Archives du mot-clé Cesare Battisti

Indio de Cesare Battisti

Editeur : Seuil

Prévu fin 2019 et reporté deux fois, le dernier roman en date de Cesare Battisti est sorti juste avant l’été. Alors qu’il est plutôt catalogué parmi les auteurs de romans noirs, Cesare Battisti flirte du côté du roman d’aventures historiques.

Direction l’Atlantique, donc, et plus précisément le Brésil, pour ce roman étrange, calme, apaisé. Le narrateur apprend la mort d’un de ses amis par noyade. Indio, puisque c’est son prénom a été retrouvé sans vie alors qu’il pratiquait la plongée sous-marine. Le narrateur va se déplacer à Cananeïa, petit village de pêcheurs, pour assister à l’enterrement et devenir l’héritier légataire d’Indio.

Dans ce petit village, tout le monde regarde les étrangers d’un drôle d’œil. Il ne fait pas bon poser des questions, ou s’intéresser à ce qui s’y passe. La découverte du corps d’un pêcheur n’émeut personne, même s’il porte des traces de liens sur les poignets. Le narrateur va alors se pencher sur des documents que son ami a regroupés et sur une sorte de journal portant sur une période lointaine.

Quelques années avant Christophe Colomb, un savant juif et un pirate musulman auraient débarqué au Brésil et donc découvert le Nouveau Monde avant tout le monde. Cosme Fernandes et Barberousse sont devenus des légendes et auraient peut-être laissé derrière eux un trésor, coulé dans une frégate au large. Les différentes morts seraient-elles liées à une chasse au trésor ?

Dès les premières lignes, on est happé par la belle musique de l’écriture, et par la sensation de calme et de douceur qu’il en ressort. Alors qu’on y parle tout de même de mort (s), cette distanciation fait disparaître l’aspect émotif de l’intrigue. C’est en partie pour cela qu’il est étrange d’avoir sorti ce roman dans la collection Cadre Noir, puisqu’il a peu à voir avec un polar.

On est plutôt dans le genre Roman d’aventures, avec des alternances entre les découvertes du narrateur et les découvertes de nos deux aventuriers et leurs relations avec les autochtones. Il y a un côté agréable dans cette lecture avec des passages hypnotiques, que viennent relever quelques piques mais l’ensemble est plutôt un roman lisse et calme que l’on a plaisir à parcourir.

Et l’écriture est suffisamment convaincante pour semer le doute, à tel point qu’on ne sait plus distinguer la réalité de la fiction. Il est tout de même amusant de se dire que les Amériques auraient été découvertes par un juif et un musulman et non par des catholiques. Cette remarque, par exemple, est glissée l’air de rien au détour d’un chapitre … sans vouloir faire plus de vagues. C’est une lecture qui change de mon quotidien.