Archives du mot-clé Johana Gustawsson

La chronique de Suzie : Mör de Johanna Gustawsson

Editeur : Bragelonne

Sur Black Novel, on aime Johana Gustawsson … et on n’est pas les seuls. Suzie, ma chroniqueuse invitée, est de retour pour parler de Mör, son dernier en date. D’ailleurs, ça faisait un petit bout de temps que tu n’étais pas venue, hein, Miss Suzie ?

Je lui laisse la parole :

Bonjour a tous. Cela fait un moment que je ne suis pas venue vous voir avec un billet. Trop de livres à lire et pas assez de temps pour le faire, et donc entre vous écrire un billet et lire, j’ai choisi de lire. Mais, j’ai décidé de sortir de ma cave pour vous parler d’un deuxième roman.

Souvenez-vous, en octobre 2015, Bragelonne publiait le premier roman d’un auteur dont l’intrigue se promenait entre deux lieux et deux époques. D’ailleurs, nous avions fait un billet à deux sur le sujet. La voici donc de retour avec une nouvelle aventure s’intitulant « Mör ». Cette dernière vient de sortir mercredi !

Nous allons donc retrouver notre profiler préféré, Emily Roy qui doit enquêter sur l’enlèvement d’une actrice devant son domicile. Affaire qui ressemble, à se méprendre, à celle d’un tueur en série qui attend tranquillement son heure. En plus, il est responsable de la mort du compagnon de l’écrivain Alexis Castells. De quoi perturber la psyché de cette dernière ainsi que sa nouvelle relation.

Comme dans le premier opus, l’auteur mêle deux périodes temporelles différentes. Dans le premier volume, l’histoire commence en pleine Deuxième Guerre Mondiale, avec les camps de concentration et ses conséquences sur les protagonistes de l’histoire en cours. Alors que dans ce tome, l’auteur va s’intéresser au quartier de Whitechapel et à l’histoire de Jack l’Éventreur. Cette dernière aura-t-elle une incidence sur l’affaire en cours? Je vous laisse le découvrir.

Autant dans le premier tome, l’auteur nous mettait face aux faiblesses de ses héroïnes, autant dans celui-ci, elle va dévoiler un coin de l’histoire. Car, dans certains cas, il faut revenir dans le passé pour pouvoir avancer.

Le rythme ne change pas, constitué par des chapitres courts qui nous emportent d’un point à un autre de l’Histoire et nous faisant changer régulièrement de continents. Aux protagonistes du premier opus vont se rajouter des protagonistes principaux dont un personnage féminin qui devrait être récurrent. D’ailleurs, par beaucoup de points, elle ressemble à Emilie avec une personnalité qui lui est propre. Lors d’une interview via les médias, l’auteur a donné la raison du choix du titre qui, avec ou sans tréma, ne signifie pas la même chose. D’ailleurs, si vous lisez la quatrième de couverture, vous comprendrez pourquoi.

Comme beaucoup de personnes, j’avais hâte de pouvoir retrouver Alexis et Emily dans de nouvelles enquêtes. Surtout que l’auteure nous avait abandonné sur les fameuses boites noires d’Emily qui m’ont fait rager. Ayant beaucoup aimé le premier tome et étant une fan des histoires sur Jack l’Éventreur, j’ai dévoré le roman pour connaitre la fin.

La fin??? Il faut que je vous avoue une chose. Même si je ne devrais pas, j’aime connaitre la fin rapidement et suivre le cheminement jusqu’à celle-ci. Du coup, je suis allée lire quelques pages pour me faire une idée. Comme j’ai mal choisi, je ne me suis pas spoilée. J’ai découvert de nouveaux personnages dont une qui, j’espère, vous devriez aimer.

Il y a une scène que j’ai particulièrement appréciée entre Emily et une tasse de thé un peu spéciale. Sinon, je m’attendais à quelque chose dans le même style que le premier volume et je me suis retrouvée retournée comme une crêpe. Je ne m’attendais pas à ce genre de scène. Autant certains points étaient évidents, autant d’autres m’ont surprise. Et comme certains le savent déjà, un troisième tome est déjà prévu et il se déroulera dans le pays natal des parents d’Alexis : l’Espagne. Il faudra juste être patient.

