Archives pour la catégorie Littérature africaine

Le festin de l’aube de Janis Otsiemi

Editeur : Jigal

Après un passage chez Plon avec Tu ne perds rien pour attendre, Janis Otsiemi nous propose son petit dernier chez son éditeur historique, et poursuit sa description de la société gabonaise avec ses personnages récurrents, que l’on a rencontré précédemment.

Libreville, Gabon, de nos jours. Le gendarme Louis Boukinda rentre tard en voiture avec sa compagne Jacqueline. Quand une jeune femme débouche de la forêt, Boukinda ne peut l’éviter et le choc est terrible. Boukinda décide d’amener la jeune femme aux urgences car il lui semble qu’elle est encore en vie.

Le lendemain, il retourne à l’hôpital avec son collègue Hervé Envame pour apprendre que la jeune femme est morte dans la nuit. Ce n’est pas l’accident de la route qui l’a tuée, mais le nombre impressionnant de piqûres de serpent qu’elle a sur le corps. De plus, elle a des traces montrant qu’elle a été ligotée et martyrisée, brûlée par des cigarettes. Le seul indice que Boukinda et Envame possèdent est un tatouage qu’elle a sur le cou.

De son coté, la Police Judiciaire est sur une affaire délicate. On a découvert un grillage découpé dans un camp militaire. Des armes ont disparu : des fusils d’assaut, des explosifs et des détonateurs. Il est à craindre que le Grand Banditisme soit aux origines de ce vol, mais il reste à déterminer ce qu’ils vont en faire. Car la proximité des élections pour désigner le futur président du pays met tout le monde sur les dents.

Que dire de nouveau qui n’a pas déjà été dit ? Janis Otsiemi nous invite à visiter son pays, mais du point de vue du touriste, plutôt en allant voir du coté de quartiers que personne ne voit. Il agrémente son intrigue d’un langage local, utilisant des expressions qui sont parfaitement compréhensibles mais qui donnent une couleur locale. Et en début de chaque chapitre, on a une citation, qui fait appel au bon sens commun. Tout cela pour dire que lire Janis Otsiemi, c’est un dépaysement garanti en même temps qu’un plaisir de chaque ligne, ajouté à une impression de découvrir une nouvelle langue française.

Personnellement, j’ai l’impression que ce roman est parmi ses meilleurs pour les raisons suivantes. Bien que nous ayons affaire à des personnages récurrents, cette enquête peut être lue indépendamment des autres. J’ai l’impression que Janis Otsiemi a consolidé son intrigue, qu’elle est plus costaude, plus impressionnante. J’ai aussi l’impression qu’il a décidé d’intégrer plus d’expressions gabonaises, ce qu’il avait tendance à abandonner un peu. Enfin, j’ai l’impression que Janis Otsiemi a réussi à intégrer une tension permanente dans son décor, dans la situation politique du pays.

Après avoir lu le roman, que je trouve extraordinaire parce que passionnant de bout en bout, les remerciements montrent que l’auteur a choisi minutieusement les scènes, les situations et la façon de traiter le contexte pour ne pas être soumis à une éventuelle censure. C’est donc aussi un roman à lire entre les lignes dans un pays qui pourrait tomber dans l’instabilité. En cela aussi, la posture de Janis Otsiemi de témoin de son pays et de son temps est importante. Ne ratez pas cet excellent polar.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Publicités

L’année du Lion de Deon Meyer

Editeur : Seuil

Traducteur : Catherine Du Toit & Marie-Caroline Aubert

Deon Meyer est bien connu des amateurs de polar, ayant écrit ce que l’on peut considérer aujourd’hui comme des classiques se déroulant dans son pays, l’Afrique du Sud. J’avais laissé de coté ses dernières productions et c’est bien le changement de Cap (Hi Hi) qui m’a poussé à lire ce dernier roman en date. Deon Meyer se lance dans le genre Post-Apocalyptique. Et c’est bien parce qu’il a des choses à dire. Ce roman est énorme, aussi bien par sa taille (626 pages) que par son traitement.

