Archives du mot-clé Alain Bron

Toutes ces nuits d’absence d’Alain Bron

Editeur : Editions Les chemins du hasard

Son précédent roman, Le monde d’en bas, m’avait impressionné, à tel point que j’avais regretté de l’avoir laissé dormir sur mes étagères trop longtemps. Toutes ces nuits d’absence confirme qu’Alain Bron est un auteur à la plume rare qui parle de sujets graves.

Jacques Perrot est écrivain et était en train de déguster son thé, quand son chat Iago fit des siennes : perché sur une étagère, il fait tomber une boite métallique. Quand celle-ci tombe par terre, elle s’ouvre et répand son contenu : de vieilles photos datant de la jeunesse de l’auteur. Parmi elles, Jacques Perrot trouve une vieille photographie de classe, quand il était au lycée de Troyes. Il se rappelle aussitôt Brigitte, son amour de jeunesse, retrouvée assassinée.

Ce meurtre lui a laissé un gout amer dans la bouche. C’est Brigitte qui l’a initié aux joies de l’amour, en 1966. Elle avait son appartement et il la retrouvait après avoir traversé la ville sur son vélo de course jaune. Si elle avait une réputation de fille facile, il s’en moquait bien, puisque la seule chose qui comptait pour lui était son amour pour elle. Tout cela s’est terminé par un corps abandonné, après avoir été violé et étranglé.

Jacques Perrot s’arrange donc avec son éditeur pour organiser une séance de dédicace dans une librairie troyenne. Cela lui permettra de rendre visite aux bureaux du journal local, et ainsi de revenir sur ce qui s’est passé à cette époque. Il en profite pour y passer un week-end entier, et il fait la connaissance de Ninon, stagiaire au journal, qui accepte de l’aider à fouiller les archives. Il se rappelle, grâce aux articles, qu’un coupable avait été arrêté et que ce dernier s’était pendu dans sa cellule, scellant ainsi la fin de affaire. Mais il ne fait pas bon remuer la boue du passé.

Une nouvelle fois, Alain Bron nous emporte dans la passé, avec sa plume magique, qui nous fait visiter la France du début des années 60, avant les événements de mai 1968. Il y a dans sa façon de raconter une histoire, une sorte d’évidence et de naturel qui fait que l’on est prêt à suivre l’auteur dans tout ce qu’il raconte. C’est l’une des grandes qualités de ce roman qui m’a transporté ailleurs dans un passé que je connais mal.

Car le sujet de ce roman est bien cette période peu connue et trouble des années 60 qui a été occultée par ce qui s’est passé ensuite. Il nous montre la vie en ce temps-là dans une petite ville de province, avec ses notables qui dominaient les affaires, et les ouvriers qui vivaient dans un monde séparé. Dans une période de plein emploi, tout ne pouvait que bien se passer. L’affaire du meurtre de Brigitte aurait finalement pu remettre en cause cette joie de vivre de l’époque.

Sauf que la communication ne passait que par les journaux ou la radio et qu’elle était contrôlée par des gens qui avaient beaucoup d’argent. Et que ces gens là avaient des origines politiques extrémistes, issus des mouvements armés luttant contre l’indépendance de l’Algérie et que … Bref, je ne vais pas tout vous raconter, mais Alain Bron va dérouler son intrigue comme on déroule une pelote de laine … bien sale.

Contrairement à beaucoup de romans historico-contemporains, Alain Bron ne choisit pas de faire des Allers–Retours Présent – Passé mais bien de suivre l’enquête personnelle de Jacques Perrot et s’avère une belle dénonciation de la création de certains mouvements d’extrême droite et leurs financements actuels. De simple roman policier, il nous offre un roman fort intelligent dans la forme et dans le fond, en même temps qu’il est un pur plaisir à lire. Si après ce que je viens de vous dire, vous avez encore des doutes, alors je ne comprends plus rien !

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul

Le monde d’en bas d’Alain Bron

Editeur : In Octavo éditions

Lors d’une séance de dédicace d’Elena Piacentini en janvier dernier, Jeanne Desaubry m’a présenté un auteur que je ne connaissais pas, Alain Bron. Nous avons discuté et il m’a gentiment demandé si j’étais intéressé par la lecture de son dernier roman. J’ai évidemment accepté, et je l’ai reçu avec une très gentille dédicace. Je dois plaider coupable, car ce roman s’est retrouvé noyé dans la pile de livres, jusqu’à ce que le mois dernier, je fasse une liste de livres à lire avant la fin de l’année. Quand je l’ai retrouvé (mon bureau ressemble vraiment à une somme de piles de livres dans lesquelles je me perds souvent), j’ai été pris par un sentiment de honte. Voulant respecter mon engagement, j’ai entamé ce roman avec une envie de découverte. Et après l’avoir fini, je regrette de ne pas en avoir parlé plus tôt, car c’est un roman tout simplement impressionnant. Ce roman nous parle de trois personnages, tous très différents.