Block 46 de Johana Gustawsson (Bragelonne)

Pour parler de ce roman, j’ai décidé, pardon, nous avons décidé d’innover. Comme nous sommes deux à l’avoir lu, nous avons donc décidé d’en parler à deux. Voici donc la chronique à deux.

Moi : Bonjour Suzie. Je suis heureux de t’accueillir à nouveau chez moi.

Suzie : Bonjour Pierre et amis lecteurs. Merci de me recevoir une nouvelle fois sur Black Novel. Je sens qu’on va bien s’amuser.

Moi : Bon alors, on commence comment ?

Suzie : Par le commencement, je présume c’est à dire par l’auteur et la quatrième de couverture. Je peux juste dire que c’est un livre comme je les aime : sanglant. Que peux tu nous dire sur ces deux sujets?

Moi : Sanglant, sanglant, faut pas exagérer quand même. J’ai connu pire ! Alors, l’auteure, justement. C’est son premier roman, en solo du moins puisqu’elle a écrit avec Laetitia Milot On se retrouvera, que j’ai lu d’ailleurs et chroniqué. On y retrouve d’ailleurs des similitudes à la fois dans le style très imagé mais aussi dans la force des sujets. Dans On se retrouvera, le sujet abordait la violence faite aux femmes. Dans Block 46, on prend la destination des camps de concentration. Est-ce que ça te va, comme intro ?

Suzie : Bon, je reconnais que c’est juste un peu ensanglanté avec quelques mutilations. Mais, ce que tu as oublié dans ton introduction, c’est qu’on suit une double histoire, à deux périodes différentes : dans les années 2000 et dans les années 40. Ce parallèle peut être déconcertant au début mais il intrigue. Et, toi, qu’en as tu pensé ?

Moi : Effectivement, on va alterner entre 2014 et 1943. En 2014, une styliste de bijoux retourne dans sa Suède natale et est horriblement mutilée. En 1943, Erich Ebner arrive en tant que déporté dans le camp de Buchenwald. Pour en revenir à ta question, cette alternance entre passé et présent ne m’a pas gêné. Le principe est plutôt classique et le fait de faire avancer les deux histoires en parallèles m’a fait penser à Reflex de Maud Mayeras. Il faut reconnaitre que Block 46 est redoutablement efficace, dans sa forme et dans son fond. Les phrases fusent, les chapitres sont courts et le mystère est … mystérieux. Et pour compléter mon avis, c’est plutôt au début du roman que j’ai eu un peu de mal, car j’avais un peu de mal à retrouver les personnages. Puis tout s’installe et là, c’est parti ! Qu’as-tu pensé des personnages, toi ?

Suzie : En ce qui concerne les personnages, on peut dire que notre duo de choc est vraiment de choc, s’affinant au fur et à mesure que l’intrigue avance. Cela me rappelle la complémentarité qui existe entre les deux héroïnes de Tess Gerritsen. Mais, contrairement à ces dernières, le duo sera constitué d’une profiler énigmatique et d’un écrivain français spécialisé sur les serial-killers, enfin certains. Toutes les deux sont gouvernées par leurs démons qu’on va voir apparaître plus ou moins pour l’une et pas du tout pour l’autre excepté à un moment très bref du roman. Les personnages secondaires, aussi bien du coté suédois que du coté anglais voire du coté catalan, regroupent un certain nombre de stéréotypes sans lesquels il n’y a pas d’histoire. On a le petit ami actuel voir le mari, l’ex, les amis et les personnes qui vont donner des indices voire des personnages qu’on aimerait bien sortir car ils sont extrêmement énervants. Tout ce petit monde ressemble, du moins au début, à de la glaise ou à des statues de cire vierges de tous traits. Ces derniers vont apparaître au fur et à mesure que l’histoire avance, comme si cette dernière les forgeait en plein soleil jusqu’à atteindre la nuance et les traits les plus représentatifs. En ce qui concerne Erich Ebner, il est tout en contraste. Pour ce qui est d’Erich Ebner, il est tout en contraste. Ce personnage est de mon point de vue, complètement déconcertant. Je ne sais que croire à son sujet. Mais qu’en penses-tu, toi?

