Archives du mot-clé Métaillié

Etranges rivages de Arnaldur Indridason (Métaillié noir)

Incroyable ! Erlendur is back ! Pardon, Erlendur est de retour ! Cela faisait deux ans que nous n’avions plus de nouvelles, nous étions inquiets, et nous avions tort. Erlendur était bien en pèlerinage sur les hauteurs de Bakkasel, là même où il a perdu son frère. Erlendur arpente donc ses plaines battues par le vent, qui ne sont pas encore recouvertes de leur manteau neigeux et immaculé. Erlendur continue sa quête sans espoir d’y trouver la moindre solution, cela ne fera pas revenir son frère disparu.

Erlendur a l’habitude d’arpenter ces contrées, peut-être moins de prendre le temps de discuter avec les gens du cru. Depuis quelque temps, il était intrigué par une affaire ayant eu lieu en 1942. Il y eut à cette époque une tempête de neige, semblable à celle qui a été fatale à son frère. Une troupe britannique s’était égarée en plein marasme, et plusieurs soldats y avaient laissé la vie. Une jeune femme aussi était partie de chez elle et on ne l’avait plus jamais revue.

Elle s’appelait Mathildur, venait de quitter son mari Jakob, elle est partie de chez elle, s’est perdue dans la neige et n’est jamais revenue. Cette histoire va forcément interpeler Erlendur, car d’un coté elle va le soulager par rapport à sa culpabilité personnelle, elle va aussi titiller son instinct policier. Il va donc chercher à comprendre un peu mieux ce qui a bien pu arriver à cette jeune femme Mathildur.

Ce que j’adore avec Arladur Indridason se trouve dans les premières dizaines de pages : l’air de rien, il décrit les pensées et les actes de Erlendur, et sans être trop descriptif, ni trop superficiel, il nous fait entrer dans la tête de notre inspecteur favori. Arnaldur Indridason arrive à trouver le juste milieu, la bonne moyenne, le juste nécessaire pour plonger, impliquer le lecteur. Et comme c’est remarquablement écrit, encore une fois, je suis à la fois admiratif et fou de joie de lire une nouvelle enquête de Erlendur.

Ce roman est lent, très lent, plutôt à mettre dans la veine de la dernière enquête de Erlendur, à savoir Hypothermie. C’est un roman très introspectif, très tourné voire enfermé dans la tête de l’inspecteur. Dans ce roman là, c’est sur, de nombreux voiles vont se lever concernant son passé et ce traumatisme avec lequel il n’a décidément pas fini de souffrir.

Si l’enquête est lente, comme je le disais, elle est comme d’habitude fort bien faite mais aussi très tournée vers la psychologie des gens que Erlendur interroge, les dialogues sont très travaillés, très réalistes et montrent bien les qualités de Erlendur à faire parler ceux qui ne le veulent pas. D’ailleurs, on voit bien dans ce roman le caractère bien particulier des Islandais, des gens bourrus, enfermés chez eux et en eux-mêmes, pas diserts pour un sou. Par contre, Indridason nous montre des personnes âgées pressées de vider leur conscience, de s’épancher et de soulager leur mémoire.

Et puis, il y a ces passages, ces fragments de souvenirs du drame qu’a vécu Erlendur. Ce sont les seuls passages du livre écrit au présent, comme s’ils étaient omniprésents dans l’esprit de l’enquêteur. Ce sont aussi les passages les plus poignants, les plus dramatiques et les plus difficiles à lire, que ce soit l’effondrement de ses parents après la perte de Beggi ou cette tempête quand Erlendur lâche la main de son frère sans le sentir tellement il fait froid. Je ne vais pas vous cacher que j’ai versé ma petite larme, tant ils sont prenants et émotionnellement très forts, grâce à leur écriture si simple, mais aussi grâce au talent de Eric Boury, qui a su rendre tous les sentiments que Indridason a rendu dans son texte.

Alors même si l’enquête est classique et peut paraitre un peu fade, ce roman continue cette série avec brio, soulevant des pans que nous attendions tout en les redoutant. Et le résultat n’est pas décevant, loin de là, nous avons à nouveau le droit à une galerie de personnages fort attachants et à des scènes d’une très grande force. Merci Monsieur Indridason pour cet excellent moment de lecture.

