Archives du mot-clé John Connolly

La maison des miroirs de John Connolly (Pocket)

Voici le cinquième épisode des enquêtes de Charlie Parker, le personnage récurrent de John Connoly. Vous trouverez ci-joint mes avis sur les précédents romans et celui de Jean le Belge sur le sixième :

Episode 1 : Tout ce qui meurt ;

Episode 2 : Laissez toute espérance ;

Episode 3 : Le pouvoir des ténèbres ;

Episode 4 : Le baiser de Caïn ;

Episode 6 : L’ange noir (Par Jean le Belge) ;

Quatrième de couverture :

États-Unis, 1977. Un certain John Grady s’installe dans une petite ville du Maine. Après y avoir acheté une maison, il entreprend de la rénover. Mais très vite, ses voisins se posent des questions : les murs semblent recouverts de miroirs, et Grady passe ses journées à poser du papier peint avec une colle à l’odeur infâme, qui empoisonne tout le quartier. Au même moment, plusieurs petites filles disparaissent, et les soupçons se portent sur Grady. Alors que les policiers s’apprêtent à l’arrêter, il se suicide sous leurs yeux.

Pendant des années, la maison est restée à l’abandon, rachetée anonymement par le père d’une des fillettes, et plus personne n’a parlé de John Grady. Jusqu’à ce que la photo d’une petite fille, retrouvée dans la maison, ne fasse craindre une nouvelle vague de disparitions. Charlie Parker, détective privé, est chargé de découvrir l’identité de l’enfant avant qu’il ne soit trop tard.

Son enquête le met aux prises avec plusieurs illuminés, attirés comme des papillons par les scènes de crime. Un homme en particulier l’intrigue, celui qu’il surnomme le « Collectionneur » et qui réclame instamment, en paiement d’une dette contractée par John Grady, un des nombreux miroirs de la maison. Et cet homme étrange ne semble pas mû par un simple instinct d’antiquaire…

Mon avis :

Si on peut, comme je l’ai signalé, considérer les quatre premiers romans comme un cycle à part entière, ce court roman nous entraine dans une nouvelle série, dont un personnage inédit et mystérieux fait son apparition. Le Collectionneur est aussi inquiétant que bizarre puisqu’il collecte des objets ayant appartenu à des tueurs en série. Et tout ce qu’il demande, c’est d’obtenir un miroirs issu de la maison de John Grady.

Je m’attendais à un condensé de ce que John Connoly est capable de créer, à savoir nous inventer des personnages en passant en détail leur passé, peindre des paysages inquiétants au milieu d’un brouillard épais, nous mener par le bout du nez dans une enquête tortueuse. Malheureusement, je suis resté sur ma faim. Je trouve, en effet, que le format court laisse bien peu de place à l’imaginaire, même si le style moins disert et plus efficace que d’habitude, est passionnant.

Je ne peux donc pas conseiller pour débuter la série, car cela me semble plutôt comme un interlude entre deux cycles, comme je l’ai dit ci-dessus. Ceci dit, je dois tout de même ajouter qu’il y a un morceau remarquable dans ce livre, quand Charlie Parker se retrouve dans la scène finale dans la maison aux miroirs. Dans ce moment là, John Connoly est capable de nous emmener loin dans un paysage où toutes nos certitudes volent en éclats, où tout ce que l’on croit lire n’est en fait que le reflet de nos cauchemars.

Le baiser de Caïn de John Connolly (Pocket)

Voici la quatrième enquête de Charlie Parker chroniquée sur Black Novel. Les précédents titres sont :

Tout ce qui meurt

Laissez toute espérance …

Le pouvoir des ténèbres

Quatrième de couverture :

Quand Charlie Parker reçoit un appel au secours de l’avocat Elliot Norton avec qui il travaillait lorsqu’il faisait partie de la police de New York, il hésite à descendre en Caroline du Sud pour l’aider dans une affaire qui s’annonce difficile : Atys Jones, le client de Norton, un Noir de dix-neuf ans, est accusé du meurtre de Marianne Larousse, une jeune femme blanche, fille d’une des plus grosses fortunes de l’Etat.

Norton n’est même pas sûr que les Larousse, ou d’autres, attendront le procès pour venger la mort de Marianne. La Caroline du Sud a un passé de racisme et de lynchage qui a laissé quelques traces durables… Parker hésite d’autant plus à partir, que Faulkner, le révérend démoniaque, qu’il a contribué à faire arrêter, pourrait bien être libéré sous caution.

