Archives du mot-clé Chouchou 2021

Le chouchou du mois septembre 2021

Cette année, il semblerait que la rentrée littéraire démarre doucement, tout doucement. C’est la raison pour laquelle j’ai eu l’occasion de rattraper mon retard de lecture avec des romans datant du premier semestre.

Au mois d’août, j’avais décerné un coup de cœur à Joe, roman injustement méconnu. Sa suite, Fay de Larry Brown (Gallmeister) va nous narrer l’itinéraire de la sœur de Gary, jeune adolescente qui découvre son pouvoir et va devenir une femme fatale. Remarquablement bien écrit, on a affaire à de la grande littérature. Je ne peux que vous conseiller de lire et relire Larry Brown.

Parmi les auteurs américains incontournables, Michael Connelly tient une place de premier plan. On retrouve son personnage fétiche et récurrent dans Le dernier coyote de Michael Connelly (Points) qui décide d’élucider le meurtre de sa mère quand il était encore enfant. C’est avec cette enquête que ce cycle a gagné ses lettres de noblesse tant l’auteur y montre une maitrise digne des plus grands.

Du coté des Français, il est un auteur dont on ne parle pas assez : Dans La peur bleue de Maurice Gouiran (Jigal), on retrouve Clovis Narigou dans deux enquêtes, l’une mettant en scène d’anciens harkis et l’autre sur la corruption immobilière à Marseille. Dans les deux cas, l’auteur dresse un constat bien noir de notre société où ce sont toujours les plus pauvres qui trinquent.

Il est un autre personnage que j’aime beaucoup : Thelma vermont est détective privée dans le New-York des années 60. Dans Secrets en sourdine de Muriel Mourgue (Ex-Aequo éditions), l’immersion en pleine période électorale présidentielle et les années 60 fait toujours son effet. L’enquête est menée de façon classique avec ce qu’il faut de fausses pistes et débouche sur une fin surprenante. De la belle ouvrage.

Un autre personnage a disparu des étals des libraires et il nous manque. Dans L’homme de Tautavel de Jérôme Zolma (TDO éditions), l’auteur a revu sa copie originelle prévue pour Gabriel Lecouvreur dit Le Poulpe et nous livre un polar rythmé, humoristique et très distrayant en changeant les noms et situations des personnages récurrents entourant le gastéropode. A découvrir pour passer un très bon moment de divertissement.

En parlant de divertissement, je considère Corvidés de David Gauthier (Envolume) comme LA bonne surprise de ce mois. Un journaliste qui a connu une déconvenue sentimentale se ressource en partant à la recherche d’un corbeau qui empoisonne la vie d’un village. On croit d’emblée à ce personnage, on apprécie le rythme de l’écriture et on se laisse prendre au jeu, malmené par la description de ce petit village où tout le monde parle dans le dos des autres. A découvrir d’urgence.

Après sa trilogie Benlazar, l’auteur continue de creuser l’histoire contemporaine avec La Nuit tombée sur nos âmes de Frédéric Paulin (Agullo). Adoptant un ton proche d’un reportage, il nous montre une opposition entre manifestants et forces de l’ordre lors du sommet du G8 de Gênes en 2001, dans une Italie qui a minutieusement orchestré un piège violent. Il démontre comment une société peut être plus violente que ceux qu’elle combat, au nom du bien …

Le titre du chouchou revient donc ce mois-ci à Un coin de ciel brûlait de Laurent Guillaume (Michel Lafon) qui nous plonge dans l’histoire des enfants soldats en Sierra Leone. Avec une construction de thriller, et une belle écriture, l’auteur parle de ce qu’il connait et nous instruit sur les dessous des trafics de diamants tout en nous proposant un page-turner passionnant que l’on aura du mal à lâcher. Un excellent roman noir.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans vos choix de lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, protégez-vous, protégez les autres et surtout lisez !

