Archives du mot-clé Christophe Reydi-Gramond

Hostis Corpus de Christophe Reydi-Gramond

Editeur : Piranha

J’avais beaucoup aimé son précédent roman, Un mensonge explosif, qui partait de l’explosion AZF pour nous emmener dans les coulisses du pouvoir. Il y avait du style et du rythme. Hostis Corpus a les mêmes qualités avec un coté philosophique qui en fait un livre très intéressant à lire.

Italie, 2000. La religion catholique est en effervescence. Les préparations du jubilé de l’an 2000, ajoutées aux JMJ créent une énorme activité mais aussi une certaine inquiétude quant à l’organisation de ces événements au retentissement mondial. A Rome, les évêques sont nerveux à l’idée de l’ostension du Saint Suaire. Il faut dire que ce morceau de tissu ayant été apposé sur Jésus Christ a failli faire l’objet d’un attentat trois ans plus tôt quand un incendie s’est déclaré dans l’église où il est conservé. Depuis, il est conservé au secret, dans un lieu connu de seulement six personnes. En fait, il a été emmuré dans un sous-sol.

D’un coté, la ville de Turin souhaite que la sécurité de cette icône soit assurée par la police. Le maire impose donc son directeur de la police, Antonio Rocci. De l’autre, l’église veut aussi être présente. Monseigneur Diouf pense à l’abbé Dumoulin. C’est un ancien mercenaire belge qui a été blessé au Sénégal et que Mgr Diouf a sauvé. Depuis, Pierre Dumoulin est entré dans l’église pour servir Dieu.

Tout ce petit monde se retrouve donc dans les sous-sols de la basilique de la Consolata. Le mur n’a pas bougé, l’inscription Hic Jacet Homo, que Mgr Diouf a écrite de sa main le 15 juin 1998 est bien présente. Les maçons commencent à entamer le mu. Quand un trou se fait, ils doivent sortir … et ils s’aperçoivent que le sarcophage de verre qui doit contenir le Saint Suaire est vide.

Ne croyez pas lire un sous Da Vinci Code, oh que non ! Ce roman est bien plus instruit, bien plus documenté et bien plus complexe que cela. Evidemment, on en apprend beaucoup sur la religion catholique, mais l’auteur se contente de nous instruire sans prendre parti, et je dois dire que j’ai appris plein de choses. Ce n’est jamais pontifiant, et c’est toujours bien inséré dans l’intrigue.

A partir de là, sachant que le Saint Suaire a été passé au Carbone 14 et daté du Moyen Age, cela permet à l’auteur de montrer les dessous de la religion catholique, les luttes pour le pouvoir, et même de fouiller les croyances (ou non) des plus hauts dignitaires. Il y a ceux qui croient, ceux qui veulent croire, ceux qui font semblant de croire, et ceux qui s’en moquent pourvu qu’ils puissent assouvir leurs ambitions. C’est extrêmement bien fait, et cela nous pousse même à nous poser la question sur ce à quoi nous croyons. A travers tous ces personnages qui ont une position différente par rapport à cette question, on se positionne forcément par rapport à l’un d’eux. C’est cette intelligence dans la façon de mener l’intrigue qui est impressionnante et qui en fait un livre passionnant.

Et puis, il y a aussi le gouvernement d’Italie qui aimerait bien mettre la main sur tous ces trésors. Ayant promulgué une loi qui leur donne la propriété de tout ce qui est hors du Vatican, l’occasion est bonne de tout faire pour être les premiers à retrouver le Saint Suaire. Et puis, il y a les ennemis de la religion, ceux qui font tout pour dégoutter les gens des croyances et qui hésitent entre dire que le Saint Suaire est vrai, ou que c’est une vaste supercherie.

Il y a tout cela et même plus encore dans ce roman. C’est tout simplement passionnant, ou en tous cas, j’ai été impressionné par l’ambition de Christophe Reydi-Gramond et surtout par le fait que tout fonctionne à merveille. Et puis, j’ai beaucoup réfléchi en lisant ce livre, je me suis posé beaucoup de questions par rapport à tout cela, car l’un des grands mérites de ce roman, c’est bien de vous amener insidieusement à vous positionner. Une franche réussite !

 

Un mensonge explosif de Christophe Reydi-Gramond (Liana Levi)

Sorti chez Liana Levi, ce presque premier roman, puisque l’auteur a écrit deux romans pour la jeunesse auparavant, nous ramène en septembre 2001 et évoque l’explosion de l’usine AZF.

21 Septembre 2001. Le jeune Hugo est passionné par les oiseaux, alors il va souvent faite des tours sur la petite colline pour les observer. Alors qu’il cherche une grue, un grandement s’élève et l’endroit où se trouvait l’usine est remplacé par un gigantesque cratère. Un accident industriel à 99%.

13 février 2002, Brésil. Juan Mügler, sa femme Clara et son fils Esteban vivent à l’Hôtel. En fait, ils vivent de faux noms, de faux papiers et changent de pays tous les mois. Ils fuient pour rester en vie un peu plus. Quelques heures plus tard, les corps tombent dans le vide, la tête la première. Un suicide ? C’est ce que cherche le commissaire Raul Marotta.

Clovis Lenoir est agent à la DST. Il est contacté par la police brésilienne car un couple vient de se suicider dans un hôtel. Ils voyageaient avec de faux papiers mais étaient français. Il va devoir faire avec sa hiérarchie, la presse et la belle sœur de Stephane Dexieu, journaliste, pour démêler cette intrigue.

Et si l’accident AZF n’était pas un accident industriel ? Je me rappelle l’état de catastrophe, l’hébétude que nous avons ressenties dix jours après l’attentat du World Trade Center. Cet accident a tout de même fait 31 morts et 2500 blessés. Ce roman fait donc partie de ces livres qui partent d’une hypothèse et construisent une intrigue pour essayer de trouver une explication à ce drame.

Dès le début, cela va vite, très vite. Les personnages fleurissent et l’auteur décide de nous faire plonger dans les arcanes du pouvoir. On passe d’un personnage à l’autre très facilement, de la DST à la police, d’un pays à l’autre, avec une facilité qui force le respect. Cela va vite et on se laisse mener par le bout du nez par la narration de Christophe Reydi-Gramond. Il est assez étonnant de rencontrer un premier roman aussi bien fait, aussi bien construit. L’intrigue est redoutablement montée, le style est très visuel.

Les seuls petits reproches que je ferai à ce roman est que j’ai l’impression que l’auteur a voulu mettre trop de choses dans son roman, ce qui entraine par moments des passages longs, mais les amateurs de romans de complots y trouveront leur compte, sans aucun doute. Et puis, ce que l’on demande à ce genre de roman, c’est bien de rendre crédible une hypothèse farfelue, et la rigueur de l’intrigue et les deux personnages principaux sont pour beaucoup dans l’intérêt que l’on porte à ce roman.

Assurément, Christophe Reydi-Gramont démontre avec ce roman beaucoup de qualités, et suscite beaucoup d’envies pour son prochain roman. Il se pourrait bien qu’on le retrouve dans la petite liste des écrivains de romans d’espionnage qui comptent.