Malgré le fait que sa compagne Rachel soit enceinte, il répond à l’appel de Norton mais à peine est-il arrivé à Charleston que les meurtres se multiplient et qu’il se heurte à de drôles de types : néonazis, membres du Ku Klux Klan, extrémistes de tout poil. Il doit alors faire face à une conjonction de phénomènes apparemment sans rapport ressurgissant du passé.

Mon avis :

Je vous donne un conseil avant de vous donner mon avis : Lisez le pouvoir des ténèbres avant de lire ce roman ci. Car le révérend Faulkner est en prison, et c’est le « méchant » que nous rencontrons dans le précédent volume des enquêtes de Charlie Parker. Cette introduction sert surtout pour vous expliquer que cette série se veut comme un tout, que les personnages, ou du moins certains, sont récurrents ; et qu’il serait donc dommage de prendre le train en marche.

En même temps, on sent au fur et à mesure des lectures de John Connoly que son style s’affermit et ce qui étonne dans ce roman, c’est que pour la première fois, j’ai l’impression que l’auteur a réellement construit minutieusement son intrigue. Dans les précédents, on avait l’impression qu’il se laissait conduire par son écriture. Dans celle-ci, l’histoire est une vraie toile d’araignée qui aboutit à deux scènes finales surprenantes.

On retrouve bien entendu tout le talent de l’auteur, celui de ciseler des dialogues plus vrais que nature, celui d’ajouter du fantastique à base de monstres et autres apparitions de fantômes, et surtout de créer des scènes angoissantes à partir d’une banalité de tous les jours. C’est toujours impressionnant de voir (pardon, de lire) comment il arrive à stresser le lecteur, juste avec une voiture garée au sommet d’une colline. A priori, ce n’est pas angoissant ; eh bien, John Connoly arrive à nous foutre la trouille, juste à partir de ça ! Et ça, c’est rudement fort.

J’ajouterai que John Connoly met un pied dans un sud peuplé de gens ultra-violents, ultra-racistes, et que c’est un bon terreau pour des scènes d’anthologie. Si on ajoute à cela que l’auteur nous dévoile un pan de l’histoire des deux amis de Charlie, Angel et Louis, dans des passages tantôt violents, tantôt émouvants, on a là un des meilleurs tomes de cette série, du moins mon préféré. N’hésitez plus, venez plonger dans le cauchemar de Charlie Parker.

Je vous le dis tout de go, je vais bientôt attaquer le prochain : La maison des miroirs.

Le pouvoir des ténèbres de John Connolly (Pocket)

Après Tout ce qui meurt et … Laissez toute espérance, voici la troisième aventure de Charlie Parker. Cet ancien policier qui a connu la douloureuse disparition de sa femme et de sa fille, tuées par un psychopathe, a ouvert son cabinet de détective privé, et est revenu dans sa ville natale. Ne s’occupant que de petites affaires de mœurs, il essaie tant bien que mal d’oublier son drame personnel.

Au nord du Maine, sur les rives du lac Saint-Froid, des ouvriers se déplacent dans le froid et le brouillard pour continuer leur travail d’installation de lignes téléphoniques. La pelleteuse fait son travail, creusant des ornières pour préparer les tranchées. Lyall Dobbs remarque quelque chose et demande au contremaitre

  • Y a un cimetière dans le coin ?
  • Non
  • Ben, y en a un, maintenant.

Ils viennent de découvrir un grand nombre de squelettes.

Un homme se présente chez Charlie Parker. Il se nomme Quentin Harrold et travaille pour Jack Mercier, ancien sénateur. Il lui demande d’élucider la mort de Grace Peltier, la fille de son meilleur ami Curtis Peltier. Grace et Charlie s’étaient connus au lycée. La police s’accorde à conclure à un suicide, mais Jack Mercier n’y croit pas. Charlie, non plus. Grace travaillait sur la disparition d’une secte, les Baptistes d’Aroostock. Malgré ses réticences, Charlie va enquêter et être confronté à un de ses pires ennemis.

Avec une intrigue qui se rapproche de la deuxième enquête de Charlie Parker, celle-ci est indéniablement plus musclée et costaude. John Connoly joue sur nos peurs ancestrales, celles des araignées, pour bâtir des scènes visuelles tout simplement géniales. Le principe est toujours le même : il prend une de nos habitudes quotidiennes et créé des passages angoissants au possible. J’en prends pour exemple ce passage où Charlie Parker va relever son courrier dans sa boite aux lettres et découvre une araignée … génial !