Le chouchou de l’été 2021

Allez, finies les vacances ! Il va falloir retourner au boulot. Avant que les nouveautés ne débarquent, même si quelques-unes sont déjà sorties, voici un petit récapitulatif des avis publiés cet été qui devrait vous permettre de trouver votre bonheur. Comme les autres années, j’ai classé les titres par ordre alphabétique de leur auteur et trouvé un adjectif pour qualifier chacun d’eux. A vous de choisir :

Toucher le noir – Collectif (Belfond) : troisième recueil de cette série dédiée aux cinq sens, encore meilleur que le précédent

La prophétie de Barintown de George Arion (Ex-Aequo éditions) : un polar atypique qui montre la vie d’une ville imaginaire avec beaucoup de dérision

Joe de Larry Brown (Gallmeister) : Coup de Cœur pour ce polar noir d’une force peu commune.

Le gêne du perce-neige de Jacques Bullot (Editions du bout de la rue) : Hommage à cet auteur engagé qui nous met en garde contre les risques des OGM.

Un jour viendra de Giulia Caminito (Gallmeister) : Une plume franche et directe d’une jeune auteure à suivre qui nous plonge dans l’Italie du début du XXème siècle.

Le pacte de l’étrange de John Connolly (Pocket) : 16ème enquête de Charlie Parker, qui donne une part belle à l’entourage de notre enquêteur favori avec un humour ravageur

Moriarty : Empire mécanique (2 tomes) de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et StevanSubic (Delcourt) : Duel entre Moriarty et Sherlock Holmes dans un univers cyberpunk au dessin flouté. Bande dessinée

Batignolles rhapsody de Maxime Gillio (Pygmalion) : un bon polar rythmé qui rend hommage à la culture populaire et au groupe Queen en particulier

Solak de Caroline Hinault (Editions du Rouergue) : Un premier roman fascinant dans sa faculté à faire monter la pression dans une station scientifique du pôle nord.

Little bird de Craig Johnson (Gallmeister) : Premier tome des enquêtes de Walt Longmire très réussi, qui nous plonge dans le Wyoming

Une affaire italienne de Carlo Lucarelli (Métaillié) : Un roman policier qui nous parle de l’Italie de l’après-guerre avec une chute mémorable.

Le Tatoueur de Matz et Attila Futaki (Bamboo éditions) : Une histoire simple avec un dessin proche du Tueur. Vivement la suite … Bande dessinée

Le baiser des Crazy Mountains de Keith McCafferty (Gallmeister) : quatrième enquête de Sean Stranahan, détective en dilettante et professeur de pêche à la mouche, et Martha Ettinger, shérif du comté de Hyalite qui se révèle être un excellent roman policier

Dog Island de Michel Moatti (HC éditions) : un huis clos sur une île existante en forme d’hommage à la grande Agatha Christie

Il faut flinguer Ramirez Acte 2 de Nicolas Petrimaux (Glénat) : Le premier tome était excellent, celui-ci est génial. Bande dessinée

L’île des âmes de Piergiorgio Pulixi (Gallmeister) : Plongée en Sardaigne et ses légendes pour cette première enquête policière d’une série mettant en scène deux enquêtrices au caractère bien trempé

Zombillenium tome 5 : Vendredi Noir d’Arthur de Pins (Dupuis) : J’adore cette série même si dans cette histoire, il y a plus d’action que de fond. Bande dessinée

Fucking melody de Noël Sisinni (Jigal) : Un petit polar bien noir, bien direct à la conclusion dramatique.

Le titre du chouchou de l’été 2021 revient donc à La maison du commandant de Valerio Varesi (Agullo) parce ce personnage de Soneri créé une vraie intimité avec le lecteur, que le style nonchalant et visuel nous fait voyager et parce qu’il parle des travers de la société avec tant de justesse.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans vos choix de lecture. Je vous souhaite un bon courage pour la reprise et vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Le chouchou du mois de juin 2021

Quel temps pourri, mes amis ! Faut-il se réjouir d’avoir plus de temps pour lire ou se plaindre de ne pouvoir sortir sans parapluie ? En tous cas, ce mois de juin aura mis en lumière les auteurs français (tous sauf un) dans des genres très différents, ce qui montre encore une fois la richesse de l’édition tricolore.

