Archives du mot-clé Cimetière

Dog Island de Michel Moatti

Editeur : HC éditions

Si vous êtes un fidèle de ce blog, vous savez que j’affectionne particulièrement les écrits de Michel Moatti pour la profondeur psychologique de ses personnages et pour son talent à peindre une ambiance (souvent stressante). Ce ne fut donc pas une surprise de le voir aborder un huis-clos dans ce roman, ni de rendre un hommage appuyé et non dissimulé à la grande Agatha Christie.

Au large de Manhattan, à 18 km, une mystérieuse île se dresse dans le brouillard. Son nom vient de la forme des récifs au Nord, qui fait penser au museau d’un chien. Habitée à l’origine par des Indiens, elle bénéficie de légendes dont Odosh’a, une étrange divinité qui chante la nuit venue. Depuis le 17ème siècle, il est advenu de nombreux événements sur cette île, que personne ne connait. D’ailleurs, des membres de l’armée américaine gardent toujours ses rives, en interdisant l’accès et assurent la sécurité de la douzaine de résidents.

Lydia Schluback fait partie des anciens puisqu’elle est arrivée sur l’île très tôt. Passionnée de cuisine, elle est reconnue en tant que cordon bleu. Pendant qu’elle fait frire sa pâte, elle pense à la jeune Tania Greene qui a débarqué pour faire des photographies et qui doit bien s’ennuyer. Puis elle repense à sa nuit, au vent qui faisait penser à des chants ; peut-être s’est-elle laissée bercer par Odosh’a.

Du haut de sa chambre mansardée, Tania Greene contemple le rivage, les vagues et le temps menaçant. L’île lui parait vivante, présente comme un bonhomme de neige. Elle jette encore un coup d’œil à sa carte, aux installations militaires désaffectées, aux endroits potentiels où des milliers de gens ont été enterrés, car l’île a servi autrefois de fosse commune. Puis une idée folle traverse son esprit : et si elle se déguisait en bonhomme de neige ?

Jack Charnotta tient l’épicerie de l’île. En fait, il s’agit d’une sorte de réserve de produit en conserve pour les quelques habitants. Il est ravitaillé une fois par semaine par la navette fluviale, puisque les voyages quotidiens sont réservés aux étudiants Léo Warren et Nick Merryl, qui vont au lycée à New-York. Jack est seul autochtone à être né sur l’île ; il en connait donc tous les recoins, son histoire et ses secrets.

Le sergent Marcus Warren s’inquiète de la santé de sa femme Lily. Lily sait que Susan Merryl, la sœur de Nick, veut devenir écrivain. Susan ne cesse de répéter que Brett Easton Ellis est le plus grand écrivain américain vivant. Lily propose à son mari d’aller passer le week-end à New-York. Quand ils en reviennent, Marcus est attendu par son adjoint Don Merryl : on vient de retrouver Tania Greene pendue chez elle, habillée dans une sorte d’habit de clown.

Une île, douze habitants, un décor mystérieux à l’aube d’un hiver rigoureux, tous les ingrédients d’un huis-clos sont réunis pour intriguer le lecteur. Michel Moatti possède un talent : celui de créer une ambiance. C’est ce que j’avais adoré avec son premier roman Retour à Whitechappel. Le choix d’implanter cette intrigue sur cette île entre totalement dans ce qu’il affectionne de faire mais aussi dans ce qu’il excelle à faire.

Car outre cette ambiance de bout du monde, Michel Moatti nous parle d’une île qui existe vraiment, qui possède son histoire, vraie ou inventée, ses légendes, vraies ou fantasmées. Même s’il détaille dans sa note en fin de livre tous les aspects véridiques et inventés, il s’amuse à mêler le vrai et le faux, pour nous informer (les massacres de Indiens), nous révolter (l’implantation de missiles ou l’enterrement de malades du SIDA) et arrive à faire naitre un doute sur lequel l’Administration Américaine pose un étouffoir.

Au-delà de ce fait historique et géographique, on admire toujours cette faculté à dérouler une intrigue en semant des doutes. Le fait de détailler les décors en faisant planer un doute fait monter inconsciemment un stress. Et le fait de ne jamais détailler les émotions des personnages en rajoute encore à la tension sous-jacente qui ressort de ces pages … jusqu’à une conclusion très inattendue.

A la fois hommage à Agatha Christie, mais aussi aux grands auteurs, à la fois exercice de style, à la fois roman stressant plus qu’effrayant, ce roman au rythme lent comme la vie sur cette île est aussi original dans le fond que dans la forme. Je reste persuadé qu’aucun autre auteur aurait été capable d’écrire cette histoire-là de cette façon-là. Et je me pose des questions : Les Américains ont-ils vraiment utilisé cette île comme un mouroir au 20ème siècle ? Fichtre !