En centrant son sujet sur les sectes, John Connoly nous construit une nouvelle fois une intrigue fouillée, complexe avec un super méchant, répugnant au possible. Celle-ci avance doucement, à coup de scènes marquantes. Mais là où Charlie Parker subissait son chemin dans les précédents, j’ai eu l’impression qu’il retardait le moment de la confrontation finale … et quelle confrontation !

N’oublions pas les deux amis tueurs et gays de Charlie Parker, qui nous permet de mettre à la fois de l’action et de l’humour avec des dialogues truculents. Eux aussi vont souffrir dans cette aventure où la violence va se déchainer. Avec ce roman, John Connoly nous offre un pur thriller noir où il donne libre cours à son imagination débridée et son talent de conteur. C’est du pur divertissement et du pur plaisir de lecture.

A bientôt donc pour Le baiser de Caïn !

Laissez toute espérance de John Connolly (Pocket)

Ce billet est évidemment dédicacé à mon pote du sud La Petite Souris et à Jean Marc Laherrère. Ce sont eux deux qui m’ont donné envie de lire la série Charlie Parker

Je continue mon exploration de l’univers de Charlie « Bird » Parker, le personnage récurrent de John Connoly. Après un premier épisode poisseux dans les bas-fonds de la Nouvelle Orléans, fortement chargé d’émotions à la suite du meurtre de sa femme et de sa fille, nous retrouvons notre Charlie en cours de reconstruction.

Il entame donc un retour aux sources, direction Scarborough, le village de son enfance, où il retape la maison familiale. Comme ce n’est pas un passionné du bricolage, et qu’il doit entamer la réfection de la toiture, il en profite pour visiter les amis. Parmi ceux-ci, il y a Rita Ferris qui lui demande de récupérer sa pension mensuelle que Billy Purdue ne lui a pas versée.

Billy Purdue, en voilà un raté comme pas deux. Le genre à se fourrer dans des problèmes, à toujours choisir la mauvaise décision, à faire des petits coups pour un maximum de problèmes. La rencontre entre Billy et Charlie est musclée. Billy croyait que Charlie était un émissaire de Tony Celli, le ponte mafieux du coin. Finalement, Billy donne dollars à Charlie, en attendant des jours meilleurs.

Charlie retourne dans ses terres, quand il rencontre dans un bar un personnage malfaisant. Son nom, Caleb Kyle, fait peur à tout le monde, des plus grands au plus petits. C’est un vieil homme, à l’odeur de putréfaction insistante, et aux yeux noirs comme la mort. Caleb lui demande où est Billy. Charlie ne sait pas. Mais quand Charlie apprend que Rita et son fils ont été tués, il va être obligé de se remettre en chasse …

Si je dois avouer que je n’ai pas ressenti un personnage de Charlie Parker miné par le douleur d’avoir perdu sa famille, puisque le drame qui l’a frappé est intervenu moins d’un an auparavant, ce roman applique finalement les mêmes règles que le premier tome (Tout ce qui meurt) avec la même réussite. Voici donc un pur roman d’action avec une petite touche de fantastique, qui ajoute une aura de mystère bienvenue.

Alors que dans le premier tome, nous avions visité les bayous de la Louisiane, nous avons droit ici à un voyage dans le Grand Nord, en plein hiver, quand les bois sont silencieux et stressants, quand les sols sont recouverts de neige et que le froid se fait mordant et peu accueillant. Les habitants ne sont pas plus accueillants, d’ailleurs, puisqu’ils vous attendent avec des chiens hargneux et un fusil à canon scié.

Comme à chaque fois, l’intrigue ne se veut pas linéaire, elle suit les pas de Charlie Parker qui sont tout sauf surs. L’enquête avance à petits pas, et quand on a l’impression qu’il va abandonner, l’auteur rajoute un personnage, ou un rebondissement qui relance le rythme et l’action. C’est cette accumulation de faits qui donne son allant au livre, cette envie de continuer pour atterrir dans des scènes d’un visuel hallucinant. J’ai dénombré pas moins de 4 scènes de pure action qui vous font accélérer le palpitant et qui touche au génial.

