Archives du mot-clé Editions du Caïman

Le chouchou du mois de mai 2019

Allez, on repart pour une onzième année ! Et pour bien démarrer, je vous aurais partagé des lectures regroupées par thèmes. Etant donné le nombre de mes lectures et quand c’est possible, cela me permet de parler encore plus de livres et d’auteurs, voire de maisons d’éditions.

C’est le cas des éditions In8, puisque j’ai consacré un billet à leur collection Polaroïd qui regroupe des novellas (soit des nouvelles longues ou des romans courts de moins de 100 pages. L’avantage, c’est que cette collection en sort peu (2 à 3 par an). L’inconvénient, c’est qu’ils en sortent peu, surtout quand on a affaire à des romans remarquables de concision. Les deux dernières parutions, Le sorcier de Jérémy Bouquin et  Comme une bête de Marin Ledun sont à cet égard deux grandes réussites.

J’ai continué mon exploration de La compagnie des glaces, en vous proposant les tomes  11 et 12 de GJ.Arnaud (French Pulp). Après la crise de la réapparition du soleil pendant quelques heures, le monde se reconstruit et les intrigues sont toujours aussi foisonnantes. Du pur plaisir visionnaire.

Enfin j’ai programmé un billet sur le polar et l’humour, parce que c’est un genre peu représenté mais qui commence à être reconnu. Rien de tel que de se plonger dans une enquête menée avec dérision, parce que tout cela n’est pas sérieux n’est-ce pas ? Requiem pour un fou de Stanislas Petrosky (French Pulp) et Laisse tomber de Nick Gardel (Editions du Caïman) vont vous faire sourire, rire !

Il ne faut pas oublier Suzie qui m’a fait l’honneur de publier son avis sur Le point zéro de Seichö Matsumoto (Atelier Akatombo), un roman policier classique des années 50. Outre l’intrigue remarquable, il nous enseigne la culture japonaise et la place de la femme au Japon, ce qui fait au moins deux raisons de ne pas rater ce roman extraordinaire et glaçant.

Dans la catégorie polar, ce sont surtout mes auteurs favoris qui auront été mis à l’honneur. Si je meurs avant mon réveil … de Philippe Setbon (AO éditions) est le dernier scénario diabolique concocté par cet auteur scénariste. Il nous promène dans quatre lieux, quatre époques avec quatre personnages (au moins) pour une histoire de sang et de vengeance pour notre plus grand plaisir.

Le dernier roman de Valerio Varesi, Les mains vides (Agullo) va probablement en surprendre plus d’un par son style. Direction Parme et le mois d’aout, une ville écrasée par la chaleur. Le commissaire Soneri, entre nostalgie et dynamisme, va se rendre compte que les temps changent, sa ville change, la criminalité change, que la société change. C’est une superbe illustration d’un homme en décalage avec son temps, qui ne trouve plus sa place dans la société qui est la sienne.

Après le superbe De feu et de cauchemar, Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel (Marabout) est le dernier roman de cet auteur que j’aime beaucoup et son inspecteur le commissaire Mehrlicht, mon frère de littérature. Après l’Irlande, cette histoire nous parle de migrants, de Roumanie, de mort et de vie éternelle avec toujours autant de savoir-faire, et juste ce qu’il faut de décalage.

En consacrant une rubrique Oldies aux romans plus anciens, il me fallait aborder mon auteur français favori : La bête et la belle de Thierry Jonquet (Gallimard Série Noire) est un des romans que je n’avais pas encore lu de cet auteur et il allie une autopsie de notre société avec un fait divers bien glauque, en finissant en fanfare avec deux coups de théâtre, ce qui en fait un roman fantastique et inoubliable.

Ma seule découverte de ce mois aura été L’inspecteur Dalil à Paris de Soufiane Chakkouche (Jigal). Cet auteur marocain créé un personnage de flic vieillissant en duo avec un commissaire parisien, obligé de venir à Paris pour résoudre une affaire de disparition (ou d’enlèvement, qui sait ?). Il y a dans ce roman une volonté de montrer Paris avec le recul d’un étranger et d’y apporter un ton résolument drôle, décalé et fin. Je suis d’hors et déjà fan de ce personnage

Le titre du chouchou du mois revient donc à Laisse tomber de Nick Gardel (Editions du Caïman) parce que ce huis-clos dans un immeuble peuplé de grabataires et d’un rentier quarantenaire nous réserve une superbe surprise et une non moins superbe intrigue, et que je considère ce roman comme le meilleur de son auteur à ce jour. J’espère que ces avis vous auront été utiles. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Du polar certes mais en humour !

