Archives du mot-clé Information

L’information du mardi : Des idées de polars

Voici exclusivement pour vous quelques idées de polars …

Serial killers de Stéphane Bourgoin (Grasset)

Serial killers

La nouvelle édition de Serial Killers de Stephane Bourgoin, complétée et mise à jour est sortie dans les librairies. Cet ouvrage, véritable essai et bible sur les tueurs en série, est un document exceptionnel, pour qui s’intéresse à ces monstres.

Stéphane Bourgoin a pu s’entretenir avec plus d’une quarantaine de ces serial killers dans les prisons de haute sécurité du monde entier. Cannibales, comme Ottis Toole ou le pédophile sud-africain Stewart Wilken ; psychotiques, tel Gary Heidnik, dont le cas inspire le personnage de Buffalo Bill dans Le Silence des agneaux ; ou Richard Chase et James Riva, authentiques vampires modernes ; femmes criminelles, comme Martha Beck ou Christine Falling ; tueurs d’enfants à l’exemple de John Joubert et Albert Fish ; nécrophiles et chasseurs de têtes, à l’image de Gerard Schaefer et Ed Kemper qui sert de modèle au Hannibal Lecter de Thomas Harris ; étrangleurs de prostituées à la façon d’Arthur Shawcross, tous expriment les mêmes fantasmes sanglants – et une absence totale de remords. Grâce à de nombreux séjours à l’étranger (Etats-Unis, Afrique du Sud, Europe de l’Est, etc.), l’auteur a pu rencontrer les agents spéciaux du FBI chargés d’étudier ces assassins hors norme, ainsi que des profilers du monde entier qui utilisent une approche psychologique et des bases de données informatiques pour résoudre les enquêtes. Leurs conclusions sont confrontées à l’avis des plus grands psychiatres dans le domaine. L’ouvrage est complété par un dictionnaire bibliographique des serial killers qui est le premier du genre.

Le coté sombre de la loge de Henri Weigel (Les éditions du Net)

coté sombre de loge

Juliette et Louis se rencontrent dans un bal de village. A la première seconde, naît une relation fusionnelle. L’osmose est totale, lui est la force, elle l’esprit. Ils sont pourtant de deux milieux sociaux que tout oppose.

Elle, agrégée d’histoire, est la fille de pharmaciens, protestants cultivés et rigides. Lui, est né et vit dans une famille de paysans montagnards. C’est la cause de la violente déchirure de Juliette avec sa famille.

Quelques semaines après leur mariage et le décès du père de Louis, ils doivent quitter la ferme familiale en raison du droit d’ainesse du frère. Ils n’ont pas d’autre issue que le départ vers Paris, où Louis devient concierge d’un immeuble du 16ème .

Leur vie va être dure, mais des circonstances, des hasards vont leur offrir des opportunités. Va commencer pour le couple une extraordinaire destinée où avec la plus grande froideur, ils ne laisseront plus grand-chose leur échapper. Les moyens seront utilisés tels qu’ils se présenteront.

Des rebondissements vont se succéder, les emportant du côté éclairé au côté sombre de la loge, comme dans leur vie. Et en fin de compte, on s’aperçoit que ce genre de choses pourrait se produire… ou est déjà arrivé…

Renaissance de Jean Baptiste Dethieux (Taurnada)

Renaissance

Lecture électronique

Le psychiatre m’avait pourtant prévenu. Il ne fallait pas tenter cette plongée dans les abîmes, tout seul. Surtout pas ! Vouloir remonter le temps ou plutôt le dérouler sans l’aide d’un compagnon de route, d’un guide de haute montagne aguerri, grand connaisseur du terrain et de tous les pièges que représente cette virée dans les recoins de ma mémoire, c’était de la folie !

Né en 1966, Jean-Baptiste Dethieux, psychiatre et psychanalyste à Toulouse, est l’auteur de plusieurs articles dans le champ de la psychiatrie et de la psychanalyse de l’enfant ainsi que d’un récit Le voyage de Jeanne, publié en 2009 (éd. Anne Carrière). Avec Renaissance il signe un roman noir délicieusement complexe, thriller psychologique ayant comme principal acteur la mémoire !

