Batignolles rhapsody de Maxime Gillio

Editeur : Pygmalion

Voir Maxime Gillio sur les étals des libraires est toujours une bonne nouvelle car c’est l’assurance de passer un bon moment de lecture. Ce roman, en fait, une œuvre de jeunesse totalement remaniée et actualisée, ne déroge pas à la règle.

Au Prince, bar et boite de nuit du 17ème arrondissement, les samedis soirs sont occupés par des prestations de sosies qui viennent exercer leur talent (ou non) en hommage aux stars de la pop music. Ce soir-là, le groupe se nomme Ibex, en référence au groupe de Freddy Mercury datant d’avant Queen, et le chanteur Frédéric Pluton, habité dans son rôle de réincarnation du chanteur britannique.

Après avoir exécuté The show must go on, et formidablement raté les notes aigues de la fin, Frédéric Pluton décide de se mettre au piano pour You are my best friend, la meilleure chanson de Queen d’après lui. Quand il plaque ses doigts sur le clavier du piano, des étincelles en sortent et on retrouve le chanteur amateur mais néanmoins habité, quelque peu cuit, voire grillé sur place, infusant une âcre odeur de barbecue.

Stella Poliakov est réveillée par son téléphone et sa nuit précédente et fortement alcoolisée lui tape dans la tête. Son chef, Billy Bienstock, rédacteur en chef de Parisnews, un journal en ligne lui demande de faire un portrait de la victime en la mettant bien en garde : ne pas remettre en doute les conclusions de la police, attestant qu’il s’agit d’un accident. Stella va commencer par le sosie de Brian May, qui n’en est pas un …

Par moments, il faut revenir aux règles basiques d’un bon polar : Une bonne histoire, bien racontée, un personnage principal réaliste auquel on s’attache, et un style fluide, direct et rapide. Ce fut la règle des polars d’antan, raconter en deux cents pages une intrigue et faire passer un bon moment au lecteur.

Dans ce cadre-là, Maxime Gillio maitrise son art et nous offre un beau personnage, Stella est craquante. Marquée par la disparition de son ami Gabriel, l’amour de sa vie, elle possède un penchant certain pour l’autodestruction à base de litres d’alcool. Malgré cela, elle est douée pour mener une enquête (à ce titre les dialogues sont savoureux) et va découvrir une sacrée machination.

Et puis, les chapitres sont courts, le rythme est élevé, et l’air de rien, on se rappelle encore de Stella, de son histoire et de cette fin. On en vient même à espérer la retrouver dans une autre enquête. Car si Maxime Gillio ne veut pas passer de message revendicateur, il parle de ce qu’il aime.

Il faut voir ce roman comme un très bon divertissement, mais aussi comme un hommage envers les polars du siècle dernier (Spécial Police par exemple) ainsi qu’envers la culture populaire, Queen en premier lieu, mais aussi nombre de chanteurs aujourd’hui reconnus. Il insiste aussi sur l’importance de cette pop culture dans le quotidien et de sa valeur puisqu’elle est passée à la postérité.

Tiens, je vais me réécouter des chansons de Queen, moi !

Une réflexion sur « Batignolles rhapsody de Maxime Gillio »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.