Archives du mot-clé Franco

Jour de colère de Diego Arrabal (Arcane 17)

Alors que cela fait 40 ans que Franco est mort, de nombreux polars reviennent sur l’histoire de l’Espagne, et ses moments les plus noirs. Ce roman revient sur les enfants volés du franquisme, et j’ai eu l’occasion de lire deux romans à ce sujet, et si le fond et le contexte étaient les mêmes, la forme en était bien différente. Il y a eu L’hiver des enfants volés de Maurice Gouiran (Jigal) qui était un polar dur. Il y eut Mala Vida de Marc Fernandez (Préludes) qui était un polar rythmé. Voici Jour de colère de Diego Arrabal (Arcane 17) qui est un pur roman policier.

Nancy, novembre 2003. L’assemblée générale de la congrégation religieuse Les Filles de la Charité de Saint Lazare a lieu l’hôtel Park Inn. Au petit déjeuner, le père Eduardo Carril s’inquiète de l’absence de sor Lucía de Fatima et sor María del Carmen. Il demande à sor Juana d’aller voir dans leur chambre si elles ne sont pas souffrantes. Dix minutes plus tard, la nouvelle tombe : les deux sœurs sont mortes dans leur lit.

Le commissaire Ney débarque peu après. Connu et apprécié de ses collègues, c’est un policier foncièrement honnête et doté d’un sens de la logique remarquable. Quand il entre dans la chambre des deux sœurs, il les découvre allongées dans leur lit et une poupée dont on a détruit le visage dort à coté de chacune d’elles. Le fait qu’elles aient été étranglées confirme la thèse du meurtre.

Le commissaire Ney, à cause de la nationalité des deux sœurs, va fouiller la psychologie des deux sœurs, qui s’avéraient extrêmement sévères envers tout manquement. Il pense tout de suite à des relations avec leur passé en Espagne. Il s’avère d’ailleurs que les deux sœurs ont été infirmières par le passé. A-t-on affaire à une vengeance ? Le mystère à résoudre si tue bien au niveau du mobile du meurtrier.

Comme je l’ai dit en introduction, la forme de ce roman policier est bien différente des deux précédents romans que j’ai pu lire sur le même sujet. Et dès les premières lignes, ce qui frappe, c’est la beauté de la langue employée. On a affaire ici à une écriture inspirée, simple mais remarquable. Les pages présentant la ville de Nancy sont, de ce point-de-vue là, très imagées et très justes.

La deuxième chose que j’ai particulièrement apprécié, c’est ce personnage de policier. C’est un enquêteur à l’ancienne, qui est très brillant dans ses interrogatoires, et qui est capable de déduire la psychologie de la personne qu’il a en face de lui. Par conséquent, l’enquête avance beaucoup grâce aux nombreux dialogues, qui sont fort bien faits et qui laissent la part belle au lecteur quant aux réactions des gens interrogés.

La troisième chose que je voulais signaler, c’est l’extrême rigueur de l’intrigue. On se rend compte en avançant dans le livre, que l’auteur a mis beaucoup d’application dans le cheminement de son histoire. C’est le genre de roman où l’on ne trouvera pas d’incohérence ou d’indice tombé du ciel. Et c’est extrêmement plaisant de se laisser guider, mais aussi d’avancer au même rythme que le commissaire Ney sans que l’on ait l’impression que l’auteur nous cache des choses.

Ne croyez pas pour autant que ce roman est dépourvu d’action. Le commissaire Ney va être amené à aller en Espagne pour résoudre son enquête et nous aurons droit à quelques scènes qui, si elles ne sont pas impressionnantes, sont d’une belle efficacité. Et puis, il a ce chapitre 9, pierre angulaire du roman, qui détaille tout ce trafic d’enfants horrible, qui se fait sous forme de dialogue, et qui est écrit sans émotions, de façon très journalistique et qui n’en est que plus révoltant. Rien que pour ce passage là, il faut lire ce livre, remarquable à bien des égards.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Mala Vida de Marc Fernandez (Préludes)

Avec un titre qui rappelle les meilleurs moments de la Mano Negra, avec un sujet qui rappelle les pires moments de l’histoire espagnole, Marc Fernandez, avec ce premier titre en solo nous offre un pur polar d’action. Remarquable !

L’Espagne semble avoir oublié les sombres années du Franquisme. Le peuple a massivement voté pour l’Alliance pour la Majorité Populaire. Paco Gomez, un jeune conseiller municipal AMP de 36 ans, rejoint sa voiture après une soirée électorale de fête. Une jeune femme le suit, s’approche, et lui tire une balle dans la tête.

