Archives du mot-clé Hervé Le Corre

Oldies : Les effarés de Hervé Le Corre

Editeur : Gallimard Série Noire (1996) ; L’éveilleur (2019) ; Points (2020)

En cette année 2020, nous allons fêter les 50 années d’existence de la collection Points, et les 40 ans de Points Policier. C’est l’occasion de revenir sur un roman paru à l’origine à la Série Noire et réédité à juste titre, qui est le troisième de ce grand auteur français du Noir.

L’auteur :

Hervé Le Corre, né le 13 novembre 1955 à Bordeaux, est un auteur de roman policier.

Hervé Le Corre fréquente le lycée Michel-Montaigne, où il obtient son baccalauréat, série littéraire, en 1972. Il suit ensuite des études de Lettres à l’Université Bordeaux Montaigne.

Professeur de lettres dans un collège de Bègles, il est un lecteur passionné entre autres de littérature policière. Il commence à écrire sur le tard à l’âge de 30 ans des romans noirs et connaît un succès immédiat.

Son écriture, le choix de ses personnages, l’atmosphère assez sombre de ses livres le placent d’entrée parmi les auteurs français les plus noirs et les plus primés du roman policier hexagonal. Ses romans ont été primés à de nombreuses reprises.

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

Des jeunes désœuvrés qui matent des revues pornos, un trio de petites frappes qui commettent l’irréparable pendant le braquage d’un camion dont ils tuent le chauffeur, un commanditaire sans scrupule qui se fait confier une gamine tentant d’échapper aux griffes de son beau-père, une inspectrice de police lâchée au milieu de ce microcosme adipeux où règne la loi du plus fort ou du plus crapuleux…

Les figures de ce roman naviguent dans les eaux troubles d’un quartier à l’abandon en bord de Garonne, à l’ombre d’un immense immeuble voué à la démolition. Violent et réaliste, sans concession ni pathos, Hervé Le Corre déploie dans l’un de ses premiers romans, enfin réédité, sa vision d’une société corrompue où peut sourdre une lumière pas toujours si inquiétante qu’on le craindrait.

Mon avis :

Richard et Manuel sont deux petites frappes que l’ont charge d’un braquage : quand le chauffeur du Poids Lourd ira se chercher un sandwich, ils devront voler le camion empli de magnétoscopes. Mais en fait de braquage, cela se termine en tabassage à mort quand Richard perd le contrôle. Puis ils conduisent leur chargement jusqu’à un hangar où les attend leur commanditaire, François.

Bienvenue dans la cité Lumineuse du quartier de Bacalan, dans le Nord de Bordeaux. De ce fait divers violent, Hervé Le Corre va se faire le témoin de la vie des cités dans les années 90. Mais est-ce que cela a tant changé ? Avec son style direct, brut et violent, ne dépassant jamais les 10 pages, ce roman se lit d’une traite et parle de la société d’alors comme le ferait un reportage.

Car au-delà de ces voleurs, Hervé Le Corre y ajoute beaucoup de personnages, tant trafiquants que flics, simples habitants que femmes maltraitées ou violées, et nous assène des scènes d’une violence non pas démonstrative mais crue. Sans vouloir être trop explicite bien que certaines figures de style démonstratives soient bavardes, il nous plante le décor de cette société en transformation vers le pire, que ce soit vis-à-vis de la place de la femme dans la société, de la violence dont celle faite aux femmes ou de l’irrespect qui mène au crime.

C’est une société sans espoir, noire au possible que l’auteur nous décrit, comme une sorte de prémonition de ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Et l’écriture est parfois noire, parfois poétique, parfois rouge sang pour décrire ce contexte de déchéance. A ce titre, ce roman a sa place aux cotés des romans de Thierry Jonquet entre autres. Un roman effarant, comme son titre.

Double Noir Saison 3

Claude Mesplède, le pape du polar, nous a quitté fin 2018 après s’être lancé dans une dernière aventure. L’association Nèfle Noire propose des nouvelles noires sous un format original (Format A6, c’est-à-dire tout petit, ça tient dans une poche de pantalon) à un prix tout aussi original (2€ !). Le contenu est aussi original, puisqu’il regroupe dans chaque volume 2 nouvelles, l’une écrite par un auteur classique, l’autre par un auteur contemporain. Ce qui veut dire que pour 2 euros, vous avez droit à une heure de lecture (car la fonte de l’écriture est riquiqui, mais essayez de proposer 2 nouvelles en 20 pages !)