Depuis San Antonio et peut-être même avant, il n’est pas interdit de lire un polar et de se marrer comme une baleine. On y trouve de tout, des intrigues décalées au style humoristique. Et quoi de mieux que de passer un bon moment en souriant voire en riant. Je vous pose deux exemples d’excellents romans qui viennent de sortir :

Laisse tomber de Nick Gardel

Editeur : Editions du Caïman

Comment être indifférent au sous-titre de ce roman : « Petit manuel de survie en milieu grabataire. » ?

Antoine Spisser a la quarantaine et est rentier, au sens où ses parents lui ont laissé un beau petit pactole à leur mort. A force de ne rien faire d’autre que manger et regarder des films, Antoine s’est retrouvé obèse. Il ne sort donc que très peu de son appartement, situé dans un petit immeuble, au fond d’une impasse. Il faut dire que ses voisins ne sont pas motivants, puisque cet immeuble n’est peuplé que de personnes âgées ?

Quand le roman s’ouvre, notre Antoine se retrouve en équilibre sur la façade de l’immeuble, à presque 10 mètres du sol. Mais pourquoi est-il là ? Si je vous dis que c’est à cause de ses voisins ? Vous y croyez ? Si j’ajoute que c’est à cause d’un lustre tombé en panne ? Dit comme ça, cela peut sembler farfelu. Eh bien ça l’est ! En voulant rendre service, Antoine se retrouve pris dans un engrenage … comique.

Nick Gardel, c’est un auteur que j’aime beaucoup pour sa faculté à créer des situations comiques, entre burlesque et cynisme, sans oublier de bons jeux de mots. C’est dire s’il maîtrise toutes les facettes de l’humour. Mais avec ce roman-là, il s’est dépassé autant dans l’histoire que dans sa façon de la construire. Ce roman, c’est du pur plaisir de lecture du début à la fin, que l’on pourrait résumer par : un fainéant au pays des ignobles vieux.

Construit comme un huis clos, nous avons une situation d’un drôle irrésistible : ce gros échalas malhabile de ses dix doigts, se retrouve dans une position inextricablement noire. Les descriptions des personnages sont de grands numéros, proches de ce qu’a écrit San Antonio, et le cynisme de ce qui se passe dans cet immeuble proche de ce qu’a écrit Thierry Jonquet. Plus le roman va avancer, plus Antoine va s’enfoncer et plus cela va devenir drôle. Et cerise sur le gâteau : c’est remarquablement bien écrit ! Je vous livre un des nombreux passages irrésistibles du roman :

« Orsini est la caricature du vieillard. Voûté, la peau parcheminée et plissée comme un lit défait, il a dans les yeux une éternelle tristesse qu’aucun sourire ne pourra jamais totalement effacer. Son front a gagné la lutte de terrain sur sa chevelure blanchie, qui se retire néanmoins dignement dans l’arrière-pays de son crâne. Ses lobes d’oreilles accusent les ans, dévorés par la broussaille, tandis qu’un nez large s’épate entre rides et poches, ombrant des lèvres fines sans teinte. »

Ce roman, c’est à mon avis son meilleur à ce jour (du moins de ceux que j’ai lus)

Requiem pour un fou de Stanislas Petrosky

Editeur : French Pulp

Fan du Grand Johnny Hallyday, ce roman est fait pour toi !

Requiem, c’est Esteban Lehydeux, un prêtre exorciste d’un genre particulier : il file un coup de main aux flics pour résoudre des meurtres, mais il débarrasse aussi la société de nuisibles excités du bulbe, tels que les racistes ou les extrémistes. Après Je m’appelle Requiem et je t’…, Dieu pardonne, lui pas, et Le diable s’habille en licorne, voici donc la quatrième enquête de notre curé préféré.

