Archives du mot-clé Homosexualité

Chronique virtuelle : Itinéraire d’un flic de Luis Alfredo

Editeur : Ska (Livre numérique)

Les enquêtes du commandant René-Charles de Villemur sont maintenant regroupées dans un seul et unique recueil numérique, chez Ska. Ce personnage hors-norme hors temps va donc trimbaler sa silhouette mitterrandienne à travers cinq affaires. Cette compilation inclut un épisode inédit appelé Emasculation. J’ai donc regroupé mes lectures de chacune d’elles dans un seul billet et vous encourage à aller vous procurer ce livre numérique à moins de 4 euros) pour découvrir une personnalité intéressante, attachante et spéciale.

Pendaison de Luis Alfredo :

Premier tome des enquêtes du commandant René-Charles de Villemur, ce mini roman d’une cinquantaine de pages se lit très rapidement et doit se savourer comme un dessert … ou une entrée en matière. J’avais déjà lu Kidnapping qui comportait un style humoristique. Ici, on est dans une intrigue plus sérieuse.

Quand on appelle Villemur ce matin-là, c’est à cause de la découverte du cadavre d’un homme pendu dans son entrée. On aurait pu penser à un suicide, si ce n’est que le pauvre homme a été émasculé après pendaison. Difficile dès lors de songer à un suicide. Quand Villemur visite la chambre du mort, il n’y trouve que des habits d’homme. La victime serait-elle homosexuelle ? Pour Villemur qui vient de se brouiller avec son ami de cœur Christian, la thèse de l’homophobie est à retenir parmi les mobiles possibles.

Malgré son apparence d’un autre âge, on est tout de suite familier avec ce commandant de police décidément pas comme les autres. Toujours bien habillé, avec son chapeau mitterrandien, il déroule son enquête avec application, recherchant le mobile pour trouver le coupable, pour arriver à une conclusion bien amère. D’une écriture agréable et appliquée, cette enquête est un réel plaisir de lecture que l’on souhaite prolonger de suite.

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul 

Sodomie :

Six mois que son amant Christian est parti. René-Charles de Villemur, commandant de police, tombe dans la routine et noie sa solitude dans l’alcool. Quand on lui signale le meurtre d’un boucher, il se rend sur place. La scène du meurtre est étrange : on lui a enfoncé le canon de l’arme dans le cul et tiré à deux reprises. Encore plus étrange, il y a de la vaseline sur les doigts du boucher et sur son anus, ce qui implique qu’on lui a ordonné d’en mettre.

Alors qu’on lui met dans les pattes Patricia Boyer, une journaliste qui veut faire un reportage sur la police, le commandant et son acolyte Octave vont, comme à leur habitude, dérouler leur méthode, faite d’interrogatoire des voisins. Mais quand un deuxième meurtre est signalé le lendemain, exécuté selon la même méthode, la situation devient urgente, et la pression de la hiérarchie plus pressante.

On retrouve ici toutes les qualités de la précédente enquête, un style fluide, des scènes qui s’enchainent vite et des dialogues savoureux. Cette lecture est donc un vrai plaisir de retrouver ce commandant de police bien typé, même si on découvre assez rapidement l’identité du coupable. La conclusion, par contre, vaut le détour à elle-seule.

Ne ratez pas l’avis de L’oncle Paul

Kidnapping :

Le quotidien d’un officier de police est très varié de nos jours. Le commandant René-Charles de Villemur peut passer d’un rassemblement politique à un suicide en passant par la disparition d’une personne. C’est la disparition de Véronique Chérelle qui va l’occuper, rapportée par son adjoint Octave. Celle-ci a organisé un repas avec des amis et elle n’est pas présente, laissant son mari gérer le repas. Parmi les amis, il y a l’influent M. de Saint-Mont. Devant l’inquiétude de l’assistance, Chérelle appelle la police, ce qui va donner à une enquête sous haute tension dès lors que l’on touche aux grands de ce pays.