Chaque année, nous avons donc droit à une série de nouvelles. La saison 1 se compose de 4 volumes (ou épisodes si on se réfère aux séries télévisées), La saison 2 en compte 5, comme la saison 3.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire : les frais d’envoi à partir de 4 livres sont de 4 euros ! C’est donné ! Franchement, parfois, je me demande pourquoi vous hésitez encore !

Ah oui, j’ai une question d’une petite dame au fond de la salle. Comment ? Où peut-on se procurer ces petits volumes au contenu aussi étonnant que formidable ? C’est simple : vous allez sur le site www.doublenoir.fr/, vous téléchargez le bon de commande, un petit chèque et hop ! L’affaire est conclue.

Ah oui ! une autre question de la petite dame du fond : De quoi parlent la première saison ? Jetez donc un coup d’œil sur mon billet ici. Et pour la saison 2 ? Eh bien, c’est dans mon billet ici. Donc, voici un petit aperçu des 10 nouvelles de la saison 3 :

Saison 3 – Episode 1

Guillaume Apollinaire – 3 nouvelles

En 1910, Guillaume Apollinaire publie un recueil nommé L’Hérésiarque et compagnie, qui comporte 23 nouvelles et contes. Nous avons droit ici à trois d’entre eux, dans des genres variés.

La disparition d’Honoré Subrac : Le narrateur raconte comment Honoré Subrac découvrit son don de se fondre dans le décor, comme un caméléon. Frisant avec le genre fantastique, comme Edgar Allan Poe, cette nouvelle fait monter la tension en 6 pages.

Le matelot d’Amsterdam : D’un navire hollandais en provenance de Java, Hendrijk Wersteeg débarque avec un perroquet et un singe dans l’espoir de les vendre à bon prix. Pour son plus grand malheur, il entre dans une boutique sombre. Et à partir de cette idée, l’auteur nous concocte une formidable nouvelle noire.

Un beau film : Un jeune cinéaste rêve de filmer un crime. Avec ses amis, il va mettre en scène l’assassinat d’un couple. Avec ce scénario, nous avons entre les mains une pépite noire amorale comme il faut.

François Guerif : Cinéma permanent

Une ouvreuse de cinéma voit chaque jour arriver une vieille dame pour regarder les films de 10 à une heure du matin. Cette fidélité attire la curiosité de la ja jeune femme et elle va essayer d’en savoir plus. Elle va la suivre.

Empreinte de nostalgie (avec les salles de cinéma de quartier) et de tendresse, cette nouvelle est étonnamment douce même si elle penche vers le domaine policier car psychologiquement juste quant à la psychologie de l’ouvreuse.

Saison 3 – Episode 2

O.Henry – 2 nouvelles

Le loup tondu : Deux hommes vont passer des vacances dans un village perdu et rencontrent un commerçant future victime d’une arnaque. Outre le style un peu daté, je dois dire que cette illustration de l’arroseur arrosé est agréable et drôle à lire.

20 ans après : Un policier modèle aperçoit un homme sous un porche. Celui-ci lui annonce qu’il a donné rendez-vous à son meilleur ami 20 ans auparavant. Et cela donne une nouvelle croustillante autant que cruelle avec une chute exemplaire.

Michel Lebrun : Roulette russe

Mic et Stef sont deux adolescents inséparables. Stef est beau, Mic est moche. Mais quand l’amour passe par là, la vengeance sera terrible. Cette nouvelle est extrêmement bien construite et écrite et ce n’en est que plus jouissif quand la chute tombe, même si on s’en doute un peu.

Saison 3 – Episode 3

Harry Hay Junior : La capture

Vinal est caché dans une chambre, depuis 12 heures, sans faire de bruit. Dans l’appartement d’à coté, Pole et Dowell se planquent après avoir tué le vieux Sothoron et sa femme sur l’ordre du colonel. Vinal va prendre toutes les précautions pour les attraper vivants.

