Archives du mot-clé Cloé Mehdi

Cinquante-trois présages de Cloé Mehdi

Editeur : Seuil / Cadre Noir

J’avais tellement adoré Rien ne se perd, et quand j’avais rencontré Cloé au salon de Saint-Maur en Poche, elle m’avait dit travailler sur un roman totalement différent, plutôt futuriste. Je ne m’attendais pas à un roman comme ça !

Dans un futur proche, la population occidentale a délaissé l’aspect spirituel de leur vie, et abandonné toute religion. Les rumeurs ou la légende disent que Dieu a alors explosé et donné naissance à une trentaine de divinités. Ces divinités sont réunies et connues sous le nom de La Multitude, et elles choisissent un être humain pour être leur interprète, une Désignée. Outre l’accueil des nouveaux croyants, les Désignés doivent aussi porter la bonne parole et répondre aux sollicitations des médias.

Raylee Mirre est la Désignée du Dieu Dix-Neuf. Quand Raylee Mirre se lève, ce matin-là, elle manque de se prendre les pieds dans le corps de Kyle, allongé mort au milieu de la cuisine. Ses deux colocataires jumeaux, Hector et Adrian, auraient dû faire le ménage avant qu’elle descende. Si Raylee est une Désignée, les jumeaux sont à la fois ses gardes du corps et des Bourreaux au service des Dieux Rouges, les plus violents envers l’Humanité.

A côté de cette permanence de Hondatte, le gouvernement, inquiet de cette mouvance, a mis en place une organisation spéciale pour surveiller la Multitude, l’Observatoire des Divinités. Le lieutenant Hassan Bechry doit en particulier comprendre les disparitions inexpliquées de jeunes gens liés à la Multitude. Pour ce faire, il charge Jérémie Perreira de se faire embaucher pour infiltrer cette mystérieuse organisation de plus en plus influente.

Je pourrais comparer Cloé Mehdi à une équilibriste, avançant sur son câble tendu, quel que soit le décor qui s’étend sous elle, quelle que soit la force du vent qui balaie l’atmosphère. Que ce soit dans le genre de Roman Noir (Rien ne se perd) ou dans le Roman d’Anticipation ici, elle présente notre société avec une franchise et une acuité remarquables, que l’on soit d’accord ou pas avec le propos.

Encore une fois, l’intrigue telle qu’elle est présentée en quatrième de couverture peut faire penser à une charge contre les religions monothéistes. Ce qui n’est pas le cas, loin de là. Avec cette histoire, Cloé Mehdi nous parle de notre société, de ceux qui galèrent avec quelques centaines d’euros par mois et qui n’ont même plus de Dieu pour apercevoir un peu d’espoir. Elle nous parle aussi de racisme, de rejet envers ceux qui ont décidé de vivre autrement, les homosexuels, les transgenres, de la violence sous-jacente, du manque d’humanité grandissante.

Tout le roman repose sur le personnage de Raylee Mirre, jeune femme frêle qui subit son statut de désignée plutôt que d’en tirer une fierté ou un pouvoir. Quand elle reçoit des messages, des visions, elle devient malade, atteinte d’une forte fièvre. Elle ne maitrise pas les éléments ni les événements, ce qui, pour quelqu’un de si sensible devient un véritable arrache-cœur pour elle. Etant noire et homosexuelle, elle subit aussi le rejet, la haine des autres ce qui donne un personnage sans attaches, émotif mais sans rien pour libérer son trop plein de sentiments. Son apparence n’attire pas non plus la sympathie, avec son crâne rasé. Et elle va se retrouver au cœur d’une guerre entre les divinités.

Le scénario peut sembler partir dans tous les sens, mais au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture, on se rend compte qu’il est savamment dosé, et qu’il montre une société en pleine déliquescence et qui perd ses repères. Cloé Mehdi reste fidèle à sa conduite, elle veut parler d’aujourd’hui, des gens qui veulent y vivre et choisir de traiter le sujet de la religion en partant d’une dystopie est une preuve d’intelligence et de lucidité. Ces cinquante-trois présages est un roman inclassable, vrai, lucide, intelligent, philosophique et écrit avec un recul nécessaire et bienvenu.

Rien ne se perd de Cloé Mehdi

Editeur : Jigal

Attention, coup de cœur !

