Archives du mot-clé Médias

L’empathie d’Antoine Renand

Editeur : Robert Laffont – La Bête Noire

Si Muriel n’avait pas autant insisté, je n’aurais jamais lu ce roman. Sauf peut-être parce qu’il s’agit d’un premier roman … quoique. La phrase d’accroche sur la couverture ne me disait rien. J’avais peur d’avoir affaire à un énième thriller, et le thriller, ce n’est pas ma tasse de thé. Eh bien, parfois, on a tort. Ce roman est fort, très fort, trop fort.

Alpha a voyagé dans le monde entier, et se retrouve aux Etats-Unis, pour quelque temps. Il a acquis un talent pour se déplacer sans bruit, pour grimper aux murs même sans aucune aspérité. Cette nuit-là, il entre dans un appartement et observe un couple en train de dormir. Le plaisir qu’il en retire lui ouvre une nouvelle perspective : il a tous les pouvoirs sur les gens, même celui de vie ou de mort. Cette révélation va guider sa vie. C’est dans son pays natal qu’il va pouvoir s’épanouir, la France.

Déborah est infirmière à domicile. Ce jour-là, elle visite un de ses clients et laisse entrer dans le hall de l’immeuble un livreur motard, affublé de sa combinaison en cuir et de son casque. Dans l’ascenseur, le motard sort un couteau et oblige la jeune femme à lui faire une fellation. Quand elle se rend au commissariat de police, pour déposer sa plainte, elle apprend qu’elle est la troisième victime de ce violeur en série.

Ce sont Anthony Rauch et Marion Mesny qui la reçoivent et lui annoncent la nouvelle. Ils sont capitaines dans un département de la Police judiciaire, « la brigade du viol ». L’affaire du motard violeur fait partie de leur quotidien. Quand on leur apprend le viol d’un couple avec une extrême violence, ils doivent se rendre compte qu’ils ont affaire à un criminel autrement plus dangereux.

Le fait que je fasse le résumé du début du roman est parfois trompeur et bien peu vendeur, étant donné les qualités de ce roman. Alors, oui, le roman commence comme un thriller, et il est agréable à suivre, surtout grâce à la fluidité du style et à cette faculté à créer des personnages intéressants, à commencer par Rauch, que l’on surnomme La Poire, pour son physique (je ne vous fais pas un dessin). Et petit à petit, Antoine Renand va complexifier non pas son intrigue mais la psychologie des personnages.

Il commence par le contexte, en créant des liens entre les personnages : Déborah a soigné le père de Rauch, gravement malade. Il décédera d’ailleurs tôt dans le roman. Puis, apparaît la mère de Rauch, Louisa, avocate à succès, prête à défendre l’indéfendable. Entre elle et son fils, ce sont des joutes verbales, deux pôles liés par un lien indestructible mais que tout oppose. Et puis, il y a cette relation étrange qu’entretiennent Rauch et Mesny, inséparables au travail, sorte d’amitié platonique empreinte de respect.

Avec toute cette galerie de personnages formidables, l’auteur aurait pu se contenter de construire son intrigue, en inventant des scènes fortes pour aboutir au duel final. Que nenni ! cela n’aurait donné qu’un thriller intéressant, au mieux bien fait. J’ai été impressionné et je dois le dire bouleversé quand Antoine Renand nous invite à revisiter le passé de ses personnages. Non seulement c’est très bien écrit et construit, mais cela donne en plus une épaisseur, un vécu, une histoire à ses personnages, qui, il faut bien le dire travaillent dans le glauque. Et c’est encore plus fort de les avoir créés avec un historique tel que c’est le département où Rauch et Mesny voulaient tous les deux travailler. Ces passages constituent pour moi le summum du livre, rajoutent des liens insoupçonnés, et nous offrent des scènes d’une terrible force émotionnelle.

Alors, il faut bien le dire, le roman aborde le cas de monstres. Il nous montre les terribles statistiques : « En France, 75 000 viols avaient lieu chaque année, soit 206 par jour ; 1 femme sur 6 serait victime d’un viol au cours de sa vie, ou d’une tentative de viol ; 80 % des victimes étaient bien entendu des femmes. La moitié de ces victimes l’était de façon répétée avec, dans 8 cas sur 10, un agresseur qu’elles connaissaient bien : un ami, ami de la famille, membre de la famille… Et tous les milieux étaient touchés, prolos comme bourgeois, anonymes comme grands de ce monde… Enfin et surtout, 90 % des femmes violées ne portaient pas plainte. »

Mais il aborde aussi bien d’autres thèmes tels que les relations père / mère / fils ou fille, la question de la justice, celle de la difficulté de ces flics, de la compassion, de l’empathie dont ils doivent faire preuve … ou pas. Antoine Renand ne prend que rarement position, préférant laisser la parole à ses personnages. Il dénonce par contre, les médias qui courent après les titres les plus attirants pour le grand public, pourvu que cela saigne. Et puis, au milieu de tout cela, il y a des hommes et des femmes, avec leur passé et leur présent, qui doivent faire leur boulot.

