Archives du mot-clé Lac

L’arbre aux fées de B.Michael Radburn

Editeur : Seuil

Traducteur : Isabelle Troin

On n’a pas tous les jours l’occasion de lire des polars australiens. Quand en plus, on apprend que ce roman est le premier d’une série et qu’il se passe en Tasmanie, cela fait autant de raisons qui justifient que je m’y intéresse.

Taylor Bridges et sa femme Maggie ne se sont jamais remis de la disparition de leur fille Claire, un an plus tôt. D’autant plus que Taylor considère qu’il en porte une part de responsabilité. Leur couple déclinant, il décide d’accepter une mutation en Tasmanie, en tant que Rangers. Peut-être l’éloignement du lieu du drame va-t-il lui être bénéfique. Sa femme décide, elle, de ne pas le suivre.

Taylor Bridges débarque à Glorys Bridge, une petite bourgade en bordure d’une rivière. Le débit de celle-ci a décidé le gouvernement à se lancer dans l’hydroélectricité. En conséquence, la rivière déborde, le niveau de l’eau monte et le petit village en passe de se retrouver sous les eaux. La plupart des habitants ont déjà quitté le village et le rôle de Taylor Bridges est d’assurer la sécurité des gens aux abords du parc côtoyant le lac.

Lors d’une de ses patrouilles, il rencontre une jeune fille de 10 ans, Drew qui traîne aux alentours d’un arbre à la forme bizarre. Elle l’appelle l’arbre aux fées et attend son ami qui va lui montrer les fées. Taylor Bridges décide de la ramener chez elle et rencontre sa mère qui élève sa fille seule. Le lendemain matin, il apprend par le shérif que la petite Drew a disparu dans la nuit. Cette disparition fait douloureusement écho avec son propre passé récent et Taylor va se mêler de l’enquête.

Voilà donc un nouvel auteur à épingler dans la liste des séries littéraires policières à suivre. Même si le sujet semble classique, si le personnage principal porte en lui des cicatrices, que l’on a déjà lu, si l’intrigue est menée avec beaucoup de logique et peu de rebondissements surprenants, il n’en reste pas moins que la fin est bien trouvée, et que l’on y décerne des qualités et des originalités intéressantes.

Après un début que j’ai trouvé poussif, surtout les 2 premiers chapitres, Taylor Bridges devient attachant par sa maladresse. Le fait que l’auteur n’en ai pas fait un policier mais qu’il l’ait placé en périphérie de l’enquête permet de le montrer dans toute sa maladresse. Et surtout, il veut résoudre cette affaire, retrouver Drew mais il agit sans méthode. Du coup, il en devient plus attachant et tout ce qui lui arrive va nous toucher profondément.

Autour de ce personnage principal, il y a le décor inédit de la Tasmanie, son climat rigoureux et ses paysages enchanteurs. Si l’on ajoute à cela l’eau qui monte et qui fait disparaître le village, si l’on ajoute les habitants habitués à passer leur vie dans leur maison à cause du climat, on se retrouve avec une ambiance remarquablement bien rendue et qui accompagne ce roman à la fin très bien trouvée.

Justement, parlons-en de la fin. Contrairement à beaucoup de romans inaugurant une série, la fin se positionne souvent avec des points de suspension, voire avec les A suivre … Ce n’est pas le cas ici, puisque l’auteur nous offre une vraie fin. Et comme on a pris un vrai plaisir à arpenter les collines de Tasmanie, on prendra plaisir à retrouver Taylor Bridges dans une prochaine aventure.