Archives du mot-clé Humour

Comment L.A. de Alain Wagneur (Suite Noire 33) et Des manches et la belle de Jean Paul Nozière (Suite Noire 34)

Je rattrape mon retard car je n’ai pas abandonné ma collection Suite Noire. Il faut juste prendre le temps de les lire, ce qui est assez facile, car ils se lisent en une journée. Voici donc les deux tomes parus en janvier 2010.

Comment L.A. de Alain Wagneur raconte l’histoire d’un détective privé qui se recycle dans le recouvrement de dettes pour le compte du groupe Volkswagen Audi. Lors de la recherche d’une Touareg, ils tombent sur M.Bouteillier, le magnat des céréales. Celui ci leur paie rubis sur l’ongle la voiture que son gendre a acheté à un revendeur / truand. Puis, notre détective privé tombe sur Jackie Delorme qui n’a pas payé ses traites pour une Audi A4. Jackie exerce le métier de stripteaseuse pour vivre, sous le nom de Vanessa Champagne. Comme il a été éclairagiste pour des films dans une autre vie, il va participer à l’amélioration des numéros de scène de Vanessa Champagne. Sa vie bascule quand il tombe amoureux d’elle.

Tous les ingrédients d’un bon polar sont présents : un détective privé, une femme belle, un homme riche avec plein de vices. Vous mettez tout cela dans un mixer, et quand l’histoire est bien racontée et bien écrite, vous avez entre les mains un bon polar écrit en forme d’hommage pour tous les grands auteurs de polar. De nombreux clins d’oeil sont parsemés tout au long de cette petite histoire fort distrayante pour un grand plaisir de lecture.

Des manches et la belle de Jean Paul Nozière raconte l’histoire de DD de son vrai nom Delicious Dembele. Enfin, c’est comme ça qu’il aime se faire appeler. il souffre d’atroces migraines, qu’il soigne en dézinguant son prochain. Sa mission, cette fois-ci, est de voler deux millions d’euros en fausses coupures à deux Finlandais, sur le parking de l’Isardrome sur l’A7. Le problème, c’est que DD ne retient pas les nombres. Et qu’il se retrouve sur un parking d’autoroute (jusque là, c’est bon), qu’il rencontre deux hommes blonds conduisant un corbillard (jusque là c’est bon !), mais que dans le corbillard, il n’y a pas deux millions d’euros mais le corps d’un noir plein de cocaine.

Dès le début de l’histoire, on a droit à un festival boosté à l’adrénaline. Cela va vite et surtout, c’est loufoque. Le ton est résolument plein d’autodérision, avec l’utilisation de noms pour les différents personnages qui force à sourire. Tout n’est pas bien sérieux, mais le but est avant tout de divertir, tout en plaçant de petites remarques par ci par là, des petites critiques pour que tout le monde en prenne pour son grade. Mais cela n’est jamais méchant, je me suis marré tout au long du livre, et c’est partuclièrement agréable. Jean Paul Nozière s »est éclaté à écrire cette histoire et nous, on s’éclate à la lire.

Docteur à tuer de Josh Bazell (JC.Lattès)

Que d’éloges pour ce roman, aussi bien de ce côté ci de l’Atlantique qu’aux Etats Unis. Il a fait l’objet d’une publicité assez tentante et surtout les droits du livre ont été achetés par M.Leonardo Di Caprio. Bref, jusque là, rien ne me destinait à le lire. Ce qui m’a tenté c’est le sujet.

Le Dr Peter Brown est interne dans le pire hôpital de Manhattan. Quand il était adolescent, ses grands parents ont été assassinés. Il n’a eu de cesse de connaître le nom des vrais coupables pour se venger. Il apprend alors que ce genre de meurtres peut être perpétré par des jeunes truands désirant montrer à la mafia qu’ils sont de « bons » tueurs et qu’ils peuvent servir de porte flingue.

