Archives du mot-clé Editions Lajouanie

Protocoles fatals de Fabrice Pichon

Editeur : Lajouanie

Décidément, les auteurs que je suis, dont je lis tous les livres ont décidé de me surprendre. C’est une nouvelle fois le cas avec ce nouveau roman de Fabrice Pichon, dont j’avais adoré pludeproblèmes.com en particulier (coup de cœur Black Novel).

Mai 1995, Cannes. Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils s’aiment. Ils sortent d’un repas chez des amis. Un homme caché dans l’ombre d’un porche les surveille. L’homme n’aime pas intervenir sans préparation, mais il n’a pas le choix, cela doit se faire aujourd’hui. Les deux jeunes gens s’embrassent, font l’amour sur un banc de la Place de Castres. L’homme les vise de son pistolet, mais le jeune entame une bagarre à main nue. L’homme tire deux balles sur la femme, et décoche un uppercut au jeune qui bascule par-dessus une rambarde. La jeune femme s’appelle Lisbeth Rétif et est emmenée d’urgence à l’hôpital.

Juin 2018, Cannes. Maître Olivier Banette n’en croit pas ses yeux et doit annoncer la nouvelle à Lisbeth, sa cliente : son assassin va être libéré malgré une condamnation de 30 ans. En effet, après quelques mois de coma, Lisbeth s’est réveillée, vivante mais paralysée. Elle avait tout perdu, son amant, son enfant qui n’était qu’un embryon de deux mois. Elle avait bien refait sa vie avec Christophe, mais c’était une autre vie. C’était grâce à la détermination du commissaire Acquatella et à Banette qu’ils avaient mis la main sur Vincent Reître, ancien légionnaire et employé comme tueur à gages. Quand Lisbeth sort, Banette est enclin à aider la jeune femme et amie. Il ressort une carte de visite de la société Dassin Spa, domiciliée à Lugano  en Suisse. Son activité : Se débarrasser sans traces de personnes gênantes.

Moi qui ai lu presque tous les romans de Fabrice Pichon, depuis son premier (Vengeance sans visage) jusqu’à son précédent (Retours amers), je dois bien dire que ce roman s’annonce comme un grand coup de balai dans sa bibliographie. En tous cas, il y a une volonté de faire autre chose, de s’essayer à un nouveau genre, et de surprendre son lectorat. Car il n’y a aucun point commun entre ses romans policiers et ce Protocoles fatals. Aussi surprenant qu’il puisse être, c’est une franche réussite.

Changement de genre d’abord : Nous étions habitués à des romans policiers, pour la plupart ancrés dans la Franche Comté, avec des personnages de flics féminins d’une force dépassant les hommes, des personnages craquants. Nous nous trouvons ici face à de nombreux personnages, chacun évoluant dans un décor différent qui va de Cannes à la Suisse en passant par Dijon, et chacun venant poser sa brique de mystère dans cette intrigue.

Changement de genre ensuite : Alors que nous étions habitués à des romans policiers versant doucement dans le thriller (pour certains), nous sommes ici avec un polar costaud et une intrigue redoutablement retorse. De fait, la longueur du roman s’en ressent, passant de 400 pages à 200 pages. Et cela ressemble bien à un condensé de ce que sait faire Fabrice Pichon.

Changement de style enfin : Qui dit moins de pages, dit style moins littéraire, plus direct. Là encore, l’auteur nous surprend par sa facilité à peindre un décor avec moins de mots, à tailler dans le gras des dialogues pour ne garder que la moelle, et à insérer dans son récit une sorte non pas de rapidité mais d’urgence, de tension, poussant le suspense à son extrême, n’hésitant pas à jouer avec les nerfs du lecteur.

Complètement surprenant, Fabrice Pichon casse nos habitudes avec ce roman de suspense au scénario machiavélique. Il réussit un roman terriblement prenant et suffisamment immersif pour que l’on y croie et que l’on n’ait pas envie de s’arrêter de tourner les pages. Et je reprends d’ailleurs la conclusion de l’Oncle Paul : ce roman à suspense, fait de multiples tiroirs au contenu inattendu, m’a paru être un véritable hommage aux deux grands auteurs de ce genre, à savoir Boileau et Narcejac.