Nico Storm raconte sa vie, dans ses mémoires qui serviront de référence pour raconter l’Histoire d’Amanzi. Nico a 13 ans quand un coronavirus a dévasté la Terre. 90% a succombé à cette maladie, dont la légende dit que le virus est une mutation d’un gène de chauve-souris. Nico se retrouve donc avec son père Willem, et ils arpentent tous deux l’Afrique du Sud à la recherche d’un abri sûr.

Nico et Willem roulent dans leur camion, rempli de victuailles et de médicaments, quand ils arrivent à Koffiefontein. Ils se dirigent vers une station-service, pour faire le plein. Soudain, les insectes se taisent. Un danger menace. Une meute de chiens sauvages entoure Willem rapidement. Nico prend son courage à bras le corps, empoigne le fusil, et tire comme son père le lui a appris. Bien que blessé, Willem arrive à rejoindre le camion.

Plus loin, ils s’arrêtent pour se soigner et manger. Ils doivent faire attention aux animaux, mais aussi aux humains devenus des animaux bien plus violents et plus agressifs que les animaux. Malgré cela, Willem rêve de créer une ville, une sorte d’oasis où il construirait une société parfaite, en repartant de zéro. Enfin, Willem trouve le lieu parfait pour construire sa ville, qu’il appellera Amanzi, qui signifie Eau, puisqu’elle est située à coté d’un barrage. Bientôt, ils vont être rejoints par de nombreuses personnes.

Je dois dire que je ne suis pas spécialement fan de romans post-apocalyptique et que je n’ai pas lu La Route de Cormac McCarthy. Sans forcément m’avoir converti à ce genre, ce roman de Deon Meyer m’a enchanté, voire envoûté. Et je me suis rendu compte combien cet auteur sud-africain était un conteur hors pair, un créateur d’ambiances rare. Car ce roman nous invite à visiter un nouveau monde, et le dépaysement y est total.

A travers ces plus de 600 pages, nous allons voir Nico grandir, passer par une adolescence de doux rebelle, pour devenir un adulte responsable. C’est lui, le personnage principal, et il prendre en charge l’écriture de l’Histoire d’Amanzi, cette communauté crée par son père. Nous allons avoir son opinion, avoir son témoignage en tant que témoin privilégié, et c’est bien ce parti-pris de l’auteur qui fait de ce roman un grand moment. Parsemé ça et là de témoignages des habitants d’Amanzi, ce roman donne une impression de lire un document officiel, un manuscrit historique qui va balayer quatre années, comme autant de parties.

Outre les relations familiales avec ses petits secrets et ses gros mensonges, Willem est le personnage qui m’aura marqué. Convaincu qu’il est capable de construire une nouvelle société meilleure que celle qui vient de mourir, il va être à l’origine d’Amanzi, faire vivre son rêve et être confronté à de nombreux problèmes dont le principal n’est pas le plus simple : l’Homme n’est rien d’autre qu’un animal. Car loin d’être naïf dans son propos, Deon Meyer nous décrit des dizaines de personnes qui vont soit construire la communauté, soit tenter de la détruire, pour survivre ou juste assouvir un besoin de pouvoir. Une bonne partie de ce livre va en effet montrer la dualité de l’Homme, et ses combats pour un idéal.

Ce sont aussi les qualités de conteur de Deon Meyer qui sont à l’honneur dans ce roman : il nous peint un paysage de désolation, d’où les humains ont disparu. Le premier indice est l’absence de bruit. Ce qui permet de revenir à l’homme de revenir à un sens de prédilection pour sa protection : l’ouïe. Puis ce sont les paysages fantastiques qu’il nous décrit, sans être lourdingue, d’une façon toute naturelle et fluide. Avec les différents personnages, il termine son tableau sous nos yeux ébahis. Et on ne peut qu’être ébahis par le savoir faire mais aussi le talent pour faire passer autant d’émotions.