Et puis, il y a ces passages étranges, soit des rêves, soit des paysages brumeux qui montrent le penchant de l’auteur pour le fantastique. Parfois cet aspect n’est que suggéré ; parfois ce sont de vrais passages angoissants. Et on a envie de continuer la saga parce que Charlie Parker et ses amis sont drôles et que ce roman s’est lu trop vite malgré ses 540 pages. Et on en redemande, du divertissement de ce niveau là !

Novellas chez Ombres Noires

Depuis quelque temps, Ombres Noires publie à bas prix des romans courts, que l’on appelle novellas, écrites par des auteurs connus et reconnus. Si j’avais été peu convaincu par Le convoyeur du 3ème reich de CJ.Box, j’ai été enchanté par les deux romans que je vous propose maintenant :

Secret des tranchées

Le secret des tranchées de Thomas H.Cook :

Quatrième de couverture :

Franklin Altman est parvenu à quitter l’Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale et a refait sa vie aux États-Unis. Après avoir changé de nom, il a su gagner une place honorable parmi les intellectuels new-yorkais.

11 novembre 1968, cinquante ans après la signature de l’Armistice. Franklin prononce un discours à l’occasion de cette commémoration lorsqu’un ancien camarade de jeunesse se fait connaître à l’assistance, faisant ressurgir chez lui un pan entier de son passé.

Il est évident que les deux hommes ont quelque chose en commun. Un secret peut-être… La lumières viendra-t-elle de ce manuscrit, laissé par cet ancien ami, dont le contenu aurait pu changer le cours de l’Histoire?

Mon avis :

Imaginez que la seconde guerre mondiale n’ait jamais eu lieu. Imaginez qu’un historien vienne faire dédicacer son livre en 1968. C’est un ancien Allemand, ayant émigré aux Etats-Unis, et il rencontre alors un ancien Allemand, comme lui. Qu’est-ce qui peut bien lier ces deux hommes que tout sépare ?

Sans aucune esbroufe, puisque tout se passe dans la librairie, cette rencontre va être emplie de non-dits à travers des dialogues mystérieux qui ne vont donner aucun indice au lecteur, mais plutôt lui poser plein de questions. Thomas H.Cook a probablement atteint dans ce court roman son style le plus subtil qui soit, pour ouvrir au lecteur les questions les plus vastes, sans lui donner jamais aucun indice. C’est un roman remarquable de sensibilité, avec un final qui laisse pantois. Et après avoir tourné la dernière page, le lecteur se pose enfin la grande question : Qu’est-ce que l’Histoire ?

 Prière achever

Prière d’achever de John Connoly :

Quatrième de couverture :

Comment expliquer à la police que l’on a été témoin de la chute d’une femme, sous un train, alors qu’aucune trace de l’effroyable accident n’est visible? C’est ce qui arrive à M. Berger, tranquille célibataire qui vient de s’installer à la campagne dans le vain espoir d’écrire un roman.

L’événement est d’autant plus troublant que, quelques jours plus tard, la même jeune femme se jette à nouveau sous la locomotive. Cette fois-ci, M. Berger décide de suivre cette mystérieuse créature au sac rouge. Il atterrit dans une étrange librairie tenue par un vieil érudit, qui accueille en ses murs les plus grands personnages de la littérature…

Mon avis :

Le format court des romans est à la fois un exercice périlleux mais il autorise aussi toutes les folies. Car il permet de poser des situations inédites sans être obligé de décrire dans le détail des lieux ou des psychologies. Dans ce roman, Connoly rend hommage à l’écriture, à l’imagination et tire son chapeau envers les héros qui ont bercé notre enfance.

Ecrit comme un conte, se voulant intemporel et magnifique de possibles, j’ai lu ce roman avec autant d’émerveillement que d’étonnement devant la créativité qui remplit ces pages. C’est un roman magnifique, un conte pour adulte qui nous plonge dans nos souvenirs, qui nous emplit de rêve. Avec ce roman, John Connoly n’a jamais été aussi près de Edgar Allan Poe.

Oldies : Tout ce qui meurt de John Connolly (Pocket)

Dans le cadre des Oldies du mois de septembre, voici un roman qui me faisait de l’œil depuis que Jean Marc de Actu-du-noir et Petite souris de Passion Polar (dont le blog tout nouveau vient de renaitre à l’adresse suivante http://www.passion-polar.com/) chroniquent ses romans. Ce fut une bonne occasion de démarrer le cycle de Charlie Parker, le personnage récurrent, et le premier volume se nomme Tout ce qui meurt.

