Archives du mot-clé Ku Klux Klan

Un fruit amer de Nicolas Koch

Editeur : De Saxus Editions

La quatrième de couverture me tentait bien et après avoir rencontré brièvement l’auteur au Salon du Livre de Paris, je me devais de me faire ma propre opinion. Un fruit amer s’avère être un roman plein d’ambition et c’est une belle réussite.

Alabama, 1963. Depuis que Rosa Parks a refusé de céder sa place à un homme blanc dans un bus, de nombreuses revendications font rage aux Etats Unis. Les dernières manifestations à Birmingham ont été violentes, alors que les gens, noirs pour la plupart, demandaient pacifiquement plus de droits, plus d’égalité. Dans la ville de Woodbridge, en apparence, tout se passe bien, mais en réalité, les blancs ont instauré une violence latente qui obligent les noirs à rester dans leur quartier.

Ce matin-là, un corps de jeune fille blanche est retrouvé dans les bois qui entourent Woodbridge. Elle a été violée et battue à mort. Seules ses chaussures manquent à l’appel mais la cause de la mort est évidente. Le sheriff Conrad Francis Miller sait bien qu’il va avoir des problèmes, trouver un coupable (noir de préférence) pour éviter que la situation ne devienne intenable. Il doit agir vite aussi avant que la presse ne s’intéresse à ce cas.

Paul Wesley est journaliste dans le journal du coin, et s’occupe de faits divers. Il est un des premiers arrivés sur les lieux mais ne peut accéder à la scène du crime. Il ira voir le sheriff le lendemain, jour de l’autopsie pour en savoir plus. En rentrant chez lui, il trouve une lettre : Meredith Clarence lui dit qu’elle sait trop de choses et qu’elle se sent en danger de mort. Et si c’était son corps que l’on avait retrouvé, celui de la fille du plus grand entrepreneur de travaux publics du coin ?

Parfois, rencontrer l’auteur vous force à entamer la lecture de son livre plus rapidement que prévu. Nicolas Koch est historien de formation, et s’est intéressé à cette période des années 60 aux Etats Unis. Quand l’idée de ce roman a germé, il est devenu urgent pour lui de la coucher sur papier. Si la passion de l’auteur se trouve derrière chaque page, je trouve qu’il a bien réussi à se contenir pour se mettre en retrait d’une belle histoire fort bien racontée.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ce roman n’est pas plat, et on y trouve certains discours où on ressent bien ce qui a passionné et passionne encore l’auteur : De quel droit se juge-t-on meilleur qu’un autre ? Qu’y a-t-il de plus ridicule que de croire que les Blancs sont supérieurs aux Noirs (ou à n’importe qui d’autre ?). Ici on plonge dès le premier chapitre dans un contexte lourd, explosif avec une situation qui ne demande qu’à dégénérer.

Au début du roman, on va être face à une dizaine de personnages, et il faudra un peu s’accrocher pour avancer sereinement dans l’histoire. C’est l’histoire de 20 à 30 pages pour bien placer chacun sur l’échiquier. Car après, la fluidité du style, sa simplicité, et l’enchaînement des situations et des réactions de chacun fait qu’il est bien difficile d’arrêter sa lecture. On ne va pas y trouver de personnage plus fort l’un que les autres, pas de situation extraordinaire, mais juste une narration magnifique d’une histoire à la fois belle et dramatique.

D’ailleurs, dans ce premier roman, on n’est pas forcément dans un polar avec ses codes et ses personnages stéréotypés. Tout y est mis au service de l’histoire. Je me demande même si les afficionados de polar ne vont pas y trouver un manque de force, de passion, de grandeur, d’ambiance. Pour moi, ce roman est à rapprocher des grands auteurs américains qui sont capables de raconter une grande et belle histoire en restant en retrait, au service de leur histoire. Pour un premier roman, c’est une superbe réussite. Et Nicolas Koch est un auteur à suivre.

Publicités

Brasier noir de Greg Iles

Editeur : Actes Sud

Traductrice : Aurélie Tronchet

Le Père Noël est une des personnes que je vénère le plus au monde. Il a le bon goût de me ramener chaque année des kilogrammes de pages à lire. Cette année, si la masse était aussi imposante que les autres années, le nombre de romans était moins important, à cause ou grâce au Brasier noir de Greg Iles. Presque 1050 pages vont nous plonger dans les années 60, au Mississipi et nous montrer l’importance et l’influence du Ku Klux Klan sur la vie américaine.

Natchez, Mississipi, 1964. Après avoir servi comme cuisinier pendant la seconde guerre mondiale, Albert Norris est revenu dans sa ville natale et y a ouvert un magasin d’instruments de musique. Noir de peau, son activité est respectée de tous et il accueille des jeunes pour qu’ils s’entraînent ou pour accorder leurs instruments. Albert permet aussi à des « couples illégitimes » noir/blanc de profiter de la petite pièce au fond de la boutique, au nom de l’amour.

