Archives du mot-clé Claire DeWitt

La ville des brumes de Sara Gran

Editeur : Editions du Masque

Traduction : Claire Breton

L’année dernière, nous avions fait la connaissance de Claire DeWitt, le nouveau personnage récurrent de Sara Gran, dans La ville des morts. La voici dans sa deuxième enquête, où nous allons en savoir plus sur cette jeune femme.

Il y a quelques années, Claire DeWitt a eu un amant, Paul Casablancas, avec qui elle a vécu quelques mois. Pour autant, cette période reste un excellent souvenir, au point que Claire pense à Paul comme étant l’amour de sa vie. Ils se sont séparés et Paul est parti vivre à San Francisco où il a épousé Lydia Nunes, une guitariste. Paul étant lui-même l’un des guitaristes les plus doués de sa génération, ils se sont mariés et Claire a repris sa vie …

Quand Claire reçoit un coup de téléphone, c’est pour apprendre que Paul a été assassiné. Il a reçu plusieurs balles chez lui, et plusieurs de ses guitares ont disparues. La police pense à un cambriolage qui a mal tourné et Claire décide d’aller à San Francisco pour se faire sa propre idée. Même si elle est d’accord avec l’hypothèse de la police, il est tout de même étrange que la porte d’entrée ait été fermée. Comme si le cambrioleur était entré, avait tué Paul et était parti en refermant derrière lui.

C’est une affaire bien compliquée qui commence pour Claire. Comme celle de son adolescence, quand Chloé, Tracy et elle avaient décidé de devenir détectives. Elles étaient inséparables et formaient ce qu’elles croyaient être les meilleures détectives du pays. Quand un jour, Tracy disparait dans le New York des années 80, elles sont parties à sa recherche et ont découvert un pan de la vraie vie …

J’avais tant aimé sa précédente enquête, parce que c’est un portrait de femme qui, à lui seul, mérite le détour. Allez, pour être honnête, on ne peut que tomber sous le charme de Claire DeWitt. Je suis amoureux de Claire DeWitt. Parce qu’il y a dans cette écriture une honnêteté, une véracité qui en font un personnage vivant. C’est aussi un personnage moderne, qui baise quand elle en a envie, qui vit vite, usant de tous les expédients qu’elle a à sa disposition pour accélérer son rythme de vie, éviter de dormir, oublier …

Dans cette enquête, on en découvre plus sur le passé de Claire DeWitt, à travers la recherche de son amie Tracy. Il y a dans ces passages, faits de chapitres insérés dans l’intrigue principale, des portraits d’adolescentes qui découvrent la vraie vie, celle des adultes. Elles passent d’un jeu, celui de détective, à la découverte d’un paysage fait de violence, de sexe et de drogues. Ce n’est jamais démonstratif, juste montré avec beaucoup de justesse en même temps que Sara Gran nous montre la perte d’innocence, d’espoir et d’illusions de ces jeunes filles.

Et puis, même si l’enquête n’avance pas vite, voire est accessoire, la résolution du meurtre de Paul nous donne droit à des beaux passages, si simples, sur la perception qu’a Claire De Witt de la vie. Usant et abusant de cocaïne, on découvre toujours d’autres facettes de ce personnage si complexe. On la croyait forte, sans limites, résolue, tenace. On la découvre fragile, à la recherche de soutiens, que ce soit Constance qui l’a formée au métier de détective, à Silette, ce grand détective qui a écrit le B-A-BA du détective. Mais aussi ceux qui l’entourent et qui la soutiennent, ses amies qui la récupèrent en morceaux ou bien Claude, son assistant qui lui sert de repère dans un monde perdu.

C’est un roman fondant, attachant, moderne, qui nous montre à la fois le mal-être mais aussi la réalité que l’on ne veut pas voir. A travers le personnage de Claire DeWitt qui veut vivre vite et espérer, on voit la vraie vie qui, elle, est sans espoir. Car comme disait Pierre Desproges : « La vie est dramatique, elle se termine toujours mal ». Si La ville des brumes enfonce le clou du précédent, il est, à mon avis, un cran au dessus par tous ces aspects qui rendent ce roman indispensable, comme une sorte de témoin de notre société actuelle.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Racoon

Publicités

Le chouchou de mois de février 2015

Le mois de février est un mois court mais c’est surtout un mois que je trouve fatigant avec son sale temps et ses journées courtes. Malgré cela, j’aurais tout de même trouvé mon premier coup de cœur de l’année en la personne de Les nuits de Reykjavik de Arnaldur Indridason (Métailié). Certes l’auteur est connu et reconnu grâce à son personnage Erlendur. Mais ce roman, qui montre la première enquête est tellement passionnante et parfaite dans sa façon de mener l’enquête, c’est tellement pétri d’humanisme que je pouvais faire autrement que de lui décerner un trophée personnel.