Enfin, il y a, au travers du personnage de Willem, cette utopie de reconstruire une société idéale. Deon Meyer met dans ce roman toute sa passion, toute sa vision sur la société actuelle, sur ses dérives et imagine comment reconstruire tout de zéro, en prenant en compte les avancements technologiques à conserver. Willem va donc bâtir une communauté en recréant l’école, la gestion de la ville, l’agriculture, la médecine, puis enfin la politique. Deon Meyer arrive à nous faire partager sa passion pour l’humanité et donne au passage son avis. C’en est passionnant.

Ne croyez pas que c’est un roman de grands discours. Il y aura du stress, des menaces, des scènes d’action incroyables, des moments intimes, des personnages vivants et incroyables. Quelque soit ce qu’il nous raconte, la plongée dans ce Nouveau Monde est réaliste, A chaque fois que j’ai repris sa lecture, j’ai été immédiatement plongé dans cet univers fascinant. Ce roman est une vraie drogue, un voyage dans l’imaginaire tout en gardant les pieds sur Terre. C’est une lecture indispensable, le meilleur roman de Deon Meyer, tout simplement.

Ne ratez pas les avis de Yan et Jean-Marc. L’année du Lion est aussi la 2ème meilleure lecture de Yvan pour 2017.

Lagos Lady de Adenle Leye

Editeur : Métaillié (Grand Format) ; Points (Format poche)

Traducteur : David Fauquemberg

Si ce roman a fait l’objet du cadeau annuel aux abonnés de l’association 813 (Merci 813 !), il fait l’objet de la sélection pour les Balais d’or 2017 de mon ami le Concierge Masqué. D’ailleurs, c’est lui qui me l’avait conseillé l’année dernière. Et comme le résumé de l’éditeur est très bien fait, je vous le mets en guise de résumé :

Quatrième de couverture :

Mauvaise idée de sortir seul quand on est blanc et qu’on ne connaît rien ni personne à Lagos ; Guy Collins l’apprend à ses dépens, juste devant le Ronnie’s, où il découvre avec la foule effarée le corps d’une prostituée aux seins coupés. En bon journaliste, il aime les scoops, mais celui-là risque bien de lui coûter cher : la police l’embarque et le boucle dans une cellule surpeuplée, en attendant de statuer sur son sort.

Le sort, c’est Amaka, une splendide Nigériane, ange gardien des filles de la rue, qui, le prenant pour un reporter de la BBC, lui sauve la mise, à condition qu’il enquête sur cette vague d’assassinats. Entraîné dans une sombre histoire de Juju, la sorcellerie du cru, notre journaliste à la manque se demande ce qu’il est venu faire dans cette galère, tandis qu’Amaka mène la danse en épatante femme d’action au milieu des notables pervers.

Hôtels chics, bars de seconde zone, jungle, bordels, embouteillages et planques en tout genre, Lagos bouillonne nuit et jour dans la frénésie highlife ; les riches font tinter des coupes de champagne sur Victoria Island pendant que les pauvres s’entretuent à l’arme lourde dans les bas quartiers.

Mon avis :

Sachez que ce roman est un premier roman, et à ce titre, je peux vous dire que l’avenir de cet auteur est tout tracé ! Prenant des personnages principaux auxquels on s’attache rapidement, mais laissant planer quelque doute au début du roman, nous allons suivre les tribulations d’un reporter anglais au Nigeria qui va se retrouver embringué dans des affaires criminelles qui vont le dépasser …

Que du classique, me direz-vous ? A la fois oui, à la fois non, ai-je envie de répondre. Les chapitres courts et l’efficacité du style en font un polar fort agréable à lire, voire même passionnant. Il se démarque des polars américains du même genre par le fait qu’il évite ce rythme préfabriqué, ce mélange d’action / pause / action en mettant au premier plan ses personnages.

De personnages, il y a certes Guy Collins, mais il y a surtout Amaka, jeune fille qui se bat pour la justice des femmes de son pays, mais pas de la façon dont vous pourrez l’imaginer (et je vous laisse le découvrir). On y trouvera aussi en alternance de nombreux chapitres mettant en scène les chefs de gangs, mais aussi les flingueurs et autres rabatteurs, dont la présence est surtout là pour montrer la situation catastrophique d’un pays où les femmes se prostituent (toutes ?) pour survivre.