L’auteur (Source Wikipedia) :

John Connolly est un écrivain irlandais né à Dublin le 31 mai 1968. Avant de devenir un romancier à temps plein, John Connolly travaille comme journaliste, barman, fonctionnaire du gouvernement local, serveur et coursier au grand magasin Harrods à Londres.

Après avoir obtenu un Baccalauréat en arts d’anglais au Trinity College de Dublin et une Maîtrise en arts de journalisme à l’Université de Dublin, il travaille pendant cinq ans comme journaliste pigiste pour le journal The Irish Times. Il devient rapidement frustré par la profession, et commence à écrire « Every Dead Thing » (Tout ce qui meurt) pendant son temps libre qui obtient un Shamus Award – Best First Private Eye Novel.

Il cite Ross Macdonald, James Lee Burke et Ed McBain comme influences majeures, et il est souvent apprécié pour son style riche et introspectif d’une qualité rarement atteinte par les autres auteurs du genre. Il est un lecteur passionné et collectionneur de musique, et a également la cuisine et la gymnastique comme passe-temps.

Quatrième de couverture :

Charlie Parker, un flic new-yorkais qu’on surnomme Bird, est parti se soûler après une dispute avec sa femme, un soir de décembre. En rentrant chez lui, titubant, Bird ne sait pas encore qu’il vient de franchir pour longtemps la porte de l’enfer : dans la cuisine, maculée de sang, gisent les corps atrocement mutilés de sa femme Susan et de sa fille Jennifer. Rongé par la culpabilité, Bird démissionne de la police et part sur les traces du monstrueux assassin.

De New York à La Nouvelle-Orléans, il suit celui qu’on appelle le Voyageur, fin stratège et amateur de poésie macabre qui sème derrière lui des cadavres, comme autant d’appâts. La traque mène alors les deux hommes dans les bayous de Louisiane, qui digèrent lentement les victimes écorchées du Voyageur…

Mon avis :

John Connoly aurait pu créer un personnage lisse, bon jusqu’à la moelle, ou bien quelqu’un de ravagé. Il a fait de Charlie Parker un détective humain. Dans ce roman, Charlie Parker vient de s’engueuler avec sa femme. Avant d’aller plus loin, il préfère sortir aller boire un coup, ou plutôt plusieurs coups. Quand il rentre, complètement saoul, il découvre sa femme et sa fille massacrées. Une voyante lui indique que le tueur serait le Voyageur.

Ce premier roman est incroyablement fort, par son thème, mais aussi par ses enquêtes. Charlie Parker va être rongé par le remord, regrettant de s’être emporté, regrettant sa vie d’avant, et plongeant dans un monde d’une noirceur absolue. Il va arpenter la Virginie, puis la Louisiane, pour découvrir l’envers du décor, des personnages tous plus bizarres et glauques les uns que les autres. Indéniablement, ce roman tire son attraction de la psychologie réaliste des personnages, qui sont à la fois attachants et plein d’humour.

Son style ne nous épargne rien, les scènes sont incroyablement visuelles, les descriptions d’une violence crue et réaliste. Si l’on ajoute une intrigue foisonnante qui semble partir dans tous les sens mais qui nous mène vers une conclusion impressionnante, si l’on ajoute des scènes d’une beauté impressionnante et en particulier celle de l’enterrement ou bien les courses poursuites dans les bayous, ce roman en forme de thriller inaugure une série de thrillers matinée de roman noir que j’aurais grand plaisir à suivre. A suivre donc …

Allez voir les avis des amis Claude et Hannibal !

L’ange noir de John Connolly (Pocket)

Depuis le temps que je dois lire un livre de John Connoly … eh bien … ce n’est pas moi qui l’ai lu. Voici donc un nouvel invité sur Black Novel, et pas n’importe quel invité. J’ai nommé Jean Dewilde. Rencontré, comme sa compatriote Foumette, sur un site dit social, ce jeune homme (ça va lui faire plaisir) dit ce qu’il a sur le cœur. Quand il aime, il sait le dire et bien. Quand il n’aime pas, il le dit aussi et avec des arguments de poids !