L’information du mardi : idées de polars

Voici quelques idées de polars qui ont attiré mon attention

Choucroute poursuite au Havre de Thierry Lepoire (Mélibée éditions)

Choucroute

Réveillé avant l’heure par les pleurs de sa mère, Laurent Duverger, inspecteur principal à la PJ du Havre, tient à se voir confier une enquête peu banale. C’est son propre père Gérard, brigadier de police urbaine en poste à Sainte-Adresse, qui a été victime de la fureur d’un tueur pendant sa ronde de nuit alors qu’il effectuait un contrôle de routine en compagnie de son collègue Montagnet. Les deux hommes sont grièvement blessés.

Avec une équipe de choc composée des deux meilleurs amis de Gérard, que sont Jean et Albert dit « Bébert » et son inséparable ami Christian Caluchon dit « Caluche », Laurent Duverger va devoir démêler une intrigue sur fond de course-poursuite dans les rues du Havre, envahies par les nombreuses forces de police, exceptionnellement déployées dans les quartiers du port. Le lien avec une affaire parisienne non élucidée va rapidement être mis

à jour, conduisant l’inspecteur à enquêter chez des personnages plutôt inattendus, à la fois imprévisibles et attachants.

Né au Havre en 1955, Thierry Lepoire a vécu sa plus tendre enfance dans une cité HLM du quartier Perret. Il a fait carrière dans l’industrie chimique de la zone industrielle du Havre, tout en écrivant poésies, discours de départs, hommages ou paroles de chansons. Son inspiration éclectique lui vient, entre autres, de Michel Audiard, Frédéric Dard et Coluche.

Corps défendant de Baptiste Madamour (Ska)

corps défendant

Lecture électronique

UNE BLONDE AVEC une longue mèche et un débardeur lâche tend la main vers moi, je lui donne les bouteilles, elle marmonne un merci et retourne à sa conversation. Sa nuque est fine, sa peau doit être douce. Je me sens triste. Je ne devrais pas rester ici. Je devrais rentrer chez moi. Je ne rentre pas. Je regarde une pile de cd, je fais semblant de m’y intéresser, l’important est de ne pas montrer que personne ne me parle et que je ne parle à personne. Ne jamais faire pitié.

Dans ce court roman, l’auteur dresse le portrait d’une génération à la dérive, prisonnière de la mort des utopies et empêtrée dans le consumérisme à tout crin. Quand on rajoute les MST et le boulot décérébrant, ça craint ! Demeurent les rapports entre filles et garçons et la pérennité de ses aléas : amour, tromperie, jalousie… qui peuvent vous embringuer malgré vous dans des situations extrêmes.

Eratosthène de Thierry Crouzet (L’age d’homme)

Voici les informations que l’on trouve sur le site de l’auteur : http://blog.tcrouzet.com/eratosthene/

Eratosthène

Au IIIe siècle av. J-C, Ératosthène a inventé la géographie et mesuré la Terre. Directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, poète, mathématicien et surtout philosophe de la liberté, il est tombé dans l’oubli pendant deux mille ans. Nous le redécouvrons plus vivant que jamais dans un roman historique qui nous plonge dans l’Égypte et la Grèce antiques.

Ératosthène a cherché le bonheur dans un temps de grands bouleversements, siège d’inventions révolutionnaires et d’une barbarie sans nom. Toute ressemblance avec notre époque n’est pas involontaire. Cet homme de l’Antiquité nous initie à notre modernité.

La version ebook inclut en bonus un journal d’écriture, une chronologie détaillée et une bibliographie.

Un roman protéiforme

La vie du Léonard de Vinci de l’Antiquité.

Une critique d’aujourd’hui à l’aune des échecs d’hier.

Un guide de survie aux époques de transition, quand un temps s’achève et qu’un autre pourrait naître.

Une lente initiation, à déguster saynète après saynète.

Une plongée aux origines de la philosophie, des mathématiques et de la géographie.

L’histoire véridique d’un polymathe dont on ne sait presque rien.

