Archives du mot-clé La Tengo

Ainsi vint la nuit d’Estelle Surbranche

Editeur : La Tengo

Un premier roman permet de montrer le talent d’un auteur, ses passions, ses centres d’intérêt … mais aussi ses ambitions. Estelle Surbranche n’en manque pas, loin de là. Et je dis : Vivement le prochain !

Quatrième de couverture :

Romain Le Roux et Matthieu Manjeois mènent une vie d’étudiants normale et passent des vacances ordinaires à Biarritz… Jusqu’à ce jour de septembre où ils trouvent 7 kilos de cocaïne en surfant et gardent la marchandise. La première erreur d’une série de décisions hasardeuses qui s’avéreront fatales.

Et vous, que feriez-vous si 7 kilos de cocaïne atterrissaient entre vos mains? Matthieu et Romain, deux surfeurs étudiants, ne mettent pas longtemps à répondre à la question : monter un bizness qui rapporte une montagne de fric. Tout semble si facile… Sauf que la marchandise appartient à un gang serbe, particulièrement à cheval sur la notion de propriété et peu sourcilleux sur les méthodes de leur tueuse favorite, Nathalie. Plus dangereuse encore, Paris la nuit, ses fêtes, les paillettes des clubs et ses amours illusoires, qui corrompent l’amitié, les corps et la raison. Une seule personne peut encore arrêter le massacre : la capitaine Gabrielle Levasseur… si elle arrive à s’affranchir des fantômes qui la hantent.

Inspiré librement de faits réels qui se sont déroulés dans le sud-ouest de la France au début des années 2000, Ainsi vint la nuit raconte l’histoire de quatre vies entremêlées, des existences qui ne se rencontrent (presque) pas, mais ont chacune une influence mortelle sur les trois autres. Tout cela par la faute d’un grand big-bang provoqué par la déesse Cocaïne ! La mystérieuse Nathalie, formée à tuer pendant la guerre des Balkans – omniprésente en toile de fond – chasse férocement les deux apprentis dealers, et trouve l’impensable sur son chemin sanglant, une forme de résilience. Les péchés passés et le besoin maladif d’être aimée menacent d’engloutir la raison de Gabrielle Levasseur et lui interdisent la rédemption. Romain et Matthieu courent après le plaisir, de soirées techno en nuits de défonce, se moquant d’y laisser une part d’humanité. La noirceur gagne inexorablement les destins de chacun des personnages, recouvre leurs peurs et les pousse à se découvrir… Et le monstre le plus abject qui en surgira ne se révèlera pas forcément celui qu’on croit.

L’écriture énergique et syncopée d’Estelle Surbranche donne le rythme de ce polar en forme de tragédie moderne, s’accélérant au fur et à mesure des pages jusqu’à la délivrance finale, explosive, à l’image d’un morceau de musique techno. Apre et moite, l’ambiance de ce premier roman est aussi jouissive et dangereuse qu’une soirée en club sous MDMA.

Ainsi vint la Nuit est le premier acte d’une trilogie aux personnages récurrents.

Mon avis :

Il semblerait que les éditions La Tengo soient douées pour dénicher des auteurs de talent. Car ce roman foisonnant est une vraie réussite. Car ce roman en forme de course-poursuite enquête nous offre beaucoup de péripéties et surtout une galerie de personnages que l’on va suivre par chapitres interposés, tous aussi intéressants les uns que les autres :

Nathalie, tueuse à gages est chargée de retrouver la cargaison de drogue et c’est une tueuse sans sentiment, sans remords qui tue ses victimes en leur crevant les yeux. Romain et Mathieu sont des étudiants en vacances à Biarritz qui, en surfant, vont tomber sur deux paquets qui vont changer leur vie. Gabrielle est flic, mutée de Marseille après une affaire qui a mal tourné et qui l’a marquée à vie ; cette affaire pourrait bien être celle de la rédemption.

C’est très bien écrit, très fluide, et surtout, nous avons affaire à des personnages passionnants. De Biarritz à Paris, les rebondissements s’enchainent avec logique, les trois parties vont progresser vers un final étonnant, laissant derrière eux des cadavres sanglants. Surtout, on va avoir droit à une descente en enfer des deux jeunes, dont l’un tombe dans la paranoïa de la cocaïne, et je dois dire que ces passages sont fort bien faits.