C’est d’ailleurs ce qui ressort de ma lecture. Le fait de centrer son intrigue sur les prostituées en négligeant les autres aspects de la société nigériane, nous donne à croire qu’il n’y a que des prostituées au Nigeria. J’aurais aimé être plongé dans ce pays de façon plus réaliste. D’autre part, le roman est écrit pour moitié à la première personne par Guy et pour moitié à la troisième personne quand il s’agit des gangs de truands. Et ce passage de l’un à l’autre, cette hésitation (?) fait que cela m’a sorti de l’histoire par moments. Bref, j’aime moyennement.

Sinon, c’est un roman qui est très bien mené, bien écrit, qui va vite et qui nous apprend beaucoup de choses. Et la finalité de cette intrigue, même si elle m’a rappelé un autre roman, reste intéressante par le fait qu’elle tire un signal d’alarme. Et puis, rien que pour Amaka, une sacrée battante, ce roman vaut le coup d’être lu !

Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi

Editeur : Plon – Sang Neuf

Voilà un auteur dont je lis tous les romans, que je défends ardemment, autant pour ses intrigues, ses messages que son style inimitable. Alors que ses précédents romans étaient édités chez Jigal, le voici qui débarque dans la nouvelle collection de Plon, consacrée au polar, Sang Neuf. Janis Otsiemi nous invite dans son pays, le Gabon, plus précisément à Libreville.

Jean-Marc Ossavou est lieutenant de police dans la brigade de la Sûreté Urbaine. A l’âge de 10 ans, il avait perdu sa mère et sa sœur, fauchées par un chauffard que l’on n’a jamais retrouvé. Cet esprit de vengeance l’a amené à entrer dans la Police Judiciaire, et lui a donné cette envie, ce besoin de rendre la justice. Lassé des mœurs de la PJ, il a préféré être muté à la Sûreté Urbaine où les flics sont moins corrompus. Son poste lui permet d’appliquer sa propre justice.

Si Jean-Marc vit maritalement avec Marie mais n’habite pas la même demeure, il lui arrive de draguer des femmes. Au sortir du bar Chez Maxime, il voit une jeune femme qui attend sur le trottoir. Il lui propose de la remmener chez elle, à Awendjé. Elle lui dit s’appeler Svetlana, et travailler comme serveuse au casino La Roulette. Il la dépose devant un portail noir, enfermant une baraque blanche.

Le lendemain, il retourne à la maison pour revoir Svetlana. Il rencontre sa mère, éplorée quand il prononce son nom. Georgette lui explique que Svetlana est morte, deux auparavant, assassiné. On n’a jamais retrouvé son assassin. Jean-Marc, sur d’avoir rencontré un fantôme, se croit investi d’une mission : Trouver le coupable du meurtre de Svetlana.

Les fans de Janis Otsiemi vont être agréablement surpris par ce nouveau roman. On y retrouve bien cette langue si particulière, si poétique et imagée, faite d’expression gabonaises, et qui sont suffisamment explicites pour un Français moyen. Par contre, on avait droit en tête de chapitres à des proverbes que l’on a perdus en route, même si certains sont inclus dans le texte.

Dans ce nouvel opus, on retrouve avec plaisir cette écriture fluide et cette façon très logique de construire son intrigue. Au lieu d’avoir deux ou trois intrigues entremêlées,  nous allons suivre l’itinéraire d’un policier de la brigade de sureté urbaine. Du coup, j’ai trouvé que le style se faisait plus simple, et que Janis Otsiemi prenait son temps pour développer son intrigue, qu’il avait écrit son polar avec beaucoup de rigueur et d’application.

Dans sa façon de décrire ses personnages, dans sa façon d’amener les scènes, et dans le déroulement de l’intrigue, on est très proche des polars américains. On y trouve peu de sentiments et la psychologie se déduit surtout des actions des uns et des autres. Le détail amené dans les scènes fait que le rythme est moins élevé que pour ses précédents romans. En fait, j’ai surtout l’impression que l’auteur a grandi, en prenant comme exemple ses prédécesseurs, mais en y apportant sa patte, en gardant son identité.