C’est un bruit de verre cassé qui le réveille cette nuit là. En descendant à la boutique, il voit deux hommes en train de déverser des bidons d’essence dans la boutique. Ils veulent qu’il leur disent où est le jeune noir Pooky Wilson, qui retrouve parfois Katy Royal, la fille du magnat du pétrole et propriétaire de la compagnie d’assurances du coin. Albert ne sait que répondre. Alors les deux jeunes mettent le feu et retrouvent un troisième homme dehors : ils regardent la boutique partir en fumée et Albert mourir dans les flammes.

22 jours plus tard, Frank Knox, Sonny Thornfield, Glenn Morehouse et Snake Knox travaillent à l’usine de piles Triton. Ils en ont marre des noirs, des juifs et de la politique des Etats Unis qui part à vau l’eau. Ils décident de créer un groupe extrémiste plus violent encore que le Ku Klux Klan, les Aigles Bicéphales, qui sera financé par Brody Royal. Leur signe distinctif sera une pièce de monnaie trouée d’une balle pour la porter autour du cou. La cible finale des Aigles est JFK, son frère Robert Kennedy et Martin Luther King.

Natchez, Mississipi, 31 mars 1968. Cela fait deux ans que Frank est mort au Vietnam, mais les Aigles Bicéphales sont plus que jamais vivants. Snake, son frère en a pris la tête. Sonny et Snake kidnappent deux activistes noirs Luther Davis et Jimmy Revels pour les droits civiques et les emmènent vers un endroit appelé L’arbre des morts où ils les assassinent. Ils est vrai qu’ils n’en sont pas à un méfait près, puisqu’ils comptent à leur compteur plusieurs meurtres et le viol de Viola Revels, la secrétaire du docteur Tom Cage.

Trente sept ans plus tard, en 2005. Viola Turner (elle s’est mariée à Chicago et a eu un enfant) qui a fui à Chicago suite à son viol revient dans sa ville natale pour y mourir ; elle est atteinte d’un cancer incurable. Tom Cage va rendre visite à son ancienne secrétaire tous les jours. Le fils de Tom est maire de Natchez depuis quelques années. Ancien avocat, il essaie d’être juste pour sa population, et prend soin de son père, qui a fait une crise cardiaque quelques années auparavant.

Le corps de Viola est retrouvé dans sa chambre. Elle a fini par succomber à son cancer. Shad Johnson, le pire ennemi de Penn Cage l’appelle et lui annonce qu’il a dans son bureau un homme qui veut qu’on arrête son père pour meurtre. Cet homme n’est autre que Lincoln Turner, le fils de Viola, et assure que Tom a aidé Viola à terminer sa vie par un suicide assisté. Cette affaire va remuer de bien vieilles affaires monstrueuses …

La taille du roman ne doit pas vous faire peur. Ce n’est pas parce que ce roman fait 1050 pages que vous devez passer votre chemin. Au contraire, ce roman, par son format, va permettre de montrer la force et l’emprise du Ku Klux Klan sur la vie du Sud des Etats Unis, à tous les niveaux, à un point que l’on peut envisager mais ne surement pas croire. Avec ce roman là, vous allez perdre vos illusions et vos espoirs devant l’ampleur de l’intrigue et de ce qu’elle nous montre.

Je ne connaissais pas Greg Iles, n’ayant jamais lu un de ses romans, mais je dois dire que cet auteur est très doué pour planter un décor et décrire la psychologie humaine. Et avec un sujet pareil, son roman devient passionnant et, en un mot, impossible à lâcher. Car la force et la grande qualité de ce roman, c’est d’avoir descendu son intrigue au niveau des personnages, et d’en faire un roman humain plus qu’un simple polar mené par son scénario.

Et des personnages, on va en suivre un certain nombre dans ce roman, dont tous sont formidables. Au centre, on trouve Penn Cage, qui va se débattre comme un beau diable pour sauver son père, puis sa famille. Penn est en ménage avec Caitlin, grande reportrice qui a remporté le Prix Pulitzer. Tom Cage, quant à lui, va choisir de garder le silence, comme il en a le droit, mais il va semer le doute sur son innocence. Henry Sexton, reporter local, mène sa croisade personnelle contre les Aigles bicéphales et va voir dans cette affaire l’occasion de dénicher l’erreur qui lui permettra de faire tomber Brody Royal. Brody, en voilà un méchant extraordinaire, auquel on peut rajouter les Aigles vivant encore en 2005. Il y a aussi Shad, le procureur, obstiné dans sa quête de faire tomber Tom et par là même Penn ou bien subit-il des pressions ? Et je pourrais continuer cette liste longtemps …

Car la force de ce roman est là : un scénario en béton armé mais surtout une histoire que Greg Iles a choisi de raconter à hauteur d’homme, enchaînant les chapitres consacré à un personnage (sans en faire un roman choral), en décidant de rester humain. Et peu importe le nombre de chapitres, le nombre de pages ou le nombre de rebondissements, quand c’est humainement écrit, c’est passionnant et impossible à lâcher. C’est incroyable, le nombre de scène dont la puissance de force émotionnelle vous arrache des larmes, des sourires ou même des cris de rage.