Le seul roman étranger figurant dans les avis publiés sera donc Lucy in the sky de Pete Fromm (Gallmeister), dans le cadre de la rubrique Oldies, consacrée cette année aux quinze années d’existence de Gallmeister. Il nous embarque dans la vie de Lucy, une adolescente intelligente et à l’humour ravageur, et de sa difficulté du passage à l’âge adulte. Outre qu’il sonne juste, qu’il mette en valeur un personnage féminin extraordinaire, ce roman nous fait nous poser des questions sur la façon dont nous élevons nos enfants et leur faculté à découvrir nos mensonges.

Le 6 juin, j’ai souhaité rendre un hommage à ce grand auteur qu’était Frédéric Dard, qui nous a quittés vingt ans auparavant. Pour l’occasion, j’ai pioché dans les aventures de San Antonio et en ai profité pour vous partager mon amour de sa capacité à jouer avec la langue française ainsi que son humour dévastateur. Sur les trois romans chroniqués (Messieurs les hommes, En avant la moujik, Un os dans la noce), les deux derniers sont incontournables.

Comme tous les ans, je suis allé faire un tour du côté des nouveautés chez Ska, éditeur de nouvelles et romans en numérique. La lecture numérique coïncide bien avec la lecture de nouvelles et cette année encore, Ska a déniché des petites perles à choisir parmi Sous la carapace d’Aline Baudu, Inch’Allah de Jean-Luc Manet, Deux anges en enfer de Sébastien Gehan, Condé de Jérémy Bouquin (4 nouvelles), Chères familles de Jean-Hugues Oppel, La savate à Marceau de Jean-Marc Demetz, Jours de neige d’Etel, Carnaval *** de Jean-Hugues Oppel et Une mort trop douce d’Odile Marteau-Guernion. J’aimerais juste attirer votre attention sur une novella, Vlad de Patrick Pratz mettant en scéne un flic borderline. Le style et le rythme adoptés dans cette enquête d’une petite centaine de pages font que l’on a envie de retrouver ce personnage dans une nouvelle aventure.

Colère jaune de Jérémy Bouquin (Editions In8) est le dernier roman en date de cet auteur prolifique dont j’apprécie tant le style direct. Il nous plonge dans la mouvance des Gilets Jaunes en nous présentant Sandrine, une jeune femme qui élève seule son adolescent de fils. Sans en rajouter outre mesure, Jérémy Bouquin fait preuve de beaucoup d’intelligence et de lucidité pour nous dérouler son intrigue, surprenante jusqu’à la fin, et pour en faire un témoignage sans jamais rien occulter mais sans juger. Un excellent roman social.

Alors que l’intrique de Nuit blanche aux sons des tam-tams de Patrick-Serge Boutsindi (L’Harmattan) nous laissait entrevoir les trafics d’immigration clandestine et le commerce des pharmacies, j’ai été surpris par la forme, si emplie de dialogues que j’ai eu l’impression de lire une pièce de théâtre. Si ce fut une nouvelle expérience pour moi, j’ai regretté que les sujets promis en ressortent occultés.

Aussi étrange que cela puisse paraitre, Le cavalier du septième jour de Serge Brussolo (H&O éditions) est ma première incursion chez cet auteur (lui aussi) prolifique. Il en ressort un polar plutôt classique, dans sa construction surtout (présentation des personnages, mystères puis final explosif) mais aussi un mélange des genres avec une incursion dans le genre fantastique et les croyances.

24 heures hero de Saphir Essiaf& Philippe Dylewski (Nouveau Monde) est présenté comme un roman, la vie d’un couple de toxicomanes et leur quotidien qui consiste à trouver de quoi s’acheter leur dose du jour et celle du lendemain. Pourtant, on pourrait presque croire à un document, tant tout semble réel, précis, décrit à deux voix. Même si certains passages sont durs par leur violence, ce roman est important par le message sous-jacent sur la nécessité d’arrêter de juger les drogués et de leur trouver une aide à la hauteur de leur mal-être.

