Archives du mot-clé Editions Cairn

Toutes taxes comprises de Patrick Nieto

Éditeur : Éditions Cairn

J’avais déjà adoré Jeux de dames de Philippe Beutin, publié par les éditions Cairn. Il semblerait que cette petite maison d’édition ait le nez pour dénicher des premiers romans passionnants et ambitieux. C’est le cas avec ce roman choral, qui s’avère passionnant de bout en bout.

2001, environs de Montauban. L’assassin est caché dans les fourrés qui entourent une luxueuse propriété. Il est 22 heures. L’assassin surveille à travers les vitrages sa future victime, qui, malheureusement pour lui, est au téléphone et a une conversation animée. Enfin ! L’homme raccroche et l’assassin pénètre dans la demeure. Il menace l’homme de son revolver, lui demande de s’agenouiller et l’abat d’une balle dans la tête. Puis, il renverse les affaires qui traînent sur le bureau, simule un cambriolage rapidement et s’enfuit.

Le premier témoin de ce drame est un chat sauvage. Il a bien vu l’assassin armé de son revolver. Il l’a vu aussi déposer dans l’herbe deux mégots de cigarette.

Le policier qui débarque sur la scène du crime est le capitaine Lemoine, de la SRPJ de Toulouse. Il semblerait que l’on ne fasse pas confiance aux gens du cru ! La mise en scène du meurtre ressemble plus à une mise à mort qu’à un cambriolage ou à un meurtre passionnel. Quelle n’est pas sa surprise quand il obtient l’identité du mort : Pierre-Henri Sennelier, proche conseiller du Président de la République Nicolas Sarkozy.

La veuve apparaît éplorée, elle aimait vraiment son mari. Pendant le meurtre de son mari, elle assistait à un concert classique à Toulouse. Il n’y a rien de choquant à cela, puisque son mari n’était pas mélomane.

Cette affaire de meurtre sans piste, sans indice, sans mobile, promet d’être compliquée.

Ce roman est un premier roman.

Ce roman est un roman choral.

Ce roman est excellent.

Je dois dire que j’adore les romans à plusieurs voix. Et je suis toujours étonné quand des auteurs choisissent cette forme pour leur premier roman. C’est faire preuve d’une ambition énorme. La difficulté de l’exercice est bien entendu de faire progresser l’intrigue logiquement, par personne interposée, de faire en sorte que le lecteur reconnaisse rapidement le personnage qui parle, de créer une psychologie cohérente pour chacun, et enfin, d’adapter le style de l’expression au personnage.

Si je reprends ce que j’attends d’un roman choral, point par point, je dois bien avouer que ce roman est un sans-faute. Les personnages sont fantastiquement dessinés, on les reconnait tous immédiatement et en plus, on est aidé par les titres des chapitres même s’ils ne sont pas forcément utiles. Les psychologies sont remarquables, les personnages nombreux puisqu’il y en a une dizaine. On est compréhensif envers le capitaine Lemoine, même s’il fait montre d’une certaine attitude hautaine. La veuve au début éplorée s’avère cacher des choses. L’assassin est retors au possible. L’avocate, mal dans sa peau, est attachante. Et les témoins, répartis dans l’intrigue, vont servir de lien, de liant. Pour donner un point de repère, ce roman dans sa forme, se situe au niveau du roman de Ron Rash, Un pied au paradis. Et je n’ai pas été bluffé à ce point depuis L’île des hommes déchus de Guillaume Audru.

Il faut dire que l’intrigue est menée de façon très intelligente, enchaînant avec beaucoup de créativité les rebondissements, les allers-retours, les fausses pistes, pour mieux accrocher le lecteur. De plus, c’est écrit avec beaucoup d’humour, et je ne vous parle même pas du dernier chapitre, qui à la fois donne une cohérence à l’ensemble, mais m’a beaucoup fait rire. Car c’est là que je me suis rendu compte que l’auteur s’était beaucoup amusé à jouer avec ses lecteurs et à nous par la même occasion.