J’avais déjà lu cette enquête, alors je vous remets mon avis. J’ai découvert à l’envers cette série et je dois dire qu’on peut les lire indépendamment les uns des autres. Il y a un coté suranné dans le style, un coté légèrement décalé et humoristique, voire sarcastique, qui rendent cette lecture passionnante. L’intrigue est simple mais en peu de mots, l’auteur créé des psychologies, une ambiance et c’est du pur plaisir. Pour tout vous dire, j’ai déjà acheté les autres épisodes ! Je pense que j’y reviendrai plus en détail plus tard …

Ne ratez pas l’avis de l’oncle Paul

Eventration :

Après être passé par tous les postes du supermarché, Patrice Rousse en est devenu le chef de la sécurité. Avec son copain Lucien, ils prennent en flagrant délit de belles jeunes femmes, les emmènent dans la réserve pour assouvir leurs besoins sexuels. Quand il s’agit des arabes, il faut plutôt jouer des poings ; une bonne correction n’a jamais fait de mal à personne ! Lucien, de son coté, profite aussi des largesses de Geneviève, la femme de Patrice sans qu’il n’en sache rien.

De son coté, le commandant René-Charles de Villemur n’arrive pas à oublier le départ de son ami Christian et s’enfonce dans une dépression fortement alcoolisée. Quand il apprend le suicide de Patricia Boyer, une amie, son horizon s’assombrit. L’affaire de l’assassinat de Lucien devrait lui apporter une motivation, mais ce n’est pas le cas. Heureusement qu’Octave, son adjoint, est là pour le secouer.

Cette nouvelle, trop courte à mon goût, ressemble à s’y méprendre à une enquête de l’inspecteur Columbo, dans sa construction. Pendant plus d’un tiers de cette histoire, l’auteur va nous présenter le contexte sans toutefois nous présenter le coupable. Le ton est définitivement plus noir, plus désespéré et on est loin de la dérision présente dans les autres enquêtes. Cela prouve que Luis Alfredo est doué dans tous les genres.

Ne ratez pas l’avis de l’oncle Paul

Emasculation :

Cet épisode n’est disponible que dans la compilation regroupant les quatre autres enquêtes.

Depuis l’affaire relatée dans Pendaison où une victime fut assassinée et émasculée, René-Charles de Villemur discute chez lui avec ses amis Joan Nadal et Patrick Fonvieux d’une série de meurtres visant des homosexuels. Comme ils ont lieu dans une autre juridiction, le commandant n’est pas en charge de l’enquête.

Il est plus de cinq heures du matin quand le téléphone sonne. C’est Octave, son adjoint qui l’informe que le commandant Villote souhaite le joindre. Ce dernier vient de découvrir sur une plage proche de Bordeaux un nouveau cadavre, celui de Christian, son ancien amant que René-Charles a du mal à oublier. Une lettre adressée à René-Charles lui rappelle l’affaire de la mort de Victor Ferran, celle relatée dans Pendaison …

La boucle est bouclée avec cette enquête qui fait référence à la première. On retrouve évidemment avec grand plaisir les personnages qui parcourent ces affaires, et j’ai été étonné de la proximité que j’ai retrouvée avec eux. Ils sont tellement bien dépeints sans en rajouter qu’ils en deviennent des proches.

Le sujet aborde des croisades d’un autre temps, celles d’éliminer ceux qui ne sont pas comme le commun des mortels. Les victimes sont des homosexuels et l’auteur aborde ce sujet avec suffisamment de recul pour laisser le lecteur être horrifié par la connerie humaine. D’ailleurs, quand on lit certains messages sur les réseaux sociaux, on se dit que la réalité pourrait bien dépasser la fiction.

Il n’en reste pas moins que ce premier (que j’espère ne pas être le dernier) est complet et représente une série de très bons romans policiers populaires. D’ailleurs, en parlant de série, je verrai bien ces cinq enquêtes adaptées en série télévisée car tous les ingrédients sont présents pour passionner les masses, des sujets abordés aux personnages passionnants. Avis aux amateurs !

Ne ratez pas l’avis de l’oncle Paul

Une ritournelle ne fait pas le printemps de Philippe Georget

Editeur : Jigal

Il y eut L’été tous les chats s’ennuient, puis Les violents de l’automne, et enfin Méfaits d’hiver. Afin de clore le cycle des saisons, Philippe Georget nous offre Une ritournelle ne fait pas le printemps, en forme d’apothéose, ou comment redécouvrir le roman policier.

Le Vendredi Saint, à Perpignan, une procession religieuse défile dans les rues de la ville, formée d’hommes habillés d’une robe de bure et coiffés d’une cagoule haute et conique comme celles du Ku Klux Klan mais en noir. Les femmes suivent le défilé, habillées de noir et à visage découvert. La Sanch, c’est rendre hommage aux outrages subis par le Christ, en portant une lourde croix, symbole de la chrétienté, au son de tambours, rythmant la marche.