Publicités

Du passé faisons table rase de Malik Agagna

Editeur : Lajouanie

Avec un titre pareil, (hommage à Thierry Jonquet ?) je ne pouvais décemment pas le laisser longtemps traîner sur les étagères. D’autant plus que c’est le premier polar de cet auteur et vous savez mon intérêt pour les premiers romans. Ne ratez pas celui-ci dont je souhaite qu’il soit le premier d’une série.

Jérôme Bertin rentre chez, comme tous les jours, après sa journée à l’usine. Il gare sa voiture devant son garage et la contourne pour rentrer chez lui. Dans l’entrée, il entend la téléphone : c’est son voisin Albert Daroussin qui lui demande un coup de main pour l’aider à descendre sa femme Angélique de l’étage pour l’amener à l’hôpital. En effet, Angélique fait de nombreux allers-retours entre sa maison et l’hôpital depuis sa grave maladie. Il annonce qu’il sort à sa femme Hélène et se dirige vers la maison de son voisin quand on lui tire sauvagement une balle dans la poitrine.

Le commissaire Magnard finit sa réunion de synthèse. Il demande des nouvelles du braquage du Hilton de Strasbourg. Marie Sevran, commandante à la police criminelle, fait semblant d’écouter, ne pensant qu’à la cigarette qu’elle rêve de fumer. Il faut dire qu’elle n’a pas réussi à récolter le moindre indice, malgré l’aide de ses collègues Arsène Chevallier et Rachid Hamidi.

Un peu plus tard, Marie est envoyée sur la scène du meurtre. C’est très étonnant d’avoir à faire à un assassinat dans le quartier résidentiel de la Meinau. Jérôme Bertin est mort de sa blessure. Sa femme ne s’est pas inquiété jusqu’à ce qu’elle sorte et le trouve abattu dans le jardin. En interrogeant les voisins, il s’avère qu’ils n’ont pas appelé Jérôme. Apparemment, on lui a tendu un guet-apens. Mais pourquoi abattre un honnête homme qui rentre du boulot ? L’enquête va s’avérer d’autant plus complexe que Marie va devoir se coltiner une jeune stagiaire, Jennifer Kozorsky.

Il faudra fouiller bien loin dans le passé pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire. Tout va se dérouler de façon totalement logique. En cela, le roman est impitoyablement construit, avec des personnages forts, bien marqués. Cela est d’autant plus nécessaire qu’ils vont enquêter chacun de leur coté et qu’il ne faut pas perdre le lecteur en route. C’est ici un modèle du genre.

Avec peu d’indices, c’est une recherche d’assassinats de personnages par une balle de 9mm et n’ayant rien à se reprocher qui va leur donner une première piste à suivre, ainsi qu’une conversation téléphonique de Bertin avec le frère d’Hélène qui habite en Lituanie. A partir de là, l’auteur peut dérouler la pelote de laine et quand c’est bien fait, le lecteur y prend un énorme plaisir. C’est le cas ici. D’ailleurs, c’est bien cette maîtrise de l’intrigue qui impressionne pour un premier roman et le sujet dont on a finalement peu parlé à savoir ce qui s’est passé avant et après la chute du communisme.

Le style de narration est simple, préférant mettre l’accent sur les personnages et le sujet. Sur les personnages, Marie est évidemment au centre de la scène, jeune femme abandonnée par son mari depuis quelques mois alors qu’ils vivaient ensemble depuis 18 ans. Pour autant, ce n’est pas le genre à se noyer dans le travail, mais elle est remarquablement tenace. Arsène et Rachid ne font pas les faire-valoir, mais on en sait suffisamment pour les suivre et pas assez pour imaginer une suite. Et je ne souhaite qu’une chose, retrouver ces enquêteurs dans une prochaine affaire pour approfondir leur psychologie.

