Archives du mot-clé Brigade du viol

L’empathie d’Antoine Renand

Editeur : Robert Laffont – La Bête Noire

Si Muriel n’avait pas autant insisté, je n’aurais jamais lu ce roman. Sauf peut-être parce qu’il s’agit d’un premier roman … quoique. La phrase d’accroche sur la couverture ne me disait rien. J’avais peur d’avoir affaire à un énième thriller, et le thriller, ce n’est pas ma tasse de thé. Eh bien, parfois, on a tort. Ce roman est fort, très fort, trop fort.

Alpha a voyagé dans le monde entier, et se retrouve aux Etats-Unis, pour quelque temps. Il a acquis un talent pour se déplacer sans bruit, pour grimper aux murs même sans aucune aspérité. Cette nuit-là, il entre dans un appartement et observe un couple en train de dormir. Le plaisir qu’il en retire lui ouvre une nouvelle perspective : il a tous les pouvoirs sur les gens, même celui de vie ou de mort. Cette révélation va guider sa vie. C’est dans son pays natal qu’il va pouvoir s’épanouir, la France.

Déborah est infirmière à domicile. Ce jour-là, elle visite un de ses clients et laisse entrer dans le hall de l’immeuble un livreur motard, affublé de sa combinaison en cuir et de son casque. Dans l’ascenseur, le motard sort un couteau et oblige la jeune femme à lui faire une fellation. Quand elle se rend au commissariat de police, pour déposer sa plainte, elle apprend qu’elle est la troisième victime de ce violeur en série.

Ce sont Anthony Rauch et Marion Mesny qui la reçoivent et lui annoncent la nouvelle. Ils sont capitaines dans un département de la Police judiciaire, « la brigade du viol ». L’affaire du motard violeur fait partie de leur quotidien. Quand on leur apprend le viol d’un couple avec une extrême violence, ils doivent se rendre compte qu’ils ont affaire à un criminel autrement plus dangereux.

Le fait que je fasse le résumé du début du roman est parfois trompeur et bien peu vendeur, étant donné les qualités de ce roman. Alors, oui, le roman commence comme un thriller, et il est agréable à suivre, surtout grâce à la fluidité du style et à cette faculté à créer des personnages intéressants, à commencer par Rauch, que l’on surnomme La Poire, pour son physique (je ne vous fais pas un dessin). Et petit à petit, Antoine Renand va complexifier non pas son intrigue mais la psychologie des personnages.

Il commence par le contexte, en créant des liens entre les personnages : Déborah a soigné le père de Rauch, gravement malade. Il décédera d’ailleurs tôt dans le roman. Puis, apparaît la mère de Rauch, Louisa, avocate à succès, prête à défendre l’indéfendable. Entre elle et son fils, ce sont des joutes verbales, deux pôles liés par un lien indestructible mais que tout oppose. Et puis, il y a cette relation étrange qu’entretiennent Rauch et Mesny, inséparables au travail, sorte d’amitié platonique empreinte de respect.

Avec toute cette galerie de personnages formidables, l’auteur aurait pu se contenter de construire son intrigue, en inventant des scènes fortes pour aboutir au duel final. Que nenni ! cela n’aurait donné qu’un thriller intéressant, au mieux bien fait. J’ai été impressionné et je dois le dire bouleversé quand Antoine Renand nous invite à revisiter le passé de ses personnages. Non seulement c’est très bien écrit et construit, mais cela donne en plus une épaisseur, un vécu, une histoire à ses personnages, qui, il faut bien le dire travaillent dans le glauque. Et c’est encore plus fort de les avoir créés avec un historique tel que c’est le département où Rauch et Mesny voulaient tous les deux travailler. Ces passages constituent pour moi le summum du livre, rajoutent des liens insoupçonnés, et nous offrent des scènes d’une terrible force émotionnelle.

Alors, il faut bien le dire, le roman aborde le cas de monstres. Il nous montre les terribles statistiques : « En France, 75 000 viols avaient lieu chaque année, soit 206 par jour ; 1 femme sur 6 serait victime d’un viol au cours de sa vie, ou d’une tentative de viol ; 80 % des victimes étaient bien entendu des femmes. La moitié de ces victimes l’était de façon répétée avec, dans 8 cas sur 10, un agresseur qu’elles connaissaient bien : un ami, ami de la famille, membre de la famille… Et tous les milieux étaient touchés, prolos comme bourgeois, anonymes comme grands de ce monde… Enfin et surtout, 90 % des femmes violées ne portaient pas plainte. »

Mais il aborde aussi bien d’autres thèmes tels que les relations père / mère / fils ou fille, la question de la justice, celle de la difficulté de ces flics, de la compassion, de l’empathie dont ils doivent faire preuve … ou pas. Antoine Renand ne prend que rarement position, préférant laisser la parole à ses personnages. Il dénonce par contre, les médias qui courent après les titres les plus attirants pour le grand public, pourvu que cela saigne. Et puis, au milieu de tout cela, il y a des hommes et des femmes, avec leur passé et leur présent, qui doivent faire leur boulot.

J’ai du mal à croire que ce roman soit un premier roman, tant tout y est construit avec beaucoup de courage et d’ambition, tant tout y est réussi. Je dois vous avouer qu’il y a des passages d’une force telle que j’ai raté quelques arrêts de bus, que j’ai aimé dévorer ce roman qui en dit tant et si bien. Antoine Renand fait une entrée fracassante dans le monde du Polar thriller et nous allons être nombreux à attendre son deuxième roman. Impressionnant !

Au passage, je remercie Muriel Leroy qui a fortement insisté pour que j’achète ce livre et que je le lise. Grâce à toi, j’ai passé un grand moment. BIZ

Publicités