Car le but de Janis Otsiemi est bien rempli : A travers le polar, il nous montre comment les gens vivent à Libreville, il nous décrit les quartiers pauvres, et les quartiers riches, les croyances ancestrales qui sont toujours en vigueur aujourd’hui, et la corruption qui gangrène la société. Et je trouve que, par rapport à ses précédents romans, on peut y lire un espoir puisqu’il y a des policiers qui font leur boulot en refusant l’argent facilement gagné. Ce roman vient s’inscrire dans une œuvre qui compte, et sa lecture vous est fortement conseillée.

Un dernier petit message personnel : Le titre de ce roman me rappelle une expression que ma mère utilisait souvent quand j’avais fait une connerie. Ce n’en est pas une d’avoir lu ce livre.

Les précédents romans chroniqués sur Black Novel sont :

La vie est un sale boulot ;

La bouche qui mange ne parle pas ;

Le chasseur de lucioles ;

African Tabloid ;

Les voleurs de sexe ;

Les voleurs de sexe de Janis Otsiemi (Jigal)

Voici le petit dernier d’un auteur que je défends depuis son premier roman paru chez Jigal, La vie est un sale boulot. Si le titre peut surprendre, il peut attirer l’œil de ceux qui arpenteront les rayons des libraires. Et pour le coup, ils tomberont sur un excellent polar. Bienvenue à Libreville, Gabon !

Akebe 2 est un quartier où il ne fait pas bon trainer à la nuit tombée. Benito et Tata sont deux jeunes garçons qui attendent leur troisième compère Balard. Né d’un père Burkinabé qui est retourné au pays, Benito est un passionné de musique, surtout de rap français hard-core, tels Tunisiano, Faf Larage ou Akhenaton. Tata lui est plutôt du genre fumeur et c’est le genre de gars qu’il ne faut pas chercher car il démarre au quart de tour et est toujours vainqueur dans ses bagarres. Balard quant à lui a une réputation de puceau et il vient annoncer à ses copains qu’il vient (enfin) de se faire une nana, la petite Nathalie qui a débarqué il y a à peine six mois et que tous les garçons convoitent.

Un accident de voiture a lieu pas loin de là où zonent les garçons. Le chauffeur a raté un virage dangereux. Quand ils arrivent sur les lieux, il est trop tard pour le chauffeur. Par contre, ils voient une valise avec beaucoup d’argent et une enveloppe kraft qui renferme des photos. Arrivés chez eux, ils sont ébahis par ce que montrent les photos : De nombreux membres du gouvernement et le président lui-même sont en pleine cérémonie maçonnique.

En parallèle, le capitaine Pierre Koumba est chargé de trouver un homme qui vole les sexes des Gabonais : Simplement en les touchant, les victimes sentent que leur sexe diminue. De nombreux cas sont déjà apparus et cela s’est terminé par une course poursuite pour attraper le soi-disant coupable, puis par un passage à tabac de celui-ci. Koumba et son équipe a intérêt à aller vite pour éviter la paranoïa et l’émeute. Car on ne plaisante pas avec le sexe au Gabon.

Avec ce roman, Janis Otsiemi, dont on vante les qualités d’écrivain, de ré-inventeur de la langue française, nous a concocté son roman le plus abouti à ce jour. Du moins, c’est mon avis.

Avec ce roman, on ne va plus lire Janis Otsiemi pour ses expressions imagées qui viennent de là-bas, du Gabon qui nous parait si loin. Car même si on y trouve toujours ces verbes bien trouvés, ces proverbes amusants, tout cela se retrouve bien intégré au récit, si bien qu’on ne les voit plus. Du moins, c’est mon avis.

Avec ce roman, On va se laisser transporter par ces personnages forts, mais si bien intégrés dans le décor. On ne s’étonne plus de la corruption des policiers, on ne s’apesantit plus sur les décors. On vit là-bas, on est plongés dans cette ville. Du moins, c’est mon avis.