Le titre du chouchou revient donc ce mois-ci à Point de fuite, pardon, au Régisseur de Jeanne Desaubry (L’Archipel), qui bénéficie pour son passage dans une grande maison d’édition d’une réécriture complète. Pour avoir lu les deux versions, les deux romans s’avèrent totalement différents, mais on y retrouve la même force émotionnelle dans cette histoire de jeune femme enceinte dont on vient d’assassiner l’amant, rejetée, accusée, plongée dans un abîme d’incertitude et d’incompréhension.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans vos choix de lectures. Je vous donne rendez-vous à la fin de l’été pour le titre de chouchou de l’été 2021. En attendant, n’oubliez pas le principal, protégez-vous, protégez les autres et surtout lisez !

Le chouchou du mois de mai 2021

Après avoir fêté comme il se doit les douze années de Black Novel, nous attaquons une treizième année sur des chapeaux de roues, avec deux coups de cœur, rien que ça !

J’avais déjà été emballé par ses romans, Hot spot de Charles Williams (Gallmeister) m’a comblé par son intrigue, la psychologie des personnages et la modernité du style. Madox, le narrateur de cette histoire, va débarquer de la grande ville chez les campagnards et croire qu’il va pouvoir réaliser le casse de la banque car il se croit plus intelligent que les autochtones. Embringué dans des rebondissements imprévus et ses mensonges, il va s’enfoncer jusqu’à une fin fantastique. Un roman culte !

Les ombres de Wojciech Chmielarz (Agullo), le cinquième tome du cycle du Kub, nom du personnage principal, clôt avec brio la peinture de la société polonaise, la mainmise de la mafia sur tous les domaines et la corruption généralisée à tous les étages. D’une construction implacable, avec un parfait équilibre entre narration et dialogues, ce roman m’a enchanté, bluffé, impressionné.

Pour fêter ses douze années d’existence, je vous proposais de gagner la trilogie Sean Duffy. Ne me cherche pas demain de Adrian McKinty (Actes Noirs) est donc la troisième enquête de cet inspecteur catholique dans un pays protestant. Agrémenté d’une énigme de chambre close, l’auteur au style vivifiant nous ramène fin 1983, début 1984 à la poursuite d’un artificier de l’IRA qui vient de s’évader de prison. Super !

Parfois, il est bon de revenir aux sources et de lire un bon polar. THC sans ordonnance d’Olivier Kourilsky (Editions Glyphe) rentre dans cette catégorie, c’est bien fait, ça va vite et n’a d’autre but que de nous distraire. A noter tout de même, que certains personnages sont récurrents. Grâce au talent de l’auteur, le roman s’avère explicite pour s’éviter de tous les lire dans l’ordre … même s’il est dommage de s’en passer.

Le livre événement de ce début d’année, c’est bien Les somnambules de Chuck Wendig (Sonatine). Il se distingue par sa taille d’abord (plus de 1100 pages) et par son coté prémonitoire (il a été écrit avant la pandémie). Même s’il n’est pas un coup de cœur pour moi, il révèle un sacré conteur pour une folle histoire.

Karim Madani est de retour dans le noir. Pute et insoumise de Karim Madani (La Tengo) est un livre choc, entre fiction et biographie, entre document et roman noir. Il nous présente une jeune étudiante de banlieue qui fait escort-girl la nuit pour se construire sa clientèle de demain, en suivant des cours de droit des affaires. Ce roman nous plonge dans un monde qu’on ne côtoie pas et s’avère un roman impressionnant, violent et dur.

Les sosies de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes (Marabout) est la sixième confrontation entre Bob Morane et l’Ombre Jaune. Nous visitons ici les bas-fonds de Londres dans un jeu du chat et de la souris où on se demande qui est la proie. Par contre, l’auteur en rajoute, rallonge ses paragraphes ce qui donne une lecture moyenne pour moi.

Kasso de Jacky Schwartzmann (Seuil) marque la poursuite dans l’humour cynique de l’analyse de notre société. Utilisant un pitch simple, (un sosie de Matthieu Kassovitz utilise sa ressemblance avec l’acteur pour arnaquer son prochain), Jacky Schwartzmann flingue à tout va tout en faisant montre d’une belle fluidité de style et d’une remarquable lucidité de quelques maux de notre société. A ne pas rater !