Note d’intention

J’ai commencé à m’intéresser à Ératosthène parce qu’il a été oublié pendant dix-huit siècles. Cette injustice me terrorise encore, l’idée que des solutions à nos maux gisent dans de vieux livres ou dans des esprits trop en avance sur leur temps, bien vivantes mais ignorées.

En me lançant dans cette histoire, je ne m’attendais pas à ce qu’elle m’occupe pendant quatorze ans. La mesure de la Terre formulée par Ératosthène a été méprisée, tout comme son enseignement philosophique et sa revendication à n’être expert de rien.

C’est un roman historique sur aujourd’hui, portant en creux la transition que nous aurons, ou pas, le courage de traverser.

C’est un « roman de science-fiction dans le passé », tant Ératosthène m’est lointain et mon propos tourné vers l’avenir. Tous les personnages ont existé, tous les événements politiques aussi. Je n’ai pratiquement rien inventé.

Ératosthène m’a longtemps accompagné. En même temps que je traçais sa vie, j’ai tracé la mienne. À travers lui, j’ai raconté mon initiation à notre époque.

L’information du mardi : La rentrée chez Jigal

C’est avec 6 polars que Jigal fait sa rentrée, trois grands formats et trois rééditions au format poche. Une nouvelle fois, ce sont trois approches différentes du polar. Une nouvelle fois, ce sont des histoires noires. Jugez en plutôt … en attendant mon avis dans ces pages

 Mise en page 1

Quand les anges tombent de Jacques-Olivier BOSCO

Cinq enfants kidnappés… Un truand impitoyable, Vigo, dit le Noir, condamné à perpét’ pour le meurtre de gamins qu’il nie farouchement avoir commis… Un avion en provenance de Russie qui par malheur s’écrase sur une prison… Un procès truqué, une vengeance… Un préfet assoiffé de pouvoir qui brouille les cartes, un flic déboussolé au fond du trou, un malfrat corse en rupture de ban, un cheminot alcoolo, un juge en fin de parcours, une avocate opiniâtre, des parents bouleversés mais combatifs… Et leurs cinq mômes bien décidés à survivre et prêts à tout pour s’en sortir tout seuls !

« Il est actuellement peu d’auteurs au monde qui osent une écriture aussi viscérale qui, comme le disait Mickey Spillane, prend le lecteur par les cojones dès la première phrase, le happant dans son tourbillon pour le rejeter vaguement groggy avec l’impression d’avoir reçu un direct à l’estomac, puis en pleine tronche. » (K-Libre). Sélection du prix Ancres Noires 2014, finaliste du prix Récit d’Ailleurs, finaliste du prix Polar 2014. Bosco c’est d’abord une écriture acérée et un style percutant à l’efficacité redoutable : brut, punchy, sec et nerveux ! Ses thèmes de prédilection : la haine, l’amitié, l’amour, la vengeance, la fierté, la trahison, l’injustice, la peur et la mort… À le lire, on pense tout à tour cinéma, scènes d’actions et littérature populaire… On pense aussi à Scorsese, Johnnie To, John Woo, à Chase, Malet, Goodis, ou Héléna… Les réminiscences ne manquent pas… Normal puisque « Bosco rend tous les honneurs à la noblesse prolétaire de la littérature populaire avec ses polars durs et cruels menés au rythme des douilles vides qui rebondissent à terre. » (Revue Éléments). Les romans de Bosco, c’est « la rage en partage mais aussi et surtout la tendresse… » (La Cause littéraire). « Bosco c’est une gifle qui remet les idées en place… Bosco a du talent. » (BSC NEWS). Bosco c’est « une déflagration qui vous vrille les tympans. » (DBDLO). Bosco écrit avec ses tripes et ça se sent à chaque ligne. QUAND LES ANGES TOMBENT n’échappe pas à la règle… Quel plaisir !

