Archives du mot-clé Antoine Chainas

Le chouchou du mois d’octobre 2018

Autant le mois de septembre m’a paru interminable, autant le mois d’octobre est passé à la vitesse de l’éclair. Au niveau des chroniques, les livres proposés balaient une nouvelle fois un large panel de genres, sauf les thrillers. Bien que j’en ai lu quelques uns, aucun n’a trouvé grâce à mes goûts. Par contre, il y aura eu de l’émotion, du mystère, du suspense et du style, de la belle littérature.

Commençons pour le coup de cœur du mois, La guerre est une ruse de Frédéric Paulin (Agullo), un roman qui revient sur les années de sang en Algérie et qui balaie les années 1992-1995. En prenant un sujet énorme et ambitieux, l’auteur place ses personnages sur l’échiquier et créé une fresque de souffrance, de politique, de meurtres et de pleurs. C’est un des romans à ne pas rater en cette rentrée littéraire.

Les années 20 furent à l’honneur ce mois-ci. Avec Scarface d’Armitage Trail (Rivages), tout d’abord, l’un des tous premiers romans de gangsters, qui s’avère un excellent roman, qui n’a pas vieilli avec son style direct. Avec Miasmes d’Elisabeth Sanxay Holding (Baker Street Edition) ensuite, plutôt à classer dans les romans psychologiques à suspense. La tension s’installe chez le lecteur, à qui on présente un personnage de docteur qui ne comprend la situation dans laquelle il se trouve. C’est un excellent roman jusqu’au dénouement final où on s’aperçoit que l’on s’est trompé !

Du coté des romans noirs ou classés comme tel, j’ai été impressionné par Le blues de la Harpie de Joe Meno (Livre de Poche), un roman qui place le lecteur devant ses responsabilités et pose les questions de la culpabilité d’un assassin qui a payé sa dette à la société. Mais on ne peut effacer ses fautes, en particulier vis-à-vis des victimes.

Dans un genre différent, African Queens de Patrice Montagu-Williams (Les chemins du hasard) est le premier tome des enquêtes du commissaire Samarcande, et nous présente un Paris des trafics en tous genre. Sans montrer d’émotion, ce roman qui fait penser à un reportage est d’autant difficile et marquant par ce recul face aux horreurs subies par les personnages.

Du coté des romans pas comme les autres, tout en subtilité, il ne faut pas rater Un pays obscur d’Alain Claret (Manufacture de livres), un roman qui présente un personnage qui flotte entre passé et présent, entre réalité et imaginaire, dans un paysage de forêts et de brouillard. Laissez vous emporter, laissez vous tenter par ces Objet Littéraire Non Identifié, très envoûtant.

Les amateurs de romans policiers sont gâtés ce mois-ci. La curiosité sera à mettre du coté de De sinistre mémoire de Jacques Saussey (French Pulp), premier roman de l’auteur et réédité chez cette petite maison d’édition qui remet à l’ordre du jour les polars populaires. On y trouve déjà toutes les qualités que l’on va adorer dans ses romans suivants. Le deuxième roman de Lionel Fintoni, Tout corps plongé … de Lionel Fintoni (Editions de l’Aube) a gommé les petits défauts que j’avais pointés dans le premier (une lenteur à démarrer l’intrigue) pour nous offrir un roman qui va à 100 à l’heure. C’est un excellent roman venant d’un auteur bourré de talent. Enfin, La dernière chance de Abdelilah Hamdouchi (Nouveau Monde) est écrit comme un policier classique. Mais c’est mon premier roman marocain et il dénonce l’omnipotence de la police dans un pays qui a bien besoin que l’on défende les accusés. A découvrir.

