Archives du mot-clé Ingénieur

Boccanera de Michèle Pedinielli

Editeur : Editions de l’Aube

Voilà un premier roman tout simplement impressionnant. Il démontre une nouvelle fois que les éditions de l’Aube ont le don de dénicher des auteurs surprenants, qui sont capables de créer un univers dès leur premier roman.

Nice, de nos jours. Ghjulia « Diou » Boccanera est détective privée et a rarement l’occasion de plonger dans des enquêtes passionnantes, puisqu’elle se contente d’affaires de mœurs et de retrouver des chiens volés. Quand Dorian Lasalle se présente chez elle, elle voit tout de suite son intérêt de sortir de la routine, sans compter que cela va redorer son compte en banque.

Dorian Lasalle vient demander à Diou d’enquêter sur la mort de son amant, Mauro Giannini, qui a été assassiné chez lui. La police en déduit qu’il s’agit d’un cambriolage qui a mal tourné puisque la villa a été retrouvée sens dessus dessous. Mauro était ingénieur en BTP et les deux amants devaient s’installer à New York où ils devaient se marier. Dorian ne croit à la version de la police et lui demande d’enquêter en lui versant plus de 5000 euros en liquide. Diou promet d’enquêter sans s’engager sur un résultat.

Après avoir récupéré la clé de la villa, elle fait sa propre visite mais ne trouve rien d’autre qu’une clé USB, glissée dans un casque de chantier. Il est tout de même surprenant que les tableaux originaux d’un peintre connu n’aient pas été emportés par les voleurs. Elle va tout de même voir son ancien amant Joseph Santucci, policier à la PJ de Nice. Les pistes ne manquent pas et Diou a du travail sur la planche.

Conseillé par Patrick Raynal, ce roman est impressionnant de maîtrise du début à la fin. Ce qui est impressionnant, c’est cette faculté à créer un personnage féminin fort, qui ne s’en laisse pas compter. Diou est clairement quelqu’un que l’on n’oubliera pas facilement, par ses facultés de déduction mais aussi par son caractère en acier bien trempé. Si les autres personnages sont au second plan, les vieux quartiers de Nice sont remarquablement bien peints et on aime se retrouver dans ses petites rues pentues.

L’auteur choisit, pour mener son intrigue, de multiplier les pistes quasiment dès le départ. Entre le vol et la possibilité d’un crime homophobe, ou même des raisons professionnelles, le lecteur va suivre Diou en « maîtresse de maison », en « chef d’orchestre » sans que jamais on ne remette en cause ses actions. Et même si Diou connait sa ville, elle nous montre des quartiers que les touristes ne visitent jamais.

On rencontrera tous les codes inhérents au genre, Diou se prendra quelques coups sur la figure, mais elle tiendra bon ! Elle rencontrera des hommes fatals (!), il y aura des scènes d’action, de sexe et un dénouement inattendu. Mais il y a dans ce roman et dans ce personnage ce petit quelque chose qui donne envie de la suivre au bout du monde. Vous l’avez compris, j’attends déjà avec impatience sa prochaine enquête. Et retenez ce nom, Michèle Pédinielli, car cette auteure va devenir une grande.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Publicités