Archives du mot-clé Elsa Marpeau

Double Noir Saison 1

Claude Mesplède, le pape du polar s’est lancé dans une nouvelle aventure. L’association Nèfle Noire propose des nouvelles noires sous un format original (Format A6, c’est-à-dire tout petit, ça tient dans une poche de pantalon) à un prix tout aussi original (2€ !). Le contenu est aussi original, puisqu’il regroupe dans un volume 2 nouvelles, l’une écrite par une auteur classique, l’autre par un auteur contemporain. Ce qui veut dire que pour 2 euros, vous avez droit à une heure de lecture (car la fonte de l’écriture est riquiqui, et c’est le seul reproche que je ferai, mais essayez de proposer 2 nouvelles en 20 pages !)

Chaque année, nous avons donc droit à une série de nouvelles. La saison 1 se compose de 4 volumes (ou épisodes si on se réfère aux séries télévisées). Ah oui, j’ai oublié de vous dire : les frais d’envoi à partir de 4 livres sont de 4 euros ! C’est donné ! Franchement, parfois, je me demande pourquoi vous hésitez encore ! Du coup, j’ai acheté les 2 premières séries, la troisième devant voir le jour en octobre de cette année.

Ah oui, j’ai une question d’une petite dame au fond de la salle. Comment ? Où peut-on se procurer ces petits volumes au contenu aussi étonnant que formidable ? C’est simple : vous allez sur le site www.doublenoir.fr/, vous téléchargez le bon de commande, un petit chèque et hop ! L’affaire est conclue. Ah ! une autre question de la petite dame du fond : De quoi parlent la première saison ? Eh bien, voici un petit aperçu des 8 nouvelles de la saison 1 :

Saison 1 / Episode 1 :

Erckmann-Chatrian: La voleuse d’enfants

En 1787, à Mayence, une femme erre dans la ville en appelant sa fille, disparue. Tout le monde la prend pour une folle. Il faudra la disparition du fils d’un colonel pour que le prévôt veuille bien lancer une enquête. En une dizaine de pages, l’ambiance brumeuse et sombre est formidablement posée. Et le mystère va nous mener à un dénouement noir et macabre digne des thrillers actuels. Une nouvelle énorme !

Marc Villard : Chorus

Sam est un génie méconnu de la trompette. Il joue dans des petits bars et son ancienne petite amie Diana lui demande un service. Mais il n’aurait jamais dû écouter son cœur sur ce coup là. Marc Villard nous écrit un pur polar réjouissant. Tout y est : l’ambiance, les méchants, les gentils, la femme fatale … et l’amour du jazz. Là ou des auteurs mettent 300 pages à vous intéresser, Marc Villard le fait en 11 !

Saison 1 / Episode 2 :

Abraham Lincoln: L’affaire Trailor

William, Henry et Archibald Trailor ne sont pas connus pour être des frères bandits ou assassins. Fisher, voisin de William, partit avec lui rejoindre ses autres frères. Arrivés à Sptingfield, ils prirent une chambre dans une pension. Le soir, ils partirent faire un tour dans les bois et Fisher ne revint jamais. Avec cette histoire mystérieuse, le Président des Etats-Unis Abraham Lincoln demande et se demande ce que doit être une société juste et la place de la justice dans celle-ci.

Franck Thilliez : Gabrielle

Gabrielle et Pierre sont deux amoureux de la nature. Tous les ans, ils observent et filment les grizzlis à la chasse automnale, qui se préparent pour un hiver rigoureux. Ils habitent au milieu des bois, derrière un grillage électrifié. Mais cette année-là , les saumons ne sont pas au rendez vous, et les grizzlis ont faim, désespérément faim. Le stress monte, monte, jusqu’à un dénouement totalement inattendu. J’ai trouvé cette nouvelle excellentissime, et non dénué de tendresse.

Saison 1 / Episode 3 :

Emile Zola: Les disparitions mystérieuses

Emile Zola est un de mes auteurs favoris que j’ai découvert lorsque j’étais au collège. Avant les Rougon-Macquart, en 1867, il publiait une chronique dans le Figaro, qui se voulait une critique acerbe et humoristique, tournant en dérision les novellistes qui inventent des histoires sur la base de disparitions de gens. Commencé comme un reportage pour rassurer ses lecteurs, il transforme cette chronique en un charmant petit morceau de comédie.