Juste à coté, nous trouvons le rayon polar. Cross de Marc Masse (Flamant Noir) a pour lui un scénario fou et bigrement original. Un détective privé est engagé pour participer au Grand Cross et trouver un assassin coupable de délit de fuite. Ce roman est un sacré challenge réussi et nous fait entrer dans cette course de fous, nous tient en haleine et nous donne une fin surprenante, ce qui donne un excellent divertissement. Bandidos de Marc Fernandez (Préludes) est le troisième roman mettant en scène Diego Martin et c’est un plaidoyer pour la liberté de la presse. Avec toujours ce style rapide, l’auteur nous donne à lire à nouveau un très bon polar à la fois divertissant et plein de passion, tant ce sujet tient à cœur à l’auteur.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Emprise des chimères d’Antoine Chainas (Gallimard Série Noire). Cela faisait cinq longues années que nous attendions de ses nouvelles. Antoine Chainas nous revient avec un roman de fou, un énorme roman qui oscille entre réel et jeu, entre infiniment petit et infiniment grand, balayant beaucoup de sujets sur le monde contemporain, mené comme un jeu de rôles. Cet énorme pavé est un énorme roman à ne pas rater.

J’espère que ces lectures vous auront été utiles pour vos choix de lecture. Je vous donne rendez vous le mois prochain pour une nouvelle élection de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Publicités

Empire des chimères d’Antoine Chainas

Editeur : Gallimard – Série Noire

Ah ! Antoine, comme tu m’as manqué ! Comme tu nous as manqués ! Nous n’avions plus de nouvelles depuis 2013, à part des traductions d’auteurs américains. Te voilà en grande forme avec un roman grand format, très grand format !

1983. Les jeunes adolescents s’adonnent à des jeux de rôles. Le jeu qui fait fureur en ce moment se nomme Empire des chimères, et propose une aventure d’un groupe d’animaux dans un paysage d’apocalypse. Ce jeu a été créé par les studios hollywoodiens LIM qui, du fait de son succès, envisagent de créer un parc d’attractions sur ce thème. Son PDG Franck Forelong a d’ailleurs choisi l’Europe comme lieu d’implantation, et doit choisir entre la France et l’Espagne. Il fait appel à son ami d’enfance, Michaël Watkins, écrivain de romans de science fiction, pour l’aider dans cette tâche et donner une suite à Empire des chimères.

1983. A Lensil, il ne se passe jamais rien. La crise économique fait doucement agoniser ce petit village français. Alors les jeunes comme Julien préfèrent oublier leur quotidien et partir pour les contrées lointaines d’Empire des chimères. Alors qu’il fouille dans la chambre de son grand frère Jean pour trouver des exemplaires de Strange, il trouve une boite dont la décoration est un volatile mort, couché sur le dos. A l’intérieur de cette boite, il y trouve un doigt. Il préfère garder cette découverte pour lui et ne rien dire à personne.

1983. Le monde change mais le quotidien de Jérôme reste le même. Ancien de la guerre d’Algérie, il est maintenant garde-champêtre et, à ce titre, est le relais des gendarmes à Lensil. La jeune Edith a disparu à la sortie du lycée, après avoir quitté ses copines. S’il n’est pas officiellement chargé de cette enquête, la police et la gendarmerie comptent sur lui pour organiser les recherches et interroger les gens qu’il connait mieux que personne.

Si je devais qualifier ce roman par un adjectif, je dirai : ENORME. Enorme, autant par la taille que par le contenu, autant dans la forme que dans le fond. Le roman comporte plus de 650 pages, plus de 150 chapitres, et plus d’une dizaine de personnages. Pour autant, il ne faut pas être effrayé devant un tel pavé, mais plutôt prendre son ticket pour un voyage vers ailleurs, un monde à la fois microscopique et macroscopique, entre réalité et jeu, entre nature et humanité.

Ce roman est ce que j’appelle un roman de fou et un roman fou. Il brosse autant de paysages que de personnages, il brasse autant de thèmes que d’intrigues, il voyage autant dans le temps que dans l’espace. Car si ce roman est avant tout la vision d’un Auteur (avec un grand A) sur notre époque, il montre un recul suffisant pour se donner un aspect visionnaire même encore aujourd’hui, 30 ans après la période évoquée ici.

