Archives pour la catégorie Non classé

Bilan de l’année 2018 … et bonne année à tous

Faut-il ou non faire un bilan de l’année ? J’ai hésité à le faire cette année, et puis, je me suis dit qu’il fallait que je laisse une trace de mes lectures de cette année, et en particulier de mes coups de cœur qui auront été nombreux. Pour moi, une bonne année, c’est quand je finis l’année avec 3 ou 4 coups de cœur. 2018 en comporte 6 ; elle restera donc pour moi un excellent cru.

Je me plie donc à l’exercice du bilan, comme beaucoup de mes collègues blogueurs. Mais avant tout, je tiens à vous souhaiter à tous une excellente année 2019, que celle-ci vous apporte pour vous et vos proches tout le bonheur que vous souhaitez, et que vous trouviez dans vos lectures de quoi nourrir votre soif de culture.

Cette année, j’aurais dépassé le millier de billets, ce qui me rend fier du travail accompli. J’aurais aussi donné plus de visibilité aux livres en format poche avec une nouvelle rubrique Des poches pleines de poches. J’aurais aussi moins publié, ce qui fait que beaucoup d’avis sont passés à la trappe.

Et puis, le plaisir de partager est toujours là, même si je n’aurais fait qu’un seul salon cette année : celui de Saint Maur. Par contre, je suis toujours heureux de participer au Prix des Balais d’Or qui a consacré encore cette année d’excellents romans et dont la 9ème édition est en cours. Et puis, ma rubrique Oldies aura mis à l’honneur la collection Rivages Noir que j’affectionne particulièrement. Et si 2019 était celle de la Série Noire de Gallimard ? Nous verrons …

J’en profite pour faire un gros poutou spécial 2019 à mes amis Bruno, Richard, Yvan, Jean le Belge, Vincent, Jeanne. Et un énorme merci pour leurs chroniques tentatrices à Claude, Paul, Belette, Yan et Jean-Marc.

Je disais donc 6 coups de cœur, qui m’auront enthousiasmé, bouleversé, ému et choqué. 6 romans inoubliables pour moi, qui j’espère le seront pour vous aussi :

Sans lendemain de Jake Hinkson (Gallmeister)

L’homme-craie de CJ.Tudor (Pygmalion)

Power de Mickaël Mention (Stéphane Marsan)

Le sexe du ministre d’Olivier Bordaçarre (Phébus)

La guerre est une ruse de Frédéric Paulin (Agullo)

My absolute darling de Gabriel Tallent (Gallmeister)

Il ne faut pas oublier dans cette liste de romans ceux qui m’auront touché aussi et qui sont passés à un doigt du coup de cœur :

Xangô de Gildas Girodeau (Au-delà du raisonnable)

Par les rafales de Valentine Imhof (Rouergue)

Kisanga d’Emmanuel Grand (Liana Levi)

Racket de Dominique Manotti (Les arènes)

Les incurables de Jon Bassoff (Gallmeister)

Les ombres de Montelupo de Valerio Varesi (Agullo)

Pour services rendus de Iain Levison (LIana Levi)

Empire des chimères d’Antoine Chainas (Gallimard Série Noire)

Rouge Parallèle de Stéphane Keller (Toucan)

La dernière couverture de Matthieu Dixon (Jigal)

Dans les angles morts d’Elisabeth Brundage (Quai Voltaire)

Corruption de Don Winslow (Harper & Collins)

Je chronique peu de bandes dessinées mais je tenais à en signaler deux qui m’ont beaucoup plus. La guerre des Lulus de Régis Hautière et Hardoc (Casterman) en 5 tomes qui parle de l’itinéraire de cinq enfants orphelins livrés à eux-mêmes pendant la première guerre mondiale, une histoire touchante et passionnante. Et Il faut flinguer Ramirez tome 1 de Nicolas Petrimaux (Glénat) qui a un vrai scénario passionnant et qui fait preuve d’un humour bienvenu dans un environnement noir. Du vrai polar écrit et dessiné de façon très visuelle, cinématographique.

Il est temps pour moi de vous laisser, je vous souhaite à nouveau une excellente année 2019, pleine de bonheur, pleine de lectures et plus que jamais, n’oubliez pas le principal, lisez !

Publicités

Claude Mesplède (1939-2018)

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition du « pape du polar ».

On dit que les blogueurs sont les fils de Claude Mesplède.

Eh bien oui, Claude Mesplède était mon père du polar.

Le polar est encore un peu plus noir aujourd’hui.