Diego Martin est prêt à lancer son émission radiophonique hebdomadaire, « Ondes confidentielles », sur Radio Uno. Après une dernière clope, il se lance : « Amis du noir, bonsoir ». Son émission concerne la justice en général, et les affaires judiciaires. Ce soir, il diffusera un reportage sur le LAPD. Lors de son émission intervient aussi le procureur X, qui vient parler d’affaires criminelles contemporaines. Son émission est devenue incontournable, tant elle a révélé d’innombrables scandales. La force de l’émission de Diego, c’est qu’il est le seul à maitriser son contenu.

Six mois plus tard, Isabel Ferrer, une avocate d’une quarantaine d’années, débarque à Madrid en provenance de Paris. Elle a tout laissé tomber pour se mettre au service d’une association des enfants volés du Franquisme. Elle organise une conférence de presse, annonçant qu’elle détient des preuves de plusieurs dizaines d’enfants disparus.

Et pendant ce temps, le deuxième meurtre d’un éminent et richissime industriel Pedro de la Vega survient dans la rue, celui ayant été assassiné d’une balle dans la tête.

Dès les premières lignes de ce roman, on est pris par le rythme de la narration, du style de l’auteur. Marc Fernandez nous prend à la gorge avec ses phrases courtes, et insuffle un rythme effréné pour ce polar dans la plus pure tradition du genre. D’ailleurs, ils sont peu nombreux les romans à me plonger dans leur intrigue de cette façon. Que je vous raconte : je marchais pour rejoindre l’arrêt de mon bus et pour cela je dois longer une voie réservée aux bus. J’étais tellement pris par la lecture que je n’ai pas entendu le bus arriver et je ne me suis rendu compte qu’il était là que quand je suis arrivé à sa hauteur … et qu’il démarrait.

Marc Fernandez a de toute évidence pris un sujet qui lui tient à cœur, a muri ce roman pour nous livrer un polar extraordinaire, avec des personnages forts, un contexte grave et une intrigue en béton. Chacun des trois personnages principaux ont leurs failles : Diego qui a perdu sa femme quand il a fait un reportage sur les trafiquants de drogue, le juge Ponce (le fameux procureur X) qui voue sa vie à la justice, et Ana Duran enquêtrice douée et transsexuelle d’origine argentine. On y croit, on est à fond derrière eux, et on court à en perdre haleine.

Pour un premier roman, c’est une formidable réussite, un formidable moment de lecture, dont le rythme ne baisse pas du début à la fin. Car ça aussi, c’est très fort. Marc Fernandez arrive à nous tenir le rythme tout au long des 280 pages que comporte ce roman, et que vous ne verrez pas passer. Il y a bien un ou deux passages qui manque de réalisme mais franchement, ce n’est rien par rapport à ce formidable moment passé en compagnie de Diego et ses amis.

On peut se demander alors comment ce roman peut se terminer. S’il s’était terminé bien, on le lui aurait reproché. S’il s’était terminé mal, on le lui aurait reproché. Finalement, trouver une fin entre les deux est une excellente trouvaille et transforme ce coup d’essai en coup de maitre. Vous l’aurez compris, j’ai adoré ! J’espère que vous l’adorerez aussi ! ça s’appelle Mala Vida et c’est définitivement à ne pas rater.

Franco la muerte (Arcane 17)

C’est un fait inédit : on annonce la sortie d’un recueil de nouvelles pour fêter les 40 ans de la mort de Franco. Vingt nouvelles écrites par vingt auteurs, au format imposé mais au sujet libre. Ce roman se veut aussi un rappel, un cheveu sur la soupe de l’oubli. Rien que pour certaines de ces nouvelles, ce recueil vaut le coup. Ce recueil sort demain 27 aout 2015.

Je vous propose de regarder cela dans le détail :

Moi et Franco de Patrick Amand :

Sous la forme d’un souvenir de famille, l’auteur nous conte comment le père de son ami Roberto aurait pu tuer le général lors d’un attentat pendant une partie de chasse. C’est une belle illustration d’un assassinat littéraire par procuration.

Le banquet du bas monde d’Alain Bellet :

A la mort de Franco, au ciel, tout le monde est content. De nombreux personnages se côtoient, mais je manque de culture pour apprécier pleinement cette nouvelle.

Mon village fantôme d’Antoine Blocier :

Alors qu’il découvre un article de papier jauni sur le village de Janovas, le narrateur va évoquer les drames qui sont survenus là-bas et qui ont marqué sa famille. Toute en retenue, mais plein de rage, un pan de l’histoire espagnole à faire froid dans le dos. Rien qu’à lire la première phrase, on en a des frissons.