Ne ratez pas l’avis de mon ami Jean le Belge

Deux polars chez deux petits éditeurs

Je vous propose deux polars édités par de petits éditeurs qui sont des lectures divertissantes, avec tous les codes nécessaires pour attirer l’œil du lecteur à la recherche de polars classiques. Pour ce faire, je vous recopie les quatrièmes de couverture avec mon avis en suivant.

Punk Friction de Jess Kaan

Editeur : Lajouanie

Quatrième de couverture :

Auchel, nord de la France. Le corps d’un jeune marginal brûle au petit matin dans le cimetière municipal. Acte gratuit, vengeance, meurtre ? La police ne sait quelle hypothèse privilégier, d’autant qu’on découvre très vite un nouveau cadavre, celui d’une étudiante, sauvagement assassinée.

La population aimerait croire que le coupable se cache parmi la bande de punks squattant dans les environs…

Le capitaine Demeyer, quadragénaire revenu de tout, et le lieutenant Lisziak, frais émoulu de l’école de police, du SRPJ de Lille sont chargés de cette enquête qui s’annonce particulièrement sordide. Une jeune lieutenant, en poste dans la cité, ne veut pas lâcher l’affaire et s’impose à ce duo pour le moins hétéroclite.

Mon avis :

D’un corps calciné retrouvé dans un cimetière, Jess Kaan nous convie à un polar somme toute assez classique où les personnages vont s’engluer dans une intrigue au dénouement bien retors. D’un coté on a le conflit générationnel Ancien / Jeune avec le couple de la PJ de Lille, de l’autre on a le conflit entre la PJ et la police municipale.

Le fait de situer l’intrigue dans un petit village du Nord de la France permet de montrer les relations entre la police et la politique. Cela permet aussi de mettre en valeur les gens de cette ville et leur vie de tous les jours, ravagée par le chômage. Dès lors, ils se retournent contre ceux qui ne vivent pas comme eux, en l’occurrence des punks.

Jess Kaan arrive à montrer des services de police en prise avec une affaire étrange, sans aucune piste, et comment ils arrivent à s’en sortir. Si l’intrigue est fort bien menée, et est l’atout majeur de ce livre, le contexte pesant en est aussi un point à souligner. En suivant scrupuleusement les codes du polar, ce roman s’avère assez classique et permet de passer un bon moment de lecture.

La cité de l’ange noir de Harlan Wolff

Editeur : Gope Editions

Traducteur : Marie Armelle Terrien-Biotteau

Quatrième de couverture :

À Bangkok, un tueur en série enlève des jeunes filles et se livre à un abominable rituel sadique. Les autorités n’ont aucun indice.

Carl Engel est une énigme, même pour ses proches. Pendant trente ans, ce Londonien au caractère entier a réussi à se forger une carrière de détective privé malgré les soubresauts de la vie politique thaïlandaise. Luttant contre le vieillissement, l’alcoolisme et une charge de travail décroissante, il est contacté par un Américain âgé qui, moyennant un cachet exceptionnellement élevé, le charge de retrouver son frère disparu.

L’enquête nous fait descendre dans le monde sordide du tueur en série et dans les bas-fonds de Bangkok, avec un petit détour par les tables de jeux de Macao, sur fond de luttes de pouvoir remontant à la guerre du Vietnam.

Assisté d’amis fidèles (ex-CIA, journaliste, chauffeur de taxi, colonel et quelques figures du monde interlope des bars de nuit), Carl aura pour seule priorité de rester en vie et de débusquer le tueur.

Mon avis :

Prenez un détective privé qui exerce à Bangkok depuis une trentaine d’années. Même si ce métier n’est pas bien vu en Thaïlande, il arrive à s’en sortir. Il connait tout le monde, parle la langue, et décroche de petites affaires, comme celle de retrouver le frère de Frank Inman, qui pourrait être accusé à tort des meurtres de jeunes filles qui défraient la chronique. Avec son esprit efficace et le désespoir collé à la peau, il va faire jouer ses contacts.