Je vous engage donc à découvrir ce premier roman, sachant que la fin nous laisse augurer une suite haletante, en nous surprenant et en étant très loin du happy end que l’on aurait pu craindre. Ce qui est sur, en tous cas, c’est que je serai au rendez-vous du prochain roman d’Estelle Surbranche !

Du vide plein les yeux de Jeremie Guez (La Tengo)

Voici donc le dernier tome de la trilogie consacrée à Paris, signé Jeremie Guez, après le formidable Paris la nuit et l’excellent Balancé dans les cordes, fort justement récompensé par le prix Polar SNCF. Encore une fois, ce roman fait mouche.

Idir, jeune trentenaire kabyle, sort de prison, après y avoir passé six mois pour coups et blessures. Reconverti en détective privé, son quotidien est fait de filatures pour des maris jaloux ou des femmes en plein doute. Personnage central du roman, puisque c’est écrit à la première personne, c’est un impulsif, capable de périodes de calme et d’accès de fureur, mais il est aussi un tendre sous sa carapace : parfois, sans prévenir, il se met à pleurer sans pouvoir s’arrêter. Mais il annonce que c’est une maladie, la maladie de la tendresse, de la solitude, du mal être, la maladie d’une vie de copains en essayant de tenir à distance sa famille, ses racines que son père lui rappelle sans cesse.

Idir est contacté par Oscar Crumley, le fils héritier de la richissime famille Crumley, pour retrouver son frère, Thibaut qui a disparu depuis quelques mois. Si personne ne s’inquiète de sa disparition, Idir retrouve des cassettes où Thibaut parle de sa vie, de son mal-être, de la difficulté à être accepté en tant qu’homosexuel. Juste après, Eric, le père de Thomas son meilleur ami lui demande de retrouver sa voiture, une AUDI R8 toutes options qui coute une fortune et qu’on lui a volé en braquant son chauffeur. Evidemment, les apprences sont trompeuses et les péripéties nombreuses pour ce détective amateur.

Changement de registre pour ce troisième roman, changement de ton, changement d’ambiance, et quelle réussite ! Là où les précédents romans mettaient au centre de l’intrigue la ville lumière, avec des massages d’un lyrisme flamboyant, Du vide plein les yeux se concentre sur son personnage, et Paris devient le décor noir de ce polar en forme d’hommage, hommage à tous les grands écrivains qui ont bâti ce genre que nous aimons tant.

D’une intrigue simple au départ, de rencontres en rencontres, Jérémie Guez complexifie son histoire avec un personnage complexe, solitaire qui est poussé par la curiosité. C’est aussi un personnage pas forcément doué, un travailleur de l’ombre dont la vie est faite de sorties avec les potes, de services donnés rendus, de réunions avec la famille qui se passent mal car il gâche ces moments par des accès de colère, peut-être pour montrer qu’il est un adulte, avec les responsabilités qui vont avec.

Ce roman, c’est aussi le roman de la maturité, à travers son personnage plus mature et qui veut construire sa vie, mais aussi dans le style, plus direct, plus franc, avec des dialogues formidables qui en disent long sur la psychologie des personnages. Clairement, Jérémie Guez a densifié son intrigue, pour donner plus de densité, plus d’importance aux personnages. Ce changement, s’il peut étonner certains habitués des précédents romans, va surtout leur démontrer que Jérémie Guez est un grand auteur, et qu’il est à l’aise dans tous les domaines. A son âge, on s’incline.

Une nouvelle fois, je suis époustouflé, une nouvelle fois je suis ébahi, une nouvelle fois je suis étonné du talent, de la facilité et de la simplicité que montre ce roman. Il démontre si ce n’était pas le cas encore que cet auteur est à lire, car il a la capacité à vous emmener où il veut, en alliant à la fois l’intrigue et le style, sans en avoir l’air. Bienvenue dans l’ère du roman noir moderne, brutal et lucide, dramatique et réaliste ! Bienvenue chez Jérémie Guez !

Protocole 118 de Claire Le Luhern (Editions La Tengo)

Si vous êtes un fidèle de ces pages, vous savez ma passion pour la lecture de premiers romans. Alors, quoi de mieux que de lire le roman gagnant du prix Première Impression, organisé par les Editions La Tengo et la radio Le Mouv’ ?