J’ai du mal à croire que ce roman soit un premier roman, tant tout y est construit avec beaucoup de courage et d’ambition, tant tout y est réussi. Je dois vous avouer qu’il y a des passages d’une force telle que j’ai raté quelques arrêts de bus, que j’ai aimé dévorer ce roman qui en dit tant et si bien. Antoine Renand fait une entrée fracassante dans le monde du Polar thriller et nous allons être nombreux à attendre son deuxième roman. Impressionnant !

Au passage, je remercie Muriel Leroy qui a fortement insisté pour que j’achète ce livre et que je le lise. Grâce à toi, j’ai passé un grand moment. BIZ

La dernière couverture de Matthieu Dixon

Editeur : Jigal

Ne me dites pas que ce roman est un premier roman ! Franchement je n’y croyais pas, à tel point que j’ai du poser la question à l’éditeur Jimmy Gallier. Accrochez vous, ce roman, c’est une bombe, du vrai polar, serré comme un ristretto, servi sans sucre ni crème. Amer, quoi !

Raphaël est un jeune homme, photographe indépendant, qui s’apprête à être papa pour la première fois. Passionné par son métier, il délaisse un peu sa vie de famille pour se concentrer sur des photos qu’il pourra vendre aux différents médias. En cela, il est aidé et éduqué par Bernard, un vieux de la vieille dont tout le monde s’arrache les images. Bernard, c’est le mentor, le père en quelque sorte de Raphaël.

Ce soir-là, Bernard fait appel à Raphaël, pour une affaire qui va faire grand bruit. Ils seront tous les deux aux aguets pour la photographie qu’il ne faut pas rater. Raphaël accepte de jouer le jeu et ils s’installent tous les deux à une table différente du Maskirovka, le restaurant à la mode et attendent leurs victimes. Quelle n’est pas la surprise de Raphaël de voir débarquer une journaliste vedette du 20H et le ministre de l’industrie, flirtant comme des adolescents !

A coté de ces photos chocs qui valent une belle position dans un journal, Raphaël s’adonne aussi à des photos de starlettes pour boucler ses fins de mois, quitte à ce que cela se termine par une séance de sexe à l’arrière d’un taxi. Quelques jours après, Raphaël rejoint Bernard qui doit rejoindre Juan-les-Pins dans son hélicoptère personnel, et vient toucher son argent. Mais Raphaël ne fait pas attention aux remarques énigmatiques de Bernard, et il est d’autant plus choqué d’apprendre que son hélicoptère a pris feu le lendemain. De ce jour, il va se croire investi d’une mission : comprendre la mort de son mentor.

On peut dire ce que l’on veut, la multiplication des médias et leur fonctionnement est un thème passionnant ; la façon dont est organisée, distribuée, affichée, cachée l’information aussi. Et quelques polars ont d’ors et déjà choisi ce thème prometteur pour nous offrir des intrigues palpitantes. Il est vrai que la théorie du complot ou de la manipulation des masses a toujours passionné, qu’on l’appelle désinformation ou propagande.

Si au premier degré, ce n’est pas le sujet de ce roman, le fond de l’histoire est là. On est en plein dans la mélasse, dans les photos bien attrayantes ou dégueulasses, qui prennent la place d’autres qui pourraient être beaucoup plus informatives mais aussi dangereuses pour certaines personnes. Il faut s’y faire : nous sommes dans le monde de l’immédiateté, où l’info du jour sera remplacée par une autre dès le soir même ; nous sommes dans un monde où les premières pages sont squattées par les stars, leur mort, leur divorce, leur héritage, les résultats sportifs et les dernières à la pollution, au chômage, aux guerres, aux crises financières créées de toutes pièces … Vous pouvez rayer les mentions inutiles du jour. N’y voyez pas de ma part de la démagogie mais juste un état de fait.

