Archives du mot-clé La Baleine

Hommage : Le poulpe a 20 ans

Je ne pouvais laisser passer cette occasion. Gabriel Lecouvreur, personnage fictif créé par Jean Bernard Pouy, Serge Quadruppani et Patrick Raynal célèbre ses 20 années d’existence. C’est exceptionnel pour un personnage de fiction, dont les aventures sont écrites par des auteurs différents. Je me demandais bien comment célébrer cet événement, alors j’ai repris des épisodes récents pour vous inciter à lire cette série.

La série :

« Le Poulpe » est une collection de romans policiers publiée aux éditions Baleine, inaugurée en 1995 avec La petite écuyère a cafté de Jean-Bernard Pouy, également directeur de collection originel. Bien que chacun des épisodes soit écrit par un auteur différent, on y suit les aventures d’un même personnage, Gabriel Lecouvreur, un détective surnommé « Le Poulpe » à cause de ses longs bras semblables aux tentacules d’un poulpe. La collection a été adaptée au cinéma en 1998 (Le Poulpe, le film), et certains numéros ont été adaptés en bande dessinée à partir de 2000 (Le Poulpe en bande dessinée).

Jean-Bernard Pouy, qui a fondé et dirigé la collection à ses débuts, déclarait ne pas faire de sélection dans les manuscrits, les publiant dans leur ordre d’arrivée pour rendre compte sans filtre de ce qui s’écrit. De cette façon la collection a rapidement dépassé les 100 épisodes, très inégaux mais attirant des signatures d’horizons très divers : maîtres du roman noir, habitués des collections blanches ou encore des amateurs, des collectifs.

De janvier 2009 à janvier 2013, la collection a été dirigée par Stéfanie Delestré. Elle est ensuite dirigée par Gwenaëlle Denoyers. Cinq à six titres inédits paraissent chaque année. Pour 2010 : Maïté Bernard, Marin Ledun, JP Jody, Sébastien Gendron, Sergueï Dounovetz, Antoine Chainas… Pour 2012 : Stéphane Pajot. Pour 2013 : Gilbert Gallerne, Christian Zeimer et Margot D. Marguerite, Philippe Franchini, Franz Bartelt…

Les illustrations de la collection « Le Poulpe » sont de Miles Hyman, qui a inauguré un nouveau style graphique avec le Poulpe de Christian Zeimert.

Les personnages récurrents :

  • Gabriel Lecouvreur dit « Le Poulpe ». Sans domicile fixe : il oscille entre le salon de coiffure de Chéryl, les hôtels, les pensions… Il essaie de restaurer un vieux Polikarpov. Amateur de bière, il déteste le vin.
  • Chéryl. Coiffeuse, dont la couleur favorite est le rose. Compagne du Poulpe.
  • Gérard. Patron du bar restaurant « le Pied de Porc à la Sainte-Scolasse ».
  • Femme de Gérard. D’origine espagnole.
  • Aide cuisinier roumain.
  • Léon. Le chien du propriétaire du restaurant.
  • Pédro. D’origine catalane. Il a pris part dans la lutte contre Franco lors de la guerre d’Espagne. C’est un anarchiste, ancien imprimeur. Il fournit à Gabriel faux papiers et armes.
  • Membre des Renseignements généraux. Ennemi intime de Gabriel, bien qu’il lui rende quelques services à l’occasion. Son nom correspond à Javert en verlan, clin d’œil au Javert des Misérables de Victor Hugo.

(Source Wikipedia)

L’oncle Paul avait fait un portrait du Poulpe ici

Blood sample

Blood sample de Karim Madani (Baleine)

Nelson, un métisse de 20 ans, est victime d’une fusillade en pleine rue à Arkestra, la « ville où il fait toujours nuit ».

Ç’aurait pu être un fait divers tragique de plus dans cette ville gangrenée par la corruption et les trafics en tous genres, sauf que la photo du jeune homme affichée dans Le Parisien fait tiquer le Poulpe : Nelson a des bras longs, très longs… et lui ressemble indéniablement.

