Archives du mot-clé Editions Cairn

Carlos de Jérémy Bouquin

Editeur : Cairn éditions

Jérémy Bouquin se lance dans une nouvelle série de romans prenant place dans la ville de Pau. Après Moktar, qui met en scène un trafiquant de drogue, que je n’ai pas encore lu, je vous propose Carlos, ou la vie d’un chauffeur de taxi nocturne.

Carlos fait figure de vieux de la vieille dans le petit monde des taxis. Proche de la retraite, il assure les tournées de nuit avec son propre taxi, même s’il fait partie d’une société par son ami de toujours. Malgré le cancer qui le ronge, il ne veut pas lâcher l’affaire, ne veut pas s’avouer vaincu. Le vendredi soir, il se déconnecte du système de localisation pour emmener Clémentine dans ses rendez-vous coquins, bien particuliers.

Clémentine, Clem pour les fidèles de son compte Instagram, offre des séquences de sexe dans les conditions du direct. Elle n’aime pas particulièrement ça mais considère cette activité comme un hobby, presque un travail. Elle devient folle quand elle voit le nombre de « followers » augmenter. Pour les récompenser, elle leur a concocté un programme alléchant qui devrait la porter vers les cimes des comptes les plus suivis.

En effet, elle a promis à ses fidèles spectateurs dix séquences de sexe en conditions de direct, situées en dix endroits différents. Elle a choisi les bénéficiaires par rapport aux réponses qu’elle a reçues. Comme souvent maintenant, Carlos sera son chauffeur. Au fur et à mesure de la nuit, les passes se suivent et Clem fatigue, prend des remontants, des drogues de plus en plus dures pour tenir le coup. Carlos s’inquiète et va se sentir obligé d’intervenir, déclenchant ainsi un engrenage de violence.

Jérémy Bouquin a l’habitude de nous décrire des petits métiers dans notre quotidien, et de tisser autour de ces personnages une intrigue bien noire, tout en pointant quelques travers bien sentis. On se rappelle Une femme de ménage, Une secrétaire, les gilets jaunes de Colère jaune ou même l’institutrice de Tableau noir du malheur. Passons donc au métier de chauffeur de taxi avec Carlos.

Carlos, personnage principal et narrateur de notre histoire, nous apparait comme un bosseur fou, et a donc négligé sa vie de famille. Touché par une maladie incurable, il alterne les courses officielles et d’autres au noir, dont celles pour Clem. Cette jeune femme joue avec sa vie, recherchant la célébrité sur Instagram au détriment de sa propre vie et des risques de tomber sur des cinglés du sexe.

Jérémy Bouquin nous offre un polar classique dans la forme, comme une descente aux enfers dans un style moins haché que d’habitude, insistant beaucoup sur la psychologie de Carlos et son aptitude à chercher une solution à un problème avant d’en chercher la cause. On le trouve loyal envers Clem qu’il confond parfois avec sa fille, en oublie sa femme, sa vraie vie et s’enfonce dans des situations inextricables.

L’auteur nous décrit aussi par le menu le métier de taxi, toutes les situations qu’ils ont à subir, mais aussi l’obsession des réseaux sociaux à rechercher des émotions extrêmes et le plaisir immédiat. Avec la visite des quartiers de Pau, les bas-fonds détenus par les trafiquants de drogue, et une intrigue bien menée, Jérémy Bouquin nous livre ici un polar très complet et très divertissant.

Des poches pleines de poches

C’est déjà la 11ème rubrique consacrée aux livres de poches, avec deux auteurs que j’affectionne particulièrement : Luis Alfredo et Jérémy Bouquin

Divin Toulouse de Luis Alfredo

Editeur : Cairn éditions

Depuis quelque temps, la ville de Toulouse connait une série d’actes odieux qui adviennent tous les mardis. Tous ces actes, du vandalisme d’un cimetière à l’agression violente de personnes (prostituées ou homosexuel) vont atteindre leur apogée pendant le carnaval où l’explosion d’un char va tuer une vieille femme. Le groupe s’appellerait Groupe Divin-Marquis en faisant référence au Marquis de Sade.