Ce roman est un pur joyau noir, du vrai polar pur et dur, resserré comme il faut en 180 pages, autour d’un personnage qui va centraliser toute l’attention, d’abord parce qu’il est le narrateur, mais aussi parce qu’il est le naïf catalyseur, celui qui va soulever pour nous le tapis, sous lequel sont en train de pourrir quelques rats crevés. Et on y croit à fond parce que c’est simplement fait, simplement écrit, et étayé par des exemples connus ou pas du grand public mais éloquents.

Alors, Jimmy Gallier me dit que c’est le premier roman de Matthieu Dixon. Eh bien, moi je signe d’emblée pour lire le second roman de ce jeune auteur, en espérant y retrouver cette passion pour son sujet, cette fougue dans l’expression, cette rigueur dans le déroulement de l’intrigue, cette véracité dans la construction du personnage. Et peut-être aurons nous aussi un sujet tout aussi passionnant ? En tous cas, chapeau M.Dixon, chapeau bas, et un grand merci pour avoir commis celui-ci.

Ne ratez pas l’avis de Jean le Belge, Yves et 404

Pour services rendus de Iain Levison

Editeur : Liana Levi

Traducteur : Fanchita Gonzalez Batlle

Iain Levison est connu pour ses romans cyniques et lucides sur la situation de la société aux Etats-Unis. Son style direct et ses intrigues sont souvent une charge efficace contre ce qui parait être la meilleure démocratie au monde. Son dernier roman entre complètement dans ce cadre, et je ne peux que vous conseiller de vous accrocher.

1969, Vietnam. Le sergent Mike Fremantle est dans sa deuxième année de bourbier, avec au cœur l’envie de soutenir l’effort de son pays mais aussi de sauver ses hommes. Quand débarque le jeune Billy Drake, il lui apprend les bases de la jungle, comme voir les singes, creuser son abri, et survivre. Et Fremantle ne peut compter que sur lui, puisque son supérieur gage s’arrange pour ne jamais être sur le front.

2016, dans la petite ville de Kearns, Michigan. Mike Fremantle est devenu le chef de la police de Kearns et il se bat pour rendre les clés de la police dans un meilleur état que quand il est arrivé. Mais la délinquance est en hausse, les budgets en baisse et ce sont des équations qui ne vont pas ensemble. Mais il sent qu’il est temps pour lui de passer la main, de profiter de sa retraite et seule sa loyauté envers sa ville et ses habitants le pousse à continuer.

Deux hommes demandent à le voir, venant du Nouveau Mexique. Il est surpris d’apprendre qu’ils ont été envoyés par William Drake, sénateur de cet état. Fremantle le connaissait sous le nom de Billy. En pleine campagne électorale, Billy a raconté une anecdote sur le Vietnam, reprise sur Youtube. Mais l’adversaire de Billy a trouvé un témoin qui dit que Billy s’est lui-même blessé pour être exempté de la suite de son engagement militaire. Fremantle va donc accepter de témoigner à la télévision. Sans le savoir, il vient de mettre le doigt dans un engrenage sans contrôle.

Autant je n’avais pas été enthousiasmé par son précédent roman, autant celui-ci bénéficie d’un scénario concocté aux petits oignons. Iain Levison part d’une situation simple, et nous enfonce petit à petit dans une spirale infernale où les petits mensonges ou omissions finissent par avoir de lourdes conséquences. Mais est-ce que la vérité est importante au bout du compte, ou bien est-ce l’utilisation qu’on en fait, la manipulation des images et des gens ? C’est là toute la problématique soulevée dans ce roman.

Les deux personnages sont particulièrement bien trouvés et leur psychologie à l’avenant. Fremantle est chef de la police, du bon coté de la ligne jaune, d’une loyauté, droiture et honnêteté exemplaires. Billy, pardon, William Drake, doit montrer une image plus blanche que blanche à ses électeurs et ne se formalise pas de petits écarts par rapport à la vérité quand cela va dans son sens, c’est-à-dire quand il gagne des intentions de vote.

Evidemment, ce roman est une violente charge contre la politique, mais aussi contre les média car s’il n’est pas si primordial qu’un élu veuille cacher certains aspects de sa vie passée, c’est bien l’exploitation qui m’a le plus choqué. Car sans être totalement naïf, j’ai trouvé tout ce scénario bigrement réaliste, volontairement loin de toute esbroufe, simple mais bigrement efficace. Et je ne vous parle pas du dernier chapitre qui va forcément vous tirer un sourire jaune puisqu’au long des 200 pages précédentes, vos illusions seront déjà parties en fumée. Du grand Iain Levison, en somme !

Ne ratez pas les avis de Franck, Yan, Joyeux Drille,  Claude, Nyctalopes et Baz-art