Mauricio Lopez est communiste ! de Frédéric Bertin-Denis :

Il s’appelle Pedro, il a 14 ans, il conduit le troupeau vers les pâturages. En ce 8 aout 1942, il est arrêté par les troupes franquistes, pour ses relations supposées communistes, alors qu’il ne sait même pas ce que cela veut dire. L’auteur de Viva la muerte que j’avais adoré nous concocte une formidable nouvelle dramatique, au style sans émotion, efficace comme un uppercut au foie.

Le raid du F-BEQB de Didier Daeninckx :

Il fallait tout le talent de Didier Daeninckx pour écrire en seulement vingt pages une enquête policière passionnante qui démarre avec un véhicule retrouvé dans un canal et qui se termine avec une certaine amertume. Excellent.

Porque te vas de Jeanne Desaubry :

Elle s’appelait Valérie, étudiait à la Sorbonne. Elle s’était décidée d’aller voir un film de Carlos Saura … Encore une fois, Jeanne Desaubry nous sort une nouvelle bien noire, un vrai concentré de polar, pour le plaisir du lecteur.

Le cimetière des deux mères de Pierre Domenges :

Esteban subit une séance d’hypnotisme qui va le ramener à l’époque des enfants volés du franquisme.

L’ombre de la Santa Cruz de Maurice Gouiran :

Le 20 novembre a lieu à Madrid le diner des patries, où tous les partis fascistes se donnent rendez-vous pour célébrer la mort de Franco. Le narrateur a décidé de gâcher les festivités en hommage à Pedro. Une nouvelle intéressante car on y apprend plein de choses et la chute est excellente.

El Ogro (L’ogre) de Gildas Girodeau :

Cette nouvelle conte la préparation et la réalisation de l’attentat à la bombe contre le successeur désigné au général Franco. La bombe était cachée derrière une sculpture dénommée L’ogre qui représentait des enfants mangeant l’ogre.

A quelques minutes près … de Patrick Fort :

1973, Madrid. Virtudes est une petite fille qui fait tout le temps le même cauchemar : un ogre vient la dévorer. Adelina sa mère la réveille pour assister à l’église… Une nouvelle parfaite, passionnante qui comporte juste ce qu’il faut de descriptions et de psychologies.

Franco : La muerte de Hervé Le Corre :

Le soir de la mort de Franco …

« Il y a dans Bordeaux, entre la flèche Saint Michel et le cours de la Marne, un vieil homme qui sourir à la photo de son fils, tué un jour de juillet pendant la bataille de l’Ebre. »

Une nouvelle magnifique

Gratia Plena de Sophie Loubière :

La lettre de Franco à son père, pleine de rage est une nouvelle remarquablement écrite. Je ne suis pas sur que cet homme ait fait montre d’humanité mais littérairement parlant, ces quelques pages sont un grand moment.

GAL-OAS de Roger Martin :

Au travers d’une lettre de Eva-Maria Dirche, fille de Jean-Paul Dirche, à Robert Ménard, nouveau maire de Béziers, l’auteur écrit une charge contre les relations entre l’Espagne et la France, les attentats fascistes et les relations entre le Gal et l’OAS. Fichtre, voilà une bien belle charge contre les barbouzes et certains hommes politiques !

Les Couacs Franco de Jacques Mondoloni :

Le 14 novembre 1975, pendant un concert au Palais des Congrès, on apprend la mort de Franco.

Decimas de Ricardo Montserrat :

Ricardo Montserrat donne la parole à Franco, qui écrit une lettre à Joseph Staline pour décrire la manipulation et l’extermination de son peuple.

Garrots-Gorilles de Chantal Montellier :

Agnès Saulnier, professeur de vingt six ans, prend fait et cause pour les révolutionnaires espagnols suite à la condamnation au garrot de Salvador Puig Antich. Elle devient même dessinatrice politique engagée. La suite de l’histoire va nous montrer la recette du garrot à la française. Une nouvelle révoltante.

Los Caidos de Max Obione :

Une jeune étudiante loue une chambre chez un vieil homme à moitié aveugle. Petit à petit, leur relation va devenir plus étroite et il va parler de l’Espagne, de sa jeunesse, de ses parents. Elle va l’aider à réaliser sa promesse, son rêve. De toutes les nouvelles, celle-ci remporte la palme de l’Emotion. Tout y est si vrai et si sobrement écrit. Et puis, cette dernière phrase nous arrache un sourire, un rire amer.