Les années 80 sont présentées comme une période charnière, qui va bouleverser tous les repères que le monde occidental a mis 40 ans à établir. Et chaque personnage de ce roman va être bousculé dans ses certitudes, de Jérôme qui a du mal à sortir du cauchemar de la guerre d’Algérie aux parents d’Edith qui cherchent à se raccrocher à une vérité, de Forelong qui court après le développement de l’industrie du divertissement aux adolescents fascinés par les jeux de rôles et qui sont confrontés à une réalité tout autant sordide.

Le roman va alterner les personnages, les points de vue et faire avancer les intrigues avec à chaque fois un seul objectif : mélanger les perspectives de vue du monde. Antoine Chainas déroule son roman comme un microscope, nous montrant des coléoptères cherchant à survivre puis en prenant du recul, nous donne une vision macroscopique de ce qui dirige le monde, à savoir, le fric, le fric et le fric. Entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, il y a l’Homme, et il n’œuvre pas que pour le Bien.

Avec une plume précise et moins extrémiste que dans certains de ses romans, Antoine Chainas nous emmène dans son monde, dans sa vision du monde. Et on ne peut qu’être emporté par sa vision, par son ambition, par sa passion. Il ne se retourne jamais en arrière pour voir si quelqu’un le suit, et poursuit son œuvre. Et Empire des chimères est, à mon avis, un de ses meilleurs romans, avec Versus. C’est indéniablement l’un des romans à ne pas rater en cette fin 2018. ENORME !

Ne ratez pas les avis unanimes de BazaartWollanup ; Marianne PeyronnetChristophe Laurent et Jean-Marc Laherrère :

Pur de Antoine Chainas (Gallimard Série Noire)

On peut dire que je l’aurais attendu, ce nouveau roman de Antoine Chainas. J’ai lu tous ses romans, depuis Aime moi Casanova jusqu’à Une histoire d’amour radioactive, en passant par ses deux participations aux enquêtes du Poulpe et de Mona Cabriole. Car je considère qu’il est l’un des auteurs les plus doués que nous ayons à l’heure actuelle, que ses romans dépassent le cadre de l’intrigue qu’elles mettent en place, et parce que son style, parfois jusqu’au-boutiste est un pur enchantement pour tout amateur de littérature.

Le roman commence par une scène où une jeune femme est en train de mourir. Petit à petit, nous allons comprendre qu’elle est dans sa voiture, attachée à sa ceinture de sécurité, qu’un objet métallique lui entre dans le ventre et qu’elle est victime d’un accident de voiture. Ce premier chapitre est dans la veine de ce que Chainas nous offre de meilleur, avec ces descriptions de corps humain, ces séances de stress psychologique, car on vit ce passage torturé avec Sophia. Chainas a toujours voulu séparer le physique du psychologique, mais dans cette introduction, il les relie de façon extraordinairement vivante et douloureuse.

Sophia, c’est son nom, ou plutôt c’était son nom. Son mari Patrick était avec elle, mais a été éjecté de la voiture. Il a erré, perdu à cause du choc, mais a fini par appeler les secours, avant de sortir le corps et de l’étendre à coté de la voiture. Interrogé par la police, il va parler de deux arabes en Mercedes qui leur ont tiré dessus, causant la sortie de route de la voiture. Mais les déclarations de Patrick sont trop floues pour l’inspecteur Durental.

Ce qui commence par un roman noir, voire policier s’avère en fait bien plus complexe que cela, bien plus profond. Car Patrick est consultant, chargé de réaliser des questionnaires permettant aux toutes nouvelles résidences ultra-sécurisées de trier parmi les riches volontaires, afin de n’y accepter que des hommes ou femmes riches, catholiques et blancs. A cela s’ajoute qu’un sniper fou tire sur les voitures et que la police n’arrive pas à mettre la main dessus. A cela s’ajoute des groupuscules d’extrème droite se préparant pour les élections municipales, prêts à déclencher l’épuration. A cela s’ajoute une société coupée en deux, entre les riches enfermés entre eux derrière des barbelés, à l’abri de mercenaires armés, et des quartiers pauvres laissés à l’abandon. A cela s’ajoute une société politiquement correcte, faisant attention à ce qu’elle dit pour ne pas choquer le peuple, mais minée par la paranoia et la volonté de se regrouper entre gens de même race, de purifier. PUR.