Si le personnage et l’intrigue peuvent paraitre classiques, la première partie est surtout l’occasion pour le lecteur de rencontrer des personnages variés ainsi que beaucoup de quartiers de Bangkok. En cela, l’auteur nous offre une visite pour pas cher, et montre son attrait pour cette ville et son mode de vie. Puis, dans la deuxième moitié, le jeu du chat et de la souris s’inverse puisque Carl va être poursuivi et le stress va s’installer.

Pour un premier roman, c’est plutôt convaincant, même si l’auteur n’a pas voulu en rajouter et a écrit son roman avec beaucoup de retenue. Et rien que pour la visite des quartiers de Bangkok, des palais aux rizières, des palaces aux ruelles sombres, ce roman vaut le détour.

Dieu pardonne, lui pas ! de Stanislas Petrosky

Editeur : Lajouanie

Je m’appelle Requiem et je t’…Ce n’est pas moi qui le dit, mais le titre du premier roman mettant en scène ce prêtre exorciste si particulier. Deuxième épisode donc, que j’attendais avec impatience. S’il se situe dans la continuité du premier, cette deuxième aventure répond à toutes les attentes. Un conseil : Accrochez vous !

Un petit rappel pour ceux qui débarquent et qui n’auraient pas lu le premier épisode. Requiem s’appelle en réalité Esteban Lehydeux. Il est prêtre exorciste et débarrasse la société de rebuts et de démons, ou du moins de gens néfastes considérés comme tel. S’il utilise des méthodes que la morale réprouve, il a un grand respect pour le Patron (entendez Dieu) et son fils.

C’est en lisant le journal que l’œil d’Esteban Lehydeux frétille ce matin là. Il faut dire qu’il n’a pas d’exorcisme à réaliser tous les matins. Un employé de la société Ody-Art a été assassiné et un certain Jules Durand est sur le banc des suspects, voire des accusés. L’homonymie avec une affaire qui a secoué le port du Havre en 1910 décide le redresseur de torts divin à prendre la route pour en savoir plus.

Esteban a des facilités à prendre contact avec les gens, surtout s’ils sont de sexe féminin et ouverts à la discussion, voire à autre chose. Après une tasse de thé, agrémentée d’une séance de sport horizontal, la journaliste lui fait l’historique des morts et disparitions étranges pour une si petite société. Esteban ne va pas trouver mieux que de se faire embaucher chez Ody-art pour savoir de quoi il retourne.

Ils ne sont pas nombreux, les auteurs contemporains capables de me faire rire plus d’une fois par page. De tête, je citerai Nadine Monfils, Samuel Sutra ou Ben Orton. Stanislas Petrosky réussit ce tour de force, avec ce personnage de redresseur de torts (comme dans les meilleures séries B d’antan) mais en actualisant le sujet avec les maux de notre société. Pour ceux qui ont lu le premier tome, jetez vous sur celui là qui est aussi bien (j’ai vraiment du mal à choisir lequel est le meilleur) que le précédent.

Pour les autres, ceux qui ont la tête ailleurs, ou qui auraient oublié, sachez que Requiem, c’est politiquement incorrect, mais ce n’est jamais méchant. Le style est direct et prend à parti le lecteur, et il y a toujours un mot, une phrase ou une situation pour dessiner un sourire sur les lèvres ou même vous faire éclater de rire. Attention, ce livre est dangereux : il pourrait vous faire croire que ce qui y est écrit est vrai ! Eh bien, non ! C’est du divertissement, mais du divertissement haut de gamme, de ceux qui dérangent, qui piquent là où ça fait mal !

Dans cet épisode, Requiem va avoir affaire avec une bande de nazillons faisant commerce d’objets nauséabonds rappelant une certaine époque noire où l’on chérissait les chemises brunes. Et pour faire le ménage, il faut un Requiem en pleine forme et prêt à utiliser toutes les armes qu’il a à sa disposition (même celle dont il dispose sous la ceinture). L’intrigue ne laisse guère de temps pour respirer et surtout, tous les personnages sont suffisamment bien dessinés pour qu’on les suive sans problème et qu’on ait envie de tourner la dernière page. J’y ai pris un tel plaisir que j’attends déjà le prochain avec impatience. D’ailleurs, les éditions Lajouanie pourraient lancer un concours sur le meilleur titre, parce qu’à mon avis, il y a de quoi faire ! Conseil d’ami ! En attendant, courez acheter Dieu pardonne, lui pas ! car c’est du rire garanti !

