Archives du mot-clé Guerre civile

Format court

Depuis quelques années, les éditeurs nous proposent des polars plus courts, de l’ordre de 150 à 200 pages, là où habituellement, nous avons des romans dépassant les 300 pages. A cause de ce format, il m’arrive de ne pas parler de mes lectures. Le hasard fait que je viens d’en lire deux l’un derrière l’autre et j’ai eu l’idée de les inclure dans le même billet, d’autant plus qu’ils sont, chacun dans un genre différent, très bons.

Atmore Alabama d’Alexandre Civico

Editeur : Actes Sud

Le narrateur va prendre l’avion à destination des Etats-Unis, la Floride pour être précis. Il récupère une voiture de location et prend la route vers Atmore, Alabama. Il débarque là-bas au moment d’une fête qui célèbre l’anniversaire de la création de la ville, où il rencontre Eve, une droguée mexicaine. Entre rencontres avec les habitants et ses balades à pied, son centre d’intérêt devient bientôt plus clair : la prison de Holman Correctional Facility, où sont enfermés les condamnés à mort.

S’il peut apparaître court par le format, c’est surtout un roman plein que nous livre Alexandre Civico, empli de nostalgie et de poésie noire. En lisant les premières lignes, on se rend compte que l’on a entre les mains le dessus du panier en termes d’écriture. Le format oblige a une efficacité de l’expression, et les descriptions sont impressionnantes de concision et de visualisation.

S’il est un roman de l’errance dans un lieu clos, le roman fait la part belle aux personnages secondaires, ceux qui travaillent pour rien, ceux qui boivent leur malheur, qui vomissent leur rancœur contre le rêve américain qu’on leur a vendu. Pour autant, on est bien dans le domaine du roman noir, avec une fin aussi brutale que dramatique et qui rend ce roman unique, immanquable, irremplaçable.

Un noir écrin

Carrément à l’Est de James Holin

Editeur : AO éditions

Le narrateur rencontre un homme qui fait la manche ; peut-être est-il bien aviné ? Il reconnait son vieil ami Roy, avec qui il a arpenté les routes de la Balanklavie. Le narrateur s’était engagé dans une ONG, la YCQF, pour reconstruire ce pays qui a été détruit par une terrible guerre civile. Bien que de passage dans ces terres pauvres, il raconte ce qu’il a vécu, ce qu’il a vu, une année de perte d’illusion…

On connait James Holin pour son humour ravageur. Je peux vous dire qu’il n’a pas changé ! Même si le pays est imaginaire, le contexte fait furieusement penser à l’ex-Yougoslavie. Des jeunes sont embringués dans une reconstruction d’un pays qu’ils ne connaissent pas. Et le roman démarre sur des chapeaux de roue avec des situations ubuesques irrésistibles, telles la présentation du contexte :

« Le cœur montagneux de la Balanklavie se réveille doucement … affreusement amoché. Un doigt sur la carte et voilà trois tribus qui s’affrontent : Dragovites, reconnaissables à leurs moustaches pointées vers le bas, Berzites, moustaches vers le haut, et Sagudates, une en haut et une en bas. »

Les jeunes volontaires bénévoles sont coiffés d’une casquette orange, ce qui permet de les voir de loin. Sauf que les snipers les utilisent comme des cibles. De même, ils construisent 3 ponts pour enjamber une rivière, dont personne n’a besoin. Mais cela permet de se montrer. Et c’est là où le roman touche juste, quand il montre toute l’hypocrisie derrière des actions qui devraient améliorer une situation alors que la réalité est toute autre. Entre rire et sérieux, ce roman est un excellent moment de pure férocité mais louable. Un peu de lucidité n’a jamais fait de mal à personne.

Fendard !

Pour plus d’infos sur ce livre et cet éditeur, suivez le lien

De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel

Editeur : Marabout

C’est la quatrième enquête du capitaine Mehrlicht, après L’heure des fous, Le jour des morts, et Sans pitié ni remords. Bien que je n’aie pas encore lu le premier, j’ai bien l’impression que ce roman là est la confirmation du talent de cet auteur, car c’est un roman passionnant du début à la fin.

Week-end de Pâques, Paris. Laura Reinier rejoint en taxi un bar situé rue de Montreuil. Elle doit subir le monologue inepte du chauffeur jusqu’à son arrivée. Un gardien de la paix lui demande de circuler, mais elle lui dit qu’elle a rendez vous avec le capitaine Mehrlicht, qui est à l’intérieur. Comment va-t-elle le reconnaitre ? Le policier la rassure, elle le reconnaitra à sa tête de grenouille. Elle descend au sous-sol et voit Mehrlicht avec Régis, le légiste. « Etat stationnaire … Pas de pouls depuis vingt minutes … peu de chance qu’il revendique quoi que ce soit » dit le légiste.