Alors quand, le lendemain, une ancienne amante du Poulpe, Déborah, l’appelle d’Arkestra pour annoncer que, jusqu’à hier, il était papa d’un brillant garçon, Gabriel hésite entre consternation et colère.

Sous la pression de la mère, le voilà parti pour Arkestra à tenter de résoudre le meurtre de Nelson, fils ou pas fils. C’est sous le soleil de plomb d’une ville accablée par la pollution et dans l’attente des résultats du test de paternité que Gabriel va arpenter « les rues homicides de la ville damnée ».

A-t-on tué le fils pour faire pression sur Déborah, avocate engagée dans une lutte contre un promoteur véreux ? Ou Nelson avait-il un lien avec les Disciples, un gang de dealers qui règne en maître dans le quartier des Tours Organiques ?

Ce qui est certain, c’est que le Poulpe dans le ghetto, ça risque de ne pas être de tout repos…

Mon avis :

J’adore l’univers de Karim Madani et sa ville imaginaire d’Arkestra, la ville où on ne dort pas. Alors, certes, le format imposé des enquêtes du Poulpe est restrictif et on le sent bien dans ce roman ; Il n’empêche que Karim Madani nous sort un roman d’action, dans un endroit où les balles fusent, où la ville est minée par la violence et la drogue. Et le format de poche inhérent aux enquêtes du Poulpe obligent l’auteur à une efficacité qui met en valeur le rythme de l’intrigue.

Karim Madani en profite pour nous montrer une nouvelle facette du monde d’Arkestra : C’est un paysage en perdition dans lequel les gens n’ont aucun espoir et où les politiques se vendent aux promoteurs immobiliers. Dans ce roman, Karim Madani garde son univers et nous concocte une intrigue impeccable, passionnante et qui claque. Un très bon numéro du Poulpe qui fait plus de place à l’action qu’aux sentiments.

 La catin habite au 21

La catin habite au 21 de Hervé Sard :

À Sainte-Mère-des-Joncs, près de Nantes, une jeune prostituée disparaît dans la plus profonde indifférence des autorités, sans doute trop occupées à gérer les tensions locales liées au projet houleux de construction d’aéroport du Grand-Ouest.

À la Sainte- Scolasse, ça s’excite, ça théorise devant l’article du Parisien relatant le fait divers. le Poulpe penche pour l’élimination de témoin gênant, Gérard soutient qu’il s’agit d’un tueur en série et met Gabriel au défi de prouver le contraire : s’il a tort, il lui paiera dix tournées de bières.

Le Poulpe n’a pas besoin d’autre motivation pour filer mener son enquête en terres armoricaines. Arrivé dans la bourgade, il va de surprise en surprise : premièrement il semblerait que tout le monde connaisse la jeune disparue mais que personne ne l’ait jamais vue ! Un sacré paradoxe qui laisse Gabriel pantois. Ensuite, contrairement à ce qu’il avait lu sur l’affaire de l’aéroport, ici les habitants ne se font pas prier pour dire tout le bien qu’ils pensent du projet. Marcherait-on sur la tête ?

À Sainte-Mère-des-Joncs, il pleut, il mouille, et ça va pas être la fête au Poulpe, car cette enquête va rapidement virer au jeu de patience en terrain glissant. Ah ! le bon air de la campagne n’est plus ce qu’il était !

Mon avis :

Changement d’auteur, changement d’univers. La raison pour laquelle j’adore Hervé Sard, c’est son style qui prend le temps de regarder les gens, qui prend le temps de les écouter, qui prend le temps de vivre. Et l’univers du Poulpe correspond bien à celui de Hervé Sard. Car Le Poulpe est un personnage qui va résoudre des affaires en allant voir les gens, en général en province.

Ici, nous allons à Sainte-Mère-des-Joncs, l’endroit qui doit accueillir le futur grand aéroport. Alors qu’il est à la recherche d’une prostituée, il va rencontrer des habitants d’un petit village qui sont pour l’installation de cet aéroport, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Avec cette subtilité qui le caractérise, Hervé Sard nous concocte de formidables personnages grâce à des dialogues formidables. On y retrouve moins d’action que d’habitude, mais on y gagne en tendresse. Et puis, le dénouement vaut le détour, car il est très bien trouvé.

