Archives du mot-clé avocat

Le double portrait de George Pelecanos (Calmann-Levy)

Le dernier Pelecanos en date, Le double portrait, remet en selle ce personnage bien étrange et particulier que nous avions eu l’occasion de rencontrer dans Une balade dans la nuit. C’est une nouvelle occasion de se rendre compte, au travers de plusieurs intrigues emmêlées comment Pelecanos joue avec les codes, tout en détaillant la psychologie de Spero Lucas, son nouveau personnage récurrent.

Spero Lucas, d’origine grecque, est un vétéran de la guerre d’Irak. Mais il a trouvé le moyen de vivre de ses qualités qui sont de s’adapter à son environnement et de savoir s’entourer d’amis, sans pour autant oublier la famille. L’un de ses travaux est de faire l’enquêteur pour un avocat pénaliste qui, dès le début du roman, lui demande de faire le jour dans l’affaire Calvin Bates. Ce dernier est en effet accusé d’avoir assassiné sa maitresse. Alors que cela devrait être un crime passionnel, la voiture est retrouvée incendiée et on ne trouve aucune douille sur les lieux du crime.

Sa deuxième activité est de retrouver des objets précieux. Il demande en retour 40% de la valeur du bien. Alors qu’il va manger dans un restaurant de luxe, la serveuse lui parle d’une amie à elle, Grace Kinkaid. A la suite d’une aventure amoureuse malheureuse, on lui a dérobé un tableau d’une grande valeur sentimentale et vénale. Spero accepte l’affaire.

Tout cela ne serait ue du classique si, lors d’une soirée dans un bar, Spero ne tombait pas sur une femme splendide. Il lui offre un verre, elle lui laisse son numéro de téléphone. Elle s’appelle Amanda. Ils vont se retrouver, faire l’amour et Spero va tomber amoureux. Ce qui, pour un homme qui veut tout contrôler, va lui occasionner quelques déboires.

Si Une balade dans la nuit était un roman simple, se contentant de présenter Spero et ses qualités, celui-ci est plus complexe dans ses intrigues et va détailler la psychologie de ce personnage hors du commun. C’est un personnage complexe, marqué par la guerre et les meurtres qu’il y a commis. C’est un spécialiste de la débrouille, mais pas un MacGiver bis.

C’est un homme qui ne croit en rien, sauf en lui-même et en ses amis, sur lesquels il peut compter. Il montre une certaine assurance mais cherche à avoir le contrôle de sa vie. Alors, quand il tombe amoureux, il perd ses moyens et change de profil. Alors qu’il est plutôt solitaire de nature, il agit plutôt par instinct. En fait, Spero me fait penser à un animal, à un félin qui est libre de ses mouvements mais pour autant qui sait où chercher sa nourriture ou ses envies du moment.

Les intrigues se révèlent une fois de plus simples. Nous savons assez rapidement ce qui s’est passé dans le cas Calvin Bates, et nous avons rapidement affaire à un groupe ultra violent pour le vol de Grace Kinkaid. Mais, on sent poindre, dans le propos, la violence de la société américaine, et Spero se retrouve confronté à la même violence que ce qu’il a connu pendant la guerre.

Si pour autant, Pelecanos ne dénonce rien, il se veut surtout témoin de sa ville, Washington, et nous livre là un bon polar, avec ce style inimitable fait de petites descriptions qui vous immergent immédiatement dans un décor. Et tout le roman nous emmène vers un final, qui comme il se doit est explosif, très visuel et très violent. De l’adrénaline en poudre ! Alors, Lucas Spero, je t’attends pour ta prochaine affaire. Tes aventures sont un vrai plaisir de lecture.

Le silence pour preuve de Gianrico Carofiglio (Seuil Policier)

A ce jour, j’ai lu tous les romans de Gianrico Carofiglio, et beaucoup aimé ceux qui constituent le cycle Guido Guerrieri. Eh bien, le dernier en date, Le silence pour preuve, ne fait pas axception à la règle.