Il entre alors à l’université et fait tout pour devenir l’ami de Adam Locano, parce que sa famille est dans la mafia. Il a été tellement bien reçu, qu’il considère cette famille comme la sienne. Alors, pour Noel, Mme Locano lui demande ce qu’il veut pour Noel et il répond : « La seule chose dont j’ai envie, c’est de savoir qui a tué mes grands-parents ». De fait, il les retrouve et accomplit sa vengeance. Ce qui ne le réjouit guère.

 Lors d’une tournée de ses malades, il s’occupe d’un nouveau patient. Il s’appelle Eddy Squillante, il n’a plus que trois mois à vivre, il est inscrit sous un faux nom, ou un vrai. C’est difficile à dire, tout le monde vit sous des faux noms. Eddie reconnait en Peter Brown un implacable tueur de la mafia, que l’on appelait Griffe d’ours. Le docteur Brown est protégé et caché de la mafia pour avoir participé à l’arrêt de Locano. Eddy va se faire opérer. Le marché est simple, Peter doit tout faire pour que Eddy survive à son opération, sinon, la famille Locano sera au courant de l’endroit où il se cache.

C’est à une aventure de docteur dopé aux amphétamines. Cela va à toute vitesse avec pour unique but de nous divertir. Il fait bon parfois lire un roman sans autre arrière pensée que de passer un bon moment. Eh bien, celui là fait partie des bonnes surprises. Le rythme est surtout donné par la construction, faite de chapitres courts, eux mêmes entrecoupés de « passages »., en alternant entre passé et présent  Et comme le roman abonde de dialogues, très bien faits au demeurant, ça se lit vite, grâce à l’humour omniprésent.

D’ailleurs, on comprend pourquoi Leonardo Di Caprio a acheté les droits de ce roman : le roman est en lui même un scénario, avec peu de descriptions et des situations faciles à filmer. Si l’on ajoute à cela une bonne dose d’humour, mais pas de l’humour intellectuel, plutôt de bonnes réparties et des situations comiques, on tient là un bouquin qui fait passer du bon moment. Et Josh arrive à tenir la distance et le rythme jusqu’à la fin.

Deux trois petites choses m’ont un peu géné. Tout d’abord, je suis embetté quand on présente un tueur sous un aspect sympathique. Ensuite, quelques incohérences (dont la fin un peu floklorique) dans le scénario, pardon, le roman, font qu’on se pose parfois des questions qu’on oublie bien vite. Enfin, les notes en bas de page pour rajouter une note d’humour à la narration fait ralentir le rythme (si on les lit, mais j’ai vite arrêté) et m’ont semblé inutile.

Bref, ce fut une lecture bien agréable, un bon scénario pour un futur film à grand succès. Pour ma part, j’imagine plus George Clooney dans le rôle principal que Leonardo. Mais c’est peut-être parce que je n’aime pas tellement Leonardo ! Alors, plutôt que d’attendre que le film sorte pour le lire, soyez en avance sur votre temps. Lisez le maintenant.

Aller simple de Carlos Salem (Moisson rouge)

Après avoir lu tant de critiques élogieuses sur ce livre, je l’avais forcément mis sur ma liste de livres à acheter. Mais à chaque fois que j’allais dans une librairie pour acheter un bouquin, j’en trouvais un autre à acheter. Finalement, je l’ai mis sur ma liste de Noel, et le Père Noel, dans son immense bonté, l’a déposé au pied de notre sapin. Après Underworld USA, j’avais décidé de le prendre pour m’aérer un peu, pour avoir une lecture plus légère que le dernier Ellroy. Et c’est le livre le plus déjanté, le plus loufoque que j’aie jamais lu.