Oldies : Natural enemies de Julius Horwitz (Baleine noire)

Ce mois ci, la rubrique Oldies devrait comporter un ajout tout simple, et bien connu : Goodies. Et si je devais classer cet extraordinaire roman, je le mettrais assurément dans les romans noirs, obscurs, impressionnants, amoraux, désespérants. Autant de raisons de lire ce roman que vous aurez peur d’ouvrir après avoir lu ce billet, mais ce sera une de vos lectures les plus marquantes, une des plus inquiétantes aussi, une lecture qui va vous laisser des cicatrices car elle va vous appuyer là où cela fait horriblement mal, sans aucune compassion, aucun regret, avec un sadisme et une clairvoyance rares.

Et pourtant, vous n’y trouverez aucune trace de sang, pas la moindre trainée d’hémoglobine, juste une plongée sans retour dans l’âme d’un homme finalement comme tout le monde, comme vous et moi, qui, un jour pète un câble, et se lève le matin en se disant que ce soir, en revenant de sa journée de travail, qu’il va tuer sa femme et ses trois enfants d’une balle dans la tête. Vous n’y trouverez donc pas non plus de suspense haletant puisque la fin vous est déjà détaillée dès les premières lignes.

Ce qui frappe dans ce roman, c’est que l’on est plongé dans l’esprit de cet homme, parce que c’est écrit à la première personne du singulier, sans aucun pathos, presque avec froideur. Paul est directeur d’une revue scientifique qu’il a réussi à développer avec succès. C’est un homme comme les autres, qui va réaliser son projet, sauf que son projet est horrible. Il ne faudra pas y chercher une quelconque explication ou motivation derrière cet acte meurtrier, mais peut-on seulement expliquer un tel acte ?

Si le roman se situe dans les années 1970, à New York, il semble bien intemporel, tant les questions qui sont soulevées dans le roman sont toujours d’actualité. C’est le reflet d’une génération qui a perdu tout espoir, tout objectif, tout intérêt dans le fait de survivre depuis la deuxième guerre mondiale. Le message est terrible, et terriblement addictif, car plus on avance, plus on est horrifié, plus on continue à lire. Ce roman est diablement subversif en même temps qu’il est nécessaire à lire, important à lire.

Si la forme, qui détaille la journée de Paul heure par heure, comme s’il n’allait rien se passer, fait monter la tension, les sujets abordés au travers de ses rencontres et de ses discussions ne nous donnent même pas une piste. Et ce n’est pas sa déception envers sa vie maritale, ou même son besoin de sexe qui vont nous donner une réponse, une bribe d’explication. Ce roman est bel et bien une réflexion sur la vie et la mort, sur l’homme et la femme, sur sa place dans la société, sur le rêve américain (mais est-il seulement américain) qui part en poussière.

Quand le polar se veut bien plus qu’un divertissement, mais à la fois une leçon de philosophie et d’histoire, quand il pose plus de questions qu’il ne propose de réponses, alors cela donne Natural enemies. C’est un livre dur, âpre, brutal, froid, une pure perle noire comme on n’en lit que deux ou trois fois dans sa vie. Mais c’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains. Oserez-vous le lire ?

Un dernier mot sur l’auteur : Julius Horwitz est l’auteur de 9 livres, tous fortement imprégnés de contexte social. Natif de Cleveland, il a travaillé de 1956 à 1962 au département de la santé à New York. Natural enemies a été adapté en film avec comme acteurs principaux Hal Holbrook, Jose Ferrer and Viveca Lindfors. Ce roman a été édité une première fois par les éditions Seuil en 1977. Il est mort en 1986 à l’âge de 65 ans.