Guido Guerrieri est avocat pénaliste et atteint maintenant l’age de 45 ans. Il a du déménager de son petit bureau qui le logeait sa secrétaire et lui pour un endroit plus grand. En effet, sa secrétaire poursuit ses études de droit, et il l’a embauchée, d’où l’ajout au personnel d’une nouvelle secrétaire et d’une stagiaire, fille d’un de ses amis. Toujours célibataire divorcé, ses passions sont la lecture, le vélo et la boxe.

Guido est le spécialiste des causes perdues, puisqu ‘il travaille surtout sur des affaires de pourvoi en cassation. Un de ses amis avocats lui présente les parents de Manuella. Cela fait 6 mois que Manuella a disparu, et le juge s’apprête à classer l’affaire, faute de pistes. Ils lui demandent de mener une enquête pour relancer la recherche de leur fille.

Guido va donc s’improviser détective privé, lisant tout d’abord les comptes-rendus des interrogatoires de l’enquête, et décide d’aller interroger les proches de Manuella, qui bizarrement, n’ont pas dit grand’ chose aux carabiniers. Et ce qu’il va découvrir est loin d’être tout rose.

Les aventures de Guido Guerrieri sont un peu comme si je rencontrais un ami. Il vient, et me narre sa vie, ses déboires, ses joies, ses peines, ses soucis, ses espoirs, ses regrets. Gianrico Carofiglio écrit d’une façon tellement fluide, que l’on écoute la voix de Guerrieri, un peu lancinante, toujours positive, un peu renfermée, sans jamais hausser le ton, avec cet humour et cette ironie qui font toujours sourire.

Dans ce roman, Guerrieri est un peu moins « Calimero » que d’habitude, un peu plus seul, et beaucoup plus nostalgique, se remémorant des événements du passé. Il joue au détective amateur pour chercher une jeune femme, et s’aperçoit qu’il ne comprend pas cette nouvelle génération, sa solitude, ses fausses amitiés et son manque d’humanisme.

Alors encore une fois, j’ai passé un excellent moment avec mon pote, et je me languis de notre prochaine rencontre. A bientôt, mon pote !

Mezquite Road de Gabriel Trujillo Muñoz (Les Allusifs)

Morgado épisode 4. Voici donc la nouvelle aventure de notre avocat mexicain favori. Et oh ! Surprise ! Ce volume fait le double des 80 pages habituelles ! Enfin, on va pouvoir goûter une histoire sans se dire à la fin : « Quelle efficacité ! », mais aussi : « Quel dommage que ça ne dure pas quelques dizaines de pages de plus ! ». Ce roman fait partie de mon défi sur la littérature policière des 5 continents dont voici le lien.

Les précédentes aventures de Morgado ont été citées ici, à savoir : Tijuana City Blues ; Loverboy ; et Mexicali city blues.

Morgado est de retour à Mexicali, sa ville natale. Et ce n’est pas de gaieté de coeur tant il aimerait ne jamais revenir dans cette ville pourrie jusqu’à la moelle par la corruption. Il préfère Mexico et sa ville anonyme. Il est toujours aussi humaniste et c’est pour cela qu’il est avocat pour les droits de l’homme. Il a laissé derrière lui Alicia, sa bien aimée pour probablement éviter de la plonger dans ce qu’il considère comme un enfer.

Il est donc de retour à la demande de son frère, Atanasio. Celui ci lui demande de trouver la vérité sur le meurtre de son ami Heriberto. Contrairement à ce que la police veut faire croire, Heriberto n’a jamais touché à la drogue. Par contre, c’était un joueur invétéré, capable de vendre tous ses biens voire sa famille pour continuer à jouer. D’ailleurs, Atanasio s’est arrangé pour que la famille ait l’usufruit de ses propriétés, pour sauver celle-ci d’une faillite assurée. Lors de l’enquête, Morgado apprend qu’Heriberto jouait dans un club ultra select, mais complètement inconnu de tous. Le mystère demeure.