C’est l’histoire d’Octavio qui est en vacances au Maroc avec sa femme. Il est marié depuis 22 ans, et cela fait 20 ans qu’elle le fait chier (excusez du terme). Il est fonctionnaire espagnol au registre d’État Civil. En plein milieu de ces vacances, sa femme fait une crise cardiaque, s’écroule sur le lit de leur hôtel, se relève, se cogne la tête contre la table de nuit, et tombe sur le sol morte. Octavio se rend vite compte qu’avec la trace de coup qu’elle porte sur la tête, personne ne va croire à une mort naturelle. Il décide de la cacher sous le lit et d’aller prendre l’air. Au bar, il rencontre Soldati, un pseudo anarchiste et lors de leur périple, ils en viennent à voler le manteau d’un Bolivien, qui s’avère être un truand. Dans le manteau, se trouvent des faux papiers et de l’argent, faux aussi. Soldati, qui a par le passé cherché à vendre des glaces aux Touaregs et qui dispose d’un camion réfrigéré, aide Octavio à récupérer sa femme. Mais lors de leur retour à l’hôtel, Ils y mettent le feu et s’échappent sans trouver le corps. Les voilà donc poursuivis par la police et par les trafiquants colombiens.

Que voilà un résumé bien long pour un petit livre de 260 pages. Mais en fait, cela ne couvre que les 50 premières pages. Car ce roman part sur des chapeaux de roues pour présenter le canevas de cette intrigue aussi loufoque qu’hilarante. Ici, rien n’est sérieux, c’est drôle du début jusqu’à la fin. Et la suite est du même tonneau, avec des rencontres toutes plus improbables et délirantes les unes que les autres, d’un réalisateur qui tourne un film sans pellicule à Carlos Gardel.

La grande force de ce roman réside dans ses personnages, tous plus humains les uns que les autres. Voilà un auteur à propos duquel je peux dire sans me tromper qu’il aime ses personnages. On s’y attache facilement, on les suit avec plaisir, et quand on croit que l’intrigue s’embourbe, Carlos Salem fait une pirouette, en général très drôle, et l’intérêt est relancé.

J’ai particulièrement apprécié aussi les réflexions pseudo philosophiques, peut-être pour montrer que tout le monde peut le faire, ou pour monter le polar au niveau de la grande littérature, ou juste pour faire rire. Aucun sérieux n’est à retenir, ceci est une gigantesque potache, une énorme blague, avec d’excellents bons mots qui mériteraient leur place dans tout bon dictionnaire de citations. Et donc, le plaisir de lire est au rendez vous. Et j’avais l’impression parfois de lire du Westlake, pas en ce qui concerne le style, ou la construction de l’intrigue mais plutôt en ce qui concerne la volonté affichée d’abandonner la rationalité et le sérieux, pour se laisser entraîner dans les délires de l’auteur.

C’est aussi de très beaux portraits de personnages à la poursuite d’un objectif, d’un idéal qu’ils n’arriveront pas à atteindre. Entre Octavio qui cherche sa femme, le Bolivien qui court après un agenda, un réalisateur qui tourne un film sans pellicule, un écrivain qui cherche à écrire un livre, tous cherchent quelque chose qui donne un sens à leur vie. Même si ces objectifs sont plus loufoques les uns que les autres. On arrive à se demander si le monde entier n’est pas devenu fou.

Là où je suis un peu plus mitigé, c’est que par moments, j’ai décroché. Certes j’ai continué, et j’ai bien fait, car les rebondissements sont tellement bien faits que l’on est tout de suite repris par le rythme comique de l’ensemble. De plus j’ai regretté que les extraits des chansons de Gardel ne soient pas toutes traduites. Je ne parle pas espagnol, et j’ai peur d’être passé à coté de blagues supplémentaires ou tout simplement d’un peu de poésie. Enfin, des fautes d’orthographe en assez grand nombre m’ont un peu énervé.

En conclusion, Aller simple est une très bonne découverte, un auteur que je vais suivre pour son univers déjanté et décalé. Cela fait du bien de lire un polar différent et extrêmement bien construit, qui va au-delà de la simple blague. Je vous le conseille fortement. Un excellent polar qui n’est pas passé loin du coup de cœur en ce qui me concerne.