Le Chouchou de ce mois revient donc à Tarmac Blues de Gérard Carré (Jigal), un polar qui va à 100 km/h dès le premier chapitre. Une fois commencé, on ne peut s’arrêter tant on est plongé dans une intrigue qui ébouriffe. Avec des personnages forts, avec une belle inventivité dans les rebondissements, ce roman totalement bluffant mérite très largement le titre de chouchou.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans le choix de vos lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant n’oubliez pas le principal, protégez vous, protégez les autres et lisez !

Le chouchou du mois d’avril 2021

Bouclons donc cette onzième année par le mois le plus pauvre en termes de nombre d’avis publiés ce mois-ci. Par manque de temps, je ne vous aurais proposé que sept avis, sept romans variés, internationaux et qui tous méritent le détour.

Commençons par mon coup de cœur, mais pas du mois. Lors de ma première lecture, j’avais déjà mis un coup de cœur à ce roman que j’aime tant. Malheureusement, le plantage de mon ordinateur m’a fait perdre mon billet, et dégouté, je n’ai jamais pris la peine de le réécrire. Alors que sort le troisième tome des enquêtes de Sean Duffy (dont je vous parlerai le mois prochain), j’ai donc relu Dans la rue, j’entends les sirènes d’Adrian McKinty (Livre de poche). Mes impressions n’ont pas changé, c’est bien un fantastique roman policier qui nous plonge dans l’Irlande du Nord de 1983, alors que débute la guerre des Malouines. Jetez vous sur cette trilogie qui rend hommage au genre tout en écrivant l’histoire de la guerre civile irlandaise.

Restons en Europe, du coté de la France, en Picardie plus exactement, avec Pleine balle de James Holin (Editions du Caïman) où l’auteur nous convie à une course poursuite de plus de 200 pages sans que l’on s’ennuie une minute. Un sacré coup de force qu’il vous faut absolument découvrir !

Paris, ah Paris ! c’est là que se situe l’enquête de Le gibier de Nicolas Lebel (Editions du Masque), avec deux nouveaux personnages puisqu’avec son changement de maison d’édition, Nicolas Lebel nous offre deux nouveaux enquêteurs. L’auteur nous propose des énigmes, des courses, des traits d’humour et surtout évoque l’Apartheid à travers un projet hallucinant. Une très grande réussite.

Du coté de la Suisse, L’ivresse des flammes de Fabio Benoit (Favre) est un roman choral, minutieusement construit, minutieusement écrit et nous invite à une poursuite d’un pyromane tout en faisant des incursions en Sardaigne où la mafia veut y implanter son trafic de drogue. Un très bon polar, surprenant.

On descend pour faire une halte du coté de l’Italie, dans le Piémont plus exactement, avec Le mangeur de pierres de Davide Danilo (Glénat). Doté d’une écriture minimaliste et flamboyante, ce roman nous propose de passer un moment avec des passeurs habitant un petit village. Si le rythme est lent, l’action rare, ce roman vaut surtout pour son écriture.

Enfin, le Oldies du mois est une fantastique histoire, grande par ses personnages, grande par son scénario. Lors de la conquête de l’ouest, on chargeait des hommes de ramener les femmes rendues folles par la dureté de la vie, les Homesmen. Sauf qu’ici, c’est une ancienne institutrice accompagnée d’un bon-à-rien qui vont s’y coller. Dois-je encore insister pour que vous le lisiez ? Ça s’appelle Homesman de Glendon Swarthout (Gallmeister)

Le titre du chouchou du mois revient donc à La patience de l’immortelle de Michèle Pedinielli (Editions de l’Aube). Nous retrouvons Diou de retour sur ses terres natales en Corse pour une enquête qui la touche de près. Outre l’intrigue fort bien menée et qui parle si bien des paysages et des secrets familiaux, ce roman est juste incroyable, inoubliable, en particulier son troisième chapitre et la fin, terrible.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans le choix de vos lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain, pour un nouveau titre de chouchou. Et puis, nous aurons eu l’occasion de fêter l’anniversaire du blog (12 ans déjà !) avec une trilogie complète à gagner. Je ne vous en dis pas plus, c’est pour très bientôt. En attendant, n’oubliez pas le principal, protégez vous, protégez les autres et lisez !