Avec une précision chirurgicale et une minutie rare, l’auteur va nous décrire le moindre geste, la moindre pensée, le moindre contrôle de son corps pour ne faire aucun bruit. Je n’ai jamais lu une nouvelle pareille, si détaillée et surtout aussi passionnante. D’autant plus que la chute, totalement inattendue, est géniale !

Eléna Piacentini : Histoire d’eau

Par une journée pluvieuse, voire de déluge, Adra a préparé des lasagnes surgelées pour Titi, son compagnon au chômage, avant d’aller faire l’inventaire du magasin. Elle n’aurait peut-être pas dû y aller …

Voilà un portrait d’une femme poussée à bout, et qui trouve les ressources pour se sortir d’une situation horrible et inextricable. Au bout du bout, elle y trouvera une nouvelle passion, les égouts de la ville. Avec son habituelle précision, Elena Piacentini nous concocte une nouvelle bien noire, non sans une lumière d’optimisme.

Saison 3 – Episode 4

Jules Renard : Crime de Village

Le père Collard veut acheter la vache du père Rollet, mais certainement pas au prix qu’il en veut. Alors Collard et Rollet partent boire un coup au bar du village, laissant à la maison leurs femmes.

A partir d’une anecdote commune, Jules Renard nous écrit une nouvelle aussi noire que féroce, montrant tout le mal qu’il pense de ses contemporains, prêts à n’importe quoi pour un peu plus d’argent.

Hervé le Corre : Tenir

Jessica dormait encore quand Christophe est parti à 5 heures sur le chantier de la Réole. Leur fils Tony est adolescent, et ne se passionne pas pour ses cours. Jessica doit gérer tous ce quotidien sous pression.

Hervé Le Corre n’est jamais aussi fort que quand il décrit le quotidien, et la psychologie des personnages. Cette nouvelle est d’une cruauté et d’une noirceur rare, nous plongeant dans cette maison triste ce qui donne une lecture âpre, très dure.

Saison 3 – Episode 5 (Hors Série)

Manuel Vásquez Montalbán : l’affaire de l’espion postmoderne

Le célébrissime Pépé Carvalho va être confronté aux espions modernes dans une nouvelle trop courte à mon gout.

Daniel Vásquez Salles : Epuration

Amanda amène Jean-Luc, français professeur d’espagnol, à une soirée chez des amis à elle. Ils sont adeptes de bio en termes de nourriture, Jean-Luc pas du tout. En plus, il ne mange pas de légumes, alors qu’il n’y a que ça à manger. Ça commence bien !

Tout est fait pour que la mayonnaise monte. C’est écrit de façon si fine, contrairement à Jean-Luc, que l’on se délecte de cette nouvelle d’un auteur encore absent du coté de chez nous, ce qui semble totalement injuste. Et le repas tourne à une bataille entre bio extrémiste et carnivore extrême.

Le chouchou du mois de septembre 2017

Comme je me limite à 3 billets par semaine au maximum, il y aura forcément moins de romans évoqués dans cette synthèse du mois, puisque le mois de septembre est un mois un peu plus court que les autres.

Je pourrais organiser un petit jeu autour de ce billet qui s’appellerait : « cherchez l’intrus ». car l’intrus n’est pas à chercher du coté des romans qui datent un peu. Il y en a eu trois ce mois ci, le plus récent étant La nuit des corbeaux de John Connoly (Pocket), onzième enquête du détective Charlie Parker. Je continue donc mon exploration de son univers même si cette enquête là ne comporte pas d’éléments fantastiques mais se révèle plutôt un roman policier, avec une intrigue tortueuse comme sait les concocter ce diable de John Connoly.

Retour en arrière en ce qui concerne deux romans français, dont l’un est excellent et l’autre divertissant. Quand on lit beaucoup de nouveautés comme moi, l’envie est forte de revenir aux racines, à des romans qui ont bâti le polar que l’on aime aujourd’hui. Parfois, le style est daté, presque démodé (si on peut utiliser cet adjectif concernant le style), et parfois c’est l’inverse. C’est le cas de Drôle de pistolet de Francis Ryck (French Pulp), très moderne, qui est classé dans les romans d’espionnage mais qui n’en est pas un. En fait, cette fuite d’un espion qui a trahi et qui essaie de survivre à ses poursuivants revanchards s’avère d’une modernité étonnante et donne un roman psychologique formidable basé sur une réflexion sur la confiance. Le deuxième roman « ancien », c’est un bon vieux San-Antonio, Tout le plaisir est pour moi de Frédéric Dard (Pocket), parce que, à force de lire des auteurs qui sont les dignes héritiers de ce grand auteur, il est bon parfois de revenir aux sources pour se fendre la poire, sans arrière pensée, juste rigoler un bon coup.