Tout peut arriver de Jonathan Tropper (10/18)

Il faut bien s’amuser dans la vie ! Comme je ne savais pas quoi attaquer comme livre, j’ai demandé à ma fille de 4 ans de m’en choisir un. Evidemment, elle en a pris un à sa hauteur, et, ne sachant pas lire, elle a pris une couverture dont elle apprécie la couleur. Résultat : Tout peut arriver parce que la couverture est violette (dans l’édition Fleuve noir).

Zach Est un jeune homme d’une trentaine d’années qui a tout pour être heureux. Il travaille en tant qu’intermédiaire et, en tant que tel a de l’argent, sa femme est superbe et il doit bientôt se marier, son meilleur ami et co-locataire est millionnaire. Tout bascule le jour où il commence à uriner du sang. Alors apparaissent toutes les petites failles qui font que sa vie n’est pas idéale : son travail devient trop stressant, son père qu’il n’a pas revu depuis vingt ans refait son apparition, il tombe amoureux de la veuve de son meilleur ami qui est mort deux ans auparavant dans un accident de voiture. Et Zach va commencer à changer sa vie et changer de vie.

Je ne sais trop que dire sur ce livre. Si ce n’est que je ne me rappelle plus ce qu’il fait dans ma bibliothèque, que ce n’est pas un livre que j’aurais acheté d’emblée, et que j’aurais eu tort. Ce personnage narrateur de cette histoire nous est facilement rendu sympathique car ce qui lui arrive est en général drôle, ou décrit de façon détachée légère et humoristique. On le lit donc assez vite et avec pas mal de plaisir. Jonathan Tropper a un talent certain pour démontrer la psychologie de son personnage sur un ton de rigolade ou presque. Clairement, il ne se prend pas au sérieux. Ou alors, il le fait bien étant donné la gravité du sujet.

Ce qui m’a le plus gêné dans ce livre, c’est surtout le personnage et son contexte : cela ressemble beaucoup aux romans des années 90, où on avait affaire à un homme riche qu’il faut plaindre car il a plein de problèmes. C’est parfois un peu énervant. De même, l’égocentrisme du narrateur fait peur et amène forcément à des longueurs que l’on a tendance à passer. Par contre, tropper se laisse aller, devient plus léger, moins dépassé par son sujet, et l’optimisme de son écriture fait mouche, pour donner des moments purement magiques comme la scène du concert de punk-rock du frère de Zach.

Alors, au final, je retiendrai un livre qui risque d’être aussi vite oublié qu’il a été lu, avec quelques reflexions amusantes voire brillantes qui ne dépareilleraient pas dans un livre de Woody Allen, mais trop rares pour que cela en fasse un livre indispensable. A réserver aux amateurs de littérature américaine légère. Dans le genre plus sérieux, personnellement, je préfère Brett Easton Ellis, Martin Amis ou Philip Roth.

Envoyez les couleurs de Donald Westlake (Rivages Thriller)