Alors qu’il est à Paris pour donner un coup de main à une association œuvrant pour les SDF, Magdalena, il s’apprête à recevoir son amie Cécile pour lui faire découvrir les charmes de la Capitale et plein d’autres choses. Régis Labavure, commissaire et ami de Requiem va gâcher ce week-end en lui signalant un meurtre à la mise en scène étrange : Le corps a été torturé, un extrait de la bible est inscrit au mur mâtiné d’une chanson de Johnny Hallyday et surtout, un exemplaire du précédent roman de Requiem trône à côté du corps. De quoi mettre la puce (et autre chose) à l’oreille ! D’autant plus que ce corps n’est que le premier d’une longue série. Et à chaque corps, on retrouve un roman relatant les aventures de Requiem.

Que n’ai-je pas encore dit sur cette série ? Sous couvert de déconnade, Stanislas Pétrosky nous concocte de vrais scénarii menés tambour battant avec des personnages hauts en couleur. En termes d’humour, on est plutôt du côté de Frédéric Dard, ou de Nadine Monfils (qui signe la préface, truculente comme d’habitude). Et on rit de bon cœur, quasiment à chaque page. En ce moment, j’aime mettre des extraits, alors en voici un :

« C’est ça mon souci à l’heure actuelle, j’ose plus … je ne sais plus comment faire. Pas pour mater un cul, non pour vivre. Tiens, toi qui es du sexe mâle, célibataire, en recherche d’une nana, pour la vie ou pour une nuit. Comment tu fais maintenant ? Quand j’en vois certaines, moi, j’ai peur, tu vas pour draguer gentiment, et paf, un procès sur le coin du museau … On vit une drôle d’époque. Entre les mecs trop lourds, qui mériteraient une bonne claque dans la gueule, voire un coup de genou dans les aumônières, et les filles qui, dès qu’on tend un semblant de regard sur elles, se mettent à hurler au viol, va falloir trouver le juste milieu. Moi, je me permets de vous dire que vous êtes mal barrés pour vivre de belles histoires d’amour si vous ne redressez pas la barre rapidement … »

Requiem n’est pas seulement un personnage drôle ; il dit aussi des choses importantes sur les travers de notre société, il présente le sort des SDF, des abîmés de la vie que l’on délaisse au bord du trottoir, en fermant les yeux. Bref, ce tome-là ne dénote pas par rapport aux autres, c’est de la lecture distrayante et intelligente, qui secoue les neurones pour qu’on se bouge. Bref, une lecture à ne pas rater !

Le chouchou du mois de mars 2018.

Qui a dit que l’hiver était fini ? Remarquez, ça tombe bien, c’est un temps à lire ! Et comme je lis plus que je ne chronique, ce mois de mars aura été l’occasion de ne parler que de livres qui m’auront fait vibrer, frissonner. Bref, que des lectures enthousiasmantes dans des styles et des genres très différents.

Commençons cette rétrospective par mon premier coup de cœur de l’année : Sans lendemain de Jake Hinkson (Gallmeister) est sans conteste un roman exceptionnel, tant on a l’impression de lire un classique du roman noir américain, un roman intemporel qui montre un personnage féminin hors norme en 1947. C’est l’occasion aussi de montrer la vie des femmes en ce temps-là, qui n’a pas beaucoup évolué, finalement.

J’aurais fait peu de découvertes de nouveaux auteurs ce mois-ci. Le premier est un roman pour ma rubrique Oldies : Pente douce de Joseph Hansen (Rivages Noir). Situé dans le monde littéraire, il nous présente un personnage homosexuel qui cherche à profiter de son riche mentor, et qui s’enfonce dans ses erreurs et ses mensonges. C’est une descente aux enfers psychologiquement impeccable et impressionnante.

Découverte aussi en ce qui concerne Iboga de Christian Blanchard (Belfond), qui présente un condamné à mort dont la peine va être transformée en réclusion à perpétuité. Ecrit à la première personne, ce roman est un pur roman psychologique qui, malgré ses 300 pages, arrive à nous tenir en haleine, sans jamais se répéter, et à maintenir le suspense sur Max, un personnage mystérieux qui l’aurait aidé dans ses meurtres. C’est finalement une façon originale de traiter ce sujet.

