Archives du mot-clé Marseille

Marseille 73 de Dominique Manotti

Editeur : Les arènes – Equinox

Après Or noir, Dominique Manotti continue son exploration de la situation de la côte d’Azur en 1973, à travers son personnage récurrent de Théodore Daquin, plus jeune commissaire de France et homosexuel caché, car cela ferait tâche d’huile dans la police marseillaise. Retour donc sur une période noire de notre histoire contemporaine où l’on assassinait impunément les Algériens.

La situation est explosive à Marseille pendant cet été 1973. De nombreux assassinats de ressortissants algériens ont lieu dans la cité phocéenne et ses environs et la police locale, la Sureté, classe systématiquement ces affaires en non-lieu ou en « règlement de comptes entre bandes rivales ». Il faut dire que l’amnistie de l’OAS de 1968 a permis de réintégrer certains de ses membres dans la police. De son côté, la résistance algérienne s’organise pour lever des fonds pour renverser Houari Boumediene. Et depuis juin 1973, les étrangers doivent justifier d’un contrat de travail et d’un logement décent pour obtenir un titre de séjour.

Le commissaire Théodore Daquin est chargé de la permanence au bureau de la Police Judiciaire, pendant ce week-end du 15 août, dans l’attente du nouveau patron. On déplore encore un mort et un blessé lors d’une rixe ; algériens, bien sûr. Alors qu’il reçoit son amant Vincent, avocat, Daquin apprend que cette affaire se terminera par une légitime défense, lors d’une rixe entre un français et trois algériens.

Le lundi 20 août, le commissaire principal Percheron débarque, avec l’assurance d’une armoire à glace. Il charge Daquin et son équipe de se rapprocher de l’antenne de Toulon qui enquête sur l’UFRA, l’Union des Français Repliés d’Algérie, qui pourrait ouvrir des centres d’entrainement et ainsi préparer des attentats contre les « traîtres français » qui ont abandonné l’Algérie et les ennemis algériens.

Le dimanche 26 août, un déséquilibré va égorger le conducteur d’un bus et poignarder quatre passagers, avant d’être maitrisé. Ceci va entraîner une grève des traminots. Le mardi 28 août, Malek, un jeune homme de 17 ans attend sa petite amie. Deux voitures passent, repassent puis s’arrêtent. Les armes sortent, il est abattu de sang froid de trois balles. Daquin et son équipe se rendent sur place. Leur rapport est contradictoire avec celui de l’équipe de la Sureté passée juste avant.

Dominique Manotti prouve encore une fois sa valeur dans le paysage du polar français. Cette grande Dame du Noir utilise sa formation d’historienne et illustre une situation actuelle à l’aide d’un événement passé, fût-il du passé récent. Elle démontre combien l’étude de l’histoire est une science importante qui peut nous éviter de refaire les mêmes erreurs. Je pense qu’il est inutile que j’illustre plus avant mes arguments.

Parler de la situation de l’Après-Guerre d’Algérie, positionner cette histoire dans un contexte éminemment compliqué et le rendre fluide au lecteur, c’était un pari qu’il fallait oser relever. Car comme à son habitude, elle entoure son personnage central (Théodore Daquin) d’une multitude de gens au second plan, qui mériteraient presque de figurer sur le devant de la scène. Ce qui est inédit à Marseille, c’est que la Sureté et la PJ se partagent un même local, appelé l’Évêché, d’où des relations et connivences entre les deux services aux hiérarchies différentes et souvent concurrentes.

La plus grande partie de l’intrigue se situe dans les services de police, et ils sont pléthore à Marseille. Pour bien commencer la lecture et positionner chacun à son poste, je conseillerai presque de lire la postface qui décrit les différences entre la Police Urbaine (de proximité), la Sureté (chargée des crimes locaux) et la Police Judiciaire (chargée des crimes nationaux ou de grande envergure).

Dominique Manotti va donc planter le décor dans un endroit où la situation est particulièrement tendue, voire explosive même si les exactions décrites dans le roman ont eu lieu partout en France. Ponctuant ses chapitres (courts, c’est une marque de fabrique made in Manotti) d’extraits de journaux, alimentant son histoire de faits divers et de personnages réels, l’effet n’en devient que plus immersif et passionnant.