C’est un roman que j’ai lu quand il est sorti (donc en début d’année) car je lis des Westlake dès que je le peux.
Le jeune Olivier Abbott vient d’être nommé professeur d’anglais à l’école de Colfax que dirige son père. Mais dès le premier jour de classe, les élèves – 87 % sont des Noirs – se mettent en grève, lui reprochant d’avoir pris la place d’un professeur de race noire. Bravant cette contestation dirigée contre lui et son père, Olivier obtient la protection d’une ravissante collègue, Leona, qui appartient au groupe modéré des contestataires noirs. Mieux : il entreprend de la séduire, et Leona succombe peu à peu au charme du professeur, ce qui provoque la panique du père d’Olivier et la fureur de la communauté noire…
Donald Westlake est un GRAND, était un grand. Dans ce roman, il aborde le sujet du racisme, sujet oh combien ! difficle. Comme toujours, il part d’une situation classique, et déroule l’histoire avec logique. Et comme toujours, cela se suit avec beaucoup de plaisir. Son écriture est limpide, les descriptions simples et les dialogues brillants.
Les deux personnages, Olivier et Leona, sont immédiatement sympathiques et on ressent beaucoup de compassion envers ce qui leur arrive. Et on poursuit la lecture avec avidité en espérant que tout se finisse bien, parce qu’avec Westlake, on ne sait jamais. Il y a aussi un coté daté dans ce livre écrit en 1969 (cette édition a été re-traduite dans le cadre d’une ré-édition des oeuvres du maître). C’est pllutot agréable, on a l’impression de voir un film américain des années 50, comme le dit justement Actu du noir là.
Contrairement aux autres romans de Westlake, l’humour est moins présent (ou du moins je l’ai moins senti / ressenti). Il y a bien quelques passages hilarants mais ils sont situés vers le début du bouquin. J’ai eu l’impression que Westlake était un peu écrasé par la gravité du sujet, qu’il n’avait pas le détachement que l’on peut trouver dans ses autres romans. Par contre, il renvoie les deux parties dos à dos comme si on était dans un match de football (américain), que le match se terminait avec un score nul, pour montrer qu’au bout du compte c’est l’éducation qui compte et pas la couleur de la peau. La leçon de morale de la fin est tout de même un peu trop « premier degré » à mon gout.
Ce roman ne restera pas dans mes annales comme le meilleur de Westlake. Essayez donc les aventures de Dortmunder, ou même Un jumeau singulier ou Mort de trouille ou Aztèques dansants. Là, je vous garantis des éclats de rire à en avoir mal aux maxilaires.

TOUT EST SOUS CONTROLE de Hugh LAURIE (Points)

Génial Desperate Housewives ! Pourquoi ? Ben, parce que je peux disposer de l’ordinateur ! Voici donc le bouquin de M. Docteur House. Après avoir lu plein de critiques positives et appréciant le docteur en question, il fallait que je teste la chose.

Thomas Lang est détective privé à Londres. Alors qu’on lui propose de tuer un riche homme d’affaires, Mr Woolf, pour la modique somme de 100 000 dollars, il décide non seulement de ne pas le faire mais en plus de prévenir sa future présumée victime. C’est là qu’il tombe sur sa fille Sarah Woolf et en tombe amoureux. Mais l’histoire serait trop simple si Thomas Lang ne se retrouvait pas entre les mains de terroristes tchèques, du ministère de la défense britannique et d’espions américains.

Autant vous dire qu’il se passe plein de choses dans ce livre et que le rythme va vite, aussi vite que l’esprit et le sens de la répartie du personnage principal. Car de situations rocambolesques en quiproquos absurdes, cela se lit assez bien. Surtout les 150 premières pages, où on ne comprend rien à ce qui arrive au personnage, ballotté qu’il est entre les uns et les autres, mais où on rie bien grâce à ses réflexions et ses dialogues.

Ne cherchons pas le style, assez quelconque, ce livre est écrit avec de l’humour pour l’humour. Donc les dialogues sont assez bien trouvés, et souvent très drôles. Pas de phrases extraordinaires, pas de descriptions exacerbées, pas de psychologies compliquées. Tout cela n’est que du divertissement pour le plaisir comique du lecteur.

Mais là où le roman pêche, c’est qu’on ne se mesure pas aux maîtres du genre (Donald Westlake ou PG Wodehouse) aussi facilement. En particulier, le plus dur est de tenir la distance. Et effectivement, à la moitié du livre, les événements se transforment en histoire compliquée à suivre, la narration s’essouffle, les remarques sont moins cyniques, les dialogues plus rares. Et à force d’en rajouter dans ce petit monde absurde, Hugh Laurie finit par s’étrangler dans cette histoire politico-historico-espionno-compliquée.

Bref, si vous êtes un fan du Docteur House, comme moi, oubliez ce livre et refaites vous une saison en DVD. Ou alors, pointez vous deux heures dans une grande surface et lisez les 100 premières pages. Si vous cherchez un roman bourré d’humour, allez plutôt prendre un Donald Westlake.