Dans le genre original, Animal boy de Karim Madani (Le Serpent à plumes) est indéniablement le roman à ne pas rater en ce début 2018. Il marque aussi le retour du Serpent à Plumes, cette maison d’édition qui a l’art de trouver des romans pas comme les autres. Partant des attentats du Bataclan, Karim Madani brosse le portrait d’un loser, qui s’invente une vie en mentant, puisqu’il sous-entend qu’il a connu une victime qui est morte dans ses bras. Dans la ville des lumières, Alex s’enfonce dans les abîmes, en se cherchant une identité plus belle que son univers noir de drogué désespéré.

Du coté des scenarii surprenants, Tuez les tous … mais pas ici de Pierre Pouchairet (Plon) se pose là. Partant d’une famille qui perd sa fille, partie rejoindre le Djihad, l’auteur nous concocte une intrigue de dingue, du genre à vous faire passer des frissons dans le dos. Ce qui est génial, c’est qu’on se dit à la fin : Et si c’était vrai ?

Toujours dans la mouvance des attentats, regardons un peu en arrière, vers les années 80. Avec Privé d’origine de Jérémy Bouquin (French Pulp), nous suivons deux histoires en parallèle : celle de Kloé, jeune femme orpheline qui cherche ses racines et celle de Tony Maretti, membre des brigades rouges. D’une construction exemplaire, Jérémy Bouquin a écrit là son meilleur roman avec un scénario renversant.

On connaissait Samuel Sutra pour sa série des Tontons. On l’avait adoré avec l’extraordinaire Kind of black. Coupables (s) de Samuel Sutra (Flamant Noir) est un roman policier qui peut paraître classique. Que nenni ! Il nous parle des promoteurs immobiliers qui profitent des victimes du tremblement de terre en Haïti. Comme quoi les riches gagnent leur argent sur le dos des pauvres. Exemplaire.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Les chiens de Cairngorms de Guillaume Audru (Editions du Caïman). Avec une intrigue simple, Guillaume Audru revient sur son île écossaise dans un roman choral fantastique. Je ne peux que vous conseiller de plonger dans sa noirceur et son efficacité.

J’espère que ce billet vous aura aidé dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou. En attendant, n’oubliez le principal, lisez !

Les chiens des Cairngorms de Guillaume Audru

Editeur : Editions du Caïman

Après un petit détour par la Creuse pour Les ombres innocentes, Guillaume Audru revient sur les terres d’Ecosse qui avaient servi de cadre pour son premier roman L’île des hommes déchus. Ce n’est que son troisième polar et pourtant, on a l’impression de lire un auteur confirmé et sûr de soi. Impressionnant !

Liam Holm savoure ce jour, puisque c’est son dernier jour à la prison de Duffy Drive. Il a beau avoir soixante dix ans, il a hâte de retrouver l’air pur et de laisser derrière lui la grisaille des barreaux. Liam ne va pas sortir seul, puisqu’il sera accompagné de Roy Grist. La condition de leur liberté conditionnelle est d’aller pointer tous les jours à 18 heures au commissariat de Wick. De l’autre coté de la route, un Range Rover attend ; Shane, le fils de Liam, attend.

Roy Grist se place à l’arrière et profite des paysages, pendant le trajet les menant dans les Cairngorms. Il pense à ses fils, Johnny et Eddie et à ce qu’il a entendu à leur sujet en prison. Johnny aurait dénoncé ses complices de braquage et se serait trouvé une femme, une belle femme. Les trois compères vont faire un repérage vers la ferme des jeunes Grist. Roy pense, en voyant la femme, qu’il ne vaut mieux pas qu’elle tombe entre les mains de Shane, obsédé comme il est. Apparemment, ils tiennent un chenil dans lequel ils organisent des combats de chiens.

Moira Holm est policière au commissariat de Wick. On lui apprend qu’elle doit recevoir la visite de deux prisonniers en liberté conditionnelle. Apparemment, ils sont en retard … Quand elle apprend les noms des prisonniers, son cœur manque un battement. Des souvenirs la rattrapent, pas forcément des bons. Elle emmène son adjoint, le constable Ranald Hsilop vers le port de Gills Bay, pour savoir si les hommes ont pris le ferry. Apparemment, ils ne sont pas arrivés par là.