Pour autant, je ne pense pas que l’auteure ait voulu pointer du doigt les violences policières, mais plutôt la faculté française à accuser les étrangers, ceux qui sont différents, de tous nos maux ; même si la situation à l’époque était particulière. Elle montre aussi l’aveuglement des politiques, l’asservissement des journalistes et les liaisons troubles entre la justice et la police. Elle nous démontre aussi d’une grande manière le racisme commun, celui que l’on entend tous les jours au coin de la rue.

Alors que le roman commence doucement, il faudra attendre une cinquantaine de pages et l’assassinat de Malek pour voir l’intrigue décoller. A ce moment-là, on voit les pièces de puzzle se mettre en place, la tension monter dans un suspense insoutenable. Car on ne sait pas si cela va se terminer bien ou mal, étant donné le nombre de crimes impunis dont on nous a parlé auparavant.

Autant vous dire que c’est tout de même un sacré pavé, 380 pages et que pour vingt euros, on en a pour son argent. Il faudra juste s’accrocher un peu avec le grand nombre de personnages que l’on suit, et prévoir plus d’une heure de lecture à la fin, car elle est haletante et il est impossible de faire une pause dans sa lecture. Avec ce nouveau roman, Dominique Manotti tient son rang et nous apprend un pan de notre histoire, qui nous appartient aussi, et qu’il nous faudrait bien remâcher pour éviter de faire les mêmes erreurs et répéter les mêmes crimes.

Le Parisien de Jean-François Paillard

Editeur : Asphalte

On a plutôt l’habitude de lire des romans sud-américains chez Asphalte, ou du moins des romans d’origine hispanique. La curiosité et l’attente est donc grande quand Asphalte propose un roman français, qui plus est un premier roman.

Il se fait appeler Narval. Son métier est d’assurer la sécurité de certaines personnes, et parfois de réaliser quelques extras en tant que tueur à gages. Il ne dit pas son âge, mais approche doucement de la cinquantaine. Ancien militaire, il a arpenté le monde, partout où il y a avait des combats, du Congo à l’Irak, de l’Afghanistan à l’ancienne Yougoslavie. Dans le désert, il faisait équipe avec Giorgi.

C’est Giorgi qui l’a recommandé pour ce travail. Narval débarque à Marseille à une semaine du Classico Marseille – PSG. Après avoir pris possession de sa chambre (prépayée), il doit se rendre au Tahiti pour connaitre sa mission. Il est accueilli par le directeur de l’établissement, José Battisti et fait la connaissance du secrétaire particulier du maire, Bertrand Dubreuil, ainsi que des services de police municipale.

On lui présente la photo de Karim Drili, qui règne en maître dans les cités de la Castellane grâce au trafic de drogue. Drili est soupçonné d’avoir tué un jeune mineur et menace le maire de mort car le maire veut abattre les tours de la Castellane. Sa mission s’il l’accepte sera de protéger le maire. Quand il rentre à son hôtel, des hommes lourdement armés sont dans la chambre. Il semblerait que Narval soit tombé dans un beau traquenard.

Sur un thème classique, Jean-François Paillard utilise la rivalité entre Parisiens et Marseillais pour dérouler son intrigue et nous livre donc un roman d’action efficace. Narval se retrouve donc dans une ville qu’il ne connait pas et tout cela est décrit comme s’il se retrouvait au milieu de la jungle, dans un environnement hostile. D’ailleurs l’auteur ajoute des passages qui reviennent sur le passé de Narval, mettant en parallèle la situation actuelle à Marseille avec les combats sur le front de la guerre.

Si le roman laisse penser que Marseille est une ville mafieuse où rien n’est sous contrôle, je pense que l’auteur a surtout voulu mettre en évidence un soldat qui, après être revenu de la guerre, retrouve un contexte identique dans la société dite en situation de paix. La vie à Marseille ressemble au front, du moins c’est comme ça que Narval prend ce qui lui arrive. On se retrouve donc avec un thème plus proche de Premier sang de David Morell (qui a donné Rambo au cinéma) ou L’année du dragon de Robert Daley (roman dispensable mais film génial de Mickael Cimino) que d’une description de la corruption marseillaise à tous les niveaux.

Si je retiendrai une belle visite de la ville de Marseille et une belle efficacité dans les scènes d’action, certaines descriptions ont tendance à être un peu longues et m’ont fait sortir la tête du roman. Par contre, la fin est géniale et laisse à penser qu’il pourrait y avoir une suite … ou pas. Énigmatique fin, qui du coup, m’a fait réaliser que j’aurais eu une attirance envers ce roman, comme une addiction et que j’aimerais bien y retourner, dans ces pages. C’est donc un bon roman, qui a un goût de Reviens-y !