A cause des risques terroristes, Gilles Sebag et Jacques Molina font partie du public et s’assurent que tout se passe bien. Alors que la procession arrive à la place de la cathédrale, le commissaire Castello appelle Gilles Sebag : un hold-up vient d’avoir lieu dans une bijouterie du boulevard Clémenceau. Sebag et Molina vont donc être relayés par Ménard et Llach pour voir de quoi il retourne.

Le propriétaire, Monsieur Borell, venait de recevoir des pierres précieuses quand deux jeunes hommes masqués sont entrés par la porte de derrière, emportant pour plus de 80000 euros de butin. Puis, on rappelle Sebag et Molina sur la place de la cathédrale. Un homme vient d’y être poignardé. L’assassin a profité de la diversion de pétards lancés par des jeunes pour réaliser son forfait. Le commissariat de Perpignan va avoir du pain sur la planche …

Avec ce roman, j’ai redécouvert le plaisir de lire un roman policier, un excellent roman policier. J’ai été surpris de me rappeler des noms des enquêteurs de l’équipe de Sebag, preuve que les romans précédents m’ont marqué. Et malgré le fait que trois années ont passé depuis le précédent opus, je n’ai pas du tout été gêné par les précédentes enquêtes. Donc vous pouvez lire ce roman sans avoir lu les autres.

Un excellent roman policier, disais-je, à tel point que je n’y ai pas trouvé un seul défaut. Ce roman est à situer dans la catégorie « Enquête », ce qui fait que le rythme est lent. Et ce rythme est voulu, car cela donne plus de temps à l’auteur pour mettre en place les personnages et leur psychologie. Et c’est remarquable du début à la fin. Tout s’enchaîne à la perfection, et l’histoire se déroule avec une aisance que peu d’auteurs ont.

Si la région se place au second plan, c’est surtout Perpignan (et un peu Barcelone) qui sont au premier plan. Ce sont aussi ces policiers que l’on ne va pas montrer débordées, au bord de la crise de nerfs mais plutôt leurs relations entre eux (les rancœurs entre Molina et Sebag se font amères) et leurs relations avec la population aujourd’hui, où on ne se gêne plus pour les insulter (voire plus). Ils ne sont plus vus comme des gens qui veulent résoudre des crimes ou qui veulent protéger mais comme des ennemis.

Mais là n’est pas le sujet principal. La victime, Christian Aguilar, habitait dans l’ancienne maison de Charles Trenet. A partir de ce point de départ, Philippe Georget nous montre, par petites touches, la vision des gens envers les homosexuels, et dans ce cas précis, les présomptions de pédophilie dès qu’ils ont à faire avec des enfants. Et cela n’est pas fait avec de gros sabots mais bien subtilement à travers des interrogatoires.

D’ailleurs, des interrogatoires, il va y en avoir beaucoup, Ils sont aussi précieux pour l’intrigue que subtils dans leur approche, avec des répliques humoristiques fort bien venues. Et l’air de rien, avec toutes ces qualités, ce roman s’offre le luxe de nous surprendre avec un final, non pas extraordinaires, mais naturellement amené. Avec une plume d’une fluidité exemplaire, avec cette subtilité dans l’évocation des rapports humains, avec cette facilité à rendre vivants des personnages, je ne peux que remercier Philippe Georget d’écrire ce genre de roman qui permet d’ouvrir sereinement une discussion importante : celle de l’acceptation de tous. Merci M.Georget.

Boccanera de Michèle Pedinielli

Editeur : Editions de l’Aube

Voilà un premier roman tout simplement impressionnant. Il démontre une nouvelle fois que les éditions de l’Aube ont le don de dénicher des auteurs surprenants, qui sont capables de créer un univers dès leur premier roman.

Nice, de nos jours. Ghjulia « Diou » Boccanera est détective privée et a rarement l’occasion de plonger dans des enquêtes passionnantes, puisqu’elle se contente d’affaires de mœurs et de retrouver des chiens volés. Quand Dorian Lasalle se présente chez elle, elle voit tout de suite son intérêt de sortir de la routine, sans compter que cela va redorer son compte en banque.