Là où on avait affaire à des histoires courtes très bien menées, Gabriel Trujillo Munoz donne de l’épaisseur à son personnage, à son histoire et à ses obsessions. Dans cet opus, il prend le temps de décrire les personnages et les paysages. C’est bigrement agréable, et ça permet de s’installer dans l’histoire. Morgado est toujours ce personnage bougon, bourru et humaniste que l’on aime tant. Et cette fois, il est amoureux. C’est pour cela qu’il est pressé de se débarrasser de cette enquête pour retrouver sa bien aimée.

On en apprend aussi plus sur la famille de Morgado. On fait la connaissance de son père, avec des passages écrits toute en retenue. J’ai eu l’impression que l’auteur écrivait ces passages avec les dents serrées, car il n’est pas trop du genre à étaler ses sentiments. On y parle aussi de son frère, de sa nièce, de sa mère. Et Morgado devient pour nous, lecteurs, un personnage plus profond et encore plus sympathique.

On retrouve dans cet opus l’obsession de Gabriel Trujillo Munoz : ces enquêtes servent de métaphore pour décrire les relations Amour / Haine entre les Etats-Unis et le Mexique. Le Mexique rêve de vivre avec l’opulence des Etats-Unis, sans en subir les conséquences, et les Etats-Unis exploitent ce pays à bas coût pour leur bien-être. Ces deux pays sont comme un couple qui ne s’entendrait plus mais qui restent ensemble … pour les enfants. C’est particulièrement bien décrit à la fin du roman avec les dialogues entre Morgado et son ami de la DEA.

Décidément, c’est un roman qui fait avancer le cycle Morgado dans le bon sens. L’analyse de la société mexicaine devient passionnante au travers de ce personnage et j’attends avec impatience la suite, qui est ouverte au vu des dernières pages. Pour finir, je vous signale que le premier tome vient de sortir chez Folio Policier à un prix de l’ordre de 4 euros, ce qui est acceptable pour un roman de 80 pages. Alors, jetez vous vite sur les aventures de Morgado. Je vous le dis, je vous le répète, vous ne le regretterez pas.

Mexicali city blues de Gabriel Trujillo Munoz (Les allusifs)

Morgado épisode 3. Après avoir lu le premier, Tijuana city blues, qui était très bon, puis Loverboy très bien mais trop court, je continue avec Mexicali city blues.

Morgado, notre avocat est contacté par une amie d’enfance Cecilia Montaño, dont le mari Jesús Bull Aguirre a disparu depuis plus d’un mois. Celui-ci est pilote d’hélicoptère et a eu un accident d’hélicoptère. Il avait été engagé par un groupuscule écologique, le Parti Naturaliste Mexicain pour recenser les derniers exemplaires d’un cactus en voie de disparition. Rapidement, Morgado s’aperçoit que le Parti Naturaliste Mexicain n’existe pas, que toute cette affaire cache un trafic de drogue, et que la police est impliquée.  Mais que s’est-il passé, qui a trompé qui, qui est mort, et comment ? Morgado a vite l’impression qu’il s’agit d’une mise en scène, mais l’identité des manipulateurs ne cesse d’être remise en cause.

On retrouve avec plaisir notre avocat favori, genre d’enquêteur fouineur un peu bourru, mais qui plait beaucoup aux femmes. Après un premier épisode franchement emballant, un deuxième qui souffrait du format très court de ses aventures, voici une histoire fort bien écrite, qui tire pleinement partie du format court du roman.

C’est très bien écrit, bien maitrisé dans la forme et le fond. Et cela procure au lecteur un grand plaisir de lecture pour suivre l’histoire. C’est probablement l’épisode le mieux maitrisé de la série, ou en tous cas des trois que j’ai lus.

Et puis, Munoz continue à appuyer là où ça fait mal. A travers ses aventures, il dénonce les travers (excusez moi de ce jeu de mot) de la société mexicaine. Ici , c’est l’implication de la police dans le trafic de drogue, et cela va au-delà de l’inaction vue dans les précédents épisodes. Avec comme d’habitude, l’implication des Etats-Unis, désignés comme l’une des causes de la descente aux enfers du Mexique.