Histoire de famille, histoires de familles. Dans les Cairngorms, tout le monde se connait, tout le monde aimerait ne pas se connaitre. Dans les Cairngorms, les paysages sont sauvages, les hommes et les femmes sont des animaux. Dans les Cairngorms, tout se règle de la plus simple des façons : la loi de la nature, la loi du plus fort. Dans les Cairngorms, on entend les aboiements des chiens, on n’entend pas les gens crier.

Guillaume Audru revient avec une intrigue plus simple et avec un style remarquablement aiguisé pour nous offrir un roman noir dans le plus pur style des Hard Boiled anglo-saxons. Il nous refait le coup de son premier roman, L’île des hommes déchus, à savoir un roman choral, faisant avancer son intrigue en passant de l’un à l’autre avec une facilité déconcertante. Il fait donc monter la tension, ne prenant soin d’aucun personnage, soucieux avant tout de gérer le suspense et la violence sous-jacente.

Imaginez, ce n’est que son troisième roman et il porte déjà toutes les marques d’un grand auteur. Car les décors sont venteux et à couper le souffle, les personnages sans aucune pitié, tous plus patibulaires les uns que les autres sans qu’il n’y en ait un à sauver, et la montée en pression exemplaire jusqu’à un final en forme de duel. C’est donc la confirmation de tout le bien que l’on peut attendre de Guillaume Audru, un auteur que l’on ne connait pas assez mais qui a tout le talent des plus grands.

Vous vous demandez alors pourquoi je ne lui ai pas mis un coup de cœur ? Je vais vous répondre en toute honnêteté : Tous les personnages se retrouvent narrateurs à tour de rôle, et le style employé est le même pour tous. S’il y avait eu quelques différences dans leur façon de s’exprimer, ce roman aurait obtenu la palme. Vous conviendrez que c’est bien peu et je vous engage à aller découvrir ce formidable auteur qu’est Guillaume Audru. Ne me demandez pas un titre en particulier, ils sont tous superbes.

Ne ratez pas l’avis de Nyctalopes

Droit dans le mur de Nick Gardel

Editeur : Éditions du Caïman

Après la lecture de Fourbi étourdi, je savais à quoi m’attendre avec le dernier roman en date de Nick Gardel, à savoir un roman humoristique. Là où Fourbi étourdi frisait avec le burlesque, nous sommes ici plus dans la dérision.

« Qu’est-ce que ça peut être chiant, de repeindre ses volets ! Tout d’abord, on passe une éternité à poncer, dans des endroits impossibles à atteindre ; ensuite, il faut peindre délicatement … et plusieurs couches en plus ! » C’est en gros, ce que pense Michel Marchandeau, ancien agent de sécurité aujourd’hui à la retraite quand il attaque son chantier.

Sa femme étant décédée quelques années auparavant, il occupe son temps à faire du bricolage et rendre visite à ses voisins. Parmi eux, Monique Godevin est une vielle dame toujours de mauvaise humeur ; David Waters lui est un Anglais qui préfère de loin le charme et la tranquillité de l’Alsace à son Angleterre natale, d’autant plus qu’il est persuadé qu’un trésor se cache dans sa propriété. Et puis, heureusement qu’il y a le Saloon, le bar du coin où on peut se rafraîchir le gosier avec son ami Martial.

La tranquillité est vite remise en question avec l’installation d’une secte du nom de la congrégation du Vif-Argent. Un gourou se dit venu d’une autre planète et encourage ses ouailles à participer à des orgies. La secte veut se développer et racheter de nombreux terrains, et c’est pour cela qu’ils négocient la propriété de la mère Godevin. Elle les envoie paître … mais quelques jours plus tard, celle-ci est retrouvée morte dans son poulailler.

Une nouvelle fois, on a affaire à une belle galerie de personnages, avec des caractères bien trempés. Cela nous donne un roman vif, avec deux narrations différentes : celle liée à la secte à la troisième personne et celle liée à Marchandeau à la première personne. Le ton y est résolument humoristique, plein de dérision. Je donnerais une mention particulière au gendarme Jules Lenoski que tout le monde prend pour un imbécile.

Si l’intrigue se déroule à peu près comme on peut l’imaginer, et donc il ne faut pas attendre beaucoup de surprises de ce coté là, on retrouve dans ce roman un grand nombre de péripéties et des dialogues très drôles. C’est un donc un polar fort divertissant et très agréable à lire que nous propose à nouveau Nick Gardel.