Avec ce roman, Janis Otsiemi nous montre, avec la subtilité que l’on ressentait déjà auparavant, toutes les contradictions de cette société, ce mélange entre modernité (musique rap, truandise, violence) et superstitions (croyances dans des marabouts capables de jeter des sorts). Du moins c’est mon avis.

Avec ce roman, Janis Otsiemi aborde les différentes nationalités qui arrivent à Libreville, entre les Burkinabé qui viennent travailler ou les Ivoiriennes qui se prostituent, sans oublier les Chinois si discrets. Il montre une société qui évolue. Du moins, c’est mon avis.

Avec ce roman, Janis Otsiemi a écrit son meilleur roman à ce jour. Du moins, c’est mon avis. Et il a écrit un roman important sur une société en mutation, avec la verve qu’on lui connait, avec une langue si simple et si belle.

Avec ce roman, Janis Otsiemi a écrit un livre important.

Ne ratez pas l’avis de Claude ici même

La traque de la musaraigne de Florent Couao-Zotti (Jigal)

Les éditions Jigal, après avoir trouvé Janis Otsiemi, nous ont dégotté un autre auteur africain. Et je peux vous dire qu’il n’y a pas à hésiter, La traque de la musaraigne, c’est du bon, du tout bon, du très bon. Il nous propose de suivre l’itinéraire de deux personnages : Stephane Néguirec et Jesus Light à Porto Novo au Benin.

Stéphane Néguirec est Breton qui a émigré en Afrique sans réel but dans la vie. Il erre de bar en bar, profitant de la compagnie des prostituées. Dans l’un d’eux, il sort avec l’une d’elles quand il se fait agresser dans la rue. Une autre jeune femme lui propose de l’aider, lui offrant même de le guider et de le payer pour rester avec lui. De fait, elle sort une liasse de billets dans une peluche. Son attitude parait bien étrange, jusqu’à ce qu’elle lui propose un mariage blanc en l’échange d’argent. Mais leur aventure est loin d’être terminée.

Jesus Light s’appelle en réalité Ansah Ossey. Il est plutôt un petit bandit ghanéen à la petite semaine, sauf qu’il vient de faire un gros braquage et qu’il est le seul survivant de cette affaire. Et comble de malchance, sa petite amie Pamela est partie avec ce qui reste du butin. Il part donc à sa recherche et rejoint le Benin. A peine arrivé, un commissaire de police lui prend ce qui lui reste d’argent pour éviter une arrestation. La course poursuite commence.

Florent Couao-Zotti nous concocte là un super polar, très maitrisé, avec de superbes personnages, et surtout une ambiance poussiéreuse à souhait. Il nous montre, à travers les pérégrinations de ces deux personnages, la vie des pauvres gens, au gré des différentes rencontres, qui sont parsemées d’humour au second degré. Ces deux personnages vont donc avoir chacun à leur tour à un chapitre, principe classique mais redoutablement efficace quand il s’agit de décrire deux trajectoires qui sont destinées à se croiser.

Car c’est bien dans le dernier chapitre que tout va se dénouer, la rencontre tant attendue va avoir lieu dans le dernier chapitre et je peux vous dire que cela vaut largement le détour. L’ensemble du roman est maitrisé, de bout en bout, et je dois dire qu’en ce qui concerne le style, on ne fait pas mieux que les auteurs africains. Leur façon d’utiliser des expressions du cru, ajoutée à des mots, verbes ou phrases imagées sont redoutablement efficaces et surtout un formidable plaisir de lecture.

Contrairement à son collègue Janis Otsiemi, Florent Couao-Zotti ne va pas faire l’autopsie de sa société ou de son pays. Il utilise ses personnages pour nous montrer leur vie, pour nous immerger dans un nouveau contexte sans pour autant pointer ouvertement certains travers. Par contre, l’intrigue est parfaitement construite, et ce roman se savoure comme un repas beninois de luxe, tant le plaisir est au rendez vous. Et puis, en terme de style imagé, on fait difficilement mieux que les auteurs africains, tant ils semblent être les nouveaux créateurs de la langue française.