Mes pensées vont à Ida et à toute sa famille

MESPLEDE  POLAR
DDM THIERRY BORDAS TOULOUSE LE 11MAR2014 PORTRAIT DE CLAUDE MESPLEDE SPECIALISTE ET PAPE DU POLAR

La chronique de Suzie : Lola, Cheffe de gang de Melissa Scrivner Love

Editeur : Seuil

Traducteur : Karine Lalechère

Suzie est de retour pour vous parler polar. C’est plutôt une bonne idée avec les fêtes de fin d’année qui approchent … Je lui laisse la parole :

Bonjour amis lecteurs. Me voici de retour à la surface pour vous parler d’un premier roman intitulé « Lola », cheffe de gang.

En lisant la quatrième de couverture, on apprend que l’auteur est aussi scénariste pour des séries policières tels que « CSI Miami » ou « Person of Interest ». J’ai trouvé cela prometteur et je me suis donc lancée dans cette lecture.
Le synopsis est assez simple. Une jeune femme faisant partie d’un gang de latinos de Los Angeles, ne semble pas être autre chose que la compagne du chef. Mais, les apparences sont trompeuses car c’est elle la tête pensante et la personne qui donne les ordres. Lors d’une descente qui aurait pu augmenter la notoriété de son gang, tout foire et Lola va devoir s’investir encore plus pour éviter de perdre sa tête.
L’histoire est racontée du point de vue de Lola, de ses problèmes, de son vécu. On est immergé dans la vie quotidienne d’un « petit » gang de quartier mais aussi des différents codes dans ces quartiers où chacun essaie de survivre à sa façon. Ce sont des zones de non droit où le communautarisme est roi, où tout n’est qu’apparence. Chacun a une place bien définie qu’on soit un homme ou une femme. Une bonne partie des problèmes de la Société est représentée dans ce microcosme que ce soient la drogue, la prostitution, la violence familiale, la pédophilie, … Le décor tel qu’il est planté est déprimant car les personnes ne devraient pas vouloir plus que ce à quoi elles peuvent accéder. Mais, pour certains, cela n’est pas suffisamment et ils feront tout pour se battre.
Au niveau des personnages, celui qui prédomine est celui de Lola. Elle est définie comme une personne que les hommes sous-estiment à cause de plusieurs critères mais surtout parce que c’est une femme et donc considérée comme négligeable. Au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, l’auteur va nous apprendre un certain nombre de choses sur son passé et son arrivée à la tête du gang.
C’est une personne réfléchie qui essaie d’avoir un certain code de l’honneur au sein de son activité. Elle assume toutes ses décisions bien que, parfois, elle aimerait pouvoir s’appuyer sur quelqu’un. Elle n’hésite pas à se salir les mains si besoin et elle a un énorme problème vis-à-vis de sa mère. Enfin, comme elle est obligée de cacher son rôle de chef, elle donne une apparence lisse qui la ronge de l’intérieur.
Tout au long de l’histoire, c’est la voix de Lola qu’on écoute et qui nous explique les problèmes dans lesquels elle se trouve, les relations qu’elle peut avoir avec son entourage, … Les autres personnages principaux sont composés des membres de son gang, que des hommes, de sa famille proche avec qui elle a une relation très particulière et conflictuelle ainsi qu’une petite fille qui va lui donner le courage de penser à un avenir différent. Parmi les membres du gang, deux protagonistes masculins vont être mis en avant car ils ont des interactions spécifiques avec Lola. Les autres seront plutôt des stéréotypes venus étoffés l’intrigue.
Enfin, l’intrigue ressemble à celle qu’on peut trouver dans un épisode de série. Ce qui est compréhensible lorsqu’on connait le métier de l’auteur. Les informations qui ont permis d’arriver à la situation initiale, vont être distillées au fur et à mesure de l’avancement de cette dernière pour donner plus de poids à la situation dramatique dans laquelle se trouvent les protagonistes. Comme pour montrer que les apparences jouent un rôle important dans cette histoire, l’auteur va jouer avec des voiles qui vont servir à obscurcir ou dévoiler certains pans de vérité. Comme dans un épisode de série, l’intrigue va se précipiter à la fin et éclaircir la situation pour qu’on puisse la comprendre.
Lorsque j’ai commencé à lire cette histoire, bien que je trouvais que le synopsis était prometteur, j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier aux personnages. Je ne comprenais pas où l’auteur voulait en venir. Il a fallu que je m’accroche à l’intrigue pour commencer à trouver cela intéressant. Puis au fur et à mesure des chapitres, la personnalité de Lola se dévoile, les problèmes s’amplifient et se complexifient. On ne sait plus où donner de la tête tellement il y a d’informations contradictoires.
Finalement, c’est un roman qui m’a beaucoup intéressée. Qui n’est pas à mettre entre toutes les mains plus pour son contexte sociétal. J’attends d’avoir un deuxième livre de l’auteure pour avoir un avis définitif. Mais, si vous aimez lire les scénarios de série, ce livre devrait vous intéresser. Sur cela, je vous abandonne à vos lectures. Je pense que je vais rester à la surface un petit moment.Il y a des choses intéressantes qui se profilent. A bientôt