Je ne suis pas Franco de Jean-Hugues Oppel :

Un prisonnier, soupçonné d’être un terroriste, n’a qu’une seule phrase en bouche : « je ne suis pas Franco ». C’est l’occasion pour l’auteur de rappeler quelques évidences qu’il est bon de se rappeler telle celle-ci : « Tuer un homme pour défendre une idée, ce n’est pas défendre une idée, c’est tuer un homme. »

La faute du toubib de Gérard Streiff :

Les derniers jours de Franco montrent un homme paranoïaque. Quand la maladie se déclare, un jeune reporter, amant de la fille d’un des docteurs a accès à des informations en avant-première. Il devient la coqueluche du tout Paris. Jusqu’à ce que …

Les vivants et les morts de Maria Torres Celada :

L’inspecteur Francisco Alcantara est passé du camp républicain au camp pour l’armée franquiste. Cette nouvelle montre la progression d’un homme qui n’a jamais pris de décision et qui a mené sa vie en suivant le cours d’eau du temps. Remarquablement écrit.

Bien que ce ne soit pas une lecture commune, l’ami Claude a aussi parlé de ce recueil aujourd’hui même ici

L’hiver des enfants volés de Maurice Gouiran (Jigal)

Voici le dernier roman en date de Maurice Gouiran, et avez-vous vu le bandeau ? Je suis fier, oui, mais aussi heureux qu les éditions Jigal mettent en avant les blogs de passionnés de polar. Alors, un grand merc monsieur Gallier pour cette couverture et un grand merci Monsieur Gouiran pour ce roman

Clovis est un journaliste free-lance à la retraite. Quand il voit arriver Samia, il sait qu’il ne pourra rien lui refuser. Il l’a rencontrée il y a plus de trente ans. A l’époque, il était jeune, et avait François pour ami. Clovis et François se sont rencontrés pendant les massacres de Sabra et Chatilla. C’est là-bas qu’ils ont recueilli Samia, dont la famille a été exterminée. Elle venait de subir plusieurs viols. Entre pitié, compassion et amour, les deux hommes l’ont aidée à se reconstruire. Evidemment, ils étaient tous les deux amoureux d’elle, et elle a choisi François. Aujourd’hui, ils vivent près de Niort.

Quand Samia frappe à sa porte, Clovis sait que quelque chose est arrivé. François est parti enquêter sur la disparition de deux personnes qui, de près ou de loin, se renseignaient sur la béatification d’une religieuse, Sœur Encarnation. Clovis va donc s’embarquer pour Barcelone, avec les notes de François, que celui-ci a stocké sur un site internet. Il débarque donc à Barcelone et commence par des gens qui ont découvert sur le tard qu’ils ont été adoptés.

Et voilà Maurice Gouiran qui nous présente le scandale des bébés vendus du franquisme. Il faut savoir que l’église espagnole a commencé par vendre des orphelins aux Franquistes avant d’organiser un véritable commerce de nouveaux nés, et ce jusque dans les années 80, soit bien après la mort de Franco. Sur internet, on parle de 300 000 bébés volés et revendus pour des sommes indécentes. Cette affaire, bien qu’elle soit peu connue de ce coté ci des Pyrénées, rappelle aussi ce que firent les nazis avec les lebensborn.

Rien que pour ça, le roman de Maurice Gouiran vaut sa lecture, car cet auteur a à cœur de remuer des seaux de merde, où il ne fait pas bon mettre le nez. Chacun de ses romans vaut de l’or à une époque où on veut oublier et faire oublier, où on veut éviter que les gens pensent, où on veut que les gens fassent là où on leur dit de faire, où on nous met sur les têtes de linéaire les livres que l’on doit lire. Mais je m’égare …

Je vais vous dire pourquoi j’aime Maurice Gouiran : Il ne se formalise pas de détails, ses romans vont droit au but (c’est normal, il est de Marseille), ça va vite, on n’a pas le temps de s’apitoyer. Par contre, les intrigues sont toujours tirées au cordeau, les personnages sont formidables, et les sujets toujours aussi dérangeants. Les romans de Maurice Gouiran sont là pour nous rappeler des événements que l’on veut faire oublier.

Et ce roman va encore un peu plus loin. Car à faire des allers-retours entre l’enquête de Clovis, le journal écrit par François ou les anecdotes du passé de nos trois protagonistes, l’ensemble donne une impression d’improvisation. En fait, tout est fait pour que l’on s’attache à eux, pour qu’on les comprenne, qu’on adopte leur position. Et c’est quand on a tranquillement tourné les pages, que Maurice Gouiran nous assène sa dernière page. Nom de Dieu ! Les trois dernières lignes font mal !