Archives du mot-clé Anniversaire

And the winner 2018 is …

Voici donc le nom du gagnant du concours d’anniversaire pour fêter les 9 ans de Black Novel. Je tiens encore à remercier tous ceux qui passent ici lire mes élucubrations sans oublier les petits mots très gentils que l’on m’a laissés.

Cette année, Le cadeau est Power de Mickaël Mention, publié par les Stéphane Marsan. La quatrième de couverture est celle-ci :

« Ici, comme dans les autres ghettos, pas d’artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c’est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève. »

Enlisés au Vietnam, les États-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d’Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l’assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l’organisation défie l’Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l’image du pays, happé par le chaos des sixties.

Un roman puissant et viscéral, plus que jamais d’actualité.

Vous retrouverez mon avis ici

Je ne vous fais pas languir plus longtemps. Le nom du gagnant est : Gilles Moreau

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Et j’adresse toutes mes félicitations au gagnant.

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci à tous, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

Publicités

Black Novel a 9 ans !

Eh voilà, Black Novel prend un an de plus, il a 9 ans. Alors on va fêter ça avec un petit concours pour lequel vous aurez la possibilité de gagner un GRAND roman.

Mais avant de parler concours, sachez que l’envie de partager mes avis, mes lectures est toujours aussi grand. Et je tiens à vous remercier, vous lecteur de passage, ou vous abonné et lecteur fidèle. Merci pour votre assiduité, pour vos commentaires, pour vos encouragements. Merci aussi aux auteurs avant tout, qui nous offrent tant d’émotions. Merci aux éditeurs qui me font confiance, aux attachés de presse qui pensent à moi. Merci aussi aux collègues blogueurs qui me guident dans mes choix, et à mes amis (en particulier les Pieds Nickelés du Polar qui se reconnaitront qui sont comme des frères pour moi). Je tiens d’ailleurs à leur adresser un message : « on s’est ratés cette année, mais sachez que vous êtes toujours auprès de moi quand je lis un livre ».

Cette année, je n’aurais pas fait de nouvelles choses, si ce n’est que j’aurais fait l’effort en 2017 de publier 3 billets par semaine, pour parler encore et toujours de romans, d’auteurs et de littérature. Je dois vous dire que c’est un expérience que je ne renouvellerai pas. Ce fut trop fatigant, trop prenant. Depuis le début de l’année 2018, je reviens donc à un rythme plus raisonnable, c’est-à-dire à deux billets par semaine. Cela va avoir pour conséquence que je ne parlerai que des romans que j’ai adorés. Si vous voulez avoir la liste intégrale de mes lectures, il vous faudra aller sur le groupe Facebook 100 lectures pour 2018.

Enfin, comme l’année dernière, j’aimerais faire un clin d’œil au Grand Prix des Balais d’Or auquel je participe avec toujours autant de plaisir, qui me permet de découvrir de nouveaux auteurs et de rencontrer des gens passionnés et souriants. J’envoie un gros bisou à mon ami du sud, la Petite Souris. Je n’oublie pas mes trois amis Yvan, Vincent, et Jean le Belge. Je fais aussi un clin d’œil à l’association 813 qui défend la littérature sous toutes ses formes et que je vous conseille de rejoindre.

Un anniversaire, ce n’est pas un anniversaire s’il n’y a pas de cadeau. Comme d’habitude, je vous propose donc de gagner un de mes coups de cœur, un des grands romans de 2018, qui sera peut-être ma meilleure lecture pour cette année. Je tiens à préciser que ce roman est acheté avec mon argent personnel ce qui m’évite de rédiger un règlement de concours.

Le principe est simple : vous répondez à une question en envoyant un mail à concoursblacknovel@gmail.com. Le ou la gagnante sera contacté (e) par mail pour que j’obtienne son adresse postale. La date limite de réponse est le 11 mai 2018 à minuit. Le 12 mai, un billet donnera le nom du gagnant (ou son pseudo). Le tirage au sort sera réalisé par mes enfants.

Cette année, j’ai choisi Power de Mickaël Mention, publié par Stéphane Marsan. Ce roman parle de la naissance, de l’existence et de la fin du Black Panthers Party, à travers trois personnages formidables. Ce roman bénéficiera d’une dédicace de l’auteur exclusive.