Laurence Biberfeld : Treize, impair et manque

Martin Saroyo avait tout pour lui : riche, PDG, et venant de gagner de fortes sommes au casino. Alors comment expliquer qu’on le retrouve mort, suicidé, ayant croqué une pilule de cyanure. De cet événement dramatique, Laurence Biberfeld nous concocte une nouvelle bien noire au dénouement aussi inattendue qu’inhumain.

Saison 1 / Episode 4 :

Scott Fitzgerald : Pendant le bal

Il est étonnant de lire une nouvelle de Francis Scott Fitzgerald qui lorgne du coté du roman policier. On a du mal à l’imaginer, pour qui a lu Gatsby le Magnifique. On y retrouve tous les ingrédients d’un roman policier, un personnage féminin, une scène de meurtre, et on se laisse bercer par ce style inimitable et nonchalant de ce grand auteur, à la fois dandy et subtil dans sa façon de fondre les personnages dans des décors éthérés.

Elsa Marpeau : Jeu de main

Elle aime l’informatique et s’est créé son propre monde imaginaire. Avant de préparer le repas de la famille, elle s’évade dans ce monde parfait. Parfait ? Pas sur ! En quatre pages, seulement, Elsa Marpeau arrive à nous plonger dans un monde plus vrai que vrai. L’effet en est saisissant et la chute d’autant plus violente pour le lecteur. Un sacré coup de force pour cette auteure décidément trop méconnue.

Les corps brisés d’Elsa Marpeau

Editeur : Gallimard Série Noire

J’avais beaucoup aimé L’expatriée, son roman sorti en 2015. Et c’est mon ami Richard le Concierge Masqué qui a attiré mon attention sur ce roman en le sélectionnant pour le Grand Prix des Balais d’Or 2018. Effectivement, ce roman regorge de qualités.

Sarah est une championne de rallyes automobiles et est en avance dans la course au championnat du monde. Son principal adversaire Ralph Dichters la talonne de quelques points et si elle gagne cette course au Rallye de Monte Carlo, elle sera assurée du titre. Une seconde d’attention suffit à envoyer la voiture dans le ravin. Son copilote n’y survivra pas. Sarah connaîtra quelques semaines de coma, avant de se réveiller hémiplégique.

C’est son frère Nathan qui l’accompagne à la clinique, L’Herbe Bleue, perdue dans les bois vosgiens, dans laquelle elle va passer beaucoup de temps pour s’adapter à sa nouvelle condition d’handicapée. Elle va faire connaissance avec toute l’équipe médicale du Docteur Virgile Debonneuil, surnommé Docteur Lune à la psychologue, en passant par les infirmières ou le masseur. Heureusement, elle va avoir une voisine de chambre qui va l’aider à surmonter cette épreuve.

Mais petit à petit, des événements vont semer le doute dans son esprit. La malade qui l’a précédé dans son lit a mystérieusement disparue, certaines pièces sont fermées au public et les réactions de l’équipe médicale lui semblent bizarres. Quand sa voisine disparaît, sa paranoïa atteint des niveaux stressants difficiles à gérer.

Bâti en trois parties, ce roman relativement court d’environ 220 pages, est un roman à la construction implacable et plutôt classique. Dans la première partie (Le Paradis), d’une centaine de pages, on nous présente la clinique, en insistant bien sur la psychologie de Sarah. Dans la deuxième (Le Purgatoire), les événements étranges se succèdent avant d’aboutir en apothéose à des scènes d’horreur inimaginables. Je n’insisterai pas sur le fait que ce roman est basé sur des faits réels tant cela parait difficile à concevoir.

Du début (ou du moins à partir du deuxième chapitre) jusqu’à la fin, tout est fait pour faire ressentir un profond malaise autour de la situation de Sarah. D’ailleurs, Sarah est le personnage principal de cette histoire et ce sont ses réactions, ses pensées qui vont faire avancer l’intrigue. Tout le talent de l’auteure réside justement dans le fait qu’elle nous décrit une personne battante, une championne qui ne s’avoue jamais vaincue. D’ailleurs, sa décision est très claire : soit elle parvient à remarcher, soit elle se suicide. Il est inimaginable pour elle de passer sa vie dans un fauteuil roulant.