La muraille de lave de Arnaldur Indridason (Métaillié)

Voici donc le dernier roman en date de Arnaldur Indridason, et nous avons la chance d’avoir une livraison annuelle de très bon niveau, voire exceptionnelle. Après La rivière noire, qui était un bon roman policier centré sur Elinborg, c’est au tour de Sigurdur Oli d’être mis au centre de l’intrigue.

La vie privée de Sigurdur part en vrille. Son ménage avec Berthora est terminé, ils se sont séparés et cela semble irréversible. Sa mère, divorcée aussi, juge qu’il aurait pu mieux gérer sa vie, et son père doit passer sur la table d’opération pour sa prostate. Alors qu’il semble bringuebalé de droite et de gauche, sa vie professionnelle est menée avec rigueur. D’ailleurs, le roman s’ouvre sur une réunion d’anciens camarades de lycée. Tous ont formidablement réussi, dans le domaine des affaires ou de la finance, ont de superbes femmes, de superbes maisons, reviennent de superbes vacances. Cela fait tache d’huile avec le quotidien d’un policier.

Lors de cette réunion, un de ses amis Patrekur lui fait part que son beau frère Hermann pratique l’échangisme avec sa femme et qu’il fait l’objet d’un chantage de la part de la femme avec qui il a couché. Elle s’appelle Lina, vit avec son mari Ebby et pratique fréquemment l’échangisme. Patrekur demande à Sigurdur de raisonner Lina. Quand il arrive, celle-ci est mourante, agressée à coups de battes de base-ball. En parallèle, Andrès, un sans papier lui donne des indices qui pourraient l’aider à résoudre une affaire de pédophilie sur laquelle il a enquêtée jadis.

Après la rivière noire, je m’étais aperçu que le personnage de Erlendur me manquait cruellement. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai attaqué La muraille de lave, et je dois dire que ce roman est à classer dans les très bonnes enquêtes de la série. Car Arnaldur Indridason est un grand auteur de polar, et ce n’est une surprise pour personne si je vous dis que l’intrigue, je devrais dire les intrigues, est menée de main de maître.

Je me suis rappelé qu’en 2009, quand je lisais l’Homme du lac, j’avais souhaité qu’Indridason, qui avait fouillé le passé de son pays, nous donne son éclairage sur cette crise financière qui avait mis en faillite l’Islande avant qu’elle ne soit sauvée par le FMI. Tous mes espoirs, toutes mes espérances ont été grandement comblées par cet opus, et quel personnage mieux que Sigurdur Oli pouvait nous montrer tout cela.

Car Sigurdur Oli a fait ses études aux Etats Unis, il a adoré ce pays de la liberté, son libéralisme, avant de s’apercevoir que ce modèle de course effrénée vers l’argent et le profit immédiat était abject. Et c’est au travers d’un personnage pas forcément sympathique que Indridason nous assène ses quatre vérités. Sigurdur est un homme bourru, brut de décoffrage, direct, qui a des difficultés dans sa famille et sa vie personnelle car il ne sait pas communiquer ; il regrette sa femme quand elle l’a quitté.

Indridason nous fait aimer ce personnage, nous peint une société amorale dans laquelle il ne se reconnait pas. Et quand tout ce qui compte, c’est le fric à n’importe quel prix, alors les victimes sont nombreuses, et la moralité et le bon sens n’existent plus. Même la vie ne vaut plus rien. Ce roman, au-delà de ses enquêtes bien emberlificotées et emmêlées les unes dans les autres, est avant tout un acte d’humanisme, un plaidoyer à une société plus simple et plus saine. C’est un roman humain par un grand auteur.

Betty de Arnaldur Indridason (Métailié)

Publié à l’origine en 2003, ce roman a été écrit au beau milieu de la série des Erlendur, puisque La cité des Jarres date de 2000. Comme s’il avait voulu tenter un coup d’essai. C’est un essai réussi, très réussi même.

Le narrateur est enfermé dans la prison de Lital-Hraun, à Eyrarbakki, en détention provisoire. Il est accusé du meurtre de Tomas Ottosson Zoega, mais il nie tout en bloc. Sa position est de se présenter en tant que victime d’une machination, d’une conspiration dont il va essayer de comprendre les tenants et les aboutissants.

