Où reposent nos ombres de Sébastien Vidal

Editeur : Le Mot et le Reste

Je ne vais pas épiloguer longtemps, ni sur ma source pour le choix de cette lecture, ni sur le niveau de ce roman. Laulo, la patronne du défunt blog evadezmoi a parsemé son avis, a fait une publicité fort justifiée et ce roman ne peut que rappeler à nous tous notre jeunesse, notre groupe de copains-copines, nos conneries, nos rêves, et quand c’est bien fait, cela donne une énorme dose d’émotions et de plaisir.

La bande aux yeux marron, Vincent, Johanna, Franck et Chris, entament ce mois d’août 1987 qui ne peut pas être un mois comme les autres. Ils sont tous au collège, en troisième, et savent que les choses sérieuses commencent avec le lycée. Peut-être se sépareront-ils ? En tous cas, ils sentent déjà qu’ils seront différents, que peut-être ils se sépareront, qu’ils ne retrouveront plus jamais ces moments-là.

Ils ont découvert par hasard le lac, et cette plage où ils peuvent inventer toute aventure, Calicoba Beach. Vincent qui sait tout sur la faune et la flore, Johanna la fille du buraliste de ce village de Corrèze, Franck le chef chambreur aux mauvaises idées et Chris le narrateur vont y piquer une tête avant d’être surpris par un homme qui semble habiter dans les bois, qu’ils nommeront l’Indien. René l’Indien accepte qu’ils viennent se baigner ici tous les jours s’ils ne mentionnent à personne sa présence.

Au même moment, en région parisienne, deux hommes casqués braquent un fourgon. Le convoyeur de fonds a malheureusement esquissé un geste vers son arme et Jacques lui a tiré dans la poitrine. Ils avaient tout prévu avant le casse, rien pour après. Ils vont donc voler une voiture, une Renault encore, et être affublés du nom du gang au losange. Quand Jacques se rend compte que son portefeuille est tombé près de la banque, il comprend pourquoi les journaux radiophoniques connaissent son nom. Ils vont partir en cavale en semant de nombreux cadavres sur leur route.

Quand un roman sur des adolescents est bien fait, cela fait forcément jaillir en nous tout un flot de souvenirs, une vague de nostalgie. Nous avons tous fait partie d’un groupe de copains, on se racontait tous des histoires, on inventait une vie plus belle que la réalité mais on ne parlait jamais de demain, de l’avenir. Ce roman va construire la vie de ces quatre gamins (A mon âge, j’ai le droit) et narrer ce qu’ils vont vivre avec une véracité qui forcément me parle.

Sébastien Vidal va donc évoquer l’insouciance de ces autre adolescents, et comment ils vont grandir, appréhender les difficultés familiales, soulever un bout du voile qui cache le monde noir des adultes. Ils vont aussi se découvrir et découvrir les autres, ressentir les balbutiements de l’amour et l’horreur de la violence qui va trouver sa conclusion dans une scène finale qui apportera la couleur rouge absente du reste du livre.

Car Jacques et Antonio vont intervenir par chapitres interposés, se procurer nourriture et essence, arpenter les routes départementales et assassinant toutes les personnes qui les regardent de travers. Si ces chapitres sont bien faits, ils n’ont pas été mes préférés, évidemment. Mais ils permettent de faire monter une tension, et de nous faire espérer que la rencontre finale aura lieu le plus tard possible pour nous laisser parcourir les sentiers forestiers de la Corrèze en compagnie de la Bande aux Yeux Marrons.

Ce roman touche la magnificence quand il évoque la nature, il fait preuve d’une formidable justesse dans son évocation des relations entre adolescents, et surtout il évite d’en faire trop, invente des scènes simples qui ne peuvent que nous rappeler celles que nous avons vécues. Et j’espère que vous aussi, si vous avez lu ce billet jusqu’au bout, vous aurez envie d’acheter ce livre pour la bouffée de nostalgie qu’il procure.

Publicité

12 réflexions sur « Où reposent nos ombres de Sébastien Vidal »

      1. C’est désormais ma deuxième , derrière « La Cygne Noire » de Dominique Chevalier, chez In8, un fabuleux roman noir et , qui plus est, un premier opus !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.