Pour donner la mort, tapez 1 d’Ahmed Tiab

Editeur : Editions de l’Aube

Après avoir écrit une trilogie mettant en scène le commissaire Kémal Fadil (Le Français de Roseville, Le désert ou la mer, Gymnopédie pour une disparue), Ahmed Tiab nous revient avec ce qui devrait être une nouvelle trilogie centrée sur la ville de Marseille.

Je tiens à remercier tout particulièrement mon ami du Sud La Petite Souris, qui, par ses questions a joué le rôle de catalyseur dans l’alchimie de mon cerveau quand je cherchais à rédiger cet avis.

Si la technologie a fait de grandes avancées, surtout dans le domaine de la communication et des réseaux sociaux, il n’en est pas de même dans les règles de la société ni dans les mises en garde pour nos bambins. Les extrémistes, eux, ont vite compris l’intérêt d’Internet et sa possibilité de toucher les masses par la diffusion de vidéos, montrant des assassinats en direct de mécréants.

C’est le cas des trois adolescents qui ouvrent ce roman, habitant dans les cités Nord de Marseille. Sofiane et Hocine traînent leur misère dans un pays qui ne veut pas d’eux. Quand ils retournent au pays, c’est la joie de participer à de grandes fêtes. Dès qu’ils reviennent en France, la grisaille et le racisme ambiant les plombent. Les vidéos sur Youtube leur donne l’idée de faire respecter la morale, leur morale. Ils vont donc réfléchir à faire aboutir leur idée avec leur copain de cité Benji.

Le corps d’une jeune femme est retrouvé dans un hangar désaffecté. Franck Massonnier est chargé de l’enquête. Son parcours personnel est particulier, puisqu’il est divorcé de Catherine et est tombé amoureux de Lotfi Benattar, un jeune enquêteur qui travaille dans son équipe. Pour couronner le tout, Maï la fille de Franck en en pleine adolescence difficile et s’adonne plus à fumer des pétards qu’à ses cours. La jeune femme assassinée a subi de graves coups à la tête, portés par un ou des objets contondants. Il semblerait qu’on l’ait couverte d’une cagoule avant de jouer à la pétanque avec sa tête en guise de cochonnet. Après enquête, des rumeurs qui circulent dans la cité la décrivent comme volage. Mais un sigle tagué sur un mur du hangar laisse envisager d’autres pistes.

Ahmed Tiab continue son exploration de la société française, ou plutôt la vision qu’il en a. Si la forme s’apparente à du polar, ce sont en premier lieu des romans sociétaux dont il ressort un malaise flagrant des maghrébins, par le fait que la nouvelle génération ne croit plus à une intégration dans une société conservatrice. A ce titre, ses trois premiers romans, ou du moins les deux que j’ai lus, étaient des livres précieux pour mieux comprendre et se comprendre. Ils mettaient en scène un commissaire Kamel Fedil dans trois situations qui parlaient de trois sujets différents liés à l’Algérie. Ce que j’avais adoré, c’est aussi cette façon de raconter une histoire de façon non linéaire et d’y insérer des personnages forts.

Dans ce dernier roman, on se sépare de notre commissaire pour trouver un autre personnage de poids : Marseille. Il semblerait en effet qu’Ahmed Tiab commence avec ce nouveau roman une nouvelle trilogie mettant en scène la cité Phocéenne. Nous avons donc à faire avec deux nouveaux flics Franck et Lotfi. S’ils sont (comme d’habitude) bien décrits, ils sont surtout là pour être au cœur de l’action et pour faire le contrepoids avec les trafiquants de drogue. Je m’explique :

Ce roman commence avec des jeunes des cités qui vont pencher du coté du djihadisme. Si la morale qu’ils veulent perpétrer est stricte, elle l’est moins vis-à-vis des trafiquants de drogue. Franck et Lotfi étant amants, donc homosexuels, ils s’attirent les foudres des croyants musulmans, ces derniers étant plus permissifs vis-à-vis des distributeurs de mort. C’est essentiellement cette contradiction qu’Ahmed Tiab veut mettre en avant, nous appelant tous à un peu plus de mesure, de recul et de lucidité.