Mehrlicht analyse rapidement la scène du crime. L’homme a été exécuté dans les toilettes, une balle dans la tête, une dans chaque genou. L’assassin n’a même pas pris la peine de ramasser les douilles de 9 mm, éparpillées à droite et à gauche. Par contre il n’y a pas de pistolet. Le passeport annonce qu’il s’agit de John Murphy, britannique de son ex-état. Sur le mur, on a dessiné une figure enfantine, avec le sang de la victime et cette inscription : NA DEAN MAGGADH FUM. Le tueur a même laissé ses empreintes en faisant les deux yeux. Le lieutenant Reinier est la nouvelle stagiaire. Bienvenue dans le vrai monde !

Samedi 9 avril 1966, Quartier catholique du Bogside, Derry, Irlande du Nord, Royaume-Uni. Seamus Fitzpatrick rejoint ses copains, Tom et Barth Flaherty, Paul Coogan, Matthew et Ben  Kenny, et Phil Brennan. Leur jeu est en général la bataille entre les cow-boys et les indiens. Ça leur rappelle le combat contre les Britanniques. Ils se préparent tous pour la célébration du cinquantenaire du Soulèvement de Pâques de 1916, l’un des événements qui avaient mené à la naissance de la République Irlandaise. Les jets de pierres, de bouteilles commencent sur les blindés, et ceux-ci reculent. La foule hurle de joie.

J’aurais laissé un peu de temps entre ma lecture et le moment où j’écris ces quelques lignes. Comme s’il me fallait un peu de temps pour digérer, un peu de temps pour méditer et pour être sur de la qualité de ce roman. J’aurais pris du temps, pour être bien sur de ne pas me laisser emporter par la fougue du moment, pour être le plus rationnel possible dans les émotions ressenties à la lecture.

Car je me trompais quand je parlais des précédents romans de Nicolas Lebel, que tout tenait grâce au capitaine Mehrlicht et à ses envolées lyriques. Certes, on a une nouvelle fois à des passages extraordinaires, à des monologues d’une outrecuidance et d’une drôlerie sans pareil. Vous n’avez qu’à lire le passage sur les religions pages 113 et 114 pour vous en convaincre. Mais ce n’est pas tout. C’est la première fois, en ce qui me concerne, où j’ai ressenti un vrai équilibre entre les différents personnages de cette histoire. Mehrlicht, Latour, Dossantos, Matiblout et les Irlandais ont tous leur place, ont tous la même importance. C’est non seulement un plaisir de les retrouver, même s’il s’est passé plus d’un an depuis notre dernière rencontre, mais c’est surtout une forme de reconnaissance que de les voir tous sur la même ligne.

Quand même, quel génie d’avoir créé un personnage tel que Mehrlicht, avec sa ressemblance avec Kermit la grenouille, son allure de Paul Préboist, son aplomb à la Gabin d’Un singe en hiver, et son honnêteté et sa lucidité quant au monde moderne. On le retrouve d’ailleurs toujours aussi fumeur et plus humain, étant capable de faire le premier pas pour s’excuser de ses excès. Quant à Latour, formidable lieutenante courage, elle est toujours embringuée dans ses histoires personnelles qui viennent entraver son travail au jour le jour (et avec quel rebondissement !). Matiblout fait toujours office de chef paternaliste, bien qu’il cherche à sauver ses fesses. Enfin, Dossantos est plus trouble que jamais, comme un gamin cachotier, cherchant à réparer ses erreurs. Voilà ce que j’aime : tous les personnages ont des facettes blanches et noires, et ils sont tous plus humains les uns que les autres.

La forme du roman peut être classique, faite d’allers-retours dans le passé, mais je dois dire qu’elle est redoutablement bien choisie et surtout bien adaptée à l’histoire racontée. Car ce roman est franchement ancré dans notre quotidien, celui du terrorisme aveugle, qui prend à parti des innocents de la rue. Et plutôt que de parler de djihadisme, Nicolas lebel nous parle de la guerre civile irlandaise. Remontant aux origines du conflit contemporain, il nous montre le destin d’un groupe de copains pris dans la tourmente, et leur façon de faire leur vie chacun de leur façon.

La force de ce roman, c’est bien de ne pas prendre position, et de se contenter de décrire des itinéraires comme des morceaux de vie, comme des extraits de biographie. Mais il ne faut pas passer sous silence la volonté de mettre en avant le rôle et l’implication de l’église dans cette guerre, avec ce tueur qui mène sa croisade à la fois sacrée et personnelle. Enfin, Nicolas Lebel, en restant en retrait nous rappelle finalement que, dans toute guerre, quelle qu’elle soit, il n’y a pas de gagnants, il n’y a pas de perdants, il n’y a pas de héros, il n’y a pas de traîtres, il y a juste des victimes. Et ce message là, ça me parle. Clairement pour moi, Nicolas Lebel n’a pas seulement écrit son meilleur roman à ce jour, il a écrit un grand roman tout court, une belle et triste histoire dans la grande Histoire.