Archives du mot-clé Alain Dubak

L’ange rouge de François Médéline

Editeur : Manufacture de livres

L’incursion dans le monde du thriller de François Médéline peut étonner ses fans de romans noirs et politiques. Pour autant, il a conservé sa ligne de conduite et nous offre une histoire noire et violente centrée autour de son personnage principal.

Un radeau dérive sur le Rhône au gré du courant et bute sur un pilier de pont. Le commandant Alain Dubak et son adjointe la capitaine Piroli, dite Mamy prennent place sur un hors-bord pour rejoindre l’endroit entouré par les flots. Un homme mort repose sur l’embarcation en bois, crucifié. En y regardant de plus près, ses organes génitaux ont été découpés, et une orchidée a été dessinée sur le corps.

Le commissaire divisionnaire Paul Giroux leur annonce la mauvaise nouvelle : le procureur a décidé de confier l’enquête au groupe Dubak. Comme la découverte a été faite en pleine nuit, peu de témoins ont vu la scène. Ils vont pouvoir garder le silence pendant quelques jours. Alain Dubak appelle ses collaborateurs par des numéros. Abdel, numéro 6 et Thierry, numéro 7 sont chargés d’emmener le corps à l’IML.

Le lendemain, la conférence de presse annonce le strict minimum : un corps a été retrouvé sur un radeau. Toute l’équipe Dubak y assiste, Mamy, Joseph numéro 5, Abdel, et Thierry. Véronique, la procédurière du groupe et numéro 3 assiste à l’autopsie. Laquelle autopsie montre que le corps n’a pas subi de violence sexuelle mais a été minutieusement nettoyé. Rapidement, l’équipe met un nom sur le mort : Thomas Abbe.

« Le crucifié était là, en moi. Il voulait que je l’aime. »

Indéniablement, ce polar respecte tous les codes du genre Polar / Thriller tout en ayant sa propre personnalité. L’intrigue se pose assez rapidement, et on comprend vite que ce meurtre rituel va en appeler d’autres et qu’on va tranquillement verser dans une chasse au serial killer. Les descriptions des événements respectent aussi les formalités liées à une enquête policière ce qui donne une impression de réalisme poussé.

Le mystère de ce meurtre (et des suivants) va vite se complexifier, et les pistes se multiplier entre école artistique, groupe mystique, crime homophobe ou blacks blocks pour nous embrouiller mais dans les cent dernières pages, le lecteur va mettre en place les pièces du puzzle, accompagné par François Médéline qui nous livre les pièces manquantes. Et ce n’est pas Alain Dubak qui va nous y aider.

Car ce roman est porté de bout en bout par le commandant Dubak, son histoire, ses échecs et ses faiblesses. Sa compagne Alexandra l’a quitté cinq ans auparavant pour un courtier en assurance, et cette cicatrice saigne encore pour lui. Ayant une tendance marquée pour les stupéfiants afin d’oublier son présent, il est hanté par son passé et souffre d’hallucinations. Ce qui donne des passages hallucinants, hallucinés où tout se mélange pour Dubak, ce qu’il voit, ce qu’il pense, ce qu’il rêve, ce qu’il pressent.

Si par moments, la lecture est difficile à suivre, son ton très original est rehaussé par un style haché, qui ne donne pas du rythme mais illustre la personnalité complexe du personnage principal. D’ailleurs, Dubak est tellement présent qu’il fait de l’ombre aux autres personnages, quitte à ce qu’on ait du mal à les voir (sur) vivre. C’est d’autant plus frustrant que certains d’entre eux auraient mérité plus de lumière. Cela donne aussi une impression de distance par rapport à la narration, ce qui en gomme toute l’émotion qui devrait en découler.

Cet Ange Rouge est tout de même un bel objet littéraire, un thriller avec sa propre identité mais le rythme et les passages obscurs font que je l’ai plutôt aimé en dents de scie : j’ai adoré les passages hallucinés, quand Dubak fantasme (succession de J’ai vu …») et regretté l’absence de l’équipe trop en retrait. Mais en aucun cas, je n’ai regretté ma lecture, et je garde en mémoire des scènes marquantes, énormes.