Archives du mot-clé Editions des Falaises

Le nu au coussin bleu de Massimo Nava

Editeur : Editions des falaises

Traducteur : Camille Paul

Voilà un roman qui m’a beaucoup plu. Massimo Nava est un journaliste en poste à Paris, et a écrit plusieurs biographies. Ce roman est son premier roman policier. Et c’est un roman bien particulier, car il s’affranchit de certains codes pour nous parler peinture, passion des collectionneurs et dizaines de millions.

Nous sommes à la veille du Grand Prix de Monaco de Formule 1. C’est l’effervescence, chacun cherchant à obtenir une place pour voir passer les bolides. Les balcons sont loués, les bateaux positionnés sur le port, les places dans les tribunes vendues à prix d’or.

Bernard Bastiani, commissaire à la brigade criminelle, vient juste d’arriver quand on lui annonce un événement terrible au Port de Fontvieille. En poste depuis deux mois, après avoir été commissaire à Paris, Montpellier et Marseille, il s’est résigné à venir à Monaco pour attendre sa retraite. D’origine italienne, né à Nice, il a choisi d’habiter avec sa femme Adriana et son fils Andreas dans sa ville natale et fait le trajet tous les jours.

Le spectacle qui attend Bastiani est à la hauteur de l’adjectif « Terrible ». L’homme a été égorgé, on a gravé sur son front une croix et on lui a coupé les testicules. Heureusement que le corps git à un endroit peu fréquenté ! De toutes évidences, le meurtre a été commis ailleurs, et on a transporté le corps. Le portable Bastiani sonne : Jean-Pierre Vallaud, directeur général des services judiciaires de la principauté lui demande de la discrétion, beaucoup de discrétion, au moins jusqu’à la fin du week-end.

Après le week-end, l’identité du corps est découverte grâce aux analyses ADN. Il s’agit de xxx, célèbre collectionneur d’œuvres d’art. Ayant commencé galeriste, il s’est vite intégré dans les hautes sphères de la finance et a arrangé des achats entre milliardaires d’œuvres d’art qui pour la plupart dorment dans des coffres bancaires.

Comme je le disais en introduction, ce roman n’étant pas écrit par un auteur de polar, il y a une sorte de liberté dans le déroulement de l’intrigue qui fait que c’est une lecture qui change par rapport à ce que je lis d’habitude. Il n’y a donc pas de multiplication de pistes, de complications inutiles visant à jeter un brouillard dans la tête du lecteur afin qu’il ne trouve pas la solution trop vite. Ici, nous allons suivre des événements comme s’ils arrivaient dans la vraie vie. De même, le style est plutôt très littéraire et assez simple. Il n’y aucune volonté d’en mettre plein les yeux, par des effets stylistiques.

Le roman se déroule donc à un rythme plutôt lent, débonnaire, comme l’est notre personnage de commissaire, âgé d’une cinquantaine d’années, aspirant à une fin de carrière sans vague. C’est tout de même un personnage buté, tenace, qui sait se montrer brutal ou calme en fonction de ses interrogatoires, et toujours à l’écoute de ceux qu’il rencontre. Doté d’un sens moral (à l’ancienne), il a du mal à placer sa vie privée au premier plan. Par contre, son budget n’est pas étriqué comme les flics de la métropole, puisqu’il loge dans des hôtels luxueux … Ah, la chance de travailler pour Monaco ! Avec toutes ces caractéristiques, Bastiani m’a fait penser à Maigret.

Le principal attrait de ce roman, c’est clairement le monde des arts, celui des collectionneurs, qui préfère mettre leur argent dans des œuvres plutôt que dans des placements peu surs. Il est incroyable de voir comment la propriété d’un tableau peut se faire en sous-main, pour éviter de payer des frais de douane très chers. Par moment, le tableau ne quitte même pas le coffre de banque dans lequel il repose, et les acheteurs s’échangent simplement quelques dizaines de millions de dollars et le code du coffre ! J’ai aussi épaté par la rencontre de Bastiani avec un professeur de la Sorbonne, qui va nous parler de la vie de Modigliani avec passion … et c’est passionnant.

Car l’un des sujets de ce roman, c’est bien la disparition d’un tableau de Modigliani suite à l’achat par un milliardaire russe. Ce personnage russe Souslov va occuper une bonne partie du roman en alternance avec Bastiani et nous allons nous demander longtemps s’il est ou non coupable du meurtre … mais je ne vous en dis pas plus. Pour le reste, il ne vous reste plus qu’à lire ce roman très intéressant.

Publicités