La quatrième de couverture est celle-ci :

« Ici, comme dans les autres ghettos, pas d’artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c’est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève.»

Enlisés au Vietnam, les États-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d’Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l’assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l’organisation défie l’Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l’image du pays, happé par le chaos des sixties.

Un roman puissant et viscéral, plus que jamais d’actualité.

Vous retrouverez mon avis ici

La question est la suivante : Quel roman de Mickaël Mention situe son action dans un sous-marin ?

Indice : Tous les romans de Mickaël Mention étant chroniqués sur Black Novel, vous devriez trouver la solution dans ces pages !

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous réserve encore quelques belles surprises à venir, dont une qui va arriver très vite. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Car moi, je continue …

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci à tous, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

And the winner 2017 is …

Voici donc le nom du gagnant du concours d’anniversaire pour fêter les 8 ans de Black Novel. Je tiens encore à remercier tous ceux qui passent lire mes élucubrations sans oublier les petits mots très gentils que l’on m’a laissés.

Cette année, Le cadeau est Le dernier baiser de James Crumley, publié dans une nouvelle traduction par les éditions Gallmeister. Cette édition bénéficie aussi d’illustrations en noir et blanc qui donnent une nouvelle dimension à ce chef d’œuvre. Même si vous l’avez lu, vous vous devez de tenir entre vos mains cette édition.

La quatrième de couverture est celle-ci :

Pour Sughrue, privé officiant à Meriwether dans le Montana, ce contrat avait tout d’une aubaine. Budget illimité pour écumer les bars des États-Unis à la recherche de Trahaerne, auteur à succès porté sur les fugues autant que sur la boisson. Sitôt l’écrivain débusqué dans un bar miteux de la côte Ouest, Sughrue se trouve chargé d’une nouvelle enquête : il doit retrouver la trace de Betty Sue Flowers, jeune fille énigmatique disparue dix ans auparavant. La compagnie de Trahaerne étant plutôt agréable, notre privé embarque l’alcoolique dans son périple. Mais il ne pouvait prévoir sa fascination grandissante pour la disparue ni les ramifications sans fin de cette affaire où tous semblent sans cesse se jouer de lui.

Le Dernier Baiser,  roman emblématique du géant américain James Crumley, met en scène pour la première de ses aventures un détective inimitable qui balade son lecteur aux quatre coins de l’Ouest américain.

Illustré par Thierry Murat, et traduit par Jacques Mailhos, deuxième titre d’une série de rééditions exceptionnelles de Crumley.

James Crumley, lauréat de nombreux prix en France comme aux États-Unis, est une voix incontournable du polar américain contemporain et de l’École du Montana.

Vous retrouverez mon avis ici

Cette année, le concours sera passé au stade du rang international, puisque j’ai enregistré des participations de Canadiens ! Le nom du gagnant est : Anne Derigon

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Et j’adresse toutes mes félicitations au gagnant. Et qui sait, peut-être y aura-t-il un concours pour le 1000ème billet ?

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci à tous, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

Black Novel a 8 ans !

Eh voilà, Black Novel prend un an de plus, il a 8 ans. Alors on va fêter ça avec un petit concours pour lequel vous aurez la possibilité de gagner un chef d’œuvre du roman noir.

Mais avant de parler concours, sachez que l’envie de partager mes avis, mes lectures est toujours aussi grand. Et je tiens à vous remercier, vous lecteur de passage, ou vous abonné et lecteur fidèle. Merci pour votre assiduité, pour vos commentaires, pour vos encouragements. Merci aussi aux auteurs avant tout, qui nous offrent tant d’émotions. Merci aux éditeurs qui me font confiance, aux attachés de presse qui pensent à moi. Merci aussi aux collègues blogueurs qui me guident dans mes choix, et à mes amis (en particulier les Pieds Nickelés du Polar qui se reconnaitront qui sont comme des frères pour moi).