La rubrique Oldies quant à elle revenait sur un roman qui date un peu, mais qui s’avère intemporel ; il s’agit de Journal d’une fille de Harlem de Julius Horwitz (Points). A la façon d’Anne Franck, il nous écrit le journal d’une jeune fille qui veut s’en sortir. L’immersion est tout simplement totale et le résultat impressionnant. Cette lecture fut aussi l’occasion de rendre hommage aux 35 ans de Points Policiers.

La cavale de Billy MicklehurstJe tenais aussi à signaler une lecture que je n’ai pas chroniqué, car la nouvelle est trop courte pour en faire un billet. Malgré cela, en une vingtaine de pages, l’auteur arrive à créer un univers, un paysage, et à nous entrainer dans une vague d’émotions dramatiques. La cavale de Billy Micklehurst de Tim Willocks (Allia) nous conte la rencontre de l’auteur avec un SDF et c’est tout simplement délicieux. L’interview qui complète ce petit livre est aussi très instructive.

J’ai aussi chroniqué deux titres de la collection Polaroid de L’atelier In8, en parlant de deux titres écrits par Jean Bernard Pouy, à savoir Calibre 16mm et Le bar parfait. Ce sont deux romans ou plutôt deux nouvelles comme le Maître sait le faire, si simples, si évidentes et pourtant si bien faites.

Enfin, j’ai encore une fois réservé la place belle pour les auteurs français, et dans un grand nombre de genres différents. Je suis passé du thriller psychologique avec Miettes de sang de Claire Favan (Toucan) qui est très bon, au roman policier historique avec Les chants de la mort de Nicole Gonthier (Pygmalion) qui ravira les amateurs du genre, du roman d’aventures à suspense avec Six fourmis blanches de Sandrine Collette (Denoel Sueurs Froides) qui est formidable, au polar exotique avec Les temps sauvages de Ian Manook (Albin Michel) pour lequel je suis resté plus sceptique.

Le titre du chouchou du mois revient donc fort logiquement à La ville des morts de Sara Gran (Editions du Masque). Dans ce roman, Sara Gran ouvre une nouvelle série, créé un nouveau personnage et le ton est suffisamment original pour que nous soyons dès le départ charmé par cette intrigue et horrifié par ce qu’elle décrit.

Je vous donne rendez vous le mois prochain. D’ici là, n’oubliez pas le principal, lisez !

La ville des morts de Sara Gran (Editions du Masque)

Sara Gran est de retour en France, après deux romans remarqués, Dope et Viens plus près. J’avais bien aimé le premier, moins le deuxième. Pour ce roman, c’est une rencontre avec un nouveau personnage de détective à laquelle elle nous convie. Ne ratez pas ce roman, aussi bien pour son originalité que pour son personnage principal attachant.

Claire DeWitt est détective privée. Depuis qu’elle est toute petite, sa passion a toujours été de résoudre des mystères. Il était donc naturel qu’elle en fasse son métier. Ce matin là, un homme demande à la voir. Il s’appelle Leon Salvatore et lui demande de retrouver son oncle qui a disparu en même temps que l’ouragan Katrina, à la Nouvelle Orléans. Même s’ils ne communiquaient que par téléphone, Leon est inquiet.

Quand elle atterrit à la Nouvelle Orléans, sa première idée est de regarder les informations disponibles sur Internet. Vic Willing était en effet substitut du procureur depuis plus de vongt ans. C’est le genre de personne qui n’était pas géniale dans son travail, mais qui le faisait le mieux possible. Leon est forcément l’héritier et peut passer pour le suspect numéro 1. Mais dans cette ville ravagée, laissée à l’abandon, personne ne cherche les disparus.