Le compagnon d’une des victimes va demander au détective privé Juan Nadal de trouver les coupables, ne faisant que peu confiance à la police pour résoudre un tel cas. Il va prendre contact avec son ami René-Charles de Villemur (que l’on connait par ailleurs dans la série Itinéraire d’un flic du même auteur) et faire la rencontre de sa voisine Juliette, elle aussi victime du groupe pour ses activités de prostituée.

On retrouve dans ce roman ce style si littéraire que j’adore qui convient parfaitement à cette histoire, surtout quand on fait appel au Marquis de Sade. Ecrit à la première personne, on va découvrir Juan Nadal et ses centres d’intérêt (surtout les belles femmes). Le scenario va respecter tous les codes du genre, des interrogations de l’enquêteur aux interrogatoires des intervenants, des scènes d’action aux scènes de sexe.

Il est amusant d’avoir voulu, de la part de l’auteur, entrer dans cette histoire et proposer au lecteur (et donc à Juan aussi) une énigme inextricable et impossible à résoudre. Le déroulement en ressort aussi fortement appréciable mais surtout remarquablement retors, en nous ayant manipulé tout au long de ces 300 pages, sans oublier l’humour doucement cynique qui relève l’intérêt. Du très bon polar.

Tableau noir du malheur de Jérémy Bouquin :

Editeur : Editions du Caïman

Céline débarque dans sa nouvelle maison de banlieue avec son adolescent Ghislain. Elle va prendre en charge une classe de CM2 et on lui a réservé la classe des « durs ». Pour elle, il s’agit surtout de tourner la page d’un passé douloureux, avec la mort de son mari dans un accident de la route et une belle famille qui veut exercer son droit de visite (voire plus) sur leur petit fils.

« La nostalgie a le goût de l’amertume. La mélancolie, celui d’un relent de bière. » (Page 178)

Après la journée d’intégration des professeurs des écoles, elle découvre sa classe et commence par évaluer leur niveau. Elle se rend vite compte des énormes lacunes qu’ils ont, et fait connaissance avec le noyau dur, au fond de la classe : Kevin, Tanguy et surtout Gary. Et quand elle s’épanche auprès du directeur de ses observations, on lui rétorque que l’année prochaine, ils auront quitté l’école élémentaire et cesseront donc de gêner les autres ici.

Ce roman fait partie des romans de l’auteur qui vont faire un constat sur la vie des « petites » gens à travers une intrigue qui se veut autant sociale que noire. Céline veut faire son travail de la meilleure façon qui soit, parce qu’elle croit en son métier. Elle s’aperçoit vite que tout le monde a jeté l’éponge et songe plus à se débarrasser des éléments gênants, plutôt qu’à remplir leur fonction.

On le voit tous les jours, on le subit tous les jours et on ne fait rien quant à l’éducation de nos enfants. Face à ce constat sans appel, Jérémy Bouquin y ajoute une intrigue qui montre une jeune femme poussée à bout et qui petit à petit va perdre pied, aussi bien dans sa sphère personnelle que son environnement professionnel. A partir de là, il ne faudra pas attendre une issue positive et on en ressort avec un goût amer dans la bouche.

Coup de projecteur sur les éditions Cairn

Les éditions Cairn sont une petite maison d’édition du Sud Ouest qui a déjà plus de vingt années d’existence. Elle promeut des livres issus du sud ouest de la France. Une collection est dédiée au polar ; elle s’appelle Du Noir au Sud. Je vous propose deux titres récemment édités dans le cadre de cette collection.

