Archives du mot-clé Bill Balantine

Espace Bob Morane : Le cycle de l’Ombre Jaune 4

Le châtiment de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes

Editeur : Marabout – 1959

J’ai lu beaucoup d’aventures de Bob Morane quand j’étais au collège, peut-être une centaine, et j’en ai gardé un souvenir extraordinaire. Il fallait bien que je me limite dans les centaines de romans publiés et donc j’ai choisi le cycle de l’Ombre Jaune tel qu’il est décrit dans Wikipedia, soit 23 romans.

Suite à la disparition de Bob Morane dans la précédente aventure, Bill Ballantine a décidé de traquer l’Ombre Jaune. Jack Star, un ami journaliste, lui a confié une énigme juste avant de mourir. Le voici donc à Rangoon, en Birmanie, pays en proie à la guerre civile entre les troupes gouvernementales, les brigands et les Drapeaux Verts, sorte de milice qui veut rétablir l’ordre.

Dans le salon du Strand Hotel, un serveur annonce un message pour Bill Ballantine, alors que personne n’est sensé être au courant de sa présence. Le message lui donne rendez-vous le soir même sur l’escalier de la pagode des Nats, dans un quartier malfamé. Effectivement, ce sont des dacoïts qui l’attendent. Heureusement, un personnage mystérieux, un lépreux aveugle, vient lui porter main forte avant de disparaître. Au niveau de la dixième statue, une vois lui propose de se rendre à Mandalay, dans les terres, pour poursuivre son aventure.

Ce roman-là, je l’avais lu. Le relire m’a comblé de joie. C’est une aventure où Bill Ballantine est le personnage principal et le seul héros. Et dans cette aventure, qui se déroule dans un pays en guerre, Bill va poursuivre sa quête envers et contre tous. Ce qui fait que l’on ne sait jamais qui est gentil et qui est méchant dans cette histoire. A chaque fois qu’il se croit sauvé, et qu’il peut prendre la route sereinement, il retombe dans un nouveau piège.

C’est donc une aventure en forme de jeu de piste, avec de nombreux rebondissements, des retournements de situation et des scènes d’action écrites de façon très littéraires. Si on peut penser que le style a quelque peu vieilli, je dois dire que je me suis surpris à me dire que certains passages, dans la jungle en particulier, était bien écrits. Et puis, je suis étonné de l’imagination d’Henri Vernes pour créer les décors. Une excellente aventure en somme.

Dans le livre que j’ai lu, édité par Marabout Junior, l’accent est mis sur les serpents, puisque Bill Ballantine  va en rencontrer beaucoup au cours de son aventure. On nous détaille donc les quatre grands groupes de serpents, avant de se concentrer sur les races venimeuses, à savoir le cobra, la vipère et le crotale et les mocassins. De quoi enrichir sa culture en s’amusant !

Les romans chroniqués sur le duel entre Bob Morane et L’Ombre Jaune sont :

La couronne de Golconde

L’Ombre Jaune

La revanche de l’Ombre Jaune

Publicités

Espace Bob Morane : Le cycle de l’Ombre Jaune 3

La revanche de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes

Editeur : Marabout – 1959

J’ai lu beaucoup d’aventures de Bob Morane quand j’étais au collège, peut-être une centaine, et j’en ai gardé un souvenir extraordinaire. Il fallait bien que je me limite dans les centaines de romans publiés et donc j’ai choisi le cycle de l’Ombre Jaune tel qu’il est décrit dans Wikipedia, soit 23 romans.

Par un bel après-midi de printemps, Bob Morane rentre chez lui, dans sa Jaguar, en passant par les quais de Seine. Il aperçoit un mendiant, entouré par un groupe d’enfants, faisant des tours avec un petit singe. Intrigué mais obligé de rouler, il a le temps de voir le visage, caché sous un large chapeau, et des yeux jaunes inoubliables. Se pourrait-il que ce soit l’Ombre Jaune ?

Curieux mais aussi fortement inquiet, il ressort de chez lui, pour arpenter le Quai Voltaire, sans rien apercevoir. En s’arrêtant dans une brasserie de Saint-Germain-des-Prés, une diseuse de bonne aventure lui prédit sa mort. Fichtre ! Lui qui n’est pas sujet aux diverses croyances, il fait quelques recherches et s’aperçoit que des morts mystérieuses ont eu lieu à la suite prédictions funestes. Il décide d’en avoir le cœur net et de retourner sur les quais le lendemain.

Troisième confrontation entre Bob Morane et l’Ombre Jaune, où la tension est à son comble. Le roman tourne à un véritable duel entre les deux hommes, avec un Bill Balantine qui va arriver toujours trop tard. Si Bob a sauvé M.Ming dans le premier, s’il a tué l’Ombre Jaune dans le deuxième, ce roman ressemble à une revanche d’où le titre du  livre. Et la fin donne fichtrement envie de lire la suite.