Dorian Lasalle vient demander à Diou d’enquêter sur la mort de son amant, Mauro Giannini, qui a été assassiné chez lui. La police en déduit qu’il s’agit d’un cambriolage qui a mal tourné puisque la villa a été retrouvée sens dessus dessous. Mauro était ingénieur en BTP et les deux amants devaient s’installer à New York où ils devaient se marier. Dorian ne croit à la version de la police et lui demande d’enquêter en lui versant plus de 5000 euros en liquide. Diou promet d’enquêter sans s’engager sur un résultat.

Après avoir récupéré la clé de la villa, elle fait sa propre visite mais ne trouve rien d’autre qu’une clé USB, glissée dans un casque de chantier. Il est tout de même surprenant que les tableaux originaux d’un peintre connu n’aient pas été emportés par les voleurs. Elle va tout de même voir son ancien amant Joseph Santucci, policier à la PJ de Nice. Les pistes ne manquent pas et Diou a du travail sur la planche.

Conseillé par Patrick Raynal, ce roman est impressionnant de maîtrise du début à la fin. Ce qui est impressionnant, c’est cette faculté à créer un personnage féminin fort, qui ne s’en laisse pas compter. Diou est clairement quelqu’un que l’on n’oubliera pas facilement, par ses facultés de déduction mais aussi par son caractère en acier bien trempé. Si les autres personnages sont au second plan, les vieux quartiers de Nice sont remarquablement bien peints et on aime se retrouver dans ses petites rues pentues.

L’auteur choisit, pour mener son intrigue, de multiplier les pistes quasiment dès le départ. Entre le vol et la possibilité d’un crime homophobe, ou même des raisons professionnelles, le lecteur va suivre Diou en « maîtresse de maison », en « chef d’orchestre » sans que jamais on ne remette en cause ses actions. Et même si Diou connait sa ville, elle nous montre des quartiers que les touristes ne visitent jamais.

On rencontrera tous les codes inhérents au genre, Diou se prendra quelques coups sur la figure, mais elle tiendra bon ! Elle rencontrera des hommes fatals (!), il y aura des scènes d’action, de sexe et un dénouement inattendu. Mais il y a dans ce roman et dans ce personnage ce petit quelque chose qui donne envie de la suivre au bout du monde. Vous l’avez compris, j’attends déjà avec impatience sa prochaine enquête. Et retenez ce nom, Michèle Pédinielli, car cette auteure va devenir une grande.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Oldies : Pente douce de Joseph Hansen

Editeur : Rivages

Traducteur : Richard Matas

Je poursuis cette année 2018 avec une découverte de vieux ouvrages parus dans la collection Rivages Noir. Ce roman psychologique s’avère être une œuvre littéraire noire, située dans le monde homosexuel.

L’auteur :

Joseph Hansen, né le 19 juillet 1923 à Aberdeen (Dakota du Sud) et mort le 24 novembre 2004 à Laguna Beach (Californie), est un écrivain et poète américain, auteur d’une des premières séries policières ayant pour héros un enquêteur homosexuel en la personne de Dave Brandstetter.

Né dans le Dakota du Sud, Hansen est élevé dans une famille aux origines allemande et norvégienne qui déménage d’abord au Minnesota, puis dans la banlieue de Los Angeles en Californie en 1936.

En 1943, il travaille le jour dans une librairie de Hollywood et s’attelle le soir à l’écriture de poèmes et d’un roman. Devenu professeur à l’Université de Californie, il publie à partir de 1952 ses premiers poèmes dans les magazines Harper’s, Saturday Review et dans The New Yorker. Il rédige aussi des scénarios pour la série télévisée Lassie (1954-1974). Dans les années 1960, il reprend brièvement son travail de libraire, présente une émission de radio intitulée Homosexuality Today. Sa plume se consacre à la rédaction de biographies de stars du cinéma, mais il publie également des nouvelles dans un petit journal homosexuel, One Magazine, qui devient bientôt Tangents, et dont il assume la direction jusqu’en 1969. En 1970, il aide à l’organisation de la première Gay Pride à Hollywood, même s’il n’aimait pas le terme « gay » et s’est toujours décrit comme homosexuel.

Militant de la cause homosexuelle, Hansen est pourtant contraint, au début de sa carrière de romancier, de publier sous les pseudonymes de James Colton (ou Coulton) et de Rose Brock des textes de fiction qui abordent ce sujet tabou : Lost on Twilight Zone (1964), Strange Mariage (1965) et Homosexuel notoire (1968).