Cloé Mehdi avait été remarquée avec son premier roman, Monstres en cavale, qui avait remporté le Prix de Beaune en 2014, roman qui avait reçu beaucoup d’éloges, que j’avais acheté mais pas encore lu. Il fallait que je rattrape cette injustice avec ce deuxième roman sorti aux éditions Jigal, dont le sujet m’intéressait beaucoup. Et je dois dire que ce roman est profondément sensible, et que j’ai fondu … c’est tout simplement magnifique.

Le personnage principal s’appelle Mattia Lorozzi, il a onze ans. Ce matin là, il se rend à l’hôpital avec son tuteur Zé, pour aller rendre visite à Gabrielle, la compagne de celui-ci, qui vient de faire une nouvelle tentative de suicide. Sur le chemin, Mattia a remarqué un tag, réalisé en rouge sur un mur : « Justice pour Saïd ». Pourtant, cela fait plusieurs années que Saïd a été tué lors d’un contrôle de police, qui a mal tourné.

Mattia va rater l’école plusieurs jours, se cachant même sous le lit pour veiller sur Gabrielle, qu’il aime bien. Pour veiller sur elle, pour veiller sur lui. Au bout d’une semaine, Mattia retourne à l’école, et ne se cherche pas d’excuse, il dit la vérité : Gabrielle s’est tranchée les veines. Il faut dire que Mattia est habitué à la mort des autres. Son père, déjà, s’est pendu, quelques années auparavant.

A la sortie de l’école, Zé est en retard. Mattia se retrouve seul, à devoir rentrer chez lui. Deux hommes lui demandent où est passé Zé. Ils connaissent son nom. Ils disent : « Tu es au courant que ton tuteur est un assassin ? ». Mattia passe à l’hôpital mais Zé n’y est pas. Son poste de surveillant de nuit n’est pas évident à gérer, avec la garde de Mattia. Les docteurs veulent enfermer Gabrielle dans un asile, pour la protéger disent-ils. Zé ne veut pas. Ils rentrent chez eux continuer leur vie … si on peut l’appeler comme ça.

Ce roman commence fort, très fort. A la limite, ce n’est pas un polar, mais une chronique des gens comme vous et moi, sur la vie, la mort, la justice, l’adolescence, l’éducation, sur les gens honnêtes, sur les pourris, sur les engrenages, sur les victimes collatérales, sur … tout. Si le roman commence avec une scène forte, elle permet surtout de nous accrocher, de poser une situation tout en laissant des zones de mystère. Petit à petit, certains pans vont se lever, on va faire connaissance avec l’entourage de Mattia, sa mère qui préfère fuir, son demi-frère qui veut les oublier, sa sœur qui veut oublier. Un drame tel que le suicide de leur père n’est pas un héritage facile. Mais les souvenirs de Saïd, jeune adolescent mort, tué, assassiné, hante le quartier, hante les gens ; on n’oublie pas impunément nos morts.

De cette chronique, j’aurais beaucoup de mal à oublier Mattia, le personnage principal, mais aussi tous les autres qui gravitent autour de lui. Tous sont d’une justesse incroyable, toutes les scènes, pourtant ordinaires, deviennent extraordinaires par cette faculté de subtilité du style, par cette volonté de trouver les bons mots sans effet superflus, juste en ne laissant émerger que les émotions. Nom de Dieu ! Je suis passé de la tristesse à la pitié, de la colère à la haine, de la révolte à l’envie de crier. On écoute Mattia, on comprend Mattia, on suit Mattia, on devient Mattia. Et on finit par cette simple question : Mais pourquoi ne peut-on pas se contenter de vivre tous ensemble ?

Ce livre n’est pas larmoyant, et à la limite, je me rends compte maintenant, combien il est difficile de traiter un tel sujet sans tomber dans la caricature. Cloé Mehdi a une plume magique, de celles qui vous font ressentir une émotion en une phrase, de celles qui vous montrent un paysage mieux encore que ce que vous avez devant les yeux. Ce roman, c’est une tempête d’émotions, c’est très noir, tellement évident, tellement beau, tellement révoltant, terriblement social, un constat simple comme savent le faire les enfants de 11 ans, avec l’évidence de leurs mots. Parce que ce sont eux, les enfants, qui ont raison, ce sont eux qui sont logiques dans ce monde illogique.

Ce roman est juste incroyable, juste magnifique, un coup de cœur évident, un coup de cœur évidemment !

Ne ratez pas les avis unanimes des amis Claude, Jean-Marc et Jean le Belge