Comparé à ses autres romans, le style est plus accessible, mais on sent que l’auteur a voulu se mettre au service de son sujet, au travers une histoire simple. Pour autant, il passe d’un personnage à l’autre, passant en revue une bonne dizaine de personnages avec une facilité déconcertante, nous détaillant sans jamais alourdir le propos, les motivations et les stratégies de chacun. Et ce roman s’avère au premier degré un très bon roman noir, et au second degré un extraordinaire thermomètre de notre société, un roman incroyablement intelligent et important à lire.

Il semblerait que cela soit un sujet d’actualité, car cette année j’aurais lu des romans au sujet analogue, que ce soit Philippe Nicholson avec Serenitas, ou Utopia de Ahmed Khaled Towfik. PUR de Antoine Chainas enfonce le clou, nous oblige à ouvrir les yeux, à travers un roman jamais militantiste, sans jamais prendre position, comme un témoin de notre époque, comme un livre d’histoire ne relatant que les faits pour laisser au lecteur le choix de se faire son opinion … et de réagir. Lisez ce livre !

2030 odyssée de la poisse de Antoine Chainas (La Baleine)

Cela faisait un bout de temps que je ne m’étais pas penché sur le cas de Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe, même si j’ai continué à en acheté quelques uns. J’avais lu les trente premières aventures, mais je ne pouvais pas rater celle-ci qui est signée Antoine Chainas.

Nous sommes en 2030. Notre société est devenue de plus en plus dirigée par les media, et l’état est devenu, sans l’avouer ouvertement, un gouvernement fasciste. La situation économique ne s’est pas améliorée, et les recherches scientifiques se sont développées, jusqu’à autoriser la production de clones humains. La société Omnicron Inc a récupéré le droit exclusif de les produire et de les louer à des usages ludiques. Ces clones s’appellent des Omnimorphes. Tout humain a la possibilité de les incarner pour réaliser des taches, essentiellement liées aux loisirs, et en particulier le sexe. Ces clones sont obéissants et ne ressentent aucun sentiment, n’ont aucun souvenir.

Gabriel Lecouvreur a 70 ans en 2030. Avec Cheryl, il a décidé de s’offrir une partie de pur plaisir sexuel par l’intermédiaire des omnimorphes. Quelle joie ce fut de retrouver sa jeunesse évaporée. Car, notre Poulpe est maintenant un vieillard, avec des courbatures, des douleurs, et des rides. Gabriel s’incarne alors dans Georgie. Lors de cette expérience, Gabriel ressent des sentiments qui ne sont pas à lui. Alors qu’il se rend au bar de Gérard, les informations télévisées l’informent qu’un nouvel omnimorphe vient de se faire assassiner.

Gabriel est sûr de reconnaître la victime : c’est l’omnimorphe en qui Cheryl s’est incarnée. Il décide d’aller voir un vieux libraire, Selmer. Lui seul peut lui en dire plus sur les omnimorphes. En effet, il a participé aux recherches sur le clonage et connaît bien Georgie. Qui est cet étrange assassin des clones ? Pour quelle raison fait-il ces actes ? La société Omnicron Inc est-elle impliquée ? L’enquête peut commencer et elle va s’avérer éprouvante pour un vieillard de 70 ans.