Erreurs d’aiguillage de Philippe Beutin

Vendredi 31 octobre 2014. Le nouveau chef de SRPJ de Toulouse, le capitaine Gilles Pillière doit débarquer le lundi suivant. Mais ce qui importe à Jérôme Carvi, « le Chinoir », c’est de retrouver Audrey dont il est amoureux depuis sa précédente enquête relatée dans Jeux de dames. Le lundi suivant, le nouveau capitaine annonce la couleur, il fera régner l’ordre dans son service, d’une poigne de fer.

Mercredi 1er avril 2015. Un homme est retrouvé mort sur les voies sortant de l’entrepôt de maintenance de la SNCF. Selon le conducteur, le type était mort avant qu’il roule dessus. A priori, il a été électrocuté avant de tomber sur les rails. Il s’avère que c’était un électronicien, Lionel Martin, qui travaillait à l’autre bout des entrepôts. En plus, il ne portait pas ses EPI (Equipements de Protection individuelle).

Avec ce roman, nous allons découvrir une partie des services qui gravitent autour d’un train. Et cela permet d’en apprendre beaucoup, de la part d’un ancien de la SNCF. Il nous présente avec humour les acronymes incompréhensibles, l’organisation, et surtout l’obsession de l’entreprise pour la sécurité. Pour Jérôme, il va lui falloir s’adapter pour découvrir qu’il a à faire avec un mystère et que cette mort pourrait bien cacher un meurtre. Le doute n’est plus permis quand les morts s’amoncellent.

Je dois dire que ce roman est très bien mené, et que s’il est de facture plutôt classique, c’est un vrai plaisir à lire, malgré le grand nombre de personnages. Si le personnage principal est bien le Chinoir, fou amoureux mais tenace dans son travail, les autres ne font pas figure de décoration. Après Jeux de dames que j’avais adoré, voilà un roman policier qui confirme les grandes qualités de Philippe Beutin pour construire des intrigues complexes.

Ils vont tous mourir de Raphaël Grangier 

Ça aurait du être des vacances formidables pour la famille Rougier, en cet été de 1986. Christophe, conseiller financier au Crédit Agricole, est au volant, aux cotés de sa femme Véronique, institutrice. A l’arrière de la Renault 14, la petite Emilie écoute Madonna sur son walkman et le petit Thomas attend avec impatience l’arrivée au camping du Château Le Verdoyer dans le Périgord. Mais alors qu’ils prévoient de faire des randonnées en pleine nature, les enfants du camping vont bientôt disparaître les uns après les autres. Le jeune commandant de police Guillaume Dubreuil va avoir fort à faire.

Ce roman commence tout doucement, par nous présenter la région et le contexte du camping. On sent dans ce début tout l’amour que porte l’auteur à cette région. Et c’est un vrai plaisir à suivre ce guide, d’autant plus que le style est très littéraire et très plaisant. C’est avec la disparition du premier enfant, puis du deuxième que va monter l’inquiétude puis la tension jusqu’à devenir un stress insoutenable.

Et le roman que j’avais cru être un roman policier va se transformer en thriller avec l’apparition d’un tueur en série enfermé dans un hôpital psychiatrique. L’auteur va utiliser les ficelles lues et vues dans le Silence des agneaux ou Seven et se les approprier pour nous offrir un roman surprenant par son ambition et d’une concision fort appréciable. Au final, on passe un bon moment, que dis-je un excellent moment avec des scènes difficilement oubliable dans un décor de rêve.

Retenez bien ce nom : Raphaël Grangier est un auteur au talent indéniable qui n’a pas fini de nous surprendre. Je serai au rendez-vous de son prochain roman, pour sur !

Toutes taxes comprises de Patrick Nieto

Éditeur : Éditions Cairn

J’avais déjà adoré Jeux de dames de Philippe Beutin, publié par les éditions Cairn. Il semblerait que cette petite maison d’édition ait le nez pour dénicher des premiers romans passionnants et ambitieux. C’est le cas avec ce roman choral, qui s’avère passionnant de bout en bout.