Mélanges de sangs de Roger Smith (Calmann Levy – Livre de poche)

Ça y est ! je l’ai lu ce roman de Roger Smith, que mes amis Richard et Jean me pressaient tant de lire, avec une telle insistance que ça ressemblait à du harcèlement. Ils avaient raison, c’est un premier roman exceptionnel, qui présente l’Afrique du Sud sous un jour où on a peu tendance à la montrer. Car dans ce roman, tout est question de personnages. On y trouve Burn, Benny, Barnard … et l’Afrique du Sud.

Jack Burn est un ancien Marines qui a participé à l’opération Tempête du Désert en Irak. Revenu au pays, il a retrouvé sa femme Susan et leur petit garçon Matt. Jack a eu du mal à se familiariser avec son pays, et a participé à un braquage au cours duquel un policier est tué. En fuite, Jack et sa famille s’installent en Afrique du Sud, dans une maison sécurisée. Ce soir là, en plein diner, deux malfrats du gang des Americans font irruption dans la maison familiale. Burn, pour protéger sa famille, va tuer les deux hommes, les découper et se débarrasser des corps dans une décharge publique.

En face de leur maison, Benny Mongrel est un gardien qui fait sa tournée avec sa chienne Bessie. Il a vu les deux malfrats entrer dans la maison de Burn mais ne les a jamais vus ressortir. Pour autant, il décide de ne rien dire à Barnard, un gros flic corrompu, qui incarne à lui seul tout ce qu’on peut détester dans un personnage. Sans pitié, profitant des trafics de drogue aussi bien que de la prostitution, il est à la recherche de ces deux malfrats qui lui doivent de l’argent. Quand, il sonne chez Burn, pour un interrogatoire de routine, pour savoir s’il a vu les jeunes qui conduisaient la BMW rouge, il sent que Burn lui ment.

Ce roman est construit comme un ballet, où les danseurs valsent entre eux, passant de main en main jusqu’à ce qu’ils finissent dans les bras de la mort. La construction est très bien maitrisée, et comme on parle là d’un premier roman, je peux donc vous dire que ce roman est exceptionnel. Mais la narration repose avant tout sur ses personnages.

Les personnages sont tous incroyablement vivants,horribles, et les scènes sont toutes criantes de vérité, toutes marquantes; l’auteur maitrise les temps calmes et les temps forts. Et en parlant de temps forts, il y en a à foison dans ce roman, des scènes d’une visibilité incroyable, d’une violence couleur rouge sang qui vous marqueront longtemps.

Car ce roman est violent, très violent, et ce que veut nous montrer l’auteur, c’est l’Afrique du Sud, celle des ghettos, des endroits où à chaque minute, à chaque seconde, on lutte pour sa vie. Chacun a perdu la moindre once d’humanité, la vie est devenue une jungle où la question est : Qui tuera le premier ? Et c’est d’autant plus marquant que Roger Smith nous décrit cela comme s’il n’y avait rien d’extraordinaire, comme s’il était parfaitement normal de tirer à bout portant dans la tête d’un enfant qui ne vous a rien fait.

Je me suis posé la question du titre, qui me fait penser à plusieurs choses. C’est un roman post apartheid, mais qui ne prend pas partie, qui veut montrer comme un reportage ce que l’on trouve dans des endroits délabrés que l’on ne veut pas voir. Et j’aurais aimé que Roger Smith, qui a un incroyablement talent pour créer des personnages, pour mitonner une intrigue sinueuse ou pour peindre des scènes écarlates s’engage un peu plus. De même, il m’a manqué quelques descriptions des quartiers pour m’y sentir emporté, imprégné.

Malgré ces deux réserves, c’est un premier roman incroyable, d’une richesse rare qui me fait dire que les Américains ne peuvent pas réussir à l’adapter. Malgré cela, sur la quatrième de couverture, il est indiqué que Samuel Jackson jouera dans le rôle du flic zoulou à la poursuite de Barnard. Alors, je préfère vous donner un conseil : lisez ce livre avant de voir le film qui risque d’être raté, au contraire de ce roman maitrisé de bout en bout. Epoustouflant !

Allez lire l’interview du concierge masqué ainsi que l’avis de mon ami Jean le Belge.