Avec une couverture toujours aussi belle, une qualité de papier inégalée, un petit format qui tient dans une poche pour un prix toujours discutable (12,5 euros, c’est un peu cher), cette aventure là est passionnante à lire. Pour sûr, je lirai la prochaine.

Les raisons du doute de Gianrico Carofiglio (Seuil Policiers)

Il y a des auteurs que je suis, dont j’achète tous les livres les yeux fermés. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais il suffit d’un livre qui me marque pour que je sois fidèle. Carofiglio fait partie de ceux là. Auparavant édité chez Rivages, on m’avait prêté les 2 premiers titres (Témoin involontaire et Les yeux fermés) que j’avais lus aussitôt. C’est pour Les yeux fermés que j’avais eu un coup de foudre. Voici donc la nouvelle enquête de Guido Guerrieri.
Giodo Guerrieri est applelé à la prison de Bari pour défendre un prévenu appelé Fabio Paolicelli, dit Fabio Ray-Ban. Celui-ci a été condamné en première instance pour trafic de drogue. Lors d’un voyage de vacances avec sa femme et sa fille dans le Montenegro, il est arrêté avec 40 kilos de cocaine dans sa voiture. Son avocat, Maître Macri Corrado s’est présenté lui même à Fabio pour assurer sa défense mais il n’a pas fait grand’chose pour le défendre.
Mais Guido connaît Fabio. Quand il était plus jeune, Fabio et sa bande de fascistes avaient agressé Guido pour lui voler sa parka. Comme il avait refusé, Guido s’était fait tabassé dans la rue, dans l’ignorance générale des passants. Par la suite, Fabio avait été impliqué dans l’assassinat d’un communiste sans être inquiété. Quand il rencontre la femme de Fabio, Natsu Kawabata, d’origine japonaise, il prend la décision de défendre un homme qu’il souhaite du fond du coeur voir croupir en prison. Et l’enquête commence.
Pourquoi est-ce que j’aime cet auteur ? Je me suis posé cette question en écrivant cet article.
D’abord, il y a le personnage de Guido. Il a la quarantaine, est divorcé, aime les femmes la boxe et les livres. Ici, il est taraudé par l’envie d’avoir un enfant, mais sa dernière copine en date vient de partir un an pour les Etats Unis. Il a une excellente répartie, mais il a un problème : il ne dit pas toujours ce qu’il pense. Et c’est très bien fait par Carofiglio, car il ponctue ses dialogues de pensées qui souvent n’ont rien à voir avec ce que Guido répond. Et cela donne des passages truculents.
Car l’humour est omniprésent, soit directement car Guido est un personnage humain et foncièrement optimiste, malgré ce qui arrive dans sa vie privée, soit indirectement par des remarques ou des pensées qui sont parfois décalées par rapport à la situation.  Et d’ailleurs, Carofiglio fait partie de ces auteurs qui adorent leurs personnages. Cela se sent à la lecture et c’est pour cela que c’est aussi agréable à lire.
La qualité de l’intrigue est aussi un des arguments forts, mais il y a aussi une véritable autopsie de la justice italienne. Dans ce roman, le sujet est les doutes d’un avocat envers un personnage antipathique et le fait qu’on ne convoque pas un confrère avocat; ça ne se fait pas. Et si, en plus, on tombe amoureux de la femme de son client, cela devient compliqué à gérer.
Enfin, l’écriture est limpide, simple, tellement simple. Parfois, on a droit à des traits de poésie, comme souvent dans la littérature italienne. Mais là où Grisham met son style au service de son intrigue, Carofiglio met son style au service de ses personnages. C’est baeucoup plus prenant et psychologiquement bien plus passionnant.
J’espère vous avoir donné envie de lire Gianrico Carofiglio. Celui-ci n’est pas mon préféré, mais comme tous les bons auteurs, il vaut mieux les lire dans l’ordre en commençant par Témoin involontaire (fous rires garantis) puis Les Yeux fermés (Génial) pour finir par celui ci qui est très bon, avec son humour léger, nostalgique et désenchanté, un excellent portrait d’un quarantenaire en proie à ses doutes et ses cicatrices.