 Mise en page 1

Le crépuscule du mercenaire du juge André FORTIN

Ange Simeoni est un voyou qui bien que retiré des affaires est au courant de bien des choses… À sa demande, Stanley, petit voleur à la tire, vient de dérober la mallette d’un agent très spécial tout droit sorti du ministère… Vingt ans plus tôt, Marc Kervadec est conseiller des princes africains. C’est un barbouze qui, du Mali au Burkina Faso en passant par le Togo, veille au grain, chaperonne les présidents et protège les intérêts de la France. Il y a tellement de richesses ici… Au même moment, à Aix-en-Provence, Margot, jeune et belle femme éthérée, brûle sa vie par les deux bouts entre les visites impromptues de Marc… Ailleurs, le colonel, vieux briscard de la DGSE, distribue les rôles à son armée de l’ombre. Les valises d’argent liquide circulent et s’envolent même de temps à autre pour des destinations inconnues… Et parfois la machine se grippe, les planètes se rencontrent, l’amour s’en mêle, les dossiers disparaissent, les juges enquêtent, les présidents africains décèdent brutalement… Il suffit de si peu de chose…

Pour André Fortin, la vie est d’abord ce qu’elle fait de nous et ensuite seulement ce que nous en faisons. Elle réserve à tout homme des aléas, des chances et des surprises qui font pencher la barque d’un côté ou de l’autre. Demeure le choix, fugace, à peine conscient, celui du naufragé qui va, dans la fureur de la tempête et au petit bonheur la chance, saisir une corde parmi tant d’autres. Liberté oui, mais si l’on y pense, liberté infime. Voilà ce qu’on ressent à la lecture de ses romans. Aussi ses personnages, broyés par les systèmes conservent-ils tous, au fond, cette parcelle d’humanité qui nous émeut, quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense. Ici va se dévoiler la face cachée de la Françafrique. Un mercenaire, sorte de soldat perdu au service de l’État. Stan, un tout jeune délinquant, un peu naïf, un peu voleur. Ange, un vieux briscard, instrument bien malgré lui du drame qui se joue… Et puis il y a Margot, jeune femme éthérée, et l’amour, l’attente, la drogue peut-être et la mort… Sans oublier le blanchiment, les dictateurs là-bas, les barbouzes partout, les malfrats ici au service des puissants, le juge obstiné, l’enquête difficile et embrouillée… Il y a des vies qui passent à côté… des engagements qui se perdent dans le désert… des désespoirs qui font vivre… des serments qu’on n’oublie pas… André Fortin a été juge, mais le romancier qu’il est devenu se garde aujourd’hui de juger.… C’est beau et triste à la fois !

 Mise en page 1

Une terre pas si sainte de Pierre POUCHAIRET :

Dany et Guy, deux flics de la police judiciaire israélienne, enquêtent avec le Shabak – la sécurité nationale – sur le massacre d’une famille de colons juifs installée en Cisjordanie à proximité de Naplouse. De son côté, Maïssa, flic palestinienne, fille d’un ancien compagnon d’armes d’Arafat, mène elle aussi, avec obstination, ses propres investigations. Très vite et bien que le doute subsiste, un groupe de jeunes Palestiniens est mis en cause et accusé de ce crime sordide. Mais parallèlement, après la découverte d’un arrivage massif de drogue de synthèse à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires, Gabin, flic français des stups, est envoyé sur place pour démanteler un possible trafic international issu d’un camp de réfugiés. Allant de surprise en surprise, c’est sous pression permanente et dans un climat délétère que flics israéliens, palestiniens et français vont devoir unir leurs forces pour combattre ce réseau mafieux… Car là-bas, même un saint n’y retrouverait pas les siens…

