Archives du mot-clé bagne

Nous sommes bien pires que ça de Guillaume Audru

Editeur : Editions du Caïman

Cela peut ressembler à une lapalissade, et pourtant, chaque nouveau roman de Guillaume Audru est attendu comme le facteur qui m’apporte des livres à lire. J’ai ouvert avec fébrilité l’enveloppe, sachant que l’auteur s’attaquait à un sujet bien difficile, les bagnes positionnés en plein désert algérien pendant et après la première guerre mondiale.

1955. Gabriel Fleurus débarque en Algérie sous un soleil étouffant. Depuis l’insurrection de la Toussaint, la situation reste fortement tendue, en Kabylie comme ailleurs. Il arrive à Bougie et se dirige vers l’hôpital, où il a rendez-vous avec le colonel Julien Gardanne. Ce dernier lui a envoyé une lettre pour lui parler de Simon Fleurus, le père de Gabriel et des circonstances dans lesquelles ils se sont côtoyés.

1918. Le capitaine Simon Fleurus s’est illustré lors des batailles de la Marne et de Verdun, mais sa réputation auprès des troupes s’est ternie suite à sa participation aux tribunaux militaires condamnant les mutins du Chemin des Dames.

1919. La guerre finie, le capitaine Simon Fleurus n’en peut plus des horreurs de la guerre. Chargé de comptabiliser les corps sur le champ de bataille, de leur trouver un nom, il demande sa mutation. Sa hiérarchie ne l’entend pas de cette oreille. Le colonel Duchet et le général Bréville le chargent d’une mission d’enquête auprès des bagnes que la France a installés en Algérie, pour mater les récalcitrants à l’autorité. Le capitaine, forcé d’obéir aux ordres, prend donc la direction de Marseille puis d’Alger, avant d’entamer une marche de plusieurs jours dans le désert vers Ouchkir, un nom associé à l’enfer.

Il semblerait que Guillaume Audru nous fasse voyager par l’intermédiaire de ses polars. Après l’Ecosse (L’île des hommes déchus et Les chiens de Cainrgorm), et un bref passage par le France (Les ombres innocentes), nous prenons la direction de l’Algérie, au lendemain de la première guerre mondiale. L’auteur va nous parler d’événements peu connus, les bagnes situés en plein désert.

L’atmosphère lourde et étouffante va appesantir l’ambiance de ce roman, dans un climat torride le jour, glacial la nuit. Sous un soleil implacable, de pauvres bougres cassent des pierres sous l’œil froid des gradés pour les remettre dans le « droit chemin ». On ne leur reproche que des broutilles, pour la plupart, une insulte envers un supérieur, voire juste refuser de porter un pantalon trop petit.

On assiste effarés à la discipline, poussée à ses extrémités, transformant des hommes à l’état de choses. Cette maison de correction visant à remettre ces jeunes gens dans le droit chemin se transforme alors en camp de concentration où les surveillants peuvent s’en donner à cœur joie sans risque de représailles. En face d’eux, le capitaine Fleurus, avec ses fragilités (on le voit pleurer devant la dureté des conditions de vie) et le major Louis Zamberlan, fils de général et étrangement distant, se retrouvent seuls dans cette bataille, d’autant plus que les morts vont s’accumuler.

On connait l’existence de bagnes depuis le dix-huitième siècle et même peut-être avant. La situation présentée ici est d’autant plus inacceptable que la guerre est finie, que les sanctions exigées par la discipline armée ne sont plus nécessaires, que les causes même qui ont amené ces jeunes dans le désert sont idiotes en temps de paix. Cette illustration de l’obéissance aveugle mais aussi des monstres qui peuplent les armées nous touche devant tant d’absence d’humanité.

Même si les personnages sont très clivés, opposant les méchants et les gentils, le scénario, les décors et les ambiances nous plongent dans un monde impitoyable d’un autre temps, où les limites n’existent plus. Humainement fort, avec un sujet peu abordé, ce roman mérite aussi que l’on se penche dessus pour la formidable plume évocatrice de Guillaume Audru, très littéraire, qui ajoute au plaisir de lecture.