De roman psychologique, il en sera aussi question chez nos amis américains avec deux romans totalement différents dans l’intrigue et le style mais tout aussi intéressants. Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith (Sonatine) met en scène des personnages que le rêve américain a oublié, qui ont un passif et qui doivent mener leur vie, en se disant que quelle que soit leur décision, elle continuera à les enfoncer. Le deuxième est une variation dans le style de ce qu’écrit Thomas H.Cook, mais écrit par un grand Monsieur de la littérature contemporaine. Par le vent pleuré de Ron Rash (Seuil) s’avère une nouvelle fois un formidable roman de la part d’un auteur qui ne m’a jamais déçu jusqu’à présent.

De l’action, il y en aura eu aussi pendant ce mois de septembre, en commençant par le deuxième tome de Pukhtu, nommé Pukhtu-Secundo de DOA (Gallimard Série Noire), un roman plus axé sur les salons où l’on fait de la politique et où l’on se bat contre les autres pour avancer ses propres pions. Mais vous en trouverez aussi dans Le Meurtre d’O’Doul Bridge de Florent Marotta (Taurnada), qui est une lecture plus divertissante, et qui vous proposera un style rythmé et une intrigue fort bien menée. Dans Ne prononcez pas leur nom de Jacques Saussey (Toucan), c’est un roman sous haute tension qui vous attend, écrit dans le sang avec plein de rage et dont l’auteur doit être fier d’avoir su écrire ses sentiments envers les meurtriers de masse.

Si vous êtes plus enclins à lire de la lecture noire, Prendre les loups pour des chiens de Hervé Le Corre (Rivages) en est probablement l’une des lectures à ne pas rater en cette année 2017. Personnellement, j’y ai vu des envies de se rapprocher de l’univers de Jim Thompson et l’atmosphère lourde, étouffante et glauque de ce roman en font une totale réussite, accompagnée par une écriture lumineuse. De l’écriture éblouissante, c’est ce que vous trouverez dans Le diable en personne de Peter Farris (Gallmeister), sorte de duel qui fait penser à un western moderne, même si j’ai eu l’impression d’avoir déjà lu ce genre d’intrigue.

Enfin, les romans policiers ne sont pas en reste avec deux romans marquants en ce qui me concerne. Comme de longs échos de Elena Piacentini (Fleuve noir) démarre un nouveau cycle dans l’œuvre de cette auteure, avec de nouveaux personnages formidables et un nouveau lieu. C’est incontestablement l’un des romans à ne pas manquer de cette rentrée littéraire. Enfin, j’attire votre attention sur un premier roman, Il ne faut jamais faire le mal à demi de Lionel Fintoni (Editions de l’Aube) qui est d’une grande ambition, et qui malgré ses nombreux personnages, nous emmène dans une intrigue qui vous fera forcément réagir. C’est écrit simplement, l’accent étant mis sur les personnages justement et sur une description d’une société qui ne s’impose plus aucune limite.

Pour le titre honorifique de chouchou du mois, je n’ai pas l’habitude de vous faire part de mes atermoiements. Mais j’ai eu bien du mal à choisir entre Ron Rash, Hervé Le Corre et Elena Piacentini. J’ai donc choisi celui qui n’a jamais nommé chouchou du mois à savoir Prendre les loups pour des chiens de Hervé Le Corre (Rivages).

Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau titre de chouchou du mois. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Vous avez trouvé qui est l’intrus ?

Prendre les loups pour des chiens de Hervé Le Corre

Editeur : Rivages

Précédé d’une réputation d’excellent roman noir, je me devais de le lire rapidement. Enfin, rapidement, à mon rythme … et je regretterais presque de ne pas l’avoir lu plus tôt. Noir, c’est noir ; il n’y a plus d’espoir …

« C’était un temps déraisonnable

On avait mis les morts à table

On faisait des châteaux de sable

On prenait les loups pour des chiens

Tout changeait de pôle et d’épaule

La pièce était-elle ou non drôle

Moi si j’y tenais mal mon rôle

C’était de n’y comprendre rien».