Cette année, j’aurais enfin inauguré une rubrique Bande Dessinée, avec un billet. J’aurais surtout publié plus de billets pour la jeunesse et beaucoup plus lu, ce qui me permet de ne parler que des livres que j’ai adorés. Sachez que je ne publie que deux tiers des livres que je lis. Enfin, j’aimerais faire un clin d’œil au Grand Prix des Balais d’Or auquel je participe avec toujours autant de plaisir, qui me permet de découvrir de nouveaux auteurs et de rencontrer des gens passionnés et souriants. Je fais aussi un clin d’œil à l’association 813 qui défend la littérature sous toutes ses formes et que je vous conseille de rejoindre.

Un anniversaire, ce n’est pas un anniversaire s’il n’y a pas de cadeau. Comme d’habitude, je vous propose donc de gagner un de mes coups de cœur, un des seuls romans que je qualifierais de chef d’œuvre. Je tiens à préciser que ce roman est acheté avec mon argent personnel ce qui m’évite de rédiger un règlement de concours.

Le principe est simple : vous répondez à une question en envoyant un mail à concoursblacknovel@gmail.com. Le ou la gagnante sera contacté (e) par mail pour que j’obtienne son adresse postale. La date limite de réponse est le 13 mai 2014 à minuit. Le 14 mai, un billet donnera le nom du gagnant (ou son pseudo). Le tirage au sort sera réalisé par mes enfants.

Cette année, j’ai choisi Le dernier baiser de James Crumley, publié dans une nouvelle traduction par les éditions Gallmeister. Cette édition bénéficie aussi d’illustrations en noir et blanc qui donnent une nouvelle dimension à ce chef d’œuvre. Même si vous l’avez lu, vous vous devez de tenir entre vos mains cette édition.

La quatrième de couverture est celle-ci :

Pour Sughrue, privé officiant à Meriwether dans le Montana, ce contrat avait tout d’une aubaine. Budget illimité pour écumer les bars des États-Unis à la recherche de Trahaerne, auteur à succès porté sur les fugues autant que sur la boisson. Sitôt l’écrivain débusqué dans un bar miteux de la côte Ouest, Sughrue se trouve chargé d’une nouvelle enquête : il doit retrouver la trace de Betty Sue Flowers, jeune fille énigmatique disparue dix ans auparavant. La compagnie de Trahaerne étant plutôt agréable, notre privé embarque l’alcoolique dans son périple. Mais il ne pouvait prévoir sa fascination grandissante pour la disparue ni les ramifications sans fin de cette affaire où tous semblent sans cesse se jouer de lui.

Le Dernier Baiser,  roman emblématique du géant américain James Crumley, met en scène pour la première de ses aventures un détective inimitable qui balade son lecteur aux quatre coins de l’Ouest américain.

Illustré par Thierry Murat, et traduit par Jacques Mailhos, deuxième titre d’une série de rééditions exceptionnelles de Crumley.

James Crumley, lauréat de nombreux prix en France comme aux États-Unis, est une voix incontournable du polar américain contemporain et de l’École du Montana.

Vous retrouverez mon avis ici

La question est la suivante : Les éditions Gallmeister rééditent les romans de James Crumley et Le dernier baiser est leur deuxième parution. Quel fut le titre du premier roman de James Crumley publié par les éditions Gallmeister ?

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Car moi, je continue …

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci à tous, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

Le gagnant du concours Black Novel

Pour fêter les 7 ans de Black Novel, j’ai organisé un concours. Le lot était un polar, coup de cœur Black Novel, à savoir plusdeproblème.com de Fabrice Pichon (Editions Lajouanie).

Je vous rappelle la quatrième de couverture est celle-ci :

C’est la curieuse histoire d’un cadre criblé de dettes, harcelé par ses créanciers, humilié par le juge du surendettement, méprisé par sa famille mais chéri par sa maîtresse, qui se décide à se lancer dans l’élimination de ses semblables…

C’est aussi la drôle d’enquête d’un commissaire qui, traquant un immonde pourvoyeur de chair fraîche, croise la route d’un insaisissable tueur à gages… C’est donc, mais pas que, l’histoire de Sylvie, Marc, Marie et… Walter.

plusdeprobleme.com est un roman haletant, diablement bien construit et bigrement original. Les héros ? Le narrateur (un sacré schizo, grand amateur de whisky), le commissaire (une jeune femme, branchée demoiselle) et une ribambelle de seconds couteaux qui mènent l’enquête à un train d’enfer…

Vous retrouverez mon avis ici

La question était la suivante : Quel fut le titre du premier roman écrit par Fabrice Pichon ?