2030 odyssée de la poisse de Antoine Chainas (La Baleine)

Cela faisait un bout de temps que je ne m’étais pas penché sur le cas de Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe, même si j’ai continué à en acheté quelques uns. J’avais lu les trente premières aventures, mais je ne pouvais pas rater celle-ci qui est signée Antoine Chainas.

Nous sommes en 2030. Notre société est devenue de plus en plus dirigée par les media, et l’état est devenu, sans l’avouer ouvertement, un gouvernement fasciste. La situation économique ne s’est pas améliorée, et les recherches scientifiques se sont développées, jusqu’à autoriser la production de clones humains. La société Omnicron Inc a récupéré le droit exclusif de les produire et de les louer à des usages ludiques. Ces clones s’appellent des Omnimorphes. Tout humain a la possibilité de les incarner pour réaliser des taches, essentiellement liées aux loisirs, et en particulier le sexe. Ces clones sont obéissants et ne ressentent aucun sentiment, n’ont aucun souvenir.

Gabriel Lecouvreur a 70 ans en 2030. Avec Cheryl, il a décidé de s’offrir une partie de pur plaisir sexuel par l’intermédiaire des omnimorphes. Quelle joie ce fut de retrouver sa jeunesse évaporée. Car, notre Poulpe est maintenant un vieillard, avec des courbatures, des douleurs, et des rides. Gabriel s’incarne alors dans Georgie. Lors de cette expérience, Gabriel ressent des sentiments qui ne sont pas à lui. Alors qu’il se rend au bar de Gérard, les informations télévisées l’informent qu’un nouvel omnimorphe vient de se faire assassiner.

Gabriel est sûr de reconnaître la victime : c’est l’omnimorphe en qui Cheryl s’est incarnée. Il décide d’aller voir un vieux libraire, Selmer. Lui seul peut lui en dire plus sur les omnimorphes. En effet, il a participé aux recherches sur le clonage et connaît bien Georgie. Qui est cet étrange assassin des clones ? Pour quelle raison fait-il ces actes ? La société Omnicron Inc est-elle impliquée ? L’enquête peut commencer et elle va s’avérer éprouvante pour un vieillard de 70 ans.

Je vais faire court, comme le nombre de pages de ce roman, format Poulpe oblige. Et ne croyez pas que l’intrigue est survolée, que la description de ce monde futuriste est esquissée. Antoine Chainas réalise un coup de force en nous transportant loin dans le temps, grâce à sa structure mais aussi son style précis, épuré et efficace. Il laisse ses descriptions minutieuses pour une vision cauchemardesque répondant à ce vieil adage : Panem et circenses. L’idée (géniale) est d’insérer en tête de chaque chapitre des encarts qui décrivent mieux que de longs paragraphes comment les gens vivent, à coups de publicités, programmes télévisuels ou comptines.

Ce futur est une société fasciste, qui dirige, guide ses citoyens par l’omniprésence des média et des loisirs. Il y a autant de pauvres qu’aujourd’hui, autant de racisme qu’aujourd’hui, autant de grosses sociétés opaques qu’aujourd’hui. La culture en est absente, plus personne ne lit de livres, et le top du loisir, c’est de pouvoir faire des choses extravagantes ou extraordinaires par clone interposé. La vision du futur made in Chainas est noire, très noire, pas réjouissante du tout. Ne croyez pas qu’il n’y a pas d’humour, les clins d’œil sont nombreux et j’ai souri souvent.

A coups de chapitres ultracourts, le livre se lit très vite, s’avale presque goulûment, car le suspense est très bien mené et prenant. On est dans un remake de I robot, Blade Runner et Minority Report à la fois, avec des citations de 2001, le fantastique livre de Arthur C. Clarke. On retrouve les obsessions de Antoine Chainas, ses réflexions sur la vie, la mort, les sentiments, les sensations, mais avec moins de passages choquants que dans ses romans de la série noire. En fait, ce Poulpe est de très bonne facture et c’est aussi une bonne introduction au monde littéraire de Chainas. C’est un roman fantastique pour passer deux heures de détente et de réflexion. Et puis, ça coûte 8 euros, ça ne coûte pas cher pour un voyage dans le futur.