Burn out de Didier Fossey (Flamant noir)

C’est après la rencontre avec l’auteur lors du dernier salon du livre de Paris que je me suis décidé à lire ce livre. Car une sorte de courant est passée, juste dans sa façon de parler, ou bien dans son regard … bref, j’y ai trouvé une humilité qui m’a donné envie de découvrir l’univers de Didier Fossey, sans même savoir de quoi il retournait. En un mot, passionnant, ce roman est passionnant.

Le roman s’ouvre sur des extraits d’articles de journaux, évoquant les suicides des policiers. Puis, on entre dans le vif du sujet. Bienvenue dans le groupe du Commandant Boris Le Guenn. Ancien Parachutiste, agé de 49 ans, c’est un bon meneur d’hommes. Ils sont 6 dans le groupe : Frederique Belvet, la seule femme du groupe, experte en filature ; Marco et Dédé sont les deux fortes gueules ; Guillaume a des problèmes de couple et Antoine Furlon vit le parfait amour avec une fonctionnaire de police.

Cette nuit là, la BAC du 20ème arrondissement est en planque à proximité du cimetière du Père Lachaise. La restriction des budgets fait que la brigade de répression des trafics des œuvres d’art leur a confié une affaire de vols de statues mortuaires. Ils sont 3 : Romain le chauffeur, Frank l’ancien et Manu. Manu a une envie pressante, alors il se cherche un endroit calme. Quand les autres ‘inquiètent de son absence, ils foncent dans le cimetière et le trouvent à terre, poignardé par un tournevis.

Il faut dire qu’il y a de l’argent à se faire, à voler de véritables œuvres d’art. Dubreuil est un ancien entrepreneur de BTP qui s’est reconverti dans la réinsertion de criminels. Avec Sergueï, il organise ces vols. L’assassinat d’un flic va changer la donne. Il faut se débarrasser de la camionnette … et des deux complices par la même occasion.

Je m’arrête là, en qui concerne le résumé des premières pages, car c’est un roman à plusieurs personnages que l’on va découvrir, avec une intrigue aux multiples rebondissements. Et je dois dire que j’ai été époustouflé par la maitrise de ce roman. En fait, l’auteur a trouvé un équilibre entre l’action, l’enquête et la psychologie des personnages. Cela en fait un roman passionnant, et surtout, l’immersion est totale dans ces équipes de flics. A la limite, les chapitres consacrés à Dubreuil et sa bande de voleurs nous permet presque de souffler un peu.

Car, je ne sais pas pourquoi, mais je l’avais déjà remarqué à la lecture de Beau temps pour les couleuvres de Patrick Caujolle, édité par les éditions du Caïman, quand un roman est écrit par un ancien policier, il en ressort un ton de vérité, une sorte d’honnêteté dans la description des hommes et des femmes, et quand c’est bien fait, c’est carrément prenant. Pour autant, ne croyez pas que cela soit fait à la façon d’un reportage, c’est bien à un roman auquel on a affaire, avec une intrigue béton, implacable.

Il n’empêche que ce que l’on retiendra de ce roman, c’est bien ces écorchés de la vie, ces êtres confrontés au pire et qui, par passion pour leur travail, vont se pencher sur la ligne qui sépare la folie de la passion. Deux personnages sont remarquables et vont hanter ces pages : Guillaume, en situation de burn-out, cherche un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Quand sa femme s’en va, il bascule, il tombe, sans aucune possibilité de retour. Frank, lui, qui est pourtant un vieux de la vieille, va être marqué par l’assassinat de Manu, son collègue, et va mener sa propre enquête.

Ce roman aborde clairement la difficulté du travail de flic, mais aussi tous les à-côtés qui compliquent encore leur tache. De la hiérarchie qui clairement ne sait pas « manager » ses hommes, des décisions politiques qui visent à réduire les budgets, des relations entre services, tous ces sujets sont abordés tout au long de l’intrigue sans venir alourdir le propos. De la même façon que j’avais adoré le roman de Patrick Caujolle, j’ai adoré le roman de Didier Fossey. Car cette lecture est plus qu’un divertissement, c’est instructif, c’est passionnant. Je ne pense pas que le but de l’auteur soit de donner des leçons, il est juste un témoin qui montre un état de fait. Il ne prend pas partie mais montre une situation inacceptable. Et quand, en plus, l’intrigue est très bien menée, cela fait de Burn-out un livre à découvrir, à lire.