Ne ratez pas les avis des amis Claude et Jean le Belge

Retours amers de Fabrice Pichon

Editeur : Editions Lajouanie

Cela fait bien longtemps que je suis les publications de Fabrice Pichon, depuis ses tous premiers polars sortis aux éditions du Citron Bleu. C’est pour cela que j’attendais avec impatience le roman qui verrait le retour de la commissaire Marianne Bracq.

Besançon. Le tueur suit sa victime de puis longtemps, notant ses habitudes du matin au soir, ses connaissances, ses horaires, ses occupations du week-end. Cette fois-ci est la bonne, il va pouvoir passer à l’action. Il suit la future victime, qui part faire un footing tôt ce matin là. En haut de la côte, sur les bords du Doubs, il l’accoste puis le poignarde. Puis, il le balance par-dessus le parapet pour finir sa funeste œuvre. Quand la police débarque quelques heures plus tard, elle découvre le massacre : l’homme a été tué, ses parties génitales ont été découpées et ses mains sectionnées. Vraisemblablement, celui ou celle qui a fait cela n’est pas une personne de la profession, mais la méthodologie laisse à penser à une vengeance.

Concarneau. La commissaire Marianne Bracq s’est mise en disponibilité suite à une précédente affaire, mettant en jeu des enfants enlevés. En fait, elle cherche son frère qu’elle n’a jamais connu. Elle a rendez-vous avec le capitaine Atzori, originaire du sud de la France, et qui a enquêté sur une secte qui a enlevé des enfants.

Rencontrée dans Le complexe du prisme, quel bonheur ce fut de revoir enfin la commissaire Marianne Bracq dans une enquête à part entière ! Enfin, pas totalement, puisque l’on va avoir droit à deux enquêtes se déroulant en parallèle à deux endroits différents. Marianne Bracq n’a pas changé : elle est toujours aussi déçue par sa vie privée, et toujours aussi impliquée dans ses enquêtes. Il faut dire qu’elle est à la recherche de ses origines et de son frère en particulier. Du coté de Besançon, les équipes ont bien changé autour de Laurençon. On y dénombre les habituels mais aussi quelques petits nouveaux telle la lieutenante Delzongle (petit trait d’humour, que l’on trouvera aussi du coté de Concarneau avec le gendarme Fauth).

Le déroulement de l’enquête s’il est un peu long, bénéficie de l’alternance entre les deux lieux où se passent les événements. Et c’est à partir d’un rebondissement touchant particulièrement Marianne Bracq que je me suis réellement plongé dans le roman (et ne comptez pas sur moi pour vous dire de quoi il retourne !). A partir de ce moment là, il me fut impossible de lacher le roman jusqu’à la fin, tellement émouvante et dramatique.

Si je devais donner un titre à ce billet, je l’appellerais Le retour de la revanche. On retrouve cette minutie dans le déroulement de l’intrigue, des personnages TOUS vivants, bien dessinés, vivants (et je dis bien tous !), et un art du dialogue qui en dit juste assez. C’est du roman policier costaud, qui me donne l’impression de lire un roman qu’un auteur qui a un grand savoir faire, ce qui est la cas. D’ailleurs, il a même repris au chapitre 22 un parallèle entre les deux histoires que j’avais tant aimé dans Le complexe du prisme.

Je vais juste rajouter un petit mot : La vengeance est un thème connu, la façon de le traiter ne sera jamais unique. Fabrice Pichon a déjà traité ce thème par le passé, et il le fait ici différemment. Cela me donne à penser que c’est un thème classique mais efficace pour accrocher le lecteur. Il n’empêche qu’ici, le (ou la ou les) coupable s’avère (nt) bigrement touchants et cette histoire extrêmement émouvante, de celles qui touchent directement au cœur.