Je vais faire court, comme le nombre de pages de ce roman, format Poulpe oblige. Et ne croyez pas que l’intrigue est survolée, que la description de ce monde futuriste est esquissée. Antoine Chainas réalise un coup de force en nous transportant loin dans le temps, grâce à sa structure mais aussi son style précis, épuré et efficace. Il laisse ses descriptions minutieuses pour une vision cauchemardesque répondant à ce vieil adage : Panem et circenses. L’idée (géniale) est d’insérer en tête de chaque chapitre des encarts qui décrivent mieux que de longs paragraphes comment les gens vivent, à coups de publicités, programmes télévisuels ou comptines.

Ce futur est une société fasciste, qui dirige, guide ses citoyens par l’omniprésence des média et des loisirs. Il y a autant de pauvres qu’aujourd’hui, autant de racisme qu’aujourd’hui, autant de grosses sociétés opaques qu’aujourd’hui. La culture en est absente, plus personne ne lit de livres, et le top du loisir, c’est de pouvoir faire des choses extravagantes ou extraordinaires par clone interposé. La vision du futur made in Chainas est noire, très noire, pas réjouissante du tout. Ne croyez pas qu’il n’y a pas d’humour, les clins d’œil sont nombreux et j’ai souri souvent.

A coups de chapitres ultracourts, le livre se lit très vite, s’avale presque goulûment, car le suspense est très bien mené et prenant. On est dans un remake de I robot, Blade Runner et Minority Report à la fois, avec des citations de 2001, le fantastique livre de Arthur C. Clarke. On retrouve les obsessions de Antoine Chainas, ses réflexions sur la vie, la mort, les sentiments, les sensations, mais avec moins de passages choquants que dans ses romans de la série noire. En fait, ce Poulpe est de très bonne facture et c’est aussi une bonne introduction au monde littéraire de Chainas. C’est un roman fantastique pour passer deux heures de détente et de réflexion. Et puis, ça coûte 8 euros, ça ne coûte pas cher pour un voyage dans le futur.

Aime moi Casanova de Antoine Chainas (Folio Policier)

Dans la série des invités de Black Novel, voici Benjamin. C’est un petit jeune qui a  été apprenti avant de travailler avec moi. Ce n’est pas un gros lecteur, mais je lui ai prêté quelques livres pour « l’initier » au roman noir. Il avait adoré Versus, alors je lui ai passé Aime moi Casanova à la condition qu’il me fasse un article, et voici donc sa prose :

« Vous avez 2 jours pour me trouver le fin mot de l’histoire! » 2 jours pour retrouver un coéquipier évanoui dans la nature, dont il ne sait pratiquement rien et avec cette satanée libido à rassasier… La partie s’annonce serrée!

Surtout reprendre les choses dans l’ordre…Sur quoi enquêtait-il déjà, Giovanni ?… Ah oui, « la macchabée zoophile du XXème »… Quand l’avait-on vu pour la dernière fois ?…Hum, vendredi dernier sur le parking du bercail… Il discutait avec ce tordu de Gus… Mais qu’est ce qu’il pouvait bien lui vouloir à celui là?

Voilà donc Casanova, inspecteur de police à ses heures perdues et grand séducteur devant l’éternel, lancé malgré lui à la recherche du K d’or du commissariat. Mais sa quête de vérité le conduira bien au-delà de l’enquête officielle, à la rencontre de sa vraie nature, sur le sentier de sa guérison…

Bienvenue en « CHAINASSIE », une province où sévissent violence, sexe, faux-semblants, personnages atypiques et j’en passe. Tous les ingrédients du monde que nous connaissons, mais sous un jour que nous ignorons, ou tentons d’ignorer. Bien sûr, comme toute contrée hostile, ce pays des cauchemars n’est pas à visiter par tout le monde…

On voit déjà apparaître dans ce premier opus des thèmes récurrents dans l’œuvre de CHAINAS, telle la quête personnelle du héros, de l’antihéros pardon, tiraillé entre son devoir et ses démons intérieurs. Les seconds rôles ne sont pas en reste, avec une galerie de tarés hauts en couleurs, torturés et tortionnaires.