Moi : Contrairement à toi, j’aurais aimé en savoir plus, un peu plus sur ces deux enquêtrices. On sent que Johana en garde sous la pédale pour les prochains numéros. Du coup, j’ai l’impression que ces deux personnages sont juste esquissés. Quant à Erich Ebner, comme tu le dis, c’est un personnage que je trouve formidablement mystérieux. Il est tout en retenue, ne pensant qu’à sauver sa peau dans ce camp de la mort. Peut-être est-ce le contexte dans lequel il survit qui me fait l’adorer. Je dois dire que ces passages à Buchenwald sont d’une rare justesse, sans descriptions gore, du moins pas trop, mais avec une vraie épaisseur. C’est terrible de vérité. Ce sont vraiment des passages qui m’ont fait vibrer, tant ils sont forts. Et si on parlait de l’écriture, justement ?

Suzie : Faut pas croire très cher que je ne veux pas en savoir plus. Au contraire, oserais-je dire. L’auteur nous en dit suffisamment pour calmer la faim tout en laissant sous-entendre des traits cachés. D’ailleurs, pour le profiler, on apprendra à un moment du roman qu’il faut se méfier des apparences car elles sont trompeuses. C’est ainsi que l’auteur m’a promené tout au long de son intrigue. De plus, au vu du sous-titre de ce roman « Une enquête d’Emily Roy et Alexis Castells », on peut se douter qu’on va avoir d’autres surprises. Et, si je répondais enfin à ta question sur l’écriture de l’auteur. Son écriture est très fluide et concise utilisant plutôt un langage assez soutenu bien qu’on ait des incursions d’un langage un peu plus familier, circonstances obligent. Pour ceux que cela insupporte, le récit n’est pas à la première personne du singulier. Cela change de certains récits. L’intrigue est racontée à la troisième personne du singulier et cela fait du bien. Bien qu’on alterne les points des personnages, à chaque moment, on sait face à qui on se trouve et ce que pense le personnage comme si on se trouvait dans sa tête. Le récit est peint à touche rapide pour donner rapidement une atmosphère et un contexte sur lequel on s’appuie an tant que lecteur. Cela est accentué par le fait que les chapitres soient courts. Ainsi, on ne perd pas de vue l’action. Les phases sont également plutôt courtes, percutantes. On est dans la fluidité de l’intrigue. Cette dernière se forme sans accrocs dans notre esprit. Et toi, qu’en penses-tu???

Moi : Je tenais à te poser cette question. Car pour ma part, je suis très tatillon sur le style. Et je suis d’accord avec toi, le tout est fluide. Je trouve juste qu’il y a un écart entre les passages du passé en 1943 avec les passages contemporains. Je m’explique : Dans les scènes qui se déroulent aujourd’hui, c’est bien écrit mais pour autant pas extraordinaire. Par contre, dans les scènes au camp de concentration, on sent que c’est plus travaillé, que l’auteure y a mis toute sa passion. C’est cette passion qui a rendu ma lecture passionnante. Du coup, d’un coté j’ai trouvé ça pas mal, et de l’autre impressionnant. Cela n’enlève rien à la valeur du roman et à cette histoire qui est tout de même fort bien construite. Tout cela me fait dire que Johana Gustawsson va nous offrir de formidables polars dans les années à venir. Car on sent qu’elle a la fibre, la volonté et le talent pour nous écrire des histoires inoubliables. Mais je m’avance un peu vite. L’intrigue, Suzie, parlons enfin de l’intrigue, nom de dieu ! Tu attaques ?