Ce roman va nous faire voyager : des puces de Paris à la visite des égouts, après un passage par Bruxelles, pour rencontrer un spécialiste en botanique, Bob Morane va poursuivre son ennemi juré jusqu’en Egypte, sur l’île Éléphantine. Ce roman s’avère moins rythmé. J’y ai même trouvé des moments un peu longuets où l’auteur tire un peu son intrigue, comme les explications sur les égouts de Paris. Ce n’est probablement pas le meilleur de la série, mais la fin relève l’ensemble avec un suspense insoutenable.

Dans le livre que j’ai lu, édité par Marabout Junior, l’accent est mis sur les prothèses animées telles celle que M.Ming a pour remplacer sa main perdue. Comme le roman date un peu, nous savons aujourd’hui que de grands progrès ont été faits depuis les années 60. Et on ne peut que louer l’aspect visionnaire des progrès scientifiques à venir d’Henri Vernes.

Les romans chroniqués sur le duel entre Bob Morane et L’Ombre Jaune sont :

La couronne de Golconde

L’Ombre Jaune

Espace Bob Morane : Le cycle de l’Ombre Jaune 2

L’ombre jaune d’Henri Vernes

Editeur : Marabout – 1959

J’ai lu beaucoup d’aventures de Bob Morane quand j’étais au collège, peut-être une centaine, et j’en ai gardé un souvenir extraordinaire. Il fallait bien que je me limite dans les centaines de romans publiés et donc j’ai choisi le cycle de l’Ombre Jaune tel qu’il est décrit dans Wikipedia, soit 23 romans.

Londres, Vers une heure du matin, les constables Wilkins et McReady font leur tournée d’inspection quand ils rencontrent un homme qui dort. L’homme ne veut se réveiller, il ne sent pas l’alcool. A la lueur de leur torche, Sur l’homme, les deux policiers remarquent un billet, destiné au Commissionner de Scotland Yard : si le gouvernement ne stoppe pas ses recherches atomiques sous huit jours, l’homme mourra. Puis, l’homme se mit à ânonner : « L’Ombre Jaune est la vie, mais elle est aussi la mort … Elle peut sauver l’humanité mais elle peut aussi la détruire. »

Bob Morane est à Londres, où il a donné rendez-vous à son ami Bill Balantine. En rentrant à son hôtel à pied, quand il entend une jeune femme appeler à l’aide. Elle a affaire avec des voleurs qui veulent lui dérober son sac. Bob arrive à mettre les malotrus en fuite et fait la connaissance de Tatiana Orloff. Elle accepte donc de le conduire à son hôtel. Pendant la nuit, un homme frappe à sa porte. Quand il ouvre, il découvre un cadavre. Il n’a plus qu’à appeler Scotland Yard …

Bob Morane va donc retrouver dans cet épisode son ennemi juré, l’Ombre Jaune, dit M.Ming. Il va aussi être aidé par son ami Bill Balantine, et heureusement qu’il sera à ses cotés pour le sauver de plusieurs situations dangereuses. Car l’intrigue va consister à retrouver Jack Star, un ami kidnappé par le maléfique M.Ming.

C’est un épisode trépignant, plein de péripéties que nous propose Henri Vernes. C’est simple : il y a 14 chapitres, chacun comportant 2 scènes d’action. Total : en 140 pages, on a droit à 28 scènes d’action où l’ambiance mystérieuse est mise en avant. C’est du pur plaisir de lecture et c’est un épisode que j’avais déjà lu et dont je me suis très bien rappelé ce qui s’y passait quarante ans après l’avoir lu ! Un must du roman d’aventures !

Comme l’a dit L’oncle Paul, certains événements ont inspiré nombre de films, de La guerre des étoiles à Indiana Jones. Par exemple, le décor où Bob Morane retrouve L’Ombre Jaune à la fin du roman, sorte de caverne qu’il découvre à la sortie d’un tunnel, rappelle celui d’Indiana Jones et le Temple Maudit. Cela rend ce roman d’autant plus marquant.

Dans l’édition que j’ai lue, Marabout Junior, il nous est présenté le jiu-jitsu, cet art martial mortel dont use Bob Morane pour se défaire de ses adversaires. Une nouvelle fois, c’est une bonne façon d’apprendre des choses autres que ce que l’on nous apprend tous les jours, et en particulier la différence entre le jiu-jitsu et le Judo.

Je vous rappelle mon avis sur La couronne de Golconde d’Henri Vernes ici