Le narrateur est spécialisé en droit économique, et ce matin là, il venait faire une conférence au cinéma de l’université, sur la situation des négociations des armateurs islandais à Bruxelles. Dans l’assistance, une femme, incontournable, sublime, Betty. Elle va l’accoster pour lui demander de venir travailler pour son mari, richissime armateur qui ne comprend rien aux nouvelles règles de l’Union Européenne. Il sera grassement payé, assure-t-elle.

Elle va le harceler, le pousser, lui téléphoner plusieurs fois par jour, jusqu’à ce que, finalement, il accepte. C’est surtout le fait que Tomas frappe sa conjointe (bien qu’ils ne soient pas mariés) et le fait qu’il va se retrouver hypnotisé par cette femme fatale qui va le décider. Ils vont devenir amants et le narrateur va décrire comment il va devenir une victime.

Ce roman est un classique du roman noir revisité par Arnaldur Indridason. Il reprend par le fond et la forme tout ce qui fait un bon polar. D’ailleurs, il fait clairement référence à Le facteur sonne toujours deux fois de James M.Cain, dont il cite un passage en introduction de son roman. Si l’intrigue est donc connue, si le style est toujours aussi plaisant, le roman se détache par la manipulation dont il fait montre … et dont je ne peux rien dire sans dévoiler la perle de l’intrigue.

On y trouve donc un mari, une femme et son amant. Le mari est violent, frappe sa femme et celle-ci ne peut le quitter à cause de l’argent. Le narrateur, choisi ou pas par la femme (c’est une des questions du roman) va jouer un rôle dans ce drame et être le complice du drame qui est le meurtre du mari. Dit comme ça, cela parait simple voire simpliste.

Oui mais voilà ! Après nous avoir installé dans le personnage principal, Indridason nous réserve une belle surprise en plein milieu du livre. Cela nous remet à notre place, et le plaisir rebondit devant cette histoire savamment construite. C’est finalement un bel exemple d’histoire faite avec des personnages classiques, sur une trame classique revisitée par un auteur qui décidément n’en finit pas de me surprendre. Betty ne fait que confirmer le talent de cet auteur islandais.

Installation de Steinar Bragi (Métailié noir)

Peut-on réellement résister à une telle quatrième de couverture ? Un roman qui parle d’ultra sécurité, de la transformation de la société, de la déshumanisation. Voilà les raisons qui m’ont poussé vers Installation.

Eva Einarsdóttir se sépare de son fiancé et rentre chez elle en Islande après avoir vécu à New York. Elle a connu un drame trois ans auparavant, ayant perdu son bébé de deux mois. De retour dans son pays natal, elle emménage dans un appartement ultra sophistiqué, avec toutes les nouveautés en terme de sécurité et de technologie. Mais son pays a bien changé, les pêcheurs ont disparu et cadres de banques et traders ont envahi la ville.

En contrepartie de cet appartement, elle doit s’occuper des plantes et du chat. Sauf qu’il n’y a ni plantes, ni chat dans le logement. Dans la chambre, au plafond, une moulure en plâtre en forme de masque semble la regarder. Difficile de dormir avec cette menace en face d’elle. Dans cette tour, seuls quelques habitants résident là. A commencer par une voisine qui devient très vite envahissante. Sans compter le gardien, qu’elle peut regarder à l’aide d’une caméra et qui se masturbe la nuit. Ainsi que des voisins, un couple, dont les conversations sont bien étranges.

Petit à petit, Eva va se renfermer sur elle-même, ne vivant que par les informations qu’elle regarde sur Internet, la télévision ou le programme qui retransmet les caméras de surveillance de la résidence. Les cauchemars apparaissent, la solitude s’installe comme quelque chose de rassurant, et elle se retrouve enfermée dans une tour qui ressemble à elle-même.

De la vie de Eva, on découvre petit à petit les événements, ceux d’une jeune artiste fainéante superficielle. Ce qu’elle reproche aux autres, c’est aussi ce qu’elle est elle-même. Puis le mystère s’installe, les voisins font connaissance, disent des choses qui sont en contradiction de ce qu’elle apprend le lendemain. Même l’amie de son ami, celui qui la loge, s’avère morte, suicidée.

L’ambiance devient bizarre, glauque, jusqu’à la deuxième partie où on navigue entre rêve et réalité, entre délires alcooliques et actes idiots voire dangereux. Les pièces changent de couleur, changent de forme, Eva subit des violences ou bien ce ne sont que des punitions. Est-elle victime de ses rêves, de ses désirs ou de séquestration. On nage en plein surnaturel jusqu’à un final surprenant.