Ne ratez pas l’avis de Claude

Les gens comme Monsieur Faux de Philippe Setbon

Editeur : Editions du Caïman

Après la trilogie des Trois visages de la vengeance, comprenant trois formidables polars (Cécile et le monsieur d’à côté, T’es pas Dieu, petit bonhomme, Un avant-goût des anges), Philippe Setbon nous revient avec un polar qui s’inscrit dans la même lignée que ses précédents. Que du bonheur !

Wilfried est au fond du trou. Sa femme Marcie l’a quitté pour son (ex-) meilleur ami Mica, il a été obligé de laisser son appartement pour retourner vivre chez ses parents, et il vient de se faire virer de la boite qu’il a lui-même créé. Il n’est donc pas étonnant qu’on le retrouve sur un pont surplombant la Seine, voulant mettre fin à sa vie sans avenir.

Au moment de sauter, un homme l’interpelle. Il a la soixantaine, semble avenant, dit s’appeler Monsieur Faux. Il lui demande un coup de main pour transporter un paquet. Se laissant convaincre, Wilfried se dirige vers la voiture de Monsieur faux pour transporter un paquet emballé qui ressemble à un corps.

Après avoir balancé le corps dans la Seine, Monsieur Faux lui propose de boire un coup. Wilfried lui raconte alors ses malheurs et Monsieur lui propose de se débarrasser de ses problèmes, c’est-à-dire de sa femme. Un coup de rasoir et c’est fini. Wilfried n’y croit pas et rentre chez lui bien éméché.

Le lendemain matin, ce sont à la fois un mal de tête et la lieutenante Naomie qui l’attendent dans la salle à manger. Naomie lui apprend que sa femme a été assassinée, égorgée chez elle. Heureusement, Wilfried a un alibi, puisque sa mère l’a entendu rentrer à trois heures du matin alors que le meurtre à eu lieu plus tard. Pour Wilfried, le doute n’est pas permis, c’est Monsieur Faux le coupable. Et quand Naomie laisse entendre que Mica est peut-être en danger, Wilfried est entrainé dans un dramatique engrenage …

On retrouve dans ce roman tout le plaisir d’une narration à la fois simple et efficace, n’alourdissant pas le propos de psychologie inutile. Il y a une évidence dans le style de Philippe Setbon, un excellent équilibre entre narration et dialogues, et une créativité dans chaque scène pour faire avancer l’intrigue avec une fluidité remarquable. On se retrouve en terrain connu. D’ailleurs, on retrouvera Linda Fragonard pour ceux qui ont lu la trilogie Les trois visages de la vengeance.

Je me suis d’ailleurs demandé si l’auteur faisait un plan de son histoire avant de l’écrire, tant on a l’impression qu’il se laisse aller à une improvisation, laissant les mains libres à ses personnages de vivre leur vie. C’est la marque des grands auteurs de prendre la main du lecteur et de les conduire au fil de l’histoire sans que l’on se rende d’un quelconque subterfuge.

Avec une situation de départ tout en humour décalé, on pense avoir droit à une histoire nous démontrant que Monsieur Faux veut faire de Wilfried son acolyte, créer de toutes pièces un assassin. Mais c’est bien mal connaitre Philippe Setbon qui fera rebondir l’intrigue dans une autre direction. Et quand, vers le milieu de l’histoire, on rencontre des personnages issus de sa précédente trilogie, le plaisir n’en est que plus grand de les retrouver et de se passionner pour cet histoire dans un environnement connu et aimé. Une nouvelle fois, on ne peut que passer un excellent moment avec Philippe Setbon.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Je servirai la liberté en silence de Patrick Amand

Editeur : Editions du Caïman

Parfois, quand je choisis des romans à lire, j’en laisse de coté sans aucune raison. Et puis, arrive alors le conseil d’un ami, en l’occurrence Richard le concierge masqué, qui insiste pour que je le lise. A tel point que ce cher monsieur amateur devant l’éternel de polar stylé l’a ajouté sur la présélection pour le Prix du Balai d’Or 2018. Ne ratez pas ce roman qui démontre une nouvelle fois la pertinence du choix des éditions du Caïman.

