Archives du mot-clé Diego Martin

Bandidos de Marc Fernandez

Editeur : Préludes

Après Mala vida et Guerilla Social Club, voici le troisième roman de Marc Fernandez mettant en scène le journaliste Diego Martin et son entourage. Ceux qui ont aimé les deux précédents vont y retrouver leurs marques et adorer celui-ci.

20 janvier 2017, Buenos Aires. Sur la Plaza de Mayo, le rassemblement ne compte que des gens qui portent un tee-shirt blanc. Sur chacun d’eux est imprimée une photographie, celle d’un homme, Alex Rodrigo, journaliste photographe assassiné vingt ans auparavant. Il avait été passé à tabac, puis abattu d’une balle dans la tête, les mains menottées dans le dos. Ses meurtriers avaient fini leur œuvre en mettant le feu au corps. A la fin de la manifestation, tous sortent des casseroles et tapent dessus en signe de protestation, pour que cela n’arrive plus.

20 janvier 2017, Madrid. Une jeune femme fait son footing et s’arrête près d’un arbre pour souffler un peu. Un peu plus loin, elle aperçoit une chaussure. Elle hurle en découvrant le corps calciné partiellement d’une femme. Le légiste déclare d’emblée qu’elle s’est prise une balle dans la tête. Pablo, le chef du groupe de la brigade criminelle ne croit pas à l’œuvre d’un psychopathe. Un peu plus tôt, on a déposé chez le gardien du parc un sac à main : la victime s’appelle Celia Rodrigo.

Diego Martin est attablé au fin fond de son bar fétiche La Casa Carlos, pour peaufiner l’interview de Leonardo Padura, qu’il envisage de diffuser dans on émission radiophonique Ondes Confidentielles. C’est son amie Ana qui lui apprend que l’on vient de découvrir le corps d’une femme dans le Casa de Campo, une jeune femme à la double nationalité hispano-argentine. Voilà une nouvelle affaire pour Diego Martin.

Ceux qui ont aimé les deux précédents romans de Marc Fernandez vont aussi aimer celui-ci, disais-je. On est en terrain connu, avec des personnages que l’on apprécie, au sens où ils sont humains, se battent pour la liberté et la vérité. On retrouve donc Diego, Ana, Nicolas et Isabel antre autres. Si vous ne les connaissez pas, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Non ? Ben, achetez les et lisez les !

Cette enquête va donc alterner entre l’Espagne et l’Argentine et nous raconter, comme une sorte de parallèle, les dictatures et la difficile sortie d’un état totalitaire vers la démocratie. Comme d’habitude, on va apprendre beaucoup de choses, qui s’avèreront pour certaines vraies puisque Marc Fernandez nous indique dans les remerciements comment et pourquoi il a construit son intrigue. D’ailleurs, on sent que le sujet de ce livre lui tient à cœur et qu’il y a mis beaucoup de passion.

Alors, évidemment, on est dans un polar, et Diego et ses amis se retrouvent toujours dans des situations inextricables, au mauvais moment au mauvais endroit. C’est le coté romanesque obligatoire. Il n’empêche que j’aime son style pressé, cette sorte d’urgence qui fait que l’auteur écrit toujours avec le minimum de mots, pour donner à sa plume une sorte de célérité.

Et puis, derrière l’histoire et cette fin noire, il y a la justesse d’un combat : celui de la liberté de la presse et des bourreaux qui arrivent à s’en sortir et ne sont jamais condamnés, protégés par les gouvernements démocratiques. Je ne peux que vous conseiller de lire ce livre, pour vous sortir de la torpeur distillée par les informations télévisées actuelles.

Publicités