Ettore Bisulli est italien et vit dans les sous-sols de Paris. Il s’est aménagé une petite salle, proche des égouts, avec des issues qui donnent sur les voies du métro. Ce jour-là, il rentre « chez lui », et découvre des sans-abris dans une salle adjacente à la sienne. Il s’arme s’une barre de fer et les chasse facilement. Quand il entend un bruit suspect, il sait qu’un autre homme est en train de le chercher et celui-là pourrait être plus dangereux. Il s’enfuit dans les couloirs et utilise sa lampe frontale comme leurre. Il la jette sur les voies du métro et le poursuivant se jette à sa poursuite, juste au moment où une rame passe. Ettore vient de se débarrasser d’un ennemi mais ses ennuis pourraient bien ne faire que commencer.

C’est le commissaire Gérôme Berthier qui va devoir enquêter sur cet accident survenu dans le métro. Tout laisse penser à un suicide, mais comment cet homme a pu se retrouver dans un endroit interdit au public ? Et d’où venait-il ? lors de l’interrogatoire, le conducteur de la rame lui signale avoir vu une lumière passer quelques secondes avant que le corps ne bascule sur les rails.

Philippe Néret vient de créer sa maison d’édition par amour de la littérature. Il vient de recevoir un manuscrit dans lequel il reconnait de grandes qualités. Pour en être sur, il demande à sa secrétaire de confirmer son avis. Le seul problème, c’est qu’il n’a que le premier chapitre de ce qui ressemble à la biographie d’un jeune homme qui s’est enrôlé dans les Brigades Rouges dans les années 70. Il n’attend qu’une chose, recevoir la suite de ce roman écrit par un dénommé Ettore Bisulli.

Cela faisait un bout de temps que je cherchais à me documenter, à travers un roman, sur les années de plomb qui ont ensanglanté l’Italie dans les années 70. Et c’est aussi une chose que je cherche dans le polar, pouvoir avoir des points de vue sur certains faits historiques sans être obligé de se coltiner la fatuité de certains ouvrages purement historiques. Par la finesse dans la description des psychologies des personnages et dans la richesse de la documentation, ce roman a largement rempli son rôle.

L’originalité de la construction du roman y est pour beaucoup, et je pense que l’auteur a du beaucoup y réfléchir avant de trouver la bonne formule, celle qui vous tient accroché comme un poisson ferré au bout de l’hameçon. Car sans qu’il n’y ait aucune scène d’action ou de violence, c’est bien par la simplicité et l’évidence des phrases, mais aussi par enchaînement des événements que l’auteur arrive à nous passionner.

On peut distinguer quatre types de narration dans ce livre qui vont alterner tout à tour pour construire l’intrigue : Tout d’abord, le roman s’ouvre avec Ettore et nous narre sa vie dans les sous-sols de Paris. Ensuite, il y a l’enquête de Berthier déroulée de façon lente et très logique. Puis, il y a Neret, jeune éditeur prêt à tout pour récupérer un futur roman à succès et en parallèle son idylle avec sa secrétaire. Enfin, il y a ces passages entiers du roman d’Ettore qui forment à eux-seuls un roman à part entière, et qui sont la pépite de ce roman, nous montrant des jeunes qui se battent pour défendre le peuple, leur motivation, leurs dérives, et la façon dont ils peuvent se faire manipuler.

Pour finir, parce que je pourrais vous en dire des tonnes, je finirai par l’écriture d’Alain Bron. Dès les premières lignes, on sent que l’on a entre les mains un roman qui pourrait être qualifié par de la Grande Littérature. Certes l’auteur prend son temps, mais le sujet est difficile, il est ardu de se contenter de décrire sans prendre position, et on ne peut qu’être étonné, ébahi par la qualité littéraire de ce roman. Alain Bron, selon la quatrième de couverture, s’est essayé à tous les genres. Pour moi, Alain Bron est un Grand Auteur et ce roman est une mine d’information en même temps qu’il est un Roman passionnant à suivre, de ceux que l’on n’oubliera pas de sitôt. Et comme dans tout bon polar qui se respecte, la fin est géniale … comme tout le livre d’ailleurs.

Ne ratez pas les avis de L’oncle Paul et de Marine