de ne pas oublier.

    Sadorski est un personnage infect mais il est le reflet de ce que les autres étaient à ce moment-là et qu’ils n’ont pas crié sur les toits ensuite.

    J'aime

  2. Bonsoir, C’est en effet une excellente série avec un remarquable travail de l’auteur bien mis en avant par cette chronique. Le toma 3 est de la même veine et j’attends avec impatience le 4. Salutations

    J'aime

    1. Salut Gilles, je suis de ton avis, impressionné par cette immersion dans la Paris occupé. Je devrais lire le numéro 3 en octobre et le numéro 4 juste après, quand il sera sorti. C’est une série que j’adore. Et il y a encore de quoi écrire ! Amitiés

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.