Ce programme parait bien alléchant. Mais c’est sans compter l’écriture, bourrée de fautes de grammaire, de mots mal utilisés, ou de mots utilisés à la place d’autres. Est-ce de la faute de l’auteur ou bien du traducteur ? Je ne sais pas, mais certains passages sont agaçants, certaines expression involontairement amusantes et m’ont sorti de cette histoire. C’est en tous cas une histoire pas comme les autres, bigrement originale à mi chemin entre un huis clos et du David Lynch, dont je ne suis pas sur d’avoir compris la fin. Je n’ai pas trop aimé celui là, mais je relirai probablement son prochain roman.

La rivière noire de Analdur Indridason (Métaillié – Noir)

Comme tous les ans au mois de février, nous avons la chance de lire les aventures de nos Islandais préférés. Qu’on se le dise : les romans de Analdur Indridason sont toujours d’un très bon niveau, celui-ci ne fait que confirmer la règle.

Un samedi soir comme un autre. Un jeune homme passe de bar en bar, à la recherche d’une femme. Dans sa poche, il a du rohypnol, plus connue sous le surnom de drogue du viol. Il rencontre une jeune femme, avec un T-shirt de San Francisco comportant une petite fleur. Deux jours plus tard, le jeune homme est retrouvé égorgé dans son appartement du centre de Reykjavik. Le jeune homme ne porte qu’un T-shirt de San Francisco. Il n’y a aucune trace d’effraction, ni de lutte, comme s’il s’était laissé égorger. Dans la veste du jeune homme, on trouve une boite de Rohypnol.

Erlendur n’est pas là, il a décidé de prendre des vacances pour aller visiter les fjords de l’est. En son absence, c’est Elinborg qui s’occupe de l’enquête. Sous le lit du jeune homme assassiné, elle trouve un châle féminin. Comme elle est adepte de cuisine, elle reconnaît aussitôt l’odeur dont est imprégnée l’étoffe : il s’agit d’épices utilisée dans la cuisine tandoori. Les pistes étant peu nombreuses, elle va fouiller dans le passé de la victime en interrogeant ses connaissances.

Et bien voilà ! Analdur Indridason a décidé de se passer de son héros récurrent, avec une excuse logique : Erlendur a décidé de prendre des vacances pour retourner sur ses terres natales. En son absence, l’enquête est reprise en main par Elinborg. Cela donne l’occasion à Indridason de repartir de zéro et de fouiller la psychologie de l’enquêtrice comme si c’était le premier roman d’un nouveau cycle. En cela, vous pouvez lire cette histoire sans avoir lu les précédents.

Avec Erlendur sur le devant de la scène, les autres personnages étaient plus ou moins transparents. Indridason nous démontre toute sa qualité de narrateur, fouillant par le détail une personne, décrivant sa psychologie par une analyse minutieuse des actes quotidiens, mais aussi par ses réactions pendant l’enquête. C’est à la fois subtil, très bien fait, et réalisé de main de maître. Indridason est plus qu’un auteur capable de décrire par le détail un héros récurrent, il est un formidable auteur qui aime ses personnages.

Cet avis ne serait pas complet si je ne parlais pas de l’enquête. D’un crime à propos duquel on ne sait rien, il bâtit petit à petit son raisonnement, assemblant les petits détails pour arriver à un final pour le moins surprenant. La minutie que Elinborg apporte à cette analyse en dit long aussi sur son mode de pensée. Et cette minutie se retrouve dans le style de Indridason. Tout y est décrit sans fioritures mais avec beaucoup de détails. N’y cherchez pas un roman avec du rythme, mais plutôt un roman policier exemplaire sur le fond et la forme. Du grand art, dont le résultat est aussi passionnant qu’impressionnant.

La huitième vibration de Carlo Lucarelli (Metallié)

Si vous ne connaissez pas Carlo Lucarelli, il va falloir vous y mettre. Quand j’ai vu que le dernier sortait, je l’ai tout de suite mis dans mes priorités. Derrière ses romans de trame classique, il y a toujours une farouche lutte contre le fascisme. Dans la Huitième vibration, Carlo Lucarelli revisite l’histoire italienne et nous assène des vérités bonnes à rappeler.