Alors qu’il vient de se faire larguer par sa petite amie après une année de vie commune, Grégorio Valmy, détective privé poitevin, décide d’accepter l’invitation de son ami Jean-Paul Sitruc à passer une semaine à Périgueux. D’autant plus que la ville va être en fait pour accueillir le Festival International du Mime. Logé chaleureusement par Gaëlle Sitruc, la femme de Jean-Paul, et les deux enfants bruyants Jacques et Rodolphe, il s’apprête à se changer les idées au calme.

Le lendemain, Valmy accompagne son ami journaliste au centre culturel de la visitation, pour un cocktail inaugural. A cette occasion, Valmy rencontre une superbe jeune femme, et lui fait un numéro de charme, avant d’apprendre qu’il s’agit du capitaine Saint-Martin, qui est arrivée à Périgueux un mois plus tôt. Puis Sitruc emmène son ami chez Laval Palindrome, un ami qui lui expliquera mieux que personne l’histoire de leur ville. Puis en fin de journée, ce fut le vernissage des photographies de Marc Sbolth à la terrasse du café du théâtre.

Le lendemain, Valmy eut droit à un réveil en fanfare. Les deux terreurs viennent lui apprendre la mort violente d’Axel Blancart, le conseiller artistique du Festival. Le corps a été trouvé dans le jardin du Thouin, et présente des traces de violence, des coups de couteau et des marques de strangulation. Valmy n’a pas du tout l’intention de s’en mêler, mais il finit par apprendre que Blancart est le frère du candidat socialiste aux prochaines élections, et qu’il était le petit fils d’un célèbre résistant local de la dernière guerre.

Si ce polar commence de façon tout à fait classique, il devient très rapidement attachant par la suite. Car Valmy va mettre une bonne centaine de pages à plonger dans cette enquête, plus intéressé dans un premier temps par l’histoire du Périgord, et en particulier le passé de ses habitants. Puis en divaguant sur ces interrogations et les noyaux de la résistance, Valmy va faire la connaissance de Palindrome, de Turlan et Wlad. Et comme ce sont de joyeux drilles, ils vont se lancer dans des répliques toutes plus droles les unes que les autres, jouer avec la langue française, cherchant des palindromes ou des anagrammes avec les noms de résistants, et nous donner des moments savoureux et hilarants à lire.

Et ce roman va aller au-delà du simple amusement en nous parlant des exactions avant, pendant et après la guerre, des groupes armés licites ou non, sanguinaires ou non, armés jusqu’aux dents. L’auteur va insérer dans son intrigue des chapitres écrits comme des biographies, dotés d’une véracité faisant penser des extraits de romans d’époque. Et là, on se rend compte de la qualité de la documentation.

Alors, vrai ou pas vrai ? Je répondrai comme les Normands : Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. L’auteur se permet de nous offrir un roman mélangeant les personnages véridiques au milieu d’autres inventés, créant une histoire qui veut montrer voire dénoncer comment sous le prétexte de combat anti-communiste, certains se sont permis toutes les exactions, pendant la dernière guerre mais aussi après.

On avait l’habitude de lire et apprécier des romans de ce type, qui appuient là où ça fait mal, qui font le travail de mémoire, juste pour rappeler à certains que cela a existé. C’est une partie de l’histoire périgourdine qui nous est dévoilée, et au-delà, l’histoire de la terrible BNA (Brigade Nord Africaine) qui a participé à des répressions sanglantes. On peut dire que cela faisait partie des dommages collatéraux de la guerre, mais que dire quand cela a continué bien après ?

Si le ton de ce roman se veut léger et déconneur au début, c’est pour mieux nous faire passer la pilule ensuite. Car les vérités d’un pays sont loin d’être roses, et la France comme beaucoup d’autres a bien des secrets à cacher. La seule différence, c’est qu’on a du mal à se regarder dans un miroir, à avoir le courage d’assumer notre passé. Ce roman comme quelques autres s’avère important à lire. L’auteur en tous cas se range fièrement aux cotés de Maurice Gouiran. Ne le ratez pas !

Je vous joins quelques liens qui vont finir de vous décider :

http://quatresansquatre.com/article/chronique-livre-je-servirai-la-libert-en-silence-de-patrick-amand-1497796256

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Loisirs/Livres-cd-dvd/n/Contenus/Articles/2017/07/08/Patrick-Amand-invite-l-histoire-dans-ses-polars-3160885