Le chouchou du mois de mars 2021

En mars, les jours rallongent et le moral remonte en flèche, nonobstant ce nouveau confinement … En même temps, nous attendons avec impatience en avril une avalanche de polars, dont un grand nombre sont tant attendus et seront chroniqués ici … dès que je les aurais lus, bien sûr. En attendant, mes chroniques vous proposent de beaux moments de lectures, pleines d’émotions et de réflexions.

Sortir de sa sphère de contact, être déstabilisé par une intrigue, la réaction d’un personnage, ou même changer carrément de décor, se plonger dans un futur imaginaire et imaginé, pour se poser des questions, avancer ou juste s’amuser.

Dans cette dernière catégorie, au rayon Angoisse, La maison à Claire-Voie de Brice Tarvel (Zinedi) est un recueil de nouvelles dont la précision d’écriture fait monter sans cesse la tension.

Au rayon Anticipation, Cinquante-trois présages de Cloé Mehdi (Seuil) démontre la talent de cette jeune auteure qui, après nous avoir expliqué l’avènement d’une Multitude de divinités, nous présente une de leurs messagers avec toutes ses difficultés spirituelles et matérielles. Ce roman nous offre la possibilité de réfléchir à la fois sur les pauvres et leur manque d’espoir mais aussi sur la religion et son devenir, ce qui en fait un roman puissant.

Enfin, au rayon Science-Fiction, dans L’oiseau moqueur de Walter Tevis (Gallmeister), les robots gèrent la Terre et facilitent notre vie à tel point que les humains ne se reproduisent plus, ne savent plus lire et deviennent des inutiles à la recherche de divertissement. Là aussi, l’auteur défend la culture, en particulier la littérature dans un roman visionnaire à faire froid dans le dos.

Toutes les autres chroniques parues ont porté sur des auteurs que je connaissais déjà, enfin presque …

L’art de la fuite est un secret de Gilles Vidal (La Déviation) propose un roman où un artiste peintre s’enfuit de chez lui après avoir vu sa dernière toile. Le peintre cherche-t-il quelqu’un dans sa fuite ou se cherche-t-il lui-même ?

Dernier tour lancé d’Antonin Varenne (Manufacture de livres) est le dernier roman de cet auteur que j’aime tant. Sur un sujet a priori peu intéressant pour moi, il arrive à me passionner en parlant intelligemment de la psychologie des champions, du fric pourri qui empoisonne le sport et des difficiles relations père/fils. Impressionnant !

Le pari n’était pas gagné d’avance de faire un roman situé dans l’univers carcéral. Avec Mort à vie de Cédric Cham (Jigal), l’auteur s’en sort avec une palme, tant le scénario est bluffant, passionnant et les personnages sont fantastiques.

Quand on a commencé les enquêtes de Rocco Schiavone, on était resté sur un final terrible à la fin du précédent opus, sans comprendre le passé du sous-préfet. 07 07 07 d’Antonio Manzini (Denoël) revient sur son passage à Rome, ses amitiés douteuses et une enquête menée de main de maître. Seuls quelques dialogues qui sonnent faux lui ont fait manquer le titre du chouchou du mois.

Chastity Riley est un autre personnage récurrent dont on n’avait plus de nouvelles depuis quelque temps et son formidable Quartier rouge. Nuit bleue de Simone Buchholz (L’Atalante) inaugure à la fois une nouvelle collection dédiée au polar, Fusion et un nouveau cycle pour cette procureure décidément pas comme les autres. Quand le fond s’allie à la forme, cela laisse augurer du meilleur et cela donne envie de lire la suite.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Ces montagnes à jamais de Joe Wilkins (Gallmeister), parce que c’est un premier roman, parce que cette histoire est dramatique, parce qu’elle est triste et belle, parce que les personnages sont fantastiques et que le message, intelligemment distillé montre des campagnards ivres de liberté en conflit avec les bureaucrates de la ville. Ce roman illustre de façon magistrale le mal dont souffre les Etats-Unis aujourd’hui.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans le choix de vos lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, protégez-vous, protégez les autres et n’oubliez pas le principal, lisez !