Massaoua, Ethiopie, 1896. Un nouveau navire débarque avec à son bord de nouveaux colons et des soldats. L’Italie a décidé de doubler ses efforts pour redorer son blason. Il s’agit de repousser les troupes de Menelik 2. Sur place, la vie est différente, les gens sont différents, le paysage est différent, les coutumes sont différentes. Et pour ces Italiens colonisateurs, différent veut dire inférieur.

Ce roman regorge de multiples personnages aussi divers que Vittorio le commis colonial chargé de répertorier les marchandises, Leo le rêveur capitaliste qui veut batir une ville à la gloire de l’Italie et à la sienne, Cristina la femme de Leo qui veut revenir en Italie, Ahmed et Gabre deux hommes s’aimant d’un amour impossible, Serra un carabinier qui s’est engagé pour poursuivre un assassin de jeunes enfants, Aîcha la prostituée du camp, Pasolini l’anarchiste qui ne veut tuer personne. Tous ces personnages vont vivre leur dernier moment, jusqu’à la fameuse bataille d’Adoua, qui sera redoutable et sans pitié.

Quel plaisir personnel de retrouver Carlo Lucarelli, en particulier quand il est dans une telle forme. Cela faisait sept ans que je l’avais laissé de côté. Et une nouvelle fois, ce roman est très différent des précédents, Après l’humour loufoque de Phalange armée, après le style direct et nerveux de Laura de Rimini, après le brûlot anti-fasciste de L’île de l’ange déchu, voici l’histoire de la colonisation italienne de l’Afrique. En effet, le contexte de ce roman est la bataille d’Adoua, la première grande défaite d’une armée blanche devant des troupes africaines.

Car c’est un sacré pavé ambitieux qu’il nous livre avec toutes les qualités d’auteur (j’allais écrire d’artiste) dont il est capable. Car c’est un énorme roman (en qualité et en quantité) que l’on savoure avec délectation, lentement. Carlo Lucarelli a un style qui fait appel à tous nos sens : on voit les paysages, les personnages, on sent la poussière, on sent les voilages, on entend la musique sur laquelle danse de jeunes noires nues, on goûte la nourriture. C’est une véritable expérience sensorielle, un pur plaisir des sens.

C’est aussi, sous ses dehors de roman, une fronde contre l’esprit colonialiste d’alors mais aussi d’aujourd’hui. Les colonisateurs décrits par Lucarelli font preuve d’une suffisance, d’un racisme ordinaire, d’un dédain tels que l’on est presque content du résultat de la bataille d’Adoua. Et, en cela, les esprits des pays industrialisés n’a pas beaucoup changé : dans le livre, ce qui n’est pas comme eux, ce qui est différent est forcément sauvage, anormal, bizarre, inférieur à eux.

Autant roman d’ambiance, roman d’amour, roman social, roman historique, roman dénonciateur, roman noir, roman de guerre, ce Huitième vibration est tout cela à la fois mais avec ce style , cette poésie, ces scènes parfaitement découpées, ces personnages si différents, si vivants avec leur histoire, leur passé, leur présent, leur destin. Je suis tombé amoureux de Cristina, j’ai détesté Leo et certains autres, j’aurais aimé devisé avec les Italiens comme avec les Ethiopiens.

Mais tous ces plaisirs se méritent. On n’entre pas dans un tel roman sans quelques sacrifices. Car il y a plus d‘une dizaine de personnages, et chacun a droit à un chapitre, chaque chapitre étant séparé par un sous-chapitre relatant le passé d’un des protagonistes. L’intrigue avance lentement, la pression monte doucement jusqu’au feu d’artifice final, les phrases sont longues, les dialogues réduits au minimum. C’est un roman que l’on prend quand on a une bonne demi-heure devant soi pour bien s’immerger, se laisser imprégne, pas un de ceux que l’on prend quand on a cinq minutes à perdre entre la poire et le fromage. Mais c’est un de ces romans que vous n’ètes pas prêts d’oublier.

Les fans de thriller ou de page-turner (excusez ces anglicismes) passeront leur chemin. Les fans de littérature (policière ou non) adoreront, pour le voyage dans l’espace et dans le temps. J’ai adoré, je le conseille à ceux qui veulent un grand roman classique (mais pas tant que ça) un grand roman ambitieux qui vous fait frémir et qui fait appel à vos cinq sens.