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, il est surtout connu pour ses romans policiers, signés de son nom, où enquête son héros récurrent, Dave Brandstetter, personnage ouvertement homosexuel, l’un des premiers de la littérature policière avec le détective Pharoah Love de George Baxt. Hansen a aussi écrit une série de courtes nouvelles mettant en scène le personnage de Hack Bohannon, Le Livre de Bohannon (Bohannon’s Book, 1988).

Hansen épouse en 1943 Jane Bancroft, elle-même lesbienne. Cette union, qui donne naissance à une fille, ne prendra fin qu’à la mort de Jane Bancroft en 1994.

Hansen meurt d’une crise cardiaque en 2004.

Quatrième de couverture :

« Les égratignures des ongles de Moody sur le bras de Cutler sont profondes et saignent encore. Elles le brûlent et il voudrait les gratter. Il n’en fait rien. Il a enfilé une chemise de flanelle écossaise afin de les dissimuler au médecin qui se trouve à quatre pattes aux côtés du corps de Moody, étendu sur le sol entre le lit et le mur. Le tube à oxygène est enroulé autour du bras de Moody. L’élastique n’est plus tendu autour de sa tête. La bouteille d’oxygène s’est renversée. Cutler n’oubliera jamais le regard de Moody lorsqu’il a pressé l’oreiller sur son visage. Il ne savait pas alors que ce n’était que le début d’une pente douce qui le mènerait plus bas qu’il n’aurait jamais osé l’imaginer. »

Le roman le plus noir de Joseph Hansen.

Mon avis :

Avant de choisir le livre pour ma rubrique Oldies, j’avais demandé quel livre choisir parmi la bibliographie de Joseph Hansen. Eric Maneval m’a soufflé ce roman là. Quand j’ai lu la quatrième de couverture, j’ai eu un peu peur d’un livre glauque. Ce n’est absolument pas le cas, donc je vous donne un conseil : passez outre la quatrième de couverture. Enfin, je tiens personnellement à remercier Eric Maneval pour ce conseil.

Darryl Cutler est un jeune homme qui rêve d’écrire le grand roman américain. Il a décidé de se rapprocher de Stewart Moody, un éditeur, puis a vécu avec lui. Moody étant proche de sa fin de vie, il l’assiste dans ses derniers instants. En son for intérieur, il souhaiterait que Moody meure, puisqu’il sait qu’il est clairement nommé comme unique bénéficiaire sur le testament de Moody. Cutler va rencontrer un bellâtre dans un bar, Chick Pelletier. Cutler tombe amoureux alors que Chick ne cherche qu’à profiter de l’argent de Cutler. Cutler n’a d’autre choix que de se débarrasser de Moody.

Ce roman est un pur roman noir, et se déroule selon un rythme lent, avec comme personnage principal Cutler. Comme le titre l’indique, la spirale de la descente en enfer de Cutler est douce, lente vers les abymes. Si Cutler vit aux crochets de Moody, comme un parasite, il est très proche de l’état d’esprit de Chick. Il est d’ailleurs intéressant de voir que les deux amants sont similaires, mais que Cutler est aveuglé par son amour pour Chick de la même façon que l’était Moody. De même, il est amusant que dans ce roman, tous les malheurs qui adviennent à Cutler viennent des femmes.

Le personnage de Cutler est remarquablement complexe. Sans cesse harcelé par son éducation, réalisée par sa mère puisqu’il a perdu son père très tôt, il vit en opposition de toutes les remontrances qu’il a subies. Sa réaction, ses solutions aux problèmes qu’il rencontre sont très directes, préférant le meurtre à son travail d’écrivain, qu’il est finalement incapable de faire.

L’écriture de ce roman est fascinante. Elle arrive à mélanger à la fois la psychologie des personnages et le décor, formidablement rendu. Il est aussi un plaidoyer pour les homosexuels, montrant finalement qu’ils sont des hommes comme les autres. Et tout cela est fait d’une façon tellement naturelle, que j’ai été impressionné par la fluidité du style. C’est un roman noir que je situe au niveau de ce qu’a pu écrire James Cain par l’acuité d’observation et la précision de chaque phrase. Un classique du roman noir à redécouvrir.

Ne ratez pas l’excellent billet de Philippe Cottet