Le Prix Première Impression a été créé en septembre 2011 par les Éditions La Tengo et Le Mouv’. Ce prix récompense par une première impression le vainqueur d’un concours mettant aux prises des auteurs qui n’ont jamais été publiés. Le jury 2013 était composé des journalistes du Mouv’,Olivier Cachin, Cyril Sauvageot, d’Anne-Julie Bémont des Éditions Radio France et Bruno Clément-Petremann, lauréat du Prix en 2012 pour son roman Strummerville.

A Sainte Anne, célèbre hopital psychiatrique de la région parisienne, Adrien Cipras est un psychopathe qui purge sa peine à vie, enfermé dans sa chambre. Amnésique, grâce aux médicaments qu’on lui donne, il est tenu bien à l’écart depuis qu’il a tué une jeune étudiante Alice Miège trente ans plus tôt. En ce vendredi 11 décembre, il ouvre les yeux et commence à retrouver la mémoire. Deux jours après, Adrien Cipras est retrouvé mort dans son lit.

Cela fait quatre mois que Juliette a rejoint la brigade criminelle. Elle travaille avec Patrice Hérès, un vieux de la vieille à la cinquantaine bien frappée. Apparemment, cette affaire ne passionne personne, alors c’est elle qui s’y colle. Les premières constatations de son enquête montrent que Adrien Cipras a été étouffé avec un coussin, c’est donc un meurtre. Puis le professeur Salfatis lui indique qu’il a fait l’objet d’un traitement au moment du meurtre d’Alice, le protocole 118 et qu’il aurait été incapable de marcher donc de tuer Alice. Et si la solution du meurtre d’Adrien Cipras trouvait ses origines trente années en arrière ? Et qui était Alice ?

En ce qui me concerne, ce roman a soufflé le chaud et le froid. Mais l’impression qui en ressort est que Claire Le Luhern a réussi à m’époustoufler … par moments. J’ai trouvé le début difficile, poussif. Car cette jeune auteure a un style direct, efficace qui m’a enchanté, sauf que par moments, c’est tellement dénué de descriptions qu’elle m’a égaré, n’ayant aucun repère pour certains personnages. Et, passé ce petit reproche, j’ai trouvé ce roman formidable.

Effectivement, Claire Le Luhern m’a époustouflé dans sa façon de construire ses personnages. Le ton est sombre, l’ambiance noire, et tous sont comme des fantômes trimbalant leurs cicatrices comme des boulets. Le mystère autour de leur vie, de leur passé est redoutablement bien entretenu, et si l’intrigue est assez simple, on ne devine pour autant rien du véritable coupable. Par contre, je garderai longtemps en mémoire les âmes écorchées vives qui hantent ce roman.

Et puis, il y a ce Paris, nocturne, sombre, inquiétant, que Claire Le Luhern brosse par petits traits, mais qui au détour d’une phrase font éclater une image d’une noirceur incroyable. On finit par croire qu’il ne fait jamais jour à Paris au mois de décembre, et que tout y est de la même couleur que les pensées des personnages. En fait, j’ai eu l’impression que l’auteur a mis du temps à s’installer, à trouver son rythme de croisière. Mais je peux vous dire que, passé les 50 premières pages, vous y trouverez des passages d’une noirceur inquiétante, des personnages abimés à souhait et une peinture de notre capitale hallucinante. Ce qui me fait dire que Claire Le Luhern a écrit un bon premier roman noir et que j’attends son deuxième roman pour confirmation avec impatience.

Balancé dans les cordes de Jeremie Guez (La Tengo)

Coup de cœur ! Le voici, le voilà, le deuxième roman de Jérémie Guez, ce jeune auteur qui a sorti une première bombe l’année dernière avec Paris la nuit. Balancé dans les cordes est aussi le deuxième tome de sa trilogie consacrée à Paris.

Tony est un jeune homme qui vit à Aubervilliers, avec sa mère, qui se prostitue. La journée, il est garagiste chez son oncle, le soir il se donne à fond dans ses entraînements de boxe. C’est son oncle qui l’amené au gymnase pour apprendre à se défendre à l’école. Il va bientôt toucher du doigt son rêve, son nirvana, devenir boxeur professionnel et son premier combat est prévu pour dans un mois.