J’aime particulièrement l’atmosphère du bouquin, bien que certaines situations me semblent exagérées, ainsi que les différentes réflexions, distillées par CHAINAS tout au long du texte, sur notre rapport à la douleur, à l’amour, sur nos obsessions ou sur le jeu des apparences et les vérités innommables qui se cachent derrière le masque de la couverture.

La fin du livre, quant à elle, m’a un peu déçue, trop brutale et pas forcement maîtrisée, à moins que ce ne soit pas celle que j’attendais.

Enfin, j’ai dévoré l’ensemble avec plaisir et je recommande ce livre aux personnes pas trop sensibles qui recherchent une vision hors normes de notre société. Bonne lecture et souvenez vous : « Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels est fortuite et ne saurait engager la responsabilité de l’auteur »

Pour conclure ce très bon article (ce n’est que mon avis), c’est un livre que j’ai lu il y a fort longtemps et qui, malgré ses (quelques) défauts, m’a plongé dans la noire vision de Chainas. Depuis, je ne rate plus aucun de ses livres. Je dirais juste que ce livre est pour moi une pierre fondatrice de son œuvre, et que si vous vous lancez dans un livre de Chainas, ne le prenez surtout pas au premier degré.

Une histoire d’amour radioactive d’Antoine Chainas (Gallimard Série noire)

Voici donc le nouveau Chainas, auteur français à part dans le paysage littéraire et dont je lis tous les ouvrages depuis le début. C’est donc le cinquième roman après Aime-moi Casanova, Versus, Anaesthesia et Six pieds sous les vivants, et c’est un coup de coeur.

Une affaire secoue la France : Des malades incurables au stade terminal sont retrouvés suicidés. A chaque fois, ils sont atteints d’un mal qui se rapprocherait d’un empoisonnement, ils quittent l’hôpital de leur plein gré et sont retrouvés morts d’une mort volontaire. Et ils ont tous rencontré une jeune femme pendant leur maladie, belle à mourir.

Seuls deux flics Javier et Plancher ne croient pas aux coïncidences. Javier est un vieux de la vieille, Plancher un petit jeune. Ils vont tomber fous amoureux l’un de l’autre. Et quand Plancher tombe à son tour malade, Javier va mener l’enquête pour sauver le souvenir de l’amour de sa vie.

Un autre personnage parcourt cette histoire. Il s’appelle DRH (humour?), travaille dans une multinationale dont le but est de préparer les plans de licenciement pour des entreprises. Lui aussi tombe malade, lui aussi rencontre la jeune femme, artiste, qui se prénomme Veronika. Lui aussi va découvrir la valeur de la vie, de sa vie.

Antoine Chainas démontre une nouvelle fois qu’il est un personnage à part. Sa vision de notre monde, de notre société est d’une noirceur rare.  Cette Histoire d’amour radioactive est moins glauque que ses précédents romans, mais cela reste du noir pur jus, dopé à l’adrénaline. J’ai fait preuve de tant de naiveté quand j’ai attaqué ce livre, j’ai cru qu’il allait écrire un roman d’amour situé dans le milieu policier. Mais Avec Chainas, cela ne peut pas être une histoire d’amour comme les autres. Certes, ils sont homosexuels, mais ils sont aussi adeptes d’expériences que j’appellerais jusqu’au boutistes. En cela, ce roman, comme les précédents n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Tout sonne juste dans ce roman : le style est court, précis, concis. Les dialogues formidables, les personnages vivants, l’intrigue menée au cordeau, les chapitres courts pour donner une impression de vitesse, car c’est une course contre la montre, une course contre la mort. Et les sujets de réflexion abondent de la vie de cadres dont le métier est de virer des gens pour atteindre leur objectif à celle plus philosophe de l’amour, de la valeur de la vie, mais aussi du conformisme, de la vie bien rangée que nous avons tous car la société nous formate pour ne pas dévier du bon sens commun.