2001, environs de Montauban. L’assassin est caché dans les fourrés qui entourent une luxueuse propriété. Il est 22 heures. L’assassin surveille à travers les vitrages sa future victime, qui, malheureusement pour lui, est au téléphone et a une conversation animée. Enfin ! L’homme raccroche et l’assassin pénètre dans la demeure. Il menace l’homme de son revolver, lui demande de s’agenouiller et l’abat d’une balle dans la tête. Puis, il renverse les affaires qui traînent sur le bureau, simule un cambriolage rapidement et s’enfuit.

Le premier témoin de ce drame est un chat sauvage. Il a bien vu l’assassin armé de son revolver. Il l’a vu aussi déposer dans l’herbe deux mégots de cigarette.

Le policier qui débarque sur la scène du crime est le capitaine Lemoine, de la SRPJ de Toulouse. Il semblerait que l’on ne fasse pas confiance aux gens du cru ! La mise en scène du meurtre ressemble plus à une mise à mort qu’à un cambriolage ou à un meurtre passionnel. Quelle n’est pas sa surprise quand il obtient l’identité du mort : Pierre-Henri Sennelier, proche conseiller du Président de la République Nicolas Sarkozy.

La veuve apparaît éplorée, elle aimait vraiment son mari. Pendant le meurtre de son mari, elle assistait à un concert classique à Toulouse. Il n’y a rien de choquant à cela, puisque son mari n’était pas mélomane.

Cette affaire de meurtre sans piste, sans indice, sans mobile, promet d’être compliquée.

Ce roman est un premier roman.

Ce roman est un roman choral.

Ce roman est excellent.

Je dois dire que j’adore les romans à plusieurs voix. Et je suis toujours étonné quand des auteurs choisissent cette forme pour leur premier roman. C’est faire preuve d’une ambition énorme. La difficulté de l’exercice est bien entendu de faire progresser l’intrigue logiquement, par personne interposée, de faire en sorte que le lecteur reconnaisse rapidement le personnage qui parle, de créer une psychologie cohérente pour chacun, et enfin, d’adapter le style de l’expression au personnage.

Si je reprends ce que j’attends d’un roman choral, point par point, je dois bien avouer que ce roman est un sans-faute. Les personnages sont fantastiquement dessinés, on les reconnait tous immédiatement et en plus, on est aidé par les titres des chapitres même s’ils ne sont pas forcément utiles. Les psychologies sont remarquables, les personnages nombreux puisqu’il y en a une dizaine. On est compréhensif envers le capitaine Lemoine, même s’il fait montre d’une certaine attitude hautaine. La veuve au début éplorée s’avère cacher des choses. L’assassin est retors au possible. L’avocate, mal dans sa peau, est attachante. Et les témoins, répartis dans l’intrigue, vont servir de lien, de liant. Pour donner un point de repère, ce roman dans sa forme, se situe au niveau du roman de Ron Rash, Un pied au paradis. Et je n’ai pas été bluffé à ce point depuis L’île des hommes déchus de Guillaume Audru.

Il faut dire que l’intrigue est menée de façon très intelligente, enchaînant avec beaucoup de créativité les rebondissements, les allers-retours, les fausses pistes, pour mieux accrocher le lecteur. De plus, c’est écrit avec beaucoup d’humour, et je ne vous parle même pas du dernier chapitre, qui à la fois donne une cohérence à l’ensemble, mais m’a beaucoup fait rire. Car c’est là que je me suis rendu compte que l’auteur s’était beaucoup amusé à jouer avec ses lecteurs et à nous par la même occasion.

Si le contexte de ce roman se situe au niveau des arnaques sur la taxe carbone, il faut bien s’avouer que cet aspect est parfaitement bien décrit mais n’est pas le point central du roman. Ce n’est pas un roman revendicateur mais bien du pur divertissement, de l’excellent divertissement. Pour le sujet sur la taxe carbone, je ne peux que vous conseiller de lire Le cimetière des chimères d’Elena Piacentini.