Les précédentes enquêtes du commissariat de Besançon sont :

Vengeance sans visage

Le complexe du prisme

Le mémorial des anges

A quand la réédition  en format poche ?

Ne ratez pas l’avis de Jean le Belge

Je m’appelle Requiem et je t’… de Stanislas Petrosky

Editeur : Editions Lajouanie

J’avais rencontré (littérairement parlant) Stanislas Pétrosky avec Ravensbrück, mon amour, un roman sur les camps de concentration très dur. Avec ce roman, changement d’histoire, de style, avec autant de réussite. Cela doit s’appeler le talent !

Réquiem, c’est évidemment un surnom ! Il s’appelle Estéban Lehydeux, et va nous conter une de ses aventures. Pourtant, en tant que curé exorciste, on aurait pu imaginer que sa vie était plutôt tranquille. Sauf qu’en terme d’exorcisme, Requiem a une façon toute personnelle de chasser le démon ou le diable, ou tout ce que vous voulez. Disons qu’il règle définitivement le cas pour des personnages qui sont au-delà de la malhonnêteté, et disons le carrément, qui sont de pures ordures, des enfoirés, la pire engeance de l’humanité.

Alors qu’il assure les confessions qui font partie de sa mission divine, une jeune femme vient le voir parce qu’elle a reçu un message inquiétant. Martine Rutebeuf est une jeune femme fort belle, qui occupe son temps libre à réaliser des vidéos pornographiques pour les poster sur Internet. Tout le monde dans le quartier est au courant et s’est accommodé de ce passe-temps. Martine, donc, reçoit un mail lui proposant une forte somme d’argent pour participer à un tournage de film pédophile, photos des gamins à l’appui.

Le sang de Requiem ne fait qu’un tour. Il va décider de piéger ces suppôts de Satan, et mener l’enquête avec l’aide de Martine. Il lui demande ses mots de passe, et lui dit de répondre positivement à la demande. La réponse ne se fait pas attendre : Martine recevra un acompte dès le lendemain. Pendant ce temps là, Requiem plonge dans les abimes du Darknet, où on y rencontre toutes sortes de fêlés de tous genres. Hélas, quelques jours plus tard, Martine est découverte atrocement mutilée chez elle. Alors qu’il avait été son amant, Requiem trouve une nouvelle motivation pour exercer un exorcisme en profondeur.

Il suffit de lire la préface de ce livre, écrite par Madame Nadine Monfils pour savoir à quoi s’attendre et surtout la qualité du roman. Car La Grande Nadine ne fait pas de compliments si facilement que cela. Et je plussoie tout ce qu’elle dit : Ce roman est politiquement incorrect. Et alors ? Ce roman te prend à parti. Et alors ? Ce roman est foutrement drôle. Oh que oui ! Ce roman, c’est un antidote à la morosité, que certains liront sous le manteau. Eh bien non, soyez fier qu’il y ait des auteurs comme ça qui osent et qui réussissent, et soyez fier de ce que vous lisez !

Car ce roman fonctionne du début à la fin, sans aucun temps mort. Alors, certes, Requiem interpelle le lecteur, lui montre ce qu’il fait, parle vrai, cru, comme les gens de tous les jours, sans détours. Il n’hésite même pas à parler de nos travers (enfin ceux de certains) et à s’en moquer, car rien de tel que l’autodérision. Ceci dit, le sujet est bien grave, lui, et parle des frappés, des malades du sexe, des pédophiles qui profitent du Darknet pour donner cours à leurs envies les plus dégueulasses.

Heureusement, il y a Requiem, qui à son niveau (local, dirai-je) va faire le ménage dans son quartier. C’est un personnage peu commun, qui officie comme un vrai curé, mais qui s’octroie quelques légèretés et autres adaptations par rapport à sa fonction. Ce qui m’a amusé, c’est cette façon qu’il a de rappeler qu’il doit obéir aux désirs de son Patron, son Fils passant au deuxième plan, car pour Requiem, si on le tape sur la joue gauche, il ne tend pas la joue droite !