Parfois la frontière entre le réel et la fiction est si ténue qu’on peut se demander où elle commence et surtout quand et comment ces histoires tragiques vont cesser… Et alors que les médias nous abreuvent en permanence d’insupportables images de guerre en « direct live », Pierre Pouchairet vient avec ce terrible roman apporter sa connaissance du terrain ! Et de la première à la dernière ligne – ça ne fait aucun doute –, ça sent le vécu : Pierre Pouchairet (commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiant à Nice, Grenoble ou Versailles… Il a également été à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan) a foulé ces routes poussiéreuses, a senti ces odeurs de pneus brûlés, a entendu ces déflagrations, ces cris, ces pleurs… Fin connaisseur – pour raisons professionnelles – du Moyen-Orient, de ses enjeux, de ses pouvoirs, de ses trahisons, mais aussi des rêves et des espoirs au quotidien d’une population vivant perpétuellement dans le chaos, Pierre Pouchairet nourrit son intrigue d’indices, de causes et de raisons – bonnes ou mauvaises –, de tous ces éléments – l’Histoire et son cortège de haine, d’incompréhension, de vengeance, de mort, de peur – qui font de cette région, et depuis tant d’années, cette poudrière toujours proche du point de rupture… C’est tragique, édifiant, injuste, sanglant… On a parfois du mal à comprendre, à y croire même … Et pourtant …

A noter au niveau des rééditions en format poche :

La mort du Scorpion de Maurice GOUIRAN : vous trouverez les infos sur le site Jigal et mon avis ici : http://black-novel.over-blog.com/article-la-mort-du-scorpion-de-maurice-gouiran-jigal-113261403.html

L’autel des naufragés de Olivier MAUREL : vous trouverez les infos sur le site Jigal et l’avis de Petite Souris ici : http://passion-polar.over-blog.com/article-l-autel-des-naufrages-119655236.html

J’ai fait comme elle a dit de Pascal THIRIET : vous trouverez les infos sur le site Jigal et l’avis de Unwalkers ici : http://www.unwalkers.com/un-tres-bon-livre-amoral-et-ca-fait-du-bien-tellement-du-bien-faut-que-tu-viennes-de-pascal-thiriet-chez-jigal/

L’information du mardi : Idées de polars

Vapeur mortelle de Gaspard de la Noche (Sous la cape)

Le commissaire Dupin, Monsieur Jo pour ses collaborateurs, découvre un monde souterrain, où les faux-semblants cachent de vrais crimes. Rachid, son prometteur lieutenant, et l’équipe du commandant Jadot ont un week-end pour découvrir qui, parmi les cinq témoins/suspects, a serré le cou de la victime…

Un mystère à la Agatha Christie, dans un univers glauque et troublant.

Vous pouvez le découvrir en suivant le lien : http://www.souslacape.fr/livres/fiche_livre/285

Embruns toxiques de Bernard Méhaut (Coetquen)

Résumé : La photographe parisienne Philippine de Lauzach est assassinée à Vannes dans le hammam de son hôtel. Professionnelle réputée et sans histoire, elle tenait une galerie de renom. Chargés des investigations, le commissaire Muller et son équipe s’expatrient à Paris où ils vont devoir composer avec les réticences de leurs collègues de la capitale. Convaincus que Philippine a été l’objet d’un contrat exécuté par un professionnel, les policiers passent la vie de la victime au crible et échafaudent plusieurs hypothèses : blanchiment, trafic d’œuvres d’art, malversations de laboratoires pharmaceutiques… Les méandres de cette enquête conduiront aussi le lecteur sur l’île de Jersey, dans le Finistère et ses enclos paroissiaux.

http://coetquenblog.canalblog.com/archives/2014/06/26/30145914.html

Trilogie marseillaise : Le destin des Fabre de Pierre Duprat (IS édition)

En se promenant dans la garrigue provençale avec son chien, Justin Fabre découvre les restes du corps d’une jeune femme, ainsi qu’un mystérieux médaillon gravé du nom de la victime.

Après avoir prévenu la police qui semble gênée par cette affaire, il va s’allier avec le commissaire Mouret, une ancienne connaissance, et Alexis Mongrand, un industriel bourgeois, pour remonter jusqu’au coupable.

Ses recherches vont amener Justin Fabre à faire des découvertes insoupçonnées, parfois au péril de sa vie, mettant ainsi à jour une sordide histoire de corruption mêlant drame, amour et trahisons…

Le premier tome est sorti en aout 2013. Les deuxième et troisième seront publiés en septembre et octobre 2014.

http://www.is-ebooks.com/produit/42/9782368450369/Le%20destin%20des%20Fabre