« Est-ce ainsi que les hommes vivent » Aragon

Il fait chaud, étouffant en cet été. Franck vient d’être libéré après cinq années de prison. Ils l’ont libéré avec une heure d’avance sur l’horaire prévu. Du coup, il est obligé d’attendre en face de la prison, s’efforçant à ne pas regarder les portes maudites. La voiture qui vient le chercher est conduite par une femme qu’il ne connait pas. Son frère Fabien aurait pu venir, mais il est en Espagne pour quelques semaines.

Le trajet s’avère étouffant, à cause de la chaleur mais aussi de la présence de cette jeune femme qui dégage une animalité brutale. Elle s’appelle Jessica et vit avec son frère. Le trajet se passe dans un silence lourd de sous-entendus. Surtout, Franck imagine les désirs dont il a été privé derrière les barreaux. Pendant quelque temps, Franck sera logé chez les parents de Jessica, qui les appelle les Vieux. Arrivé dans une masure éloignée de tout, Franck fait connaissance avec la mauvaise humeur des vieux. Il est surtout accueilli par le chien, une sorte de bête proche du loup qui ferait peur à quiconque rencontre son regard agressif. Seule la petite Rachel, la fille de Jessica détonne dans ce paysage aux allures d’enfer.

Franck va loger dans une caravane montée sur des parpaings. Il a plongé pour un casse minable, pour 60 000 euros volés, mais il n’a jamais cafté. Depuis qu’il a sorti, il faut qu’il retrouve ses repères dans une vie qu’il a oubliée. Le lendemain, le Vieux lui demande de l’accompagner pour apporter une voiture de luxe qu’il a maquillée. Mais le Vieux n’est pas le seul à avoir une attitude bizarre …

Si après un début aussi cauchemardesque, on peut penser à un huis-clos, la suite se passant dans divers endroits du sud-ouest va certes nous faire changer de décor, mais on va retrouver la même ambiance étouffante que dans la masure des Vieux. Car Hervé Le Corre nous plonge dans un monde de petits arnaqueurs, que l’on pourrait croire méchants, mais ce n’est rien par rapport à ceux avec lesquels ils sont en affaire. Si l’atmosphère y est lourde, le ton est définitivement violent, que ce soit explicite ou suggéré dans les dialogues.

De dialogues, il y en aura peu, puisque le roman se déroule en présence de Franck, personnage principal, et formidable icône de quelqu’un complètement perdu dans un monde qu’il n’a pas quitté depuis longtemps mais qui lui est inconnu. On commence par voir quelqu’un de perdu, ne voulant pas trop s’imposer, puis on passe à une personnage qui se retrouve confronter à des événements qu’il voudrait éviter mais qu’il est obligé de subir, pour enfin voir un Franck qui prend des décisions qu’il a du mal à supporter.

Le deuxième personnage d’importance de ce roman, c’est Jessica, cette mère instable, qui ne sait qu’attirer le malheur, avide de drogues, de sexe et d’alcool pour oublier son existence misérable. Consciente de son irrésistible pouvoir de séduction, elle s’acharne sur les mâles pour son propre plaisir et son propre bien. A la limite, Rachel sa fille est une erreur de parcours qu’elle aimerait bien effacer mais qu’elle aime aussi comme une mère.

Incontestablement, hervé Le Corre rend hommage aux grands du roman noir, en transplantant cette intrigue en France, une intrigue digne du Grand Jim Thompson. On y retrouve le « héros », la femme fatale, des cinglés, des violents, des dangereux, et un univers si oppressants, si violent, si glauque que l’on a plaisir à se plonger la tête dans cette noirceur.

Et puis il y a la plume magique de Hervé Le Corre, et j’aurais pu commencer mon billet par cela. Rarement sa plume aura été aussi belle, lumineuse dans cette noirceur. Si la tension est omniprésente du début à la fin, les phrases en deviennent hypnotiques, et on prend plaisir à se laisser mener dans cette moiteur néfaste. On ne va pas s’attendrir devant le destin de chacun mais bien se laisser mener par une intrigue vénéneuse. Et c’est probablement, à mon avis, le meilleur roman de la part d’un des meilleurs auteurs de romans noirs français.