Jean Marc a un avis très proche du mien ici.

J’ai confiance en toi de Massimo Carlotto et Francesco Abate (Métallié Noir)

Il y a des auteurs dont je ne peux résolument pas rater les dernières sorties. Massimo Carlotto fait partie de ceux-là, depuis que j’ai lu L’immense obscurité de la mort et Rien, plus rien au monde. Dès la sortie, je me suis précipité chez mon libraire pour acheter ce J’ai confiance en toi. Et c’est du Carlotto pur jus, en très grande forme.

Gigi Vianello a traversé bien des encombres avant d’en arriver là où il en est. Après des études qui n’ont servi à rien, et motivé par l’argent qui est son seul leitmotiv, il devient dealer d’ecstasy dans de petites boites de nuit. Un soir, il se fait tabasser par des hommes de main d’un richissime négociant grossiste, Ilario Sambin, sous prétexte qu’il fournit de la drogue à sa fille Sabrina.Il fait alors tout pour empêcher Sabrina de se droguer, quitte à l’isoler de ses amis pour qu’elle ne sorte plus le soir. Le problème, c’est que Sabrina tombe amoureuse de Gigi, Ilario veut qu’ils se marient et il lui promet qu’il reprendra la suite de son entreprise. Mais cette vie n’est pas faite pour lui.

La chance lui sourit en deux étapes. La première, c’est sa rencontre avec son maître, un propriétaire d’une vingtaine de supermarchés qui revend de la nourriture frelatée impropre à la consommation. Il y voit clairement son avenir. La deuxième, c’est un contrôle fiscal qui lui donne la possibilité de s’échapper : Ilario est alors en voyage en Russie et, pour échapper au contrôle fiscal, sa femme lui prépare une valise pleine d’argent en demandant à Gigi de l’apporter à Ilario. Gigi le dénonce et part avec l’argent à Cagliari.

Là-bas, il commence son commerce de grande envergure. Pour sa couverture, il achète un restaurant gastronomique, « Chez Momo », et se met en ménage avec Bianca Soro, la fille de l’ancien propriétaire. Tout marche à merveille, il est adulé, invité dans toutes les soirées. Lors de l’une d’elles, il rencontre Mariuccia Sinis, une femme d’une quarantaine d’années qui est aux abois. Elle aime son mari et veut désespérément un enfant de lui mais celui-ci est stérile. Elle n’y voit qu’une solution, Gigi sera le père de son enfant. Commence alors la descente aux enfers de Gigi.

Quel beau cadeau pour ces vacances d’été ! On a droit au grand retour du grand Massimo Carlotto, aidé en cela par Francesco Abate. Je ne connais pas M.Abate, mais force est de constater qu’on ne ressent jamais que ce livre a été écrit à quatre mains. Par contre, toutes les qualités connues de Massimo Carlotto sont là, aidées en cela par une traduction de très grande qualité.

Car on ne peut qu’être transporté par cette qualité d’écriture, cette fluidité dans l’action aussi bien que dans l’intrigue, cette pureté dans les descriptions, et cette perfection dans ce personnage tellement détestable. Je vous garantis qu’après avoir lu ce livre, vous allez regarder à deux fois ce que vous avez dans votre assiette. Car ce livre attaque bien tous ces truands qui nous empoisonnent avec pour seul objectif leur propre profit.

Car quoi de plus dégueulasse que de s’en prendre à ce qui est de plus sacré : la nourriture. Mais au delà de ce contexte, c’est un formidable portrait d’un homme sans scrupules, égoïste, sans sentiments, auquel on a droit. On croirait lire du Carlotto pur jus, et on se met à espérer que Francesco Abate est aussi doué que Massimo Carlotto, parce que ça nous ferait un auteur de plus à lire.

Le style est fluide, tellement fluide, tellement précis, tellement efficace que c’en est une véritable leçon pour tout écrivain. Rien n’y est de trop, et on se retrouve dans la peau de Gigi avec tant de facilité que c’en est gênant. Voilà un livre que vous allez aimer détester, un personnage que vous allez aimer abhorrer. Un livre indispensable dans le monde du roman noir. Messieurs dames, le grand Massimo Carlotto est de retour, et ça fait mal, ça donne envie de vomir. Dépêchez vous de dévorer de livre !