Si le contexte de ce roman se situe au niveau des arnaques sur la taxe carbone, il faut bien s’avouer que cet aspect est parfaitement bien décrit mais n’est pas le point central du roman. Ce n’est pas un roman revendicateur mais bien du pur divertissement, de l’excellent divertissement. Pour le sujet sur la taxe carbone, je ne peux que vous conseiller de lire Le cimetière des chimères d’Elena Piacentini.

Pour un premier roman, Patrick Nieto a frappé très fort, plaçant très haut son ambition dans une intrigue policière en utilisant une forme difficile à maîtriser. Et cela s’avère une formidable réussite. Jetez vous sur ce roman, vous découvrirez un nouvel auteur et vous vous laisserez prendre dans les filets de cette intrigue.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Jean le Belge

 

Jeux de dames de Philippe Beutin

Editeur : Editions Cairn

Après avoir refermé ce livre, avoir lu la dernière page, j’ai du mal à imaginer que c’est un premier roman. Avec une intrigue millimétrée, des personnages attachants et une maitrise stylistique bluffante, Philippe Beutin déboule dans le paysage polardeux d’une façon impressionnante.

Toulouse, 30 septembre 2014. Mitch Fergusson, un richissime publiciste américain, est tombé amoureux du sud-ouest de la France. Un an plus tôt, son avion avait été détourné alors qu’il se rendait à Rome. A la faveur d’un accident de voiture, il avait rencontré Corinne et en était tombé amoureux : quand il avait fait un malaise, elle avait pris soin de lui. A Rome, il demanda à un détective privé de retrouver l’adresse de la jeune femme, puis s’était pointé chez elle. Il s’installa chez elle, apprivoisa la région, fit de longues balades à pied, malgré la méfiance des locaux qui voyaient cela d’un mauvais œil. Ils firent l’amour et Mitch s’installa chez Corinne, comme deux adolescents qui démarrent une nouvelle vie. Puis ils se marièrent le dimanche 27 septembre 2014.

Boston 21 septembre 2014. Alyssa, l’ancienne femme de Mitch qui n’a plus aucun contact avec lui rentre tard chez elle. Elle a un peu trop bu. Quand elle entre dans son salon, quelqu’un la plaque par terre et, d’une main assurée, l’égorge. C’est le mercredi suivant que Samantha, leur fille, découvre le corps.

Mardi 30 septembre 2014. Mitch reçoit un SMS de Samantha qui doit arriver des Etats Unis pour les voir. Elle a une journée d’avance. Corinne est partie faire des courses. Il appelle un taxi et se précipite à l’aéroport. Un nouveau SMS le dirige vers le parking. C’est à ce moment là que quelqu’un le menace d’un revolver et lui tire deux balles dans les reins et une balle dans la tête. Le capitaine Thierry Arlant et son équipe vont mener l’enquête, aidés par un stagiaire Jérôme Carvi.

Ce qui frappe dès le début de cette lecture, c’est le style simple mais tellement expressif de cet auteur. Et malgré le nombre important de personnages, on n’est jamais perdu, ce qui est une preuve que ceux-ci sont bien dessinés et bien marqués dans notre imaginaire. C’est surtout Jérôme le stagiaire qui tient le haut du pavé. Hésitant, se demandant s’il doit prendre des initiatives, faisant des bourdes, c’est pourtant bien lui qui va trouver la clé de l’énigme qui s’avèrera ardue, très ardue et pourtant remarquablement bien montée.

La deuxième chose que je retiens c’est ces personnages en particulier féminins qui occupent la scène. Corinne s’avère marquée par le chagrin mais est une femme d’abord froid. Samantha, l’avocate américaine est avenante et très professionnelle. On retrouvera aussi la fille de Corinne et l’associé de Mitch. Autant de personnages formidables pour autant de pistes toutes plus folles mais réalistes.

Et on se retrouve face à un véritable jeu de dames, où chaque policier veut bâtir sa stratégie sur des faits tangibles alors que le ou les assassins avancent leurs pions. Le fait de mettre Jérôme au premier plan permet au lecteur de rentrer dans le jeu et de chercher la solution sans pour autant tout deviner avec les dernières dizaines de pages. C’est un très bon divertissement mais aussi l’occasion de découvrir un nouvel auteur qui va devenir, espérons le, un grand auteur, pourvu qu’il nous offre des romans policiers de cette trempe.