Je dis essentiellement car les personnages secondaires vont apporter beaucoup d’autres thèmes, qui sont abordés et pas forcément creusés comme ils auraient dus l’être. Du danger des réseaux sociaux au racisme ambiant, des adolescents abandonnés à eux-mêmes à la vie de famille qui part en vrille, du djihadisme aux jeunes chômeurs désœuvrés, tous ces thèmes ont au moins en commun une analyse froide et factuelle de notre société, où la mesure et la morale ont depuis bien longtemps été laminées.

La seule chose que j’ajouterai, c’est qu’à aborder trop de thèmes, on perd la force du discours. Trop de thèmes tuent le discours. Ce qui fait que ce roman, bien qu’il soit passionnant, m’a paru touffu et s’égarer entre tous les sujets abordés. J’aurais probablement préféré une histoire moins complexe afin que le ou les messages soient plus martelés.

Ceci dit, les adeptes de romans policiers avec un fond sociétal seront enchantés, car cela reste du très bon polar, avec une fin bien noire, comme pour renvoyer tout le monde dos à dos. Car ce roman ne donne pas de leçon ou de solution, il semble juste nous dire que nous sommes différents et que nous devons vivre ensemble. En cela, c’est un bel exemple d’humanisme comme je les aime.

Ne ratez pas l’avis de Claude

Train Bleu, Train noir de Maurice Gouiran (Editions Jigal)

A force de lire du bien des romans de Maurice Gouiran sur les blogs des copains, il était temps que je commence à en lire un. La sortie en poche de Train bleu Train noir fut une sacrée rencontre, qui va en appeler d’autres. Merci Jimmy !

1943, Marseille : Un train noir se dirige vers le nord avec à son bord plusieurs milliers de gens arrêtés.

1993, Marseille : Un train bleu se dirige vers le nord pour Munich avec à son bord plusieurs milliers de supporters de l’Ohème pour la finale de la coupe des clubs champions contre le grand Milan.

A bord de ce train, trois personnages vont faire le voyage vers Munich pour assister à ce match de football, avec un objectif en tête : tuer un haut responsable Allemand. Robert dit Bert, Michel dit la Miche et Georges dit Jo ont tout prévu, même les pistolets achetés sous le manteau et cachés dans les toilettes du train. Ils ont tous les trois connus ce fameux train noir du 23 janvier 1943, ils ont tous les trois de bonnes raisons de venger ceux et celles qu’ils ont perdu, ils sont tous les trois motivés pour réaliser cette exaction.

Encore une fois, les éditions Jigal ont dégotté un roman coup de poing, que l’on lit à la vitesse de l’éclair et qu’il est indispensable de lire. Car le sujet est de ceux qu’il ne faut pas oublier.  Maurice Gouiran nous rappelle que ceux qui ont participé de près ou de loin à ce massacre ne sont rien d’autres que des criminels. Maurice Gouiran nous démontre que la destruction du centre de Marseille au profit des promoteurs immobiliers est une exaction et que la guerre, dans ces cas là est une bonne excuse pour se faire de l’argent.

Ce roman nous fait revivre à coups de flash-back ces moments, à travers trois personnages qui ont leur propre vie, leur propre expérience, leurs propres cicatrices. Malgré leur age, ils ont gardé une rage, celle des souvenirs douloureux, ineffaçables, et nous retracent ces deux époques, l’une horrible, l’autre heureuse avec leur parlé, leur vocabulaire, leurs sentiments, leurs expressions.

C’est aussi une des grandes qualités de ce roman : nous impliquer, nous plonger dans ces moments. Ça sent la mort dans les convois, la puanteur, le malheur. Ça sent la joie, la liesse, les fumigènes dans les tribunes. Et l’auteur en profite pour nous asséner quelques avis (vérités ?) sur les messages politiques, le rôle des journaux, la règle contemporaine de la gestion d’un pays (Panem et circenses), le besoin de se faire de l’argent à tout prix, le racisme ambiant.

Ne croyez pas que je vous ai dévoilé toute l’intrigue ou tout le déroulement du livre, car la fin réserve une belle surprise, de celle qui font les grands livres, jusqu’à la dernière ligne. Alors, jetez vous sur ce roman, car sa lecture est de celle qui marque, de celle qui sont obligatoire. C’est écrit avec beaucoup de hargne, de rage, de cœur, de sentiment, de honte. Ça frappe fort, ça fait mal mais ça fait du bien.

Coup de foehn de Franck Membribe (Editions Krakoen)

Voici un petit roman passionnant à bien des égards, publié par une petite maison d’édition réputée pour la qualité de ses titres. Celui-ci me permet d’ajouter un nouvel auteur à la liste des découvertes.