Ce roman est bouleversant en même temps qu’il est profondément dérangeant. Cela est du aussi au fait qu’il est remarquablement réussi. On se bat aux cotés de Sarah, on assiste à ses moments de déprime, on est heureux de ses réussites. Et on participe à sa paranoïa naissante en même temps que le stress monte. Et là où le roman s’avère particulièrement vicieux et fort, c’est que chaque petite victoire de Sarah qui lui procure une once d’espoir est immédiatement suivie par une défaite, une grande claque dans la figure. Cela donne une lecture éprouvante psychologiquement en même temps qu’un roman incroyablement noir.

Ce roman est incontestablement une incontestable réussite et une expérience qui vous fait passer par beaucoup de sentiments. J’ai déjà dit par le passé que les auteures féminins sont capables d’écrire des romans terriblement forts et noirs parce qu’elles ont justement le talent de toucher des sentiments profondément humains. C’est une nouvelle fois le cas ici, et je vous conseille avant d’attaquer ce roman, d’avoir un moral d’acier.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

L’expatriée de Elsa Marpeau (Gallimard-Série Noire)

Si j’ai lu ce roman sur les conseils insistants de mon ami Richard, mon avis va finalement être très proche de celui de Jean Marc. Car quoi de plus casse-gueule que de situer un polar au milieu d’expatriés français ? Elsa Marpeau nous donne donc à lire une intrigue simple, une sorte de huis clos, au milieu de femmes qui s’ennuient toute la journée, sans parfois voir leur mari pendant plusieurs jours.

Nous sommes à Singapour. Elsa est mariée à Alexandre, qui travaille (beaucoup) dans le domaine de l’informatique. Sa seule occupation est donc de passer ses journées avec ses semblables, des femmes d’expatriés, qui toute la journée flânent au bord de la piscine ou bien font du shopping dans des boutiques de luxe. Même l’entretien de l’immense appartement est confié à une maid (entendez femme de ménage ou bonne à tout faire), Fely, d’origine philippine.

Quand un homme beau comme Apollon débarque dans la résidence sécurisée, Elsa va fondre pour celui qu’elle appelle l’Arabe blond. Elle va avoir une aventure avec Nessim, qui se dit avoir travaillé dans les docks. Nessim joue au poker avec les hommes, gagne et fait du charme. Quand le corps de Nessim est retrouvé poignardé de deux coups de couteau, Elsa se retrouve aux premières loges. Mais dans ces relations étranges, qui peut bien avoir tué le bel Arabe blond ?

Je dois dire que le début du roman est surprenant, car comment décrire l’ennui de ces jeunes gens riches, ultra riches si on les compare aux autochtones, n’ayant rien à faire de leurs journées, à part bronzer et discuter ? Le début du roman n’est donc pas bien passionnant mais pour autant, il est nécessaire pour placer le décor et surtout les psychologies des personnages.

A partir du meurtre de Nessim, l’intérêt change. Car ce qui pouvait paraitre simple au premier abord s’avère vite plus compliqué. Elsa Marpeau sème de petits événements qui remettent sans arrêt nos certitudes en question, et son style, si subtil, si vicieux, nous enserre le cou dans ses serres, tant et si bien que l’on lit la dernière moitié du roman d’une traite.

Car c’est bien un roman vénéneux auquel on a affaire, empreint de mystères, avec parfois en fin de paragraphes, ces petites remarques que l’on peut interpréter de plusieurs façons, et qui donnent tout son charme au roman. On n’est tout à fait dans le registre d’une Megan Abbott qui excelle dans ces intrigues simples basées sur des personnes comme vous et moi et dont les petits gestes habituels semblent revêtir différentes interprétations.

Le lecteur que je suis a adoré se faire manipuler comme une boule de flipper, et alors que j’essayais de deviner ce qui s’était passé, tout était remis en cause dans la minute suivante. Ce n’est pas le genre de livre où on saute des phrases, que l’on lit en diagonale, car il faut bien déchiffrer les mots, les phrases pour suivre et trouver le chemin suivant. Dans ce roman subtil et mystérieux, le mystère est épais comme le brouillard, l’atmosphère est lourde et poisseuse, et en tournant la dernière page, on ne peut qu’être épaté par l’art de l’auteure de nous avoir tenu en haleine alors qu’il ne se passe rien, juste par la force des psychologies des personnages. Chapeau !