Les jardins d’hiver de Michel Moatti

Editeur : HC éditions

Les romans de Michel Moatti se suivent et ne se ressemblent pas ; à croire que cela devient une habitude. En effet, nous avons l’occasion de lire des romans orphelins tels Alice change d’adresse ou Les retournants, pour ne citer qu’eux. Pour celui-ci, il nous rappelle les années de dictature de la junte militaire en Argentine.

Alors qu’il vit en Argentine et travaille à l’institut français, Mathieu Ermine rentre dans son appartement de la rue Sans-Remords quand il aperçoit une ombre au bord de la route. Il décide de prendre l’autostoppeur et s’aperçoit, quand il est dans la voiture, qu’il est couvert de sang. N’écoutant que son esprit humain, il le ramène chez lui pour le soigner. L’inconnu se présente comme Jorge Neuman, l’auteur du Traité des heures silencieuses.

Les deux hommes discutent et Neuman raconte que les militaires arrêtent arbitrairement des gens, les enferment dans des cellules, les torturent puis les tuent. Il lui donne l’exemple de cette psychologue allemande battue puis assassinée. La nationalité française ne sauvera pas Mathieu, dit-il. Neuman annonce qu’il a été enfermé dans un de ces centres et qu’il a été libéré. Neuman veut partir, il lui donne rendez-vous dans deux jours au café Malvinas.

Les deux hommes se retrouvent dans un coin du café, deux jours plus tard. Neuman lui raconte comment les militaires ont enlevé puis tué sa petite fille lors de la nuit des crayons uniquement parce qu’elles protestaient contre l’augmentation du prix de bus scolaire. Il raconte comment sa femme a été enlevée, comment il a été torturé, les cauchemars de sa vie qui portent un nom : le capitaine Rafael Vidal. Neuman a décidé de consacrer sa vie à tuer l’homme qui a décimé sa famille.

Ils doivent se rencontrer deux jours plus tard, au même endroit. Mais cette histoire pèse trop lourd pour les jeunes épaules de Mathieu. Il décide de fuir, revenir en lieu sûr, en France. Au moment de partir, le concierge de l’Institut français lui remet un pli : des pages entières de Neuman pour une suite à son roman qu’il est en train d’écrire. Arrivé à Paris, Mathieu fera sa thèse sur Jorge Neuman, le disparu de Buenos Aires.

Alors qu’il nous a habitués à des romans policiers ou des thrillers, c’est un vrai roman que nous tenons entre nos mains, qui ne se contente pas de visiter des moments horribles de l’histoire argentine, mais fouille aussi plusieurs thèmes, liés à l’héritage et à l’art. Pour ce faire, Michel Moatti adopte un style littéraire, presque détaché, factuel comme le ferait un étudiant pour sa thèse.

Pour ne pas avoir lu la quatrième de couverture, la surprise de me retrouver en terrain inconnu a ralenti ma lecture, puisque je me demandais où l’auteur voulait en venir. Puis on entre dans la vie de Mathieu Ermine, empli de remords d’avoir été aussi lâche, délaissant derrière lui un homme voué à la mort. Sa culpabilité va augmenter avec la réussite de sa thèse puis avec la publication de la biographie qu’il consacre à Neuman, argumentée par des extraits des feuillets dont il est l’héritier.

Et tout au long de ce roman, plane les ombres de Neuman, dont plus personne n’a de nouvelles, de Rafael Vidal, meurtrier qui sera accusé puis relâché, de Mathieu aussi qui va vivre avec ce poids sur les épaules. Avec une documentation édifiante sur ces événements, ce roman vaudrait déjà largement le détour, mais il serait injuste d’oublier cette fin, ce dernier chapitre probablement encore plus dur que tout ce qui a été écrit avant.

Avec ce roman, Michel Moatti a écrit un livre sur un sujet qui vraisemblablement lui tient à cœur. D’une rencontre sur un bord de route, il en tire un roman de fantômes, de crimes, de faiblesse humaine, de mystères, de personnages forts et de thèmes universels. Un nouveau roman marquant à mettre au crédit de ce grand auteur.

Ne ratez pas l’avis de Jean le Belge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.