Il aime aussi les lumières de la ville, la nuit, parcourant les rues de Paris à bord de sa moto, seule folie qu’il s’est accordé, seule étoile de liberté dans une exigence terne et grise. Lors d’une de ses virées, il sauve une jeune femme, Clara,  qui se faisait agresser par des jeunes. Il la raccompagne chez elle, et il se prend à rêver d’amour.

Au cours de ses entraînements, un mafieux le regarde avec attention ; c’est Miguel. Accompagné de son garde du corps et de son frère attardé, il se prend d’affection pour Tony et lui dit qu’il peut compter sur lui en cas de problèmes. Tony, qui gagne son premier combat, va retrouver Clara mais au retour, il s’aperçoit que sa mère a été tabassée par un de ses clients. Tony va aller demander l’aide de Miguel et entamer ainsi sa descente aux enfers.

Forcément, quand on attaque le deuxième roman d’un auteur que l’on a adoré, on est fébrile. Est-ce que ça va être pareil, ou complètement différent ? Le sentiment qui va prédominer va-t-il être l’exaltation ou la déception ? Jérémie Guez a décidé de faire un roman complètement différent. Aux ambiances grises et glauques du premier, il opte pour le portrait d’un jeune homme qui se débat pour sortir de sa boue quotidienne. Aux longues phrases poétiques, il répond par un style haché mais bien écrit, efficace et des dialogues qui font mouche.

L’intrigue, elle, est toujours aussi prenante même si elle suit finalement les classiques du genre. C’est une descente aux enfers, un homme rattrapé par son milieu, un homme qui rêve des lumières mais qui retombe dans les limbes fantomatiques et violentes de la banlieue. C’est un roman noir donc il ne faut pas y chercher de rédemption ni d’espoir.

Ce roman est clairement plus abouti particulièrement dans le portrait de Tony, mais aussi dans les personnages secondaires (qui ne le sont pas). C’est un personnage touchant, par sa volonté, par ses rêves, mais aussi par son destin inéluctable : lui qui est promis à un avenir essaie de ne pas dévier de sa trajectoire mais il se retrouve malmené, comme un boxeur, envoyé dans les cordes.

Il y a bien son ange salvateur, Clara, il y a bien Moussa, son voisin trafiquant de drogue qui l’a initié à la boxe et qui lui donne des conseils pour revenir dans le droit chemin. Mais sa destinée était toute autre, et il ne la suit pas par facilité, mais par manque de réaction aux moments opportuns. Ceci dit, dans son environnement, il n’avait pas forcément le choix. Tony ressemble finalement à une boule de flipper qui va tomber dans le trou.

Dès les premières pages, on est pris par ce que raconte Tony car c’est écrit à la première personne du singulier. Il ne laisse transparaître que peu d’émotions, sauf quand il combat. Là, l’adrénaline monte et ce sont les seuls moments où il est conscient, de lui, de sa vie, des actes qu’il doit accomplir. C’est un formidable portrait de loser, passionnant à suivre, et c’est un coup de cœur très mérité !

Novella : Il est mort le poète de Markus Malte (La Tengo éditions)

4ème de couverture :

À quatre mois de l’élection présidentielle, le candidat de l’opposition, Antoine Simiac, caracole en tête des sondages. Jeune et charismatique, il est surnommé « le poète » par ses supporteurs, en raison de ses envolées lyriques lors de ses discours. La présidence de la République lui semble promise. Jusqu’au jour où trois balles de gros calibre mettent un terme à sa fulgurante ascension. Un sénateur fête cette nouvelle et propose à Benoit Dutertre de se présenter. C’est leur chance ou jamais de surfer sur la vague du martyr.

Quelques années plus tard, Mastrado, qui sort de prison, est accosté par une jeune femme de 20 ans. C’est sa fille Zoe qu’il n’a jamais vu.

Mon avis :

Je suis toujours époustouflé, quand je lis ces Pièces à conviction (c’est le nom de la collection). Mais de quoi, me direz vous ? Je suis ébahi, esbaubi par l’art de bâtir des personnages en aussi peu de pages, de construire une intrigue passionnante qui se tienne, de nous emmener avec une telle fluidité. Même si on devine le chute un peu avant la fin, comme cela semble facile d’écrire des romans. Mais je pense que cela doit s’appeler du talent, et ce roman en est pétri. Un court roman que l’on peut dévorer dans les transports en commun ou en faisant ses courses, à lire et à relire.