La bonne réponse était : Vengeance sans visage (Editions Citron Bleu)

Vengeance sans visage

Le nom du gagnant est : Alexandre Nerrière

Le livre sera envoyé dès cette semaine.

Je vous remercie d’avoir été aussi nombreux à jouer et j’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes.

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

Black Novel prend un an de plus !

Eh voilà, Black Novel a 7 ans. Je n’arrive toujours pas à y croire !

L’envie de partager mes avis, mes lectures est toujours aussi grand. Et je tiens à vous remercier, vous lecteur de passage, ou vous abonné et lecteur fidèle. Merci pour votre assiduité, pour vos commentaires, pour vos encouragements. Merci aussi aux éditeurs qui me font confiance, aux attachés de presse qui pensent à moi et surtout aux auteurs avec qui je suis en contact, ou que je rencontre dans les quelques salons que j’arpente.

Cette année, ma fille aura publié son premier billet. Et c’est l’événement que je garderais de cette année, le plus important pour moi. J’ai un peu laissé tomber ma rubrique d’Information du mardi par manque de temps, mais aussi parce que je participe au panier de l’association 813, pour mettre en avant des romans mais aussi des blogs de collègues et copains. Car plus nous parlerons de livres, plus le niveau des publications s’améliorera. Du moins, j’y crois. Je n’ai pas pu me résoudre à commencer une rubrique BD, car je me sens incompétent à écrire quelque chose dessus. Et pourtant, j’en aurais lu pas mal, et en particulier la série Transmetropolitan de Warren Ellis que je vous recommande.

Un anniversaire, ce n’est pas un anniversaire s’il n’y a pas de cadeau. Comme d’habitude, je vous propose donc de gagner un de mes coups de cœur. Je tiens à préciser que ce roman est acheté avec mon argent personnel ce qui m’évite de rédiger un règlement de concours.

Le principe est simple : vous répondez à une question en envoyant un mail à concoursblacknovel@gmail.com. Le ou la gagnante sera contacté (e) par mail pour son adresse postale. La date limite de réponse est le 14 mai 2014 à minuit. Le 15 mai, un billet donnera le nom du gagnant (ou son pseudo). Le tirage au sort sera réalisé par mes enfants.

Cette année, j’ai choisi plusdeproblème.com de Fabrice Pichon (Editions Lajouanie), un fantastique polar dont les personnages vous hanteront longtemps. La quatrième de couverture est celle-ci :

plusdeprobleme

C’est la curieuse histoire d’un cadre criblé de dettes, harcelé par ses créanciers, humilié par le juge du surendettement, méprisé par sa famille mais chéri par sa maîtresse, qui se décide à se lancer dans l’élimination de ses semblables…

C’est aussi la drôle d’enquête d’un commissaire qui, traquant un immonde pourvoyeur de chair fraîche, croise la route d’un insaisissable tueur à gages… C’est donc, mais pas que, l’histoire de Sylvie, Marc, Marie et… Walter.

plusdeprobleme.com est un roman haletant, diablement bien construit et bigrement original. Les héros ? Le narrateur (un sacré schizo, grand amateur de whisky), le commissaire (une jeune femme, branchée demoiselle) et une ribambelle de seconds couteaux qui mènent l’enquête à un train d’enfer…

Vous retrouverez mon avis ici

La question est la suivante : Quel fut le titre du premier roman écrit par Fabrice Pichon ?

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix de lecture, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Car moi, je continue …

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci à tous, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !

Black Novel a 6 ans !

Incroyable mais vrai ! Black Novel a 6 ans !

Quand je me suis lancé dans cette aventure, je n’aurais jamais imaginé que cela durerait si longtemps. Donc, je peux aujourd’hui vous le dire officiellement : Black Novel va pouvoir passer en CP. Black Novel est un grand garçon, qui ne met plus sa couche, et il est tout content de rentrer dans la classe des grands, à savoir la Classe Polar (d’où CP, pour ceux qui ne suivent pas au fond de la classe).