Le chouchou du mois de février 2021

Déjà amorcé en 2020, le virage vers la littérature française, ou francophone se fait plus marqué ce mois-ci. Ceci est dû en partie aux sorties de romans étrangers qui ont marqué le pas mais aussi à certaines lectures que j’ai trouvées moyennes.

A part ma lecture Oldies, Sukkwan Island de David Vann (Gallmeister), roman américain bardé de prix, nous présentant un homme en plein désarroi qui se lance un défi de vivre en Alaska accompagné de son fils adolescent, et qui ne m’a pas emporté comme il l’aurait dû, tous les autres romans que j’aurais chroniqués sont français.

Enfin, presque … disons francophones … Jugez donc :

FrasseMikardsson : franco-suédois

Joseph Incardona : Suisse

Dominique Forma : Franco-américain

Parmi les lieux visités, on y trouvera la Suède, la Suisse, L’Amérique du Sud, la République Tchèque, l’Algérie, les Etats-Unis et la France bien sûr. De quoi voyager en restant confiné. En faisant ce bilan, le nombre de romans non estampillés « polar » m’a étonné, dû probablement au fait que j’aie eu besoin de faire une incursion hors de mon domaine de prédilection.

C’est le cas de Presqu’îles de Yan Lespoux (Agullo), premier écrit de notre collègue blogueur, et premier recueil de nouvelles qui nous présente des histoires parfois touchantes, parfois plus dures, avec toujours des personnages habitant les Landes que l’auteur nous présente avec tendresse et avec une plume remarquable.

Le silence des carpes de Jerôme Bonnetto (Inculte) n’est pas non plus à proprement parler un polar, même si le personnage principal part à la recherche d’une femme suite à la découverte d’une vieille photographie. Il nous donne l’occasion de découvrir la République Tchèque, ses habitants, leur mode de vie et surtout leur humour décalé. Ce deuxième roman de l’auteur est une vraie réussite, originale par son ton.

Origine Paradis de Thierry Brun (Hors d’Atteinte) est le nouveau roman de cet auteur que j’aime beaucoup par les thèmes qu’il aborde. Il nous parle comment les micro-partis lèvent de l’argent pour l’extrême droite et nous assène son message défenseur de l’amour mais aussi sur la lucidité des femmes.

Autopsie pastorale de Frasse Mikardsson (Editions de l’Aube) représente aussi pour moi une belle découverte puisque c’est un premier roman. L’originalité est au rendez-vous une nouvelle fois, les enquêteurs étant par des médecins anatomopathologistes. L’auteur nous fait part de sa passion pour son métier et aussi pour le mode de vie des Suédois.

Manaus de Dominique Forma (Manufacture de livres) nous propose un voyage en Amérique du Sud, dans les années 60. Ce court roman nous montre la mission d’un barbouze et le style efficace emporte l’adhésion.

Pour finir, deux auteurs viennent compléter cette liste de chroniques, deux auteurs que je lis systématiquement et que j’adore. Nous sommes bien pires que ça de Guillaume Audru (Editions du Caïman) nous parle des bagnes au sortir de la première guerre mondiale, en plein désert algérien où tout est permis puisque rien ne fuite vers la métropole ; une nouvelle réussite de Guillaume Audru.

Sous ce titre alléchant, Dehors les chiens de Michael Mention (10/18) est le dernier roman de cet auteur surprenant. A chaque roman, le contexte change, le genre change, le message change mais le style reste toujours aussi personnel. Cette plongée dans le western comporte des scènes visuelles incroyables, et cette lecture nous amène un plaisir jouissif, bien que ce ne soit pas ma tasse de thé. Michael Mention a dû beaucoup s’amuser à créer cette intrigue et le plaisir se ressent et est largement partagé.

Le titre du chouchou du mois revient à La soustraction des possibles de Joseph Incardona (Finitude) par son sujet (la finance des années 80 et les évasions fiscales vers la Suisse), par ses personnages mais aussi par son style et sa construction, tout à tour provocant, innovant, choquant, tendre, éblouissant.