Ne ratez pas les avis de Yan, Arutha, Jean-Marc, Sebastien chez Geneviève

 

Les cœurs déchiquetés de Hervé LE CORRE (Rivages Thriller)

Après avoir lu les avis chez mes collègues blogueurs, je l’avais mis dans ma liste de livres à dévorer. Le fait qu’il soit retenu dans la sélection automnale de Polar SNCF m’a motivé pour le lire dès à présent.

Pierre Vilar est commandant de police à Bordeaux. Victor est un garçon de 10 ans dont la mère a été assassinée. Les deux personnages principaux ont vécu un drame dont ils ne se remettent pas, dont ils ne se remettront jamais : Vilar a perdu son fils, Pablo, enlevé à la sortie de l’école depuis plus de cinq ans et Victor a découvert sa mère, gisant dans un bain de sang dans sa chambre. Vilar va enquêter sur le meurtre de la mère de Victor, qui lui va être placé dans une famille d’accueil. Les deux affaires vont se rejoindre bien vite au travers d’un tueur qui joue avec la vie de Vilar et Victor.

Sur la quatrième de couverture, il y est fait mention d’une atmosphère à la Robin Cook. Eh bien, on n’en est pas loin. L’ambiance est noire, opaque, sale. Le sujet est glauque. Et les personnages déprimés au possible. Ici, on est dans le Noir, le vrai, le pur. Et dans la nuit ambiante, pas une petite lueur. L’ambiance est aux pleurs, aux cicatrices qui ne se referment pas, aux regrets d’être arrivé trop tard, d’avoir manqué un moment important, aux conséquences mortelles.

Les deux personnages ont une force en commun. Malgré les moments de découragement, ils redressent toujours la tête. Ils sont blessés par les événements de leur vie, mais refusent de se laisser abattre un peu plus. S’ils sont tous les deux passionnants d’un point de vue psychologique, j’ai trouvé personnellement que Vilar était plus intéressant à suivre, et que l’histoire de Victor était par moments accessoire par rapport au déroulement général du roman. Le fait qu’un chapitre leur soit comparé à tour de rôle est classique et j’avais hâte de passer certains chapitres de Victor. D’ailleurs, je n’ai pas trouvé de logique ou de relation entre les chapitres Vilar et les chapitres Victor. Serais-je passé à coté de quelque chose ?

L’écriture est vraiment agréable, regorgeant de descriptions, d’adjectifs. On est dans un style très détaillé, faisant part égale entre description des lieux ou de l’environnement et les états d’ame des personnages. J’ai regretté qu’il n’y ait pas de personnages secondaires plus marquants, car Hervé Le Corre met en avant ses deux protagonistes. Par contre, on a parfois droit à des passages d’une noirceur comme j’en ai rarement lu récemment. En cela, on se rapproche de Robin Cook. Et parfois, on a droit à des phrases interminables, faisant dix lignes (je n’exagère pas) qui nous laissent à bout de souffle mais qui ralentissent le rythme, le rendant poisseux. Je dirai que l’on oscille entre le brillant et le le lassant (mais très peu, je vous rassure).

Mais c’est le sujet qui me restera en mémoire, c’est toute cette violence dirigée contre des petits êtres innocents. Et tous les gens qui gravitent autour, pour qui c’est normal. C’est la révolte de Vilar contre le système, qui se débat avec les armes qu’il a, quitte à faire bande à part, en solitaire, comme un loup à la recherche de son louveteau. Et ce qui m’a choqué, c’est l’indifférence générale, la normalité devant des actes atroces que Hervé Le Corre dénonce. Tout le monde s’en fout des cœurs déchiquetés. La société qu’il nous peint est bien moche, son trait est sans concession, et il laisse passer de bien désagréables frissons dans le dos.

Si je dois encore en rajouter pour vous donner envie de lire ce livre, allez chez un libraire et lisez les six premières pages qui constituent le prologue. Elles sont noires à souhait et donnent le ton du roman.

D’innombrables avis sont disponibles sur internet dont ceux de mes collègues  Jean marc , Hannibal , et Jean Claude .