Pour un premier roman, Patrick Nieto a frappé très fort, plaçant très haut son ambition dans une intrigue policière en utilisant une forme difficile à maîtriser. Et cela s’avère une formidable réussite. Jetez vous sur ce roman, vous découvrirez un nouvel auteur et vous vous laisserez prendre dans les filets de cette intrigue.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Jean le Belge

 

Jeux de dames de Philippe Beutin

Editeur : Editions Cairn

Après avoir refermé ce livre, avoir lu la dernière page, j’ai du mal à imaginer que c’est un premier roman. Avec une intrigue millimétrée, des personnages attachants et une maitrise stylistique bluffante, Philippe Beutin déboule dans le paysage polardeux d’une façon impressionnante.

Toulouse, 30 septembre 2014. Mitch Fergusson, un richissime publiciste américain, est tombé amoureux du sud-ouest de la France. Un an plus tôt, son avion avait été détourné alors qu’il se rendait à Rome. A la faveur d’un accident de voiture, il avait rencontré Corinne et en était tombé amoureux : quand il avait fait un malaise, elle avait pris soin de lui. A Rome, il demanda à un détective privé de retrouver l’adresse de la jeune femme, puis s’était pointé chez elle. Il s’installa chez elle, apprivoisa la région, fit de longues balades à pied, malgré la méfiance des locaux qui voyaient cela d’un mauvais œil. Ils firent l’amour et Mitch s’installa chez Corinne, comme deux adolescents qui démarrent une nouvelle vie. Puis ils se marièrent le dimanche 27 septembre 2014.

Boston 21 septembre 2014. Alyssa, l’ancienne femme de Mitch qui n’a plus aucun contact avec lui rentre tard chez elle. Elle a un peu trop bu. Quand elle entre dans son salon, quelqu’un la plaque par terre et, d’une main assurée, l’égorge. C’est le mercredi suivant que Samantha, leur fille, découvre le corps.

Mardi 30 septembre 2014. Mitch reçoit un SMS de Samantha qui doit arriver des Etats Unis pour les voir. Elle a une journée d’avance. Corinne est partie faire des courses. Il appelle un taxi et se précipite à l’aéroport. Un nouveau SMS le dirige vers le parking. C’est à ce moment là que quelqu’un le menace d’un revolver et lui tire deux balles dans les reins et une balle dans la tête. Le capitaine Thierry Arlant et son équipe vont mener l’enquête, aidés par un stagiaire Jérôme Carvi.

Ce qui frappe dès le début de cette lecture, c’est le style simple mais tellement expressif de cet auteur. Et malgré le nombre important de personnages, on n’est jamais perdu, ce qui est une preuve que ceux-ci sont bien dessinés et bien marqués dans notre imaginaire. C’est surtout Jérôme le stagiaire qui tient le haut du pavé. Hésitant, se demandant s’il doit prendre des initiatives, faisant des bourdes, c’est pourtant bien lui qui va trouver la clé de l’énigme qui s’avèrera ardue, très ardue et pourtant remarquablement bien montée.

La deuxième chose que je retiens c’est ces personnages en particulier féminins qui occupent la scène. Corinne s’avère marquée par le chagrin mais est une femme d’abord froid. Samantha, l’avocate américaine est avenante et très professionnelle. On retrouvera aussi la fille de Corinne et l’associé de Mitch. Autant de personnages formidables pour autant de pistes toutes plus folles mais réalistes.

Et on se retrouve face à un véritable jeu de dames, où chaque policier veut bâtir sa stratégie sur des faits tangibles alors que le ou les assassins avancent leurs pions. Le fait de mettre Jérôme au premier plan permet au lecteur de rentrer dans le jeu et de chercher la solution sans pour autant tout deviner avec les dernières dizaines de pages. C’est un très bon divertissement mais aussi l’occasion de découvrir un nouvel auteur qui va devenir, espérons le, un grand auteur, pourvu qu’il nous offre des romans policiers de cette trempe.