J’espère que ces avis vous auront été utiles dans le choix de vos lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, protégez-vous, protégez les autres et n’oubliez pas le principal, lisez !

Le chouchou du mois de janvier 2021

C’est reparti pour une nouvelle année de polars ! je ne sais pas si toute l’année va continuer sur cette lancée, mais quand je regarde les avis que j’ai publiés, j’ai noté la présence de beaucoup de romans français et beaucoup de premiers romans.

Cette année, la rubrique Oldies sera consacrée aux 15 années d’existence des éditions Gallmeister. Nous avons commencé par L‘insigne rouge du courage de Stephen Crane (Gallmeister), un classique du 19ème siècle de la littérature américaine qui nous plonge dans la guerre de Sécession. Le style flamboyant nous emporte par son évocation du front, faisant appel à tous nos sens.

Autre roman américain, Ohio de Stephen Markley (Albin Michel) fut très remarqué l’année dernière et je dois dire qu’il m’a impressionné par l’image qu’il donne de la société. L’auteur nous montre, de façon subtile, que toute personne non politiquement correcte se retrouve confrontée au Système institutionnel qui se charge de le laminer. Bien qu’un peu bavard, ce premier roman, roman choral qui plus est, étonne et détonne.

A part ces deux romans américains, tous les autres romans chroniqués sont français. Et signe des temps (Sign’ o’ Times), j’aurais chroniqué deux romans humoristiques, Tantum Ergo de Maurice Daccord (L’Harmattan) qui inaugure une série par une enquête originale, fort bien construite et fort drôle, et La route coupée de Guillaume Desmurs (Glénat), deuxième enquête se déroulant dans la station de ski fictive de Pierres-Fortes, meilleure à mon avis que la première. Les deux racontent une recherche d’un tueur en série, mais pas comme les thrillers américains, avec classe. Si vous cherchez à vous changer les idées, à faire des provisions de bons mots, de jeux de mots et de phrases incontournables, tournez-vous vers ces deux romans là.

En termes de premiers romans, les curieux vont être comblés avec Les Abattus de Noëlle Renaude (Rivages), un roman social d’un homme né dans une famille pauvre qui voit des morts apparaitre dans son entourage. Ce roman possède un vrai ton original et mérite qu’on se penche dessus. Avec Nos corps étrangers de Carine Joaquim (Manufacture de livres), l’auteure réalise une très belle autopsie d’un couple en crise, avec une plume simple mais bigrement expressive.

Depuis quelque temps, je me penche de plus en plus souvent sur des nouvelles. Dans Il y a un ange dans le garage de Daniel Pasquereau (Zinedi), l’auteur, au lieu de nous présenter des scènes, nous peint des pans de vie qu’une décision fait basculer. Ce recueil possède quelques pépites autant dans le polar que dans le genre fantastique.

Parmi les auteurs que je suis, par pur plaisir, Solitudes de Niko Tackian (Calmann-Lévy) est un roman qui apparait très personnel. Ecrit pendant le premier confinement, l’auteur choisit de jouer sur une opposition entre enfermement (intérieur) et grands espaces (l’action est située dans le Vercors dans des paysages neigeux grandioses). Les âmes sous les néons de Jérémie Guez (La Tengo) est paru après sept années d’absence depuis Le dernier tigre rouge. Roman noir mais aussi poésie brillante, cette histoire simple est constituée de paragraphes ne comportant qu’une phrase et nous emporte dans un monde sans pitié au détriment de la loyauté et l’amitié.

Le titre de chouchou du mois revient donc Rosine une criminelle ordinaire de Sandrine Cohen (Editions du Caïman), un premier roman que j’ai adoré. En démarrant par un fait divers horrible, l’auteure met au-devant de la scène Clélia, enquêtrice de personnalité, dont le travail consiste à comprendre les raisons et les causes de ce drame. Sandrine Cohen choisit de nous faire vivre une femme forte et sans concession, en utilisant une écriture vive et rapide, qui donne à ce roman une originalité et le rend impossible à lâcher.

J’espère que ces avis vous aideront à choisir vos lectures. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !