Archives du mot-clé Jérôme Sublon

Nozze Nere [2] de Jérôme Sublon

Editeur : Les éditions du Caïman

Mais pourquoi donc ai-je attendu si longtemps avant de lire la deuxième partie de Nozze Nere ? Je vais vous le dire pourquoi : Je suis un pur imbécile ! Si dans le premier épisode, nous avions droit à une enquête palpitante et bien écrite, cette deuxième partie est un véritable feu d’artifice. Inutile de vous préciser que je vous conseille très fortement de lire le premier avant d’attaquer le deuxième. Car même si on a droit à une liste des personnages du premier tome, ce que vous n’êtes pas obligé de lire, les deux personnages de flics Francesco Falcone et Aglaëe Boulu sont de retour et l’auteur part du principe que les lecteurs les connaissent déjà. Bref, achetez directement les deux romans, et de préférence sur le site de l’éditeur.

Dans le premier épisode, la mort du plus jeune sénateur de France pendant son mariage a fait grand bruit. Francesco Falcone et Aglaëe Boulu ont fait équipe pour trouver un coupable … qui a réussi à s’évader. Aglaëe retourne donc en métropole, amère, mais supervisera la traque. Mais elle est obligée de revenir sur l’île.

Pendant ce temps là, Séréna Mandiloni discute avec son témoin et meilleure amie Solène pendant le mariage de celle-ci. Georges Durou est chargé de surveiller Séréna mais se laisse distraire par une jeune femme. Soudain, il s’aperçoit qu’elle a disparu et la retrouve dans le parc, morte. Sur son corps, on découvre une montre à gousset. Peu de temps après, on découvre qu’elle a été empoisonnée avec le même poison que le défunt sénateur.

Lors de la fouille de l’appartement, Falcone et Aglaëe découvrent un dossier épais et une photo. Séréna était la fille de Francis Mandiloni, un célèbre flic qui avait réussi à déjouer le casse des frères Nonni au casino de Cannes. Les jumeaux Nonni étaient recherchés pour de nombreux casses et Francis avait une information en or. Malheureusement, lors du casse, l’un des frères est tué, et le deuxième se vengea en abattant Francis Mandiloni dans un parking.

Retenez bien ce que je vais dire. Ce résumé couvre les 30 premières pages, seulement. C’est vous dire la vitesse à laquelle va se dérouler ce roman, avec sans arrêt, des événements, des retournements de situation, des morts à tous les coins de rue, sans aucune logique apparente, jusqu’à ce que la solution se dévoile avec une logique implacable qui fait froid dans le dos.

Mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus !

J’ai retrouvé toutes les qualités que j’avais aimé dans le premier : une maitrise totale de l’intrigue … et pourtant elle est compliquée et il y a des dizaines de personnages dans cette histoire. Des dialogues percutants et d’une efficacité incroyable. Et une histoire qui, si elle n’est pas vraie, nous montre un pan de cette île et du code d’honneur et de fierté des Corses. Ajoutez à cela des paysages magnifiques qui servent de décor et vous aurez un cocktail non seulement détonnant mais explosif !

Je tiens juste à signaler que l’auteur a pris le parti dans son roman de laisser la parole à des personnages secondaires, racontant des événements du passé et que je suis resté ébahi de la maitrise et de la facilité avec laquelle ces « mini nouvelles » étaient insérées dans l’histoire globale mais aussi du fait qu’elles pouvaient former une histoire à part entière. Bref, c’est de la belle ouvrage et un roman bigrement passionnant !

Nozze Nere [1] de Jérôme Sublon (Editions du Caïman)

Message pour chaque visiteur de ce billet : je vous demande instamment de lire cet avis jusqu’au bout … et je vous remercie.

A priori, la petite indication [1] a le don d’intriguer. En lisant les avis des copains et copines blogueurs, cette histoire est en fait en deux tomes. Et quand j’ai lu ça, j’ai été à la fois intrigué et inquiet. Car, pour un lecteur, comment lui donner envie de lire un roman tout en sachant qu’il n’aura la fin que dans plus de six mois ? Bref, c’est un pari sacrément osé de la part de l’auteur, mais aussi des éditions Caïman que d’opter pour une sortie coupée en deux.

C’est donc avec mon air Mauvaise Humeur, genre pas convaincu du tout, prêt même à lire les 100 premières pages avant d’arrêter, que j’ai ouvert le livre. Et, de fait, on se retrouve avec un personnage religieux, déclamant des psaumes avec l’origine du livre d’où il les a trouvés, qui se permet de tranquillement trucider son prochain, sous le fallacieux prétexte qu’il est sur Terre pour sauver les pauvres âmes égarées.

Outre que j’ai été attiré par cette écriture, à la fois belle et précise, mon esprit dubitatif s »est renforcé. En gros, la question : « Mais qu’est-ce que c’est que ce binz ? » a commencé à poindre. Pour le deuxième chapitre, changement de décor : Scène de mariage, présentation d’un personnage connu, reconnu, estimé, vénéré, respecté, j’ai nommé le plus jeune sénateur français. Paul Terraré se marie et pour l’occasion, il a convié quelques centaines de connaissance, moins pour étaler sa joie que pour démontrer sa puissance. La fête bat son plein, jusqu’au couac, car il en faut bien un : Le sénateur s’écroule, mort, vraisemblablement victime d’une crise cardiaque.

Après ce chapitre extrêmement bien fait, nous voilà avec la présentation du commandant Francesco Falcone, personnage central de l’intrigue, et de son équipe dont Teter, sorte d’ours des cavernes mais aussi génie informatique, Ortis qui est le contraire de Teter, génie des interrogatoires ; Martin Pronelli qui est la force indestructible du groupe, génie des arts martiaux ; Si la forme me semble maladroite car l’auteur les présente les uns après les autres, c’est fait de telle manière qu’ils sont tous quatre facilement identifiable.

Tout débute réellement dans le chapitre quatre. Et c’est là que tout décolle. Car après avoir positionné ses personnages, Jérôme Sublon déroule son histoire, à la fois avec beaucoup de rebondissements et nouvelles pistes, mais aussi avec des dialogues que je qualifierai de brillants voire de géniaux. Et c’est à partir de ce moment que j’ai connu un véritable problème : je suis devenu accro à cette histoire, à ses personnages, revenant sans cesse à ce roman pour en savoir un peu plus.

Quand l’auteur nous introduit Aglaëe Boulu, que Francesco Falcone est obligé d’associer à l’enquête suite aux pressions du ministère, cela donne de véritables scènes où les répliques fusent, où l’humour et la dérision sont omniprésents. Bref, vous l’aurez compris, j’ai pris un plaisir fou à lire cette histoire, arrivant à la page 262 sur cette mention : Nozze Nere [2] de Jérôme Sublon paraitra aux éditions du Caïman en mars 2016.

Alors je voudrais adresser un petit message à M.Jérôme Sublon et aux éditions du Caïman : Messieurs, vous n’avez pas le droit de nous raconter une histoire, comme ça, l’air de rien, et alors que plein de mystères sont ouverts, alors que je me pose plein de questions, ça s’arrête comme ça ! Non mais, franchement, comment je vais attendre jusqu’en mars 2016, moi ? Vous y pensez, vous, à la santé mentale de vos lecteurs ? C’est cruel !