Et là où Antoine Chainas fait fort, c’est que tout au long du roman, il joue avec le lecteur, écrivant des passages désespérés sur l’amour qui, par sa magie et sa maitrise, ne sont pas mièvres, pas lourds mais simplement beaux. Chainas nous a écrit un livre sur la beauté de la vie dans un monde qui court à sa perte. C’est aussi un livre sur la perte, sur la douleur, sur l’art, sur l’homosexualité, sur … Chacun y trouveras son compte, même si beaucoup de sujets sont effleurés pour mieux laisser le lecteur dans ses pensées.

C’est un livre que j’ai dévoré, parce que j’adore Chainas, parce que j’adore le noir, parce que j’adore le style. Comme tous ses romans, je n’arrive pas à le comparer à quelqu’un et c’est tant mieux. Mais il faut être prêt à voyager en sa compagnie dans son monde, dans sa vision de notre monde. Antoine Chainas n’est pas un extrémiste, c’est un marginal qui marche sur la ligne jaune, tout le temps en équilibre. De toute évidence, ce roman, comme les autres, suscitera beaucoup de commentaires, positifs ou négatifs. De toute évidence, ce roman, comme les autres, ne passera pas inaperçu et ne laissera pas indifférent. Moi, j’adore !

Six pieds sous les vivants de Antoine Chainas (La Tengo Editions)

Mona Cabriole est journaliste à Paris News. Elle a ses indics un peu partout à Paris. Dans cette aventure, Elle est contactée par Moise qui travaille au centre médico-légal de Paris, quai de la Râpée : il vient de recevoir le corps de Adriana de Rais, célèbre artiste de musique underground. Celui-ci se serait suicidé d’une balle dans la tête. Mona Cabriole se rend à la morgue et s’aperçoit que le corps a disparu. De même, quand elle veut obtenir des renseignements sur Adriana (de son vrai nom Albert Duplot, tous les livres sont épuisés et tous les renseignements sur internet inaccessibles. Seul un bouquiniste aussi étrange que beau lui procure une autobiographie. Mona Cabriole, tout en se demandant si ce journal est vrai ou faux, tente de démêler cette affaire.

J’avais déjà lu le premier tome des aventures de Mona Cabriole, car dès qu’il y a des séries de ce genre, je me jette dessus. Le premier de la série, donc m’avait moyennement plu. Pas de suspense, pas de rythme, une écriture passe partout, une histoire aussi vite lue qu’oubliée.

J’étais curieux de voir ce que Antoine Chainas pouvait bien faire avec les exigences liées au genre. Comment allait-il rester dans le format, et réussir une histoire avec un personnage bien sous tout rapport ? Eh bien, Chainas a décidé de ne pas faire de concession. Le personnage est le même : Mona est toujours curieuse, douée pour les déductions et surtout désespérément seule, prête à tomber amoureuse du premier bel homme venu.

A partir de ce constat, Chainas construit son monde, avec coté pile le douzième arrondissement, et de l’autre le monde underground du glauque. On ne peut pas dire qu’avec ce livre, Chainas fait progresser sa vision du monde ou sa thématique, mais il fait avancer celui de Mona Cabriole. Plus que jamais, on retrouve un Paris du mois d’octobre, rayonnant et plein de touristes. Et sous la surface, vit tout un monde dont personne ne peut se douter.

Si vous êtes curieux de cet auteur, ce roman est un bon début. Ne vous attendez pas à être transcendé par l’histoire, mais succombez aux descriptions du monde que l’on ne voit pas, juste en dessous de la surface. Vous allez plonger dans le monde des glauques, des pervers, des déviants, des bizarres. Après avoir cette petite dose de Chainas, vous pourrez enchainer avec du lourd, à savoir l’un de ses trois romans au choix : Aime moi Casanova, Versus ou Anesthaesia. J’ai préféré Versus personnellement. J’aurais aimé que celui là fasse une centaine de pages en plus. mais bon !

Si vous connaissez Chainas, alors je suis sur que vous l’avez déjà lu.

D’autres avis sont disponibles sur le net dont Jean Marc, Cynic63 et Moisson noire et Serial Lecteur