Archives du mot-clé Gestapo

L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe

Editeur : Robert Laffont (Grand Format) ; Points (Format Poche)

L’un de mes challenges de cette année 2020 est de lire la trilogie consacrée à l’inspecteur Sadorski. Après le génialissime Monsieur le Commandant, Romain Slocombe revient à une période noire de notre histoire, à savoir l’occupation pendant la seconde guerre mondiale, à Paris, avec un personnage fantastique.

Léon Sadorski est un vrai nationaliste, fidèle et œuvrant pour la grandeur de la nation, décoré de la Croix de Guerre 1914-1918. Âgé de 44 ans, marié à Yvette, il est Inspecteur Principal Adjoint à la 3ème section des Renseignements Généraux depuis 1941. Sa mission est de trouver des juifs en situation irrégulière et les communistes et de les transférer à Drancy, d’où ils seront envoyés en camp de travail ou camp de concentration.

Chaque jour, ce sont lectures des procès verbaux, descente sur le terrain pour enquête et écriture de rapports qui iront grossir les collectes d’information demandées par l’occupant. En ce 1er avril 1942, Sadorski lit un rapport sur 2 sœurs, Yolande et Marguerite Metzger qui semblent fricoter avec les Allemands. Leur nom suggère qu’elles soient juives. Il faudrait aller vérifier cela de plus près.

Puis, après déjeuner, leur tombe une nouvelle mission : aller contrôler un dénommé Rozinsky qui habite rue Mozart, au n°159. Sauf que ce numéro n’existe pas. Sadorski y voit une ruse et impose à son collègue Magne d’aller au n°59. C’est à cette adresse qu’ils trouvent le bonhomme, et le menacent. Rozinsky leur annonce être un diplomate, et Sadorski, en bon négociateur, récupère 5000 Francs en échange de son silence. Au passage il s’assure du silence de Magne en lui filant 1000 Francs.

En rentrant au bureau, Sadorski est convoqué par son chef, l’inspecteur principal Cury-Nodon. Ce dernier lui annonce qu’il est convoqué dès le lendemain chez le capitaine Voss, qui dirige les Affaires Juives à Paris, autrement dit la Gestapo. Sadorski s’y rend après une nuit agitée, ne comprenant pas ce qu’il a fait de travers.

Ce roman choisit délibérément de nous plonger dans cette époque trouble en nous mettant au premier un personnage nationaliste qui œuvre ou pense œuvrer pour le bien de la France. A force de la suivre, on s’aperçoit qu’il se contente surtout de suivre le plus fort et qu’il se persuade rapidement et facilement qu’il fait le bien. C’est surtout un homme faible qui se retrouve avec du pouvoir, un homme qui suit aveuglément les ordres et n’hésite pas à dire qu’il n’a rien fait de mal puisqu’il n’a fait que ce qu’on lui a demandé. Un bon soldat, en somme, comme il y en eut tant.

Au-delà de cette psychologie remarquable, j’ai adoré cette immersion dans le Paris de cette époque. L’auteur a su reproduire les ambiances et la vie d’alors avec une réelle justesse en parsemant de là des détails qui participent à notre voyage temporel. L’intrigue quant à elle est essentiellement composée de trois grandes parties qui sont la présentation du personnage, l’interrogatoire par la Gestapo à Berlin et enfin la résolution du meurtre de  Marguerite Metzger.

Si on peut regretter une intrigue faiblarde, on ne pourra que s’enthousiasmer devant ce personnage horrible et ignoble, tout en louant l’absence de scènes gore ainsi qu’une écriture d’une fluidité remarquable. D’ailleurs, la mise en garde en exergue de ce roman est suffisamment explicite pour montrer la raison de ce cycle : « Ni l’auteur, ni l’éditeur ne cautionnent les propos tenus par le personnage principal de ce livre. Mais ils sont le reflet de son époque, tout comme ils peuvent présager celles qui nous attendent. Car « le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ». »

Ce roman est évidemment à lire, et à méditer dans nos temps troubles où on entend de plus en plus des propos inadmissibles, qui rappellent ceux d’une période noire que nous ne voudrions pas voir revenir. Le deuxième tome se nomme L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski et je vous en parle très bientôt.