Bref, une grande gueule ? Pas du tout ! Bien que nous ne nous soyons pas encore rencontrés, je suis sûr que l’on s’entendrait bien … autour d’une bière belge bien sûr. Car c’est quelqu’un qui adore la littérature noire, qui adore en parler et qui adore la faire partager. Lui aussi, je le pousse à ouvrir son blog, car il m’épate quand il nous parle de ses lectures.

Pour ce roman ci, il n’a pas aimé. De grâce, lisez jusqu’au bout, et vous aurez envie de vous confronter à son avis, que vous trouverez généreux, je pense. Ma seule requête envers toi, Jean, c’est que j’aimerais que tu m’écrives un de tes avis dont tu as le secret sur un livre que tu as aimé. D’accord ? En attendant, voici la chronique de Jean:

Un ami polardeux m’a dit: « ce n’est pas le meilleur de Connolly ». Je le crois sur parole. En réalité, la quatrième de couverture résume les deux cents premières pages du livre qui en compte près de six cents et le prologue donne le ton global de l’ouvrage.
Si la lecture du prologue ne vous botte pas, n’allez pas plus loin. Cette recommandation tout à fait subjective s’adresse à un lectorat peu friand de fantastique. Je me suis baladé avec grand plaisir jusqu’à la page 197 à laquelle débute le chapitre 8 qui débute comme suit: « La petite ville de Sedlec se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Prague. Rebuté par des faubourgs mornes, le voyageur sans curiosité ne daignera peut-être pas y faire halte… ».

Choc et choix: soit je refermais le livre sans autre forme de procès, soit je me plongeais dans l’histoire du Royaume de Bohême en plein Moyen Age. J’ai accepté le défi à mon corps consentant.

Ange noirJ’ai pris soin de vérifier la véracité de ce qui m’était conté; je me suis familiarisé avec un vocabulaire qui ne fait pas partie de mon patrimoine verbal quotidien (ossuaire, ostensoir, brigantine, tassette, église conventuelle…) et je me suis intéressé de près aux frères lais, aux guerres hussites, au livre d’Enoch, aux anges déchus, aux Croyants.

Bien m’en prit car si vous escamotez ces pans d’histoire, vous ne comprendrez plus grand-chose à l’intrigue. Il est entendu que Connolly ne les a pas écrits pour le seul plaisir d’allonger son ouvrage. Ils ont tous leur raison d’être.

Pléthore de personnages brossés grossièrement. Renoncez à vous identifier à l’un deux, à éprouver sympathie ou révulsion pour un autre, c’est hors de propos à moins de lire sous l’influence de psychotropes ou avoir des penchants pour les moines cisterciens.
Dans les remerciements adressés par l’auteur, j’ai extrait: « l’arrière-plan historique de ce roman est fondé pour l’essentiel sur des faits et les monastères mentionnés existent bel et bien. En particulier, l’ossuaire de Sedlec est très proche de celui que je décris dans le livre, même s’il est beaucoup plus impressionnant. Les lecteurs intéressés peuvent en faire une visite virtuelle en consultant mon site web ( http://www.facebook.com/l/wAQHgjof7AQFpCweYSW5finL7_XJIdQxgmEqVMcQyqiV_gw/www.johnconnolly.co.uk). Cela étant, si vous avez la chance de vous trouver en république tchèque, Sedlec mérite vraiment la visite ».

Pour celles et ceux qui ont une soudaine envie de faire un minitrip, voilà une destination inattendue et pleine d’attraits.

Pour ma part, le cocktail fait d’un gros doigt d’enquête policière classique, d’une louche de fantastique et d’un chaudron d’ésotérisme est particulièrement indigeste; l’intrigue perd de son épaisseur, s’effiloche et se désagrège au fil des pages. Les personnages, eux, peinent à tenir la distance.

Je serais de mauvaise foi en omettant de dire que l’écriture de Connolly est très agréable, il excelle dans des descriptions de lieux que j’ai relus tant c’était bien écrit; il me semble moins percutant dans les dialogues, du moins ceux-ci sont de qualité inégale.
Grand coup de chapeau au traducteur, Jacques Martinache.

Connolly est incontestablement maître pour créer une atmosphère glauque, oppressante, anxiogène. Il m’a mis très mal à l’aise à certains moments.

Si un jour mes pas me conduisent en Bohême, nul doute, je visiterai l’ossuaire de Sedlec en pensant à cet auteur talentueux et ambitieux, deux qualités que je lui reconnais spontanément.