Terminal 4 de Hervé Jourdain

Editeur : Fleuve noir

Ce roman est déjà le sixième de cet auteur, ancien capitaine de police, et ce sera pour moi le premier, une sorte de découverte. Bien qu’il mette en avant des personnages récurrents, je n’ai ressenti aucune gêne dans ma lecture ; j’ai même plutôt été emporté par le rythme insufflé à l’histoire.

Un incendie se déclare sur le chantier aéroportuaire du nouveau terminal de Roissy. Les pompiers se précipitent pour circonscrire le feu qui a pris dans des voitures. Quelle n’est pas la surprise de trouver un cadavre calciné dans le coffre de l’une d’elle !

Le fameux 36 quai des Orfèvres a déménagé au Bastion. Suite à une précédente affaire, le commissaire divisionnaire Hervé Compostel, le commandant Guillaume Desgranges, la capitaine de police Lola Rivière, et la brigadière Zoé Dechaume ont été placardisés dans le service anti-terroriste. Le service des douanes les appelle pour interpeller un homme qui transporte dans ses bagages des pièces d’or à l’effigie de l’Etat Islamique.

Sauf que sur le chemin, le dégagement de fumée attire l’attention de Lola et Zoé. Arrivées avant la police judiciaire, elles font les premières constatations et devraient passer la main à leur collègue. Mais de retour au Bastion, Zoé insiste pour conserver l’affaire du cadavre brûlé. Hervé Compostel va appeler sa hiérarchie et obtenir un passe-droit, étant donnée la charge de la Police Judiciaire en ce moment.

A partir de ce moment-là, Hervé Jourdain va nous décrire comment fonctionne l’aéroport, tout le microcosme qui tourne autour, toutes les entreprises qui en vivent et surtout tous les enjeux économiques et politiques. Tout en étant rigoureux sur les démarches policières, et les obligations administratives, le roman devient de plus en plus énorme, de plus en plus intéressant, nous dévoilant l’arrière du décor dont on n’a aucune idée quand on prend un avion pour une destination lointaine.

Les entreprises visibles sont bien évidemment celles ayant trait à la construction, que ce soit des bâtiments ou les nouveaux moyens de transport qui doivent être prêts pour les Jeux Olympiques de 2024. Mais il y a aussi les ouvriers qui dégèlent les avions, les transporteurs de bagages, les taxis, les vrais et les faux, (il faut savoir qu’il y a la guerre entre les taxis français et les taxis chinois), les SDF, les sans-papiers et enfin, je ne crois pas en oublier, les ZADistes, manifestant contre ce nouveau terminal, qui va ajouter de la pollution à une région qui n’en a pas besoin.

Outre qu’Hervé Jourdain va les faire intervenir dans le roman, il va les insérer dans l’intrigue, ajoutant ainsi autant de pistes potentielles pour les enquêteurs et autant de fausses pistes pour le lecteur qui cherche aussi à dénouer les liens. Malgré la multiplicité des suspects potentiels, le lecteur, justement, n’est jamais perdu, car l’auteur prend le temps de bien leur donner des caractéristiques reconnaissables. Un sacré tour de force !

Mais ce qui m’a énormément emballé, c’est le rythme qui est insufflé dans ce roman. Les chapitres sont courts, découpés eux-mêmes en scènes, et les enquêtes avancent en parallèle. L’auteur fait preuve d’une imagination et d’une construction implacable pour ne jamais baisser le rythme. Et c’est tout bonnement passionnant, à tel point que j’ai avalé les 315 pages en deux jours. Ce roman est impossible à lâcher, nous entraînant dans sa course folle, à la résolution d’une énigme remarquablement retorse.

Enfin, l’auteur en profite pour nous alerter sur la pollution des transports aériens, que tout le monde croit moins polluants. Il nous donne des chiffres, s’amuse même à nous proposer en fin de livre, des problèmes mathématiques. D’ailleurs, on se demande pourquoi nos énarques n’ont pas encore mis en œuvre des mesures pour lutter contre la pollution. A moins qu’ils y trouvent leur intérêt … mais c’est un sujet que je n’aborderai pas ici.

Pour moi, cette découverte d’un nouvel auteur est une bonne pioche et je vous encourage à vous jeter sur ce roman passionnant, rythmé et intelligent.

Une réflexion sur « Terminal 4 de Hervé Jourdain »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.