Black Novel a grandi, si on veut, il a surtout déménagé ! Overblog ayant décidé d’ajouter de la pub sans prévenir, il a pris son petit baluchon (600 billets, tout de même, mais il n’est pas riche pour autant) et est parti du coté de WordPress. Et le jour où WordPress mettra de la pub, il s’en ira à nouveau vers de nouveaux horizons. Son papa est bête (très, il y a plusieurs personnes qui peuvent témoigner) et discipliné (un peu !). On ne lui fera pas faire ce qu’il ne veut pas, et on ne lui fera pas avaler de couleuvres !

Black Novel a grandi aussi en ce qui concerne ses rubriques. Vous avez du voir apparaitre un Espace Jeunesse. Vous devriez voir apparaitre une rubrique Espace BD. Et une rubrique Hommage est apparue le mois dernier car il me semblait important de rendre hommage à Abdel Hafed Benotman. Sinon, Black Novel est fidèle à sa ligne directrice : Il défend les livres qu’il aime.

Black Novel ne serait rien sans toutes les personnes qui viennent lui rendre visite. Que vous soyez abonnés, ou simple curieux, soyez en remerciés de le voir grandir. J’en profite aussi pour remercier tous les blogueurs, tous les amis, tous les auteurs, tous les éditeurs et les attachés de presse qui me font confiance. Merci à tous, merci, merci, merci !

Un anniversaire, ce n’est pas un anniversaire s’il n’ y a pas de cadeau. Comme d’habitude, je vous propose donc de gagner un de mes coups de cœur. Je tiens à préciser que ce roman est acheté avec mon argent ce qui m’évite de rédiger un règlement de concours.

Le principe est simple : vous répondez à une question en envoyant un mail à concoursblacknovel@gmail.com. Le ou la gagnante sera contacté (e) par mail pour son adresse postale. La date limite de réponse est le 8 mai 2014 à minuit. Le 10 mai, un billet donnera le nom du gagnant (ou son pseudo). Le tirage au sort sera réalisé par mes enfants.

Cette année, ce sera Hyenae de Gilles Vincent (Editions Jigal). La quatrième de couverture est celle-ci :

Hyenae

Hyenae : dans les quartiers, les campagnes, aux abords des écoles, des fêtes foraines, des prédateurs rôdent, chassent et emportent nos enfants. Quatre ans que Camille a disparu. À la sortie de l’école, elle est montée dans une camionnette blanche, et depuis, plus rien. Quatre ans sans nouvelles, sans demande de rançon, sans la moindre piste. Et brusquement, une vidéo surgie de nulle part. Depuis quatre ans, Sébastien Touraine, détective privé, s’est coupé du monde. Depuis que cette gamine a été enlevée à Marseille. Depuis qu’il sait qu’elle n’est pas la seule… Pour aider la commissaire Aïcha Sadia, sa compagne, il va devoir replonger dans une enquête aux confins du supportable. Et pour débusquer le chasseur dont il est devenu la proie, plus d’autre choix que de jouer sa vie et celle des autres…

Machiavélique ! C’est le maître mot de ce thriller… HYENAE, c’est la souffrance, la rancœur, la haine, la peine… C’est une écriture concise, tranchante, sans fioritures, un décor glauque, une atmosphère tendue à souhait… De la tragédie, du sang et des larmes pour ce polar bien ficelé riche en émotions et rebondissements. Les aficionados retrouveront la belle et charismatique commissaire Aïcha Sadia ainsi que son partenaire Sébastien Touraine… Ils y redécouvriront surtout le formidable savoir-faire d’un auteur talentueux, d’un véritable conteur capable de donner à ses personnages chair et âme, de nous faire ressentir leurs désirs et leurs effrois et de nous embarquer jusqu’au bout de la nuit…

La question est la suivante : Quel fut le premier titre de Gilles Vincent édité par les éditions Jigal en grand format ?

J’espère que vous prendrez du plaisir à lire, que mes chroniques vous seront utiles pour vos choix, que vous n’hésiterez pas à me donner vos avis dans les commentaires. Je vous souhaite une nouvelle année pleine de lectures enrichissantes. Car moi, je continue …

Je n’ai plus qu’à ajouter : Merci, à bientôt et n’oubliez pas le principal : lisez !