Novella : Fractale de Marin Ledun (La Tengo Editions)

4ème de couverture :

Fin de journée à SAUDIS Corporate, cabinet de conseil en placement de produits financiers. Un message d’alerte incendie est lancé. Six employés, trois hommes et trois femmes, gagnent le troisième sous-sol, conformément aux indications. Ils pensent à un exercice de sécurité. Mais quand les portes de l’ascenseur se referment derrière eux, ils réalisent qu’ils n’ont plus aucun moyen de remonter. Commence alors une attente épuisante où l’exercice se révèle être un jeu sordide dont chacun devra trouver les règles pour survivre.

Mon avis :

J’ai déja chroniqué ici même Nouveau monde Inc de Caryl Ferey, voici donc Fracale de Marin Ledun. Cette édition de pièces radiophoniques créées pour France Culture est une sacrée bonne idée. Dans cet opus, Marin Ledun nous montre comment un patron se joue de ses employés jusqu’à les pousser à bout lors d’un huis clos haletant, pour conclure dans un final digne d’un roman policier classique. La psychologie des personnages y est impeccable et c’est une véritable réussite en aussi peu de pages. ça se lit vite et c’est très plaisant. 91 pages de plaisir pour 4,80 euros, de quoi agrémenter vos voyages en transport en commun.

Onzième parano de Marie Vindy (La Tengo éditions)

Mona Cabriole est de retour. J’avais lu deux épisodes peu convaincants avant d’apprécier celui de Antoine Chainas intitulé Six pieds sous les vivants. Celui-ci se révèle un roman policier distrayant.

Paris 11ème arrondissement − 132, bd Richard Lenoir − 4 heures du matin, on retrouve le cadavre de Clotilde Seger dans le lit de Basile Winkler, le chanteur de Surface Noise, groupe de rock français couronné de deux disques d’or. La rock star clame son innocence sans expliquer la présence du corps de cette fille de 20 ans à son domicile.

Mona Cabriole, journaliste au Parisnews, un magazine d’investigations sur Internet, vient de rompre avec Julien, car elle vient d’apprendre que sa femme est enceinte. Elle n’accepte pas d’être en concurrence et se complait dans sa solitude malheureuse. Son rédacteur en chef l’appelle alors pour qu’elle se lance sur l’affaire Winkler.

Elle apprend rapidement qu’il venait d’inviter chez lui le groupe Womanizer, et qu’il a eu l’air surpris de trouver le corps de Clotilde dans son lit, en état de décomposition. Lors de la conférence de presse de la police, elle rencontre l’avocat de Winkler qui l’engage comme enquêtrice. Il lui dit que le corps de Clotilde a été amputé de ses organes vitaux. La police voit en Winkler le suspect idéal, Mona doit donc trouver le coupable pour qu’il soit libéré. Mais est-il vraiment aussi innocent qu’il le dit ?

Tout le roman repose sur le personnage de Mona Cabriole. Cette jeune femme moderne à la recherche de l’amour mais qui ne veut pas s’engager, qui n’est pas jalouse mais exclusive, et qui boit pour oublier ou qui se jette à corps perdu dans le boulot pour ne pas retrouver son lit trop froid. Par rapport aux épisodes précédents, cela me semble être du classique mais je ne les ai pas tous lus pour être plus affirmatif.

Quant aux autres personnages de l’histoire, son amie Clara est quasi absente et donc se retrouvent au premier plan l’avocat de Winkler et les différents membres des groupes de rock. Et là, on aurait aimé plus de face à face avec Winkler. Ceci dit, l’intrigue est bien ficelée, dévoilant le meurtrier un peu tôt à mon goût, mais cela se lit avec plaisir.

Enfin, j’ai trouvé le style agréable, avec une utilisation des mots qui cherche avant tout l’efficacité et la rapidité, comme le fait que les chapitres soient courts. Tout est fait pour donner de la célérité ou du moins une impression de vitesse, ce qui colle bien avec le sujet, puisqu’il faut sortir Winkler de prison rapidement étant donné ses tendances suicidaires. Onzième parano s’avère un roman bien agréable à lire au moment où les températures en soirée nous poussent à lire de bonnes histoires policières sans autre prétention que de raconter une hsitoire.