Alors, je vais être clair : Vous allez courir chez votre libraire et lire ce putain de bouquin, parce que, si par moment, il va vous secouer, il va surtout vous amuser, vous faire rire et vous faire passer un excellent moment. Vous y trouverez des références à Nadine Monfils, à Michel Audiard, à San Antonio et ce sont des compliments. Moi, ça m’a fait penser à Ben Orton aussi, avec cette façon de plonger le lecteur dans l’action et de l’interpeler aussi directement. Bref, que du bon !

Ne sautez pas ! de Frédéric Ernotte

Editeur : Editions Lajouanie

Son premier roman C’est dans la boite était d’une originalité indéniable, son intrigue était d’une maitrise impressionnante et son style … trompeur puisque lié à l’intrigue. Ces qualités lui ont permis de remporter le Balai de la Découverte. Voici donc le deuxième roman de Frédéric Ernotte … et il est très différent du premier, mais aussi surprenant. Comme l’indique la couverture du livre, ce n’est pas un roman policier, quoique …

Mathias Von Rosten est laveur de vitres. Son père lui avait dit, quand il était jeune, que tout un chacun avait un talent. Celui de Mathias est de ne pas souffrir de vertige mais aussi une certaine insouciance. C’est un personnage ordinaire qui vit avec Elisa, qui est entouré d’amis et qui est d’une nature plutôt positive, évitant de polluer sa bonne humeur par les journaux télévisés et autres événements extérieurs à sa petite vie.

A la suite d’un excès de vitesse pour lequel il est passé devant le tribunal, il fut condamné à des heures de Travaux d’Intérêt Général et proposa de passer ces heures à aider des organismes humanitaires. Il doit donc faire du porte à porte pour vendre des petits personnages, sortes de poupées miniatures qui ne servent à rien, si ce n’est de ramener de l’argent à de bonnes œuvres. Et Mathias ne manque pas d’idées, ni d’arguments pour vendre ses gadgets.

Ce jour-là, il est assis en haut d’un immeuble de Bruxelles, les jambes pendant dans le vide. Un homme habillé en costume le supplie de ne pas sauter dans le vide. C’est probablement le responsable de la sécurité de l’immeuble qui a peur de perdre son boulot ! Alors, Mathias, qui n’a aucune envie de sauter, joue le jeu et lui demande un chèque de 5000 euros à adresser à l’ordre d’une association caritative. Cet événement va changer la vie de Mathias et lui donner une idée … mais rien n’est aussi simple qu’il l’imagine.

D’un roman policier à énigme, Frédéric Ernotte nous écrit un roman plutôt introspectif, raconté à la première personne, avec un personnage jeune et irresponsable. Quoique … En fait, le premier tiers du livre consiste à entrer dans la philosophie de ce personnage, qui a une vie centrée sur lui-même et qui se découvre des possibilités d’améliorer celle des autres. C’est une belle philosophie qui remet un certain nombre d’idées en place, car on peut vivre sa vie et penser aux autres.

En cela, le personnage est plus complexe qu’il n’y parait, puisque Mathias nous montre ses propres contradictions. Pour autant, il n’est pas désagréable, toujours de bonne humeur, et nous assène quelques vérités bien senties sur des travers de notre société mais sans aucune revendication, puisque c’est son avis à lui. Aussi, ce n’est pas un roman qui dégouline de bons sentiments, une sorte de roman à l’eau de rose moderne, mais juste une bonne histoire qui n’a d’autre but que de se laisser suivre avec un contexte qui doit nous mettre en face de nos responsabilités en tant que citoyen.

Est-ce forcément mal de ne pas faire le bien ? C’est bien le sujet de ce livre, dont le deuxième tiers va montrer comment Mathias va développer son idée, qui oscille d’un coté à l’autre de la ligne jaune de la légalité, avant d’arriver au troisième tiers plus stressant, plus dramatique, par un brusque retour à la dure réalité. C’est donc un roman intéressant à lire, passionnant à lire, important à lire, qui, grâce à son style humoristique, cynique et sautillant, vous fera passer un excellent moment de lecture et qui vous fera réfléchir aussi.