Car le sujet est aussi révoltant que la forme est émotionnelle : Les arrangements entre amis, le racisme évidemment et les actions du Ku Klux Klan. Mais il y a bien plus encore : Ces exactions existent encore aujourd’hui. Et ces hommes ont tous les pouvoirs, presque jusqu’à la plus haute marche (quoiqu’on puisse se demander qui a fait élire Donald Trump !). Ces gens là détiennent la police, ou plutôt les polices, les médias, la justice et les politiciens. C’est un roman à l’ampleur rare, d’une ambition démesurée, qui a été rendu possible grâce à la passion que l’auteur a su y insuffler. Un roman à ranger aux cotés de ceux de James Ellroy dont il n’a pas à rougir. Oui, oui, à ce point là.

Ne ratez pas les avis de Wollanup et Isis

Le baiser de Caïn de John Connolly (Pocket)

Voici la quatrième enquête de Charlie Parker chroniquée sur Black Novel. Les précédents titres sont :

Tout ce qui meurt

Laissez toute espérance …

Le pouvoir des ténèbres

Quatrième de couverture :

Quand Charlie Parker reçoit un appel au secours de l’avocat Elliot Norton avec qui il travaillait lorsqu’il faisait partie de la police de New York, il hésite à descendre en Caroline du Sud pour l’aider dans une affaire qui s’annonce difficile : Atys Jones, le client de Norton, un Noir de dix-neuf ans, est accusé du meurtre de Marianne Larousse, une jeune femme blanche, fille d’une des plus grosses fortunes de l’Etat.

Norton n’est même pas sûr que les Larousse, ou d’autres, attendront le procès pour venger la mort de Marianne. La Caroline du Sud a un passé de racisme et de lynchage qui a laissé quelques traces durables… Parker hésite d’autant plus à partir, que Faulkner, le révérend démoniaque, qu’il a contribué à faire arrêter, pourrait bien être libéré sous caution.

Malgré le fait que sa compagne Rachel soit enceinte, il répond à l’appel de Norton mais à peine est-il arrivé à Charleston que les meurtres se multiplient et qu’il se heurte à de drôles de types : néonazis, membres du Ku Klux Klan, extrémistes de tout poil. Il doit alors faire face à une conjonction de phénomènes apparemment sans rapport ressurgissant du passé.

Mon avis :

Je vous donne un conseil avant de vous donner mon avis : Lisez le pouvoir des ténèbres avant de lire ce roman ci. Car le révérend Faulkner est en prison, et c’est le « méchant » que nous rencontrons dans le précédent volume des enquêtes de Charlie Parker. Cette introduction sert surtout pour vous expliquer que cette série se veut comme un tout, que les personnages, ou du moins certains, sont récurrents ; et qu’il serait donc dommage de prendre le train en marche.

En même temps, on sent au fur et à mesure des lectures de John Connoly que son style s’affermit et ce qui étonne dans ce roman, c’est que pour la première fois, j’ai l’impression que l’auteur a réellement construit minutieusement son intrigue. Dans les précédents, on avait l’impression qu’il se laissait conduire par son écriture. Dans celle-ci, l’histoire est une vraie toile d’araignée qui aboutit à deux scènes finales surprenantes.

On retrouve bien entendu tout le talent de l’auteur, celui de ciseler des dialogues plus vrais que nature, celui d’ajouter du fantastique à base de monstres et autres apparitions de fantômes, et surtout de créer des scènes angoissantes à partir d’une banalité de tous les jours. C’est toujours impressionnant de voir (pardon, de lire) comment il arrive à stresser le lecteur, juste avec une voiture garée au sommet d’une colline. A priori, ce n’est pas angoissant ; eh bien, John Connoly arrive à nous foutre la trouille, juste à partir de ça ! Et ça, c’est rudement fort.

J’ajouterai que John Connoly met un pied dans un sud peuplé de gens ultra-violents, ultra-racistes, et que c’est un bon terreau pour des scènes d’anthologie. Si on ajoute à cela que l’auteur nous dévoile un pan de l’histoire des deux amis de Charlie, Angel et Louis, dans des passages tantôt violents, tantôt émouvants, on a là un des meilleurs tomes de cette série, du moins mon préféré. N’hésitez plus, venez plonger dans le cauchemar de Charlie Parker.

Je vous le dis tout de go, je vais bientôt attaquer le prochain : La maison des miroirs.