Quand elle se décide enfin à aller visiter la maison de Vic Willing, elle y trouve une maison en désordre, et des empreintes qu’elle relève elle-même, ainsi qu’un perroquet vert. Vic aimait beaucoup les animaux, plus que les humains semble-t-il. Après avoir fait appel à un de ses amis, Claire découvre que quelques empreintes appartiennent à Andray Fairview, un truand enfermé en prison. Enfin, elle tient une piste pour démarrer son enquête.

Quand on démarre un roman, et qu’il s’agit d’une nouvelle série, le premier roman cherche surtout à présenter le personnage du (ou de la) détective. Parfois, cela est réussi, parfois cela est long, moyen. Ici, c’est une franche réussite car Sara Gran cherche à nous présenter Claire de la façon la plus intime possible. Et, en fouillant son passé et ses racines, je me suis beaucoup attaché à elle, et c’est franchement passionnant.

Il semblerait que Claire soit poursuivie par des disparitions. Cela commence par son enfance, quand avec ses amies, Kelly et Tracy, elle cherche à résoudre des énigmes … jusqu’à ce que Tracy disparaisse sans laisser de traces. De ce mystère jamais résolu, Claire en ressortit abandonnée par Kelly et, à partir de ce moment, irrémédiablement seule. Elle trouva par la suite du travail chez une autre détective, Constance Darling, la cinquantaine, qui l’éleva et lui montra tout ce qu’on doit savoir sur le métier. Est-ce une sorte d’image de la mère, ou juste un passage de témoin ? On n’en saura pas plus dans cet épisode, tout juste que Constance a tragiquement disparu, assassinée.

Si je suis si long dans la description, c’est bien parce que le personnage de Claire DeWitt est une des pierres fondatrice de ce roman. C’est parce que ce personnage, qui ne se laisse pas dépasser par ses émotions, ou du moins ne le montre-t-elle pas car c’est écrit à la première personne du singulier, a des réactions ou des remarques qui sont profondément humaines. Alors l’auteur alterne les chapitres entre le passé et le présent, principe archi connu, mais avec une subtilité qui me font penser à des transitions cinématographiques géniales.

Oui, j’ai adoré Claire, mais j’ai aussi adoré Jacques Silette. Vous allez me dire : Mais qui c’est celui là ? C’est un vrai détective privé qui a écrit un recueil qui s’appelle Détection et qui est le livre de chevet de Claire. A chaque pas de l’enquête, Claire se réfère à ce livre, introuvable depuis longtemps. Ce qui m’a fait fondre, c’est quand Claire raconte, sans émotion, que cet homme qui donne des leçons, qui donne les clés du bon détective, fut incapable de retrouver sa fille Belle quand celle-ci a disparu. Et c’est raconté avec tant de distance qu’on sent bien que cela la touche, Claire …

Et puis, il y a la Nouvelle Orléans, meurtrie à la suite de cet ouragan meurtrier. Certes, j’avais été marqué par les descriptions de James Lee Burke, mais la façon dont c’est écrit ici ne peuvent que toucher même le plus dur des lecteurs. Encore une fois, on n’a droit à aucune émotion, juste des petits passages qui sonnent remarquablement juste, comme si Claire ne notait que ce qui lui faisait mal, à elle, l’humaniste.

Alors elle cherche à s’éloigner, à oublier le présent, son quotidien si lourd de son passé chargé. Elle boit, elle fume, elle prend de la drogue. Et elle oscille entre rêves et réalité, entre passé et présent, entre fantômes et témoins jusqu’à un final qui n’en est pas un, si ce n’est qu’il confirme tout le cœur que cette petite bonne femme garde caché, enfoui tout eu fond d’elle. Vous l’avez compris, j’ai adoré Claire.

Un dernier petit mot sur ce livre concernant la couverture. Celle-ci peut vous étonner, vous arrêter, vous rebuter. Peu importe, sachez qu’elle est justifiée et qu’elle comporte une partie de l’énigme à résoudre. Rassurez vous, je ne vous dévoile rien en disant cela, mais elle m’a interpelé.

Un dernier petit mot : Quand j’adore des livres, je ne peux pas m’arrêter d’en parler. Alors, voilà, j’ai été un peu long, mais Claire m’a ému, fasciné, touché, fait rire, outré, révolté, montré, mené par le bout du nez, pour finalement me faire regretter d’avoir tourné la dernière page. Dis-moi, Claire, quand reviens-tu ?

 Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude ici