Archives du mot-clé Base scientifique

Solak de Caroline Hinault

Editeur : Editions du Rouergue

S’il n’y avait eu l’avis de Jean-Marc Lahérrère, je n’aurais pas eu l’idée de me pencher sur ce roman. D’ailleurs, je n’ai pas attendu bien longtemps avec de le lire, et je ne peux que confirmer la force de ce roman.

Sur cette presqu’île du cercle polaire arctique, une misérable station est perdue au milieu de la neige et du blizzard. Servant de base scientifique, elle abrite aussi des hommes chargés de veiller sur le drapeau national. Outre le temps redoutable, ils doivent aussi éviter les ours qui, à l’approche de l’hiver, s’approchent des habitations pour trouver à manger. Six mois de jour, six mois de nuit, une année de calvaire.

Igor vient de se suicider, une balle dans la tête, incapable de supporter la nuit qui s’approche. Piotr, le narrateur, habite ici depuis vingt ans et fait office de vétéran. Il se retrouve donc en compagnie de Roq, brute épaisse alcoolique qui s’amuse à tuer les animaux pour son traffic de fourrures et Grizzly un scientifique bavard qui amène un semblant d’humour dans ce monde froid et sans pitié.

En échange du cercueil d’Igor, débarque un jeune gamin frêle qui semble flotter dans sa combinaison. Ne dégoisant pas un mot, il passe aussi peu de temps avec les autres, préférant écrire dans ses cahiers. Peu après, les trois résidents apprennent que le gamin est muet, mais pas sourd. Et l’approche de l’hiver infernal va petit à petit faire monter la tension entre les quatre hommes.

J’adore les premiers romans, et encore une fois, je me suis trouvé embarqué dans ce huis-clos où la tension va monter doucement jusqu’à devenir intenable, invivable, irrespirable. Ces quatre hommes qui ne sont pas là pour s’entendre mais par obligation vont emmagasiner des ressentiments et la pression va finir par exploser dans un final non seulement inattendu mais aussi incroyable.

Et dans ces 124 pages, on retrouve tout des romans marquants : la psychologie des personnages vue par un narrateur, les actions de survie quotidienne qui deviennent des obligations, des rancœurs qui vont se transformer en colère délirante et le choix d’un bouc émissaire pour déverser le trop-plein de haine, de manques, de socialisation, de normalité dans un déferlement de férocité violente.

Passées les présentations, on sent réellement le jour partir et nous plonger dans une nuit sans fin ; l’intérieur de l’habitation se transforme en prison qui se prolonge à l’extérieur tant il y fait très froid, trop froid. Surtout, l’écriture n’est pas recherchée, surfaite mais uniquement naturelle et brutale et cela participe beaucoup à notre immersion dans ce monde de l’impossible. Et petit à petit, nos mains se crispent sur les pages, on ne veut pas s’arrêter parce l’on veut savoir et on s’arrête de respirer … Nom de Dieu, quel roman !