Sarah est une jeune fille juive de 16 ans, qui habite Marseille. Pour améliorer son niveau d’Allemand, rien de tel que des séjours linguistiques. Sa mère l’envoie donc en Suisse, dans la riche famille Gründlich, où elle sera jeune fille au pair. Pendant les deux mois de vacances estivales, elle s’occupera des jumeaux Max et Jonas. Si Sarah a été envoyée dans ce village, c’est parce que Samuel Seemann son arrière grand-père y vécut et y disparut pendant la seconde guerre mondiale.

La famille Grünglich est une riche famille de la Suisse allemande, qui règne en maître sur le village de Hübscherwald. Elle a fait fortune dans des domaines divers tels que le bois, le textile, et possède son propre journal local. Sarah va rencontrer l’un des journalistes Johann Kramer, dont elle va tomber amoureuse, alors qu’il a le double de son age.

Sarah veut juste en savoir plus sur son arrière grand père disparu, pour renouer avec ses racines, mais aussi pour faire plaisir à sa mère. Elle et Johann vont donc enquêter en douce, pour ne pas déranger l’ordre qui règne dans ce village suisse, balayé par le Foehn, le vent violent qui rend fou, et vont découvrir des vérités qu’il ne fait pas bon déterrer.

Parfois, il est utile de rappeler certaines choses que l’on a tendance à oublier trop vite. Prenez la Suisse : pays neutre par excellence, pays de la propreté, de l’ordre. Une fois que vous avez enlevé le vernis de surface qui rend tout joli, cela devient tout de suite moins beau. Le contexte est donc l’une des raisons qui font que j’ai lu ce roman avec avidité.

Mais l’intérêt ne s’arrête pas là : Franck Membribe a choisi de narrer cette histoire en se plaçant dans la tête de Sarah. Et là, j’adore ! Il nous montre toute la légèreté, l’insouciance, l’irresponsabilité des actes d’une jeune adolescente qui croit avoir tout compris à la vie, et qui est rattrapée par la lourde et pesante réalité de son passé. A aucun moment, je n’ai douté de ce que je lisais, j’avais l’impression d’avoir cette gamine (pardon, je vieillis !) devant moi, qui me racontait son histoire. Ce fut une lecture passionnante.

Alors, ne passez pas à coté de ce roman, prenant, passionnant, raconté par une jeune fille sympathique. C’est un roman plein de tendresse, de noirceur, sans violence (c’est à noter) sur la bassesse humaine, sur la traîtrise, sur l’héritage, sur les liens générationnels. Et n’oubliez pas de passer voir le catalogue des éditions Krakoen, au passage.

Le fruit de nos entrailles de Jean Yves Martinez (Editions des équateurs)

Comme l’année dernière, Black Novel va accueillir des invités qui vont parler polar. C’est Benjamin qui ouvre le bal pour un roman français : Voici donc son avis sur Le fruit de nos entrailles de Jean Yves Martinez :

C’était la correction de trop. Trop de violence, de souffrance, d’humiliation… Nadja, jeune prostituée maghrébine au bout du rouleau, avait décidé de raccrocher.

Mais arrêter le calvaire dans la profession, ça sous-entendait livrer son souteneur. Et dans le Milieu marseillais, le statut de balance était fortement déconseillé pour qui voulait profiter durablement de sa retraite!

L’inspecteur Chavez en avait parfaitement conscience lorsqu’il lui avait mis le marché en main. Mais c’était l’occasion inespérée de régler ses comptes avec cette ordure de «Corse» et en pareille affaire, il ne pouvait être question de sentiments.

Avec les informations qu’elle lui avait fournies, Chavez n’allait faire qu’une bouchée du Corse. Tout allait rentrer dans l’ordre, Nadja n’avait qu’à partir.

A moins que tout ne se mette à foirer, que son proxénète ne soit pas arrêté et qu’il se lance à sa poursuite pour protéger des activités bien plus sombres que la prostitution…

Le fruit de nos entrailles est un petit bijou policier sur fond de cité phocéenne. Les personnages sont bien dessinés, l’intrigue est menée tambour battant. L’ambiance qui s’en dégage, le style direct et efficace ainsi que les expressions utilisés par l’auteur, tout respire le vrai! J’ai adoré ce roman et je le recommande à toutes les personnes amatrices du genre. Bonne lecture!

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire. Cela s’appelle Le fruit de nos entrailles de Jean Yves Martinez.