Suzie : Pour revenir sur l’écriture, on pourrait décrire cette dernière comme deux bulles de savon qui se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Une, celle de l’histoire des camps, est un peu comme un rêve que ferait un des personnages. Lequel? Mystère. Alors que la vie ordinaire, l’époque contemporaine n’a pas besoin de cette recherche. Elle semble juste plus simple, ce qui va s’avérer trompeur. Il y a quelque chose que j’ai bien apprécié dans l’écriture de l’auteur, c’est l’utilisation d’expressions étrangères. Cela dépayse radicalement et on se sent toit de suite dans l’ambiance. Même si on peut avoir des difficultés en terme de lecture. Bon, revenons aux choses sérieuses. Après avoir discuté du contexte et des personnages, le coeur de ce roman reste l’intrigue. Comme beaucoup d’entre vous, chers lecteurs, le savent, je suis une addicte des histoires avec des serial killers. Plus c’est sanglant et complexe, plus ça me plaît. Dans cette histoire, je suis en manque d’hémoglobine. Je dirais plutôt s’il n’y a pas de sang, c’est qu’on la fait disparaître, ce qui revient au même. Contrairement à ce que l’on trouve le plus souvent, l’intrigue principale se localise dans deux pays : la Suède et l’Angleterre. Le lien se fait à la base par la disparition d’une jeune styliste en joaillerie qui ne revient pas à la date prévue d’un séjour en Suède. Mais, dès le premier chapitre, on attaque par le biais d’un enterrement un peu bizarre. De plus, on va apprendre que des meurtres d’enfants ont lieu en Angleterre dans le même lapse de temps. La question qu’on va finir par se poser est quelle est la corrélation entre une disparition et ces meurtres. Tout ce que je peux dire, c’est qu’on va avoir droit à un casse tête chinois. Et en plus, on rajoute une histoire qui se passe à la fin de la seconde guerre, il y a de quoi avoir mal à la tête. Mais, tout se fait en douceur. Je vous ai encore plus embrouillée? C’est le but. Tout ce que je peux dire sur l’intrigue, c’est qu’elle vous prend dans ses filets pour vous relâcher qu’à la fin du livre. Et, encore, pas vraiment car l’auteur donne un aperçu d’un des personnages qui va vous faire criser jusqu’à sa prochaine histoire. J’en grince des dents. Alors ce résumé, plutôt énigmatique, non? Et si on donnait notre avis sur ce roman, très cher?

Moi : Ne va pas si vite ! De mon coté, pour l’intrigue, je trouve que l’auteure y met beaucoup d’application. Il y a un peu la même méthode de déroulement de l’intrigue dans Reflex de Maud Mayeras. Pour un premier roman, c’est impressionnant. L’auteure a une façon bien à elle de nous donner quelques bribes avant de nous laisser impatients à la fin d’un chapitre. Il y a un peu de perversité dans cette construction. Pour ma part, j’ai trouvé cela un peu linéaire, pour ce qui concerne l’enquête des deux femmes. Et puis, le retournement de situation final est tout de même un grand moment. Totalement bluffant. Et effectivement, il va nous falloir conclure, chère Suzie, sinon, on va y passer des heures … enfin, des pages ! Ce que je te propose, c’est de donner envie de lire ce roman en UNE phrase. D’accord ?

Suzie : En une phrase, ça risque d’être dur. Il me faut au moins un paragraphe voire deux. Mais, bon, je veux bien essayer. Si vous voulez un très bon thriller qui vous prend aux tripes avec des homicides (condition sine qua none), du mystère, un duo de choc, un voyage dans le temps, un style percutant et une fin à prendre l’auteur en otage pour qu’elle nous livre la suite, lisez Block 46 et vous comprendrez pourquoi ce livre porte ce titre. A toi, maintenant, même exercice.

Moi : Bien vu ! Moi je dirai : voici un premier roman qui balaie large, et qui va plaire à tout le monde, les fans de thriller ou de serial killers, les fans de mystère à résoudre, les fans de roman historique, et tous ceux qui font un travail de mémoire pour que les camps de concentration ne voient plus le jour, à tous les humanistes, à tous ceux qui cherchent des personnages attachants, ce livre est pour vous et comme je n’ai droit qu’à une phrase, ma foi, ce livre est pour vous tous, c’est un très bon divertissement voire plus, qui vous oblige à prendre conscience des autres, c’est un livre passionnant parce qu’écrit avec passion. Bon comme tu le vois, j’ai mis beaucoup de virgules pour que ça tienne en une phrase. Je te remercie Suzie pour cette passionnante petite discussion et à bientôt sur Black Novel.

Suzie : Merci Pierre pour cette invitation et cet échange très intéressant. Bonne lecture à ceux qui liront ce roman, je pense qu’ils ne seront pas déçus et à bientôt.

Moi : Merci à toi Suzie. Tu es ici chez toi. Chiche qu’on en refait une autre ?

Suzie : Ça serait avec plaisir, Pierre. Merci pour l’accueil toujours aussi enthousiaste. Je me suis bien amusée dans ce challenge littéraire. A